Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
13 avril 2021 2 13 /04 /avril /2021 18:04

Flashmob pour la culture, Paris le 28 mars 2021

Place de l'Odéon

Hyper heureuses de vous faire découvrir cet évènement incroyable, organisé de main de maître par Valentin Vander (Les goguettes) et Clotilde Guerot. Au menu, un medley de trois chansons hautement symboliques dédié à tous les métiers de la culture, à ceux qui les entourent (restauration, tourisme, événementiel…) et bien sûr au public. Comme une petite flamme qu’on essaie de maintenir allumée pendant la traversée de ce grand tunnel que nous vivons. Et pour tout vous dire, ça faisait un bail que j'avais pas eu des frissons pareils... 🔥

https://www.facebook.com/gauvainsers/videos/283203363420714

Partager cet article
Repost0
12 avril 2021 1 12 /04 /avril /2021 19:38
Les beaux jours reviennent et avec eux le tiques, alors voici des protocoles que nous avons mis au point avec Frédo et qui vraiment sont efficaces ! Et auparavant toutes "mes confuses" mais la mise en page sur Overblog est très capricieuse !
Soins en vrac contre les tiques
Quand on a été piqué par un (ou plusieurs) tique(s)
Avant toute chose il faut bien avoir à l’esprit que ce n’est pas anodin et que cela ne doit pas être traité à la légère ! Surveillez toujours la possible apparition d’une auréole rouge parfois très éloignée de la piqûre notamment si la piqûre était sur un membre !
1ere possibilité notamment si on s’est aperçu tout de suite de la piqûre.
Aromaforest (à acheter) Composition : Origan / Cannelle de Chine / Cannelle de Ceylan / Lemongrass / Tea Tree / Eucalyptus Radié / Niaouli / Bois de Hô / Eucalyptus Globuleux
Appliquer 2, 3 gouttes sur la partie atteinte plusieurs fois par jour pendant environ 5 jours
2e possibilité si les tiques sont restées accrochées plusieurs heures (voire jours) avant d’être retirées
1 goutte de HE Origan (à avaler dans une gélule vide) pendant 4 jours maximum ( hépato toxique dans la durée)
et selon ce dont on dispose
1 goutte de HE Tea Tree ou de HE Laurier Noble plusieurs fois par jour sur le piqûre
ou 2, 3 gouttes de Aromaforce à mettre plusieurs fois par jour.
à noter que Aromaforce est bon pour tout angine, problèmes intestinaux, bronchite, cystite, gastro … mettre en regard de l’organe atteint 2, 3 gouttes plusieurs fois par jour.
Composition : Lavandin super, Bois de Hô, Eucalyptus radié, Niaouli, Romarin, Eucalyptus globuleux, Ravintsara, Menthe poivrée, Giroflier, Tea-tree. 100% huiles essentielles pures et naturelles.
Pour se protéger des tiques (humain mais aussi chien et chat)
HE Tea Tree 1 goutte sur le chakra coronal avant de sortir (ou sur un couvre-chef) et se frotter les parties découvertes des membres inférieurs avec un lotion faite avec :
  1. HE Tea Tree 20 gouttes
  2. 2 doigts d’alcool dénaturée, de l’eau filtrée dans un flacon de 30 ml
ou
HE huile de Cade 10 gouttes
HE Tea Tree 10 gouttes dans 2 cuillers à café de dispersant
HE Lemongrass 10 gouttes
HE Ravintsara 10 gouttes
Ajouter comme précédemment 2 doigts d’alcool dénaturée et de l’eau filtrée dans un flacon pulvérisateur d’environ 150 ml. Agiter à chaque utilisation.
Ne pas pulvériser sur les yeux !
L’HE Cade éloigne vraiment les moustiques !
Il est possible de remplacer l’alcool dénaturée par du vinaigre blanc ou un dispersant ! Personnellement je préfère l’alcool ou le vinaigre voire juste de l’eau car dans ce cas il faut la secouer avant toute utilisation et cela énergétise le mélange

 

Partager cet article
Repost0
11 avril 2021 7 11 /04 /avril /2021 20:03

Retour en Drôme pour ce qui sera mon dernier article relatant notre récent voyage.

Notre dernière découverte au cours de laquelle nous aurions pu croire être revenues à la normalité fut pour l’atelier de poterie de Cliousclat.

Une visite vivifiante après celle de Mirmande. Superbe et doté de beaux bâtiments répartis au long de calades empierrées, impossible d’apprécier le charme de ce village. Comme au Poêt Laval, nous étions les seules âmes vivantes dans ce village complètement déserté par le Co-Vid. Une académie de peinture y vit le jour et de nombreux artistes lui insufflèrent vie, aujourd’hui c’est le village des peintres au bourg dormant !

Cliousclat fait partie des villages perchés de la Drôme.

Village tout simple, il est pourtant doté d’un parcours de découverte permettant de ne rien manquer des détails architecturaux en apparence banaux comme les arcs boutants reliant les maisons de part et d’autre des ruelles. Village potier de nombreuses demeures individuelles étaient dotées de four de cuisson, or c‘est bien connu la chaleur dilate les corps y compris les pierres des murs. Fragilisés ceux-ci avaient parfois besoin d’être étayés, d’où les arcs boutants !

La poterie de Cliousclat est née en 1902 grâce à Marius Anjaleras qui acheta des terres à la sortie du village. Ici la terre se prête parfaitement à cette activité et si de nombreuses carrières d’extraction se trouvent aux abords de Cliousclat, l’argile est en fait présente partout. De nombreux potiers extrayaient la matière première de leurs jardins.

La particularité de l’argile de Cliousclat est d’être poreuse, les pièces de poterie nécessitent d’être imperméabilisées donc vernissées. Cette activité suit un protocole strict, l’argile était extraite de mars à septembre, séchée en plein air puis délavée. Brassée pour être débarrassée de ses impuretés et bien mélangée elle était ensuite mise de nouveau à sécher sous forme de blocs conservés en caves.

Ce n’est au terme de ce processus que l’argile était enfin travaillée pour donner naissance à toutes sortes de pièces décorées de motifs variés. Les décors les plus fréquemment utilisés étaient réalisés « au clou » ou à « la poire », petits récipients jadis en argile. Vernis sur les deux faces ou seulement à l’intérieur, les poteries de Cliousclat avaient une identité forte. Une cuisson durait entre 17 et 18 heures et nécessitait 500 à 600 fagots que les « bouscatiers » ou bûcherons fournissaient.

Tout le village vivait de cette activité et tous les métiers inhérents à l’art de la poterie étaient représentés, carriers, délaveurs, bouscatiers, charretiers … et potiers.

Un musée, ouvert et libre d’accès, permet de découvrir la poterie de Cliousclat, son évolution, depuis sa naissance. Quant au magasin il recèle aussi bien des objets utilitaires que des pièces fantaisies.

En ce qui nous concerne nous avons pas mal ri devant des tasses agrémentées de textes à l’humour quelque peu décalé mais qui ne furent pas sans me rappeler une carte de Joël reçue à l’occasion d’un de mes anniversaires, « A toi mon herbe folle » !

Couvre-feu oblige nous avons au terme d’une balade de 6 jours mis le cap sur nos Albères avec en tête d’autres voyages déjà prêts !

Des voyages pas trop loin, nous nous arrangeons pour être toujours à moins d’un plein de carburant, histoire de revenir vite « au cas z’ou ». Par les temps qui courent il faut s’attendre à tout et plus spécialement au grand n’importe quoi !

A bientôt !

Dominique

 

Partager cet article
Repost0
7 avril 2021 3 07 /04 /avril /2021 19:23

L’école à la maison !!!

Vaste sujet à plus forte raison quand il y a des bugs informatiques. A ce propos lorsque l’on écoute le ministre Blanquer parler de hackers russes qui auraient tenté de pirater les serveurs informatiques, on se tient les côtes ! Mort de rire !

Pour en revenir au sujet qui nous occupe, même lorsque cela fonctionne correctement côté informatique, encore faudrait-il que les parents soient partants et conscients, ce dont je ne suis pas si sûre.

Certes je sens bien qu’il y a quand même une certaine colère au fond de moi et je vais m'épancher. Enseignante je fus, enseignante je reste et en maintes occasions je raisonne, agis toujours comme tel. Je ne peux m’empêcher de me mettre à la place de mes ex-collègues qui, s’ils ne sont pas en présentiel ne sont pas pour autant en vacances et travaillent à mettre en ligne les cours pour leurs élèves puis corrigeront le travail réalisé ! Je me mets à leur place car je sais que leurs téléphones personnels n’arrêtent pas de sonner et que même après l’heure « ordinaire » de cessation des cours, ils répondent (jusqu’à 22h et plus) et se mettent en quatre pour aider les parents en détresse !

Ce qui me met le « bouillon à la tête » c’est que, hormis dans certains milieux, un certain nombre de familles est à l’image de nos voisins. Personne ne se bile, les vacances ont commencé !

Nul ne semble vraiment s’inquiéter de la baisse de niveau qui n’est pas une simple vue de l’esprit, pourtant. Je n’aurais jamais imaginé que l’on puisse en terminale évaluer les connaissances des élèves au moyen de QCM, que cela compte dans les moyennes et entre dans la catégorie contrôle continu. Il y a quand même une grande différence entre être capable de restituer de mémoire des connaissances sans aucun support et devoir faire un choix entre 3 ou 4 possibilités de réponses. Outre le coup de chance, il est aisé de procéder par élimination en misant sur ses capacités de raisonnement ! Si je vous demande en quelle année a été signé le Traité des Pyrénées et vous donne le choix entre 1515, 1659, 1871 et 1945 avec un peu de jugeote un tri va s’opérer et la réponse sera facilitée. Mais si je vous demande tout à trac en quelle année a eu lieu la bataille de Bouvines, trouverez vous la réponse (sans aller voir sur Google) aussi facilement ?

Alors il est toujours possible d’extrapoler et de voir dans la situation actuelle des possibilités d’enrichir en famille les connaissances des enfants encore faudrait-il garder les pieds sur terre. Tous ces « et si » les enfants apprenaient à faire vivre leur imaginaire, à écrire des poèmes, des récits, à s’occuper de la nature, des animaux … sont bien jolis mais il y a une condition à remplir, que les parents soient partie prenante. De toute manière cela n’est pas novateur cela correspond à ce que Célestin Freinet prônait en matière de pédagogie et avait mis en place (et que l’on a éradiqué comme l’école Mutuelle).

Lorsque je regarde autour de moi je constate que peu de parents parlent aux enfants, partagent des activités avec eux, que les chiens et chats sont des « objets » que l’on ne balade même pas, que le jardin est juste un terrain de jeu pas question de cultiver. Je les vois connectés en permanence sur des tablettes qui servent de « nounou », de mentor et je constate même que certains n’hésitent pas à laisser pour une durée relativement longue des gamins seuls au domicile et là je bondis. Quand je pense que nous étions sensés pouvoir dire les circonstances exactes, l’heure à la seconde près, quand un enfant se gamelait à la récréation ? Nous étions (sommes ?) toujours suspectés de négligence !!!

Dommage parce que je sais d’expérience que l’école à la maison fonctionne parfaitement ? Cela peut être temporaire comme cette famille de notre environnement parisien qui un jour a tout laissé, vendu et après avoir monté un projet pour être sponsorisée est partie en camping-car de part le Monde 2 ans (lire si cela vous intéresse 4 enfants et un rêve). Les gamins ont été déscolarisés mais pendant tout le périple invités à tenir un journal, confrontés à la Vie ils ont découvert de nouvelles sources de savoir… au retour ils ont tous « sauté » une classe. Seulement les parents s’étaient investis d’une mission qu’ils ont remplie parfaitement. Alors oui, l’expérience actuelle peut se révéler positive mais il faut quand même se donner du mal !

Dominique, ronchon

 

 

Partager cet article
Repost0
4 avril 2021 7 04 /04 /avril /2021 19:53

Lorsque nous nous sommes lancées ce défit avec Frédé d'imaginer puis de co-créer notre idéal de vie chacune s'est mis à la tâche de son côté.

Voici donc ce que sera ma vie !

Si vous saviez ce que je me sentais pleine de joie, hier soir après avoir mis le point final à ce récit !

C'est juste qu'en fait ... je le vis déjà !

 

C’est aujourd’hui demain !

Il pleut et pourtant je sais que cette journée ne va pas compter « pour du beurre » !

Depuis plusieurs mois nous n’avons pas ménager notre peine et aujourd’hui nous pouvons enfin nous dire « ça y est, on l’a fait ! ».

Sur la pointe des pieds je gagne la terrasse en bois qui entoure notre cabanon sur trois côtés. Nous y passons le plus clair de notre vie et mis à part pour dormir ou nous éclater au piano, il n’y a pas d’activités qui ne puissent y trouver leur place, même le coin cuisine y a trouvé sa place.

J’attrape à la volée le polaire abandonné la veille sur l’un des fauteuils, mon parapluie et file voir comment nos nouveaux pensionnaires ont passé la nuit, chien et chat collés à mes basques. Hier notre basse-cour a accueilli un couple de Barbarie qu’Amélie et Amélia, nos deux oies regardaient quelque peu de travers hier ! Apparemment tout est calme sur le front, les poules gambadent déjà, notre système d’ouverture et fermeture à batteries solaires fonctionnent parfaitement !

D’un coup d’œil j’embrasse les alentours sans rien noter de particulier puis je m’offre un petit instant contemplatif, accotée au muret de pierres sèches qui délimite l’enclos des moutons. J’ai sous les yeux tout ce qui fait ma joie, la Méditerranée au loin, nos chères Albères, Corbières, Fenouillèdes, Roussillon. Un seul absent, le Canigou ! Mais rien de grave puisque c’est sur ses flans que nous avons donné vie à notre éco-logis.

Quand la grave crise de 2020 a donné le coup de grâce à notre société d’alors, nous avons tant bien que mal tenté de nous adapter. Un petit noyau d’irréductibles complices a vu le jour. Nous ne nous connaissions pas tous mais les amis des amis ne sont ils pas par définition nos amis ?

Nous avions en commun un goût immodéré pour la simplicité, la Liberté. Sans être tous des adeptes d’une vie spartiate, nous savions aller à l’essentiel. Lorsque l’opportunité d’acheter cette immense terrain près de La Bastide s’est présentée, nous n’avons pas hésité, le Ptibus allait y être comme un coq en pâte ! Et puis avec cette histoire de Grand Reset autant liquider nos assurances vie.

Grands randonneurs devant l’éternel nos amis Pignon sont venus découvrir le coin. Ils y ont pris goût et le temps d’un week-end le petit casot que nous avions retapé dès les premiers temps les accueillait. Ce fut ensuite au tour de Claire de nous rejoindre épisodiquement, le temps de nous donner des « cours » de rattrapage en matière de maréchage. Notre vieille canadienne reprit du service jusqu’aux premiers frimas.

Dans la joie et la bonne humeur, nous nous sommes prises à rêver !

Pourquoi ne pas revisiter le concept de l’éco-village ?

Nous avons pris conseils auprès de Marie et Roger que nous retrouvons parfois au sein de leur habitat partagé à Los Masos. Petit à petit les choses ont pris tournure et l’idée de notre cabanon a fait son chemin. Depuis des années nous en avions les plans en tête. Conçu comme les huttes norvégiennes, c’est notre cocon ! Poêle en fonte, panneaux solaires, nous avons tout le confort ! Chacune de nous y a son espace, lit douillet et rangement minimaliste, tout est à portée de main, comme dans le fourgon. D’ailleurs ce dernier continue vaillamment à nous balader, jamais bien loin, souvent pour aller faire un tour à Saint Genis où nous avons toujours notre maison et le jardin ! Nous n’avons pu nous résoudre à les vendre, comment aurions nous pu abandonner notre olivier ! Lorsque nos réserves financières ont été liquidées pour donner vie à notre rêve, la solution idéale s’est imposée comme une évidence !

Aujourd’hui, Claire y vit et c’est parfait !

Le « Cortal » comme nous l’avons appelé est devenu petit à petit le point d’ancrage d’amis chers. Son nom s’est imposé immédiatement, clin d’œil à Alice notre amie de papier née d’un roman de Frédérique « Moi aussi j’existe ». Si elle n’a aucune existence légale elle est pourtant bien présente dans notre vie, je ne serais même pas étonnée de la voir un jour débarquer !

Notre casot s’est considérablement agrandi sous la houlette de Brice, au cours de chantiers participatifs organisés avec ses élèves du Lycée professionnel où il travaille à mi temps. Claude et Michelle l’occupent le plus clair du temps. Une première roulotte a fait ensuite son apparition lorsque Martine s’est finalement décidé à quitter sa maison de Sorède.

Aujourd’hui une seconde arrive et sera le port d’attache d’un jeune menuisier ébéniste rencontré à Couiza. Outre des chantiers prévus sur les villages des contre-forts du Canigou, il a quelques créations en tête qui viendront agrémenter l’étal de notre petite boutique. Je lui ai déjà passé commande d’un prototype destiné à contenir mes flacons d’Hydrolat !

Il n’est pas impossible qu’une troisième et dernière roulotte vienne compléter notre « cheptel », entre les visiteurs occasionnels ou un nouveau résident venant dynamiser et pérenniser notre éco-logis, tout est possible !

Pour lors nous misons tout sur notre épicerie multi-services !

Nous y proposons les fruits et légumes de producteurs locaux, ceux que Claire nous monte régulièrement. Avec Martine, Michelle nous sommes quatre à garnir le coin « conserve maison », quant à Frédérique elle s’est lancée dans la production hebdomadaire de pain maison à bonne échelle ! Un pain rustique cuit dans un vrai four à bois construit dans les règles de l’art. Pour ma part je distille à tour de bras et mes hydrolats se vendent comme des petits pains. L’association avec de petits producteurs locaux installés sur le Conflent fait merveille, les hydrolats de Ciste, d’Hélichryse, de Mentha Spicata et de Laurier Noble sont les produits phare de l’épicerie du Cortal !

Tout est donc bien, beau et bon et si globalement toute l’économie s’est effondrée, nous ne regrettons rien. Nous avons depuis 2020 fait une croix définitive sur les voyages au long cours, ni train, ni avion. Notre horizon s’est sans doute restreint mais ayant su anticiper nous avons pu nous adapter sans grande difficulté. Bien évidemment, il y a dans nos relations ceux qui nous servent l’éternelle litanie des « vous avez de la chance ». Nous ne nous fatiguons même plus à tenter de leur faire comprendre que nous avons quand même œuvré en ce sens et que tout ne s’est pas fait sans effort ! Je ne parlerai pas des nostalgiques du monde d’avant, aigris certains vont même à nous rendre responsables de l’effondrement de leur ancienne vie ! Comment n’ont ils pas compris que nous avions épuisé la planète, que nous foncions dans le mur !

Me voici partie bien loin de l’instant présent quand un bruit de galopade me ramène ici et maintenant. Notre roulotte arrive !

C’est la fête, la vie est belle et les cailloux sont en fleurs !

Merci.

 

 

Partager cet article
Repost0
2 avril 2021 5 02 /04 /avril /2021 20:16

En préambule, je tiens quand même à préciser, suite à une conversation de ce jour, que nous ne faisons pas que randonner ! En plus des travaux ménagers incontournables, cuisine, ménage, repassage... nous travaillons très fréquemment à notre jardin sans oublier celui de la maison. N’ayant pas l’intention d’abandonner nos activités au jardin partagé nous sommes entre autre occupées à notre futur rucher . Nous lisons livres et articles divers, écrivons pour le blog et facebook (entre autre), nous sommes assidues au piano. Ajoutez à cela « gymboum » et méditation et vous aurez confirmation que la marche ne suffit pas à remplir notre vie !

Sur ce voici notre découverte du jour car il s’agit bien d’une découverte puisque nous n’avions jamais mis les pieds à St Hippolyte !

Pourquoi ?

Parce que c’est ainsi !

Nous ne nous sommes pas attardés en ville même si le bâti semble intéressant, ce sera pour une autre fois lorsque le port du masque ne sera plus requis. Si cette randonnée nous a permis de découvrir des sites curieux et attachants le bouillon m’est monté à la tête comme disait une mère d’élève en découvrant à quel point certains humains se comportent comme des malotrus vis à vis de la nature.

Nous sommes tombés sur de véritables dépotoirs dans les premiers kilomètres, il a fallu attendre les bords de l’étang de Salses pour nous régaler.

Cheminements sur des pontons de bois, hameaux de pécheurs,

barques catalanes, embarcations colorées et habitat traditionnel des zones humides au port de la Fount, observatoire pour la faune avicole, étendue de salicorne, tout est fait pour le plaisir des yeux, la conservation et la protection d’un patrimoine original.

Nous avons aussi découvert qu’entre les années 1925 et 1936 des pilotes de légende comme St Exupéry ont fréquenté ces lieux et tout cela parce que Pierre-Georges Latécoère implanta en ces lieux une base pour hydravions. Le ponton est toujours en place, nous y avons pris la pose !

Autres célébrités ayant marqué de leur empreinte ces lieux, l’hyper actif Vauban et Pierre-Paul Riquet, le concepteur du Canal du Midi. Le premier commanda au second la création d’un canal sensé prolonger celui de la Roubine jusqu’à Port-La-Nouvelle puis Perpignan !

Ce projet n’aboutit jamais, reste juste ce charmant tronçon bordé d’iris jaunes qui relie St Hippolyte à l’étang !

A défaut de transporter troupes et armements le canal a permis de drainer les terres avoisinantes et offre aujourd’hui une sympathique balade. La rando complète nous a pris 4 heures mais si seuls les bord de l’étang vous intéressent ne serait-ce que pour découvrir la faune et la flore il suffit de suivre au départ de l’église le tracé du canal dans les 2 sens !

Nous avons maintenant quatre semaines devant nous pour cogiter de nouvelles randos avec nos amis puisque nous voilà « séquestrés » de nouveau dans nos départements respectifs ! Enfin, séquestrés ! cela fait quand même bizarre de voir autant de véhicules en provenance de toute la France, d’Allemagne, d’Italie, d’Espagne !!!

Grrrr !

Dominique

Partager cet article
Repost0
1 avril 2021 4 01 /04 /avril /2021 19:49

Minette acrobate et joueuse !

 

 

Partager cet article
Repost0
1 avril 2021 4 01 /04 /avril /2021 19:37

Lors de notre découverte des villages perchés de la Drôme nous avons exploré la Vallée de la Gervanne. Affluent de la Drôme son cours atteint à peine 30 kilomètres mais quelle pétulance ! Entre Vercors et Drôme elle s’est taillée un lit sur mesure, marmites de géants, canyon, cascades elle fait son show pour le bonheur des amoureux de Nature. Nous n’avons pas poussé notre exploration jusqu’à dans la vallée d’Omblèze, trop froid ! Nous avons préféré explorer les quelques villages autour de Beaufort sur Gervanne en commençant bien évidemment par ce village.

Fortifié, tout à fait charmant, accueillant, il y a une aire de stationnement gratuite pour les camping-cars en plein village, il conserve quelques vestiges de ses fortifications et la vie y est plus animée qu’ailleurs ! Une des raisons en est son épicerie solidaire ! Un lieu insolite où une petite équipe de passionnés à créer en 2016 un lieu de vie où se décline des valeurs plutôt mises à mal.

Partage, solidarité, joie mais aussi le goût des belles et bonnes choses. Lorsque l’on rentre dans cette petite épicerie nous sommes immédiatement séduits par l’ambiance. Outre le calme, on s’y parle, on vous parle, même si vous n’êtes pas du coin. Certes les produits bios sont très présents, la Drôme est quand même dépositaire du label « biovallée » étant le premier département bio français en nombre de producteurs et en terme de surfaces cultivées, mais pas uniquement. L’exceptionnel est quand même d’avoir mis l’accent sur les circuits courts donc sur les productions locales, souvent intimistes. La chocolaterie artisanale Frigoulette y régale les papilles tout comme les petits éleveurs qui peuvent ainsi faire connaître de délicieux petits fromages de chèvre aux herbes aromatiques du cru ou des inventifs qui proposent des créations totalement inédites genre tartinades de patate douce et artichaut, tapenades déclinées de multiples façons. Cette épicerie solidaire est une entreprise participative qui a le mérite d’avoir créé 4 emplois permanents contribuant à fixer une population dans une village qui a échappé à l’exode rural. Association à but non lucratif, pendant le confinement de mars 2020 permanents et bénévoles ont tout mis en œuvre pour continuer à fonctionner au mieux malgré les restrictions draconiennes imposées. Une seule personne à la fois dans le magasin, qu’à cela ne tienne, des paniers ont été proposés, livrés.

Dans l’épicerie un planning permet de connaître les besoins en personnel pour la mise en rayon, la tenue de la caisse, le ménage. Des formations, différentes activités, animations autour de thèmes donnés sont proposées !

Chaque habitant à la parole et les projets sont mis aux voix. Nous y avons trouvé aussi des bibs de rue, comme la nôtre !

A Saoû une autre épicerie tout aussi exceptionnelle nous a accueillies.

On y trouve de tout et là aussi les circuits courts sont privilégiés. Plus grandement logée, l’épicerie propose aussi des livres à destination des grands comme des petits, de l’artisanat uniquement local et de goût, si vous aimez les boules avec de la neige vous ferez chou blanc et le dimanche un petit café est offert, oui, oui, offert ! Le vrac est privilégié notamment en matière de café, à la demande on vous le moud à la carte en fonction de votre type de cafetière !

Là aussi l’organisation est exemplaire quant à la boîte placée à l’entrée du magasin où chacun peut déposer ou prendre GRATUITEMENT des produits de première nécessité voilà une idée à reprendre surtout en cette période troublée et troublante !

A une prochaine fois en Drôme !

Dominique

 

Partager cet article
Repost0
29 mars 2021 1 29 /03 /mars /2021 19:07

Je suppose que vous connaissez tous le professeur Charbonnier mais peut-être ne savez vous pas ce qu’est la TCH, trans communication hypnotique ? Ce concept a été créé par le professeur Charbonnier, médecin anesthésiste à Toulouse. Son but est d’aider à apaiser les souffrances du deuil mais aussi les angoisses liées à la mort. Cet état de conscience modifié qui s’apparente à une EMP (expérience de mort provisoire) nous permet également de révéler des facultés nouvelles.

Voici le témoignage d’une participante à l’une des dernières séances organisée par le professeur Charbonnier, bouleversant il devrait sans doute pouvoir aider ceux parmi vous qui s’interrogent sur ce qui se passe « de l’autre côté » ou qui doute même qu’il puisse y avoir quelque chose.

En ce qui nous concerne nous avons eu déjà tellement de signes, voire de contacts que nous ne doutons pas que tout continue reste que se serait si chouette de pouvoir rencontrer ceux qui nous ont quittées … Jeannine, Papa et va savoir si d’autres ne seraient pas au rendez-vous ?

Et maintenant le témoignage …

 

ÇA VA ALLER MAMAN, NE T’INQUIÈTE PAS, JE SUIS LÀ !

 

Retour TCH samedi 27 mars Grenoble. Bonsoir.

Je pensais attendre avant de faire mon retour et ouïs hier j'ai pris la plume sans trop réfléchir et voilà ce que j'ai écrit sur mon retour de ma TCH :

Aujourd'hui j'ai fait ma première séance de TCH.

Je vous livre mon expérience mais tout d'abord je vous raconte brièvement mon histoire.

Le 2 octobre 2019, ma fille Myriam 13 ans, après s'être battue 18 mois contre un sarcome d'ewing s'en est allée pour un monde d'amour et de lumière. Ma petite princesse est décédée. Nous l'avons accompagnée jusqu'au bout à la maison. Elle a été si forte.

À la suite de son décès, j'ai intégré un groupe de parole. L'aurore de l'association Locomotive.

C'est grâce à cette association que j'ai pu participer ce matin à cette séance de TCH. Nous sommes samedi 27 mars à Grenoble.

J'ai lu un livre du docteur Charbonnier. Regardé des vidéos YouTube. Découvert la tch.

Évidemment j'avais des attentes. Un contact défunt bien sûr. Et puis cette envie de lâcher prise, de me dire que je ne voulais pas être déçue. Mais au fond, j'attendais.

Après la présentation de Mr Charbonnier voilà que je m'installe confortablement dans le fauteuil. Couverture, masque et casque. Me voilà prête.

Les larmes coulent déjà. La séance commence, je sens que très vite je pars. J'ai déjà fait de l'hypnose, de la méditation. Je connais ce sentiment de lâcher prise.

Donc me voilà partie, loin, très loin et soudain j'entend dans le creux de mon oreille "tu y es presque". Je n'entends plus la musique ni Jean-Jacques, juste de façon douce et très nette ces petits mots.

Les larmes coulent. Je le vois, je les sens.

Je vois devant moi une espèce de brouillard léger, lumineux. Elle est là, Myriam me regarde, je suis en sanglot, son amour m'envahit, elle s'approche de moi. Encore une fois je n'entend plus ce qu'il y a dans le casque mais j'entend ma fille me dire "merci maman d'être venue me voir". Des frissons violents presque douloureux me font trembler. Elle prend ma main. Pendant toute la séance ma main gauche était chaude alors que la droite est restée froide. Elle m'emmène, elle me fait "visiter". Des paysages magiques. Tout s'entremêle, la mer, la forêt, la montagne. Tout se mélange. On est bien. On monte on descend. Je ne sais pas trop comment on se déplace mais à un moment on s'arrête. Je vois que ma fille me parle mais je n'entend pas ce qu'elle dit, je vois sa bouche, ses lèvres bougent mais je ne perçois rien. Je n'entend rien. Ce n'est pas grave. Elle est là. Je crois qu'à ce moment là pour moi rien d'autre n'a d'importance.

Et puis j'entends le casque, Jean-Jacques nous suggère de monter encore. Je ne veux pas quitter ma fille. Je ne veux pas partir de là. Et puis ma main lâche la sienne. Je me vois m'engager dans un espèce de tuyau et d'un coup j'entends Myriam. Elle me dit "maman, j'ai le droit de t'accompagner"

Pour la petite anecdote, Myriam de son vivant avait un caractère très fort. Elle décidait de tout. Et même pendant sa maladie elle a tout décidé, elle a fait plier les médecins, elle choisissait ce qu'elle voulait ou non. Et tout le monde lui donnait ce qu'elle voulait. Tous, nous ne pouvions pas lutter contre Myriam. Elle imposait ses décisions. Jusqu'à la dernière de vivre ses derniers instants à la maison entourée de sa famille. Je voulais, 4 jours avant, la faire hospitaliser parce que je n'arrivais plus à la nourrir. Elle m'a promis de manger si je l'a ramenait à la maison. Voilà, elle était comme ça Myriam. Commandante, cheffe, dirigeante.

Donc je reprend, je ne suis pas sur qu'elle avait vraiment le droit de continuer de m'accompagner dans la lumière mais elle l'a pris, le droit.

Elle était à côté de moi, ne m'a jamais lâché la main.

Je suis arrivée dans la lumière et là rien…. Rien de rien…. Juste ma fille et moi. Le silence, l'amour, le bonheur de la sentir si près de moi…..

Et puis c'est le moment de partir…. Déjà ? Je veux rester.

J'entends de nouveau ma fille dans le creux de mon oreille, elle me dit "maman je t'aime, tu sais faire maintenant. Ne t'inquiète pas, je suis près de toi, je t'attend mais ne te presse pas, tu as encore des choses à vivre, mais je suis là maman….. Je te tiens la main…. Toujours"

Nous sommes revenues toutes les 2 dans ce léger brouillard. J'ai froid. Myriam me lâche. Elle doit voir que je veux pas partir. Elle me rassure. Tout le temps de ma "descente" je l'entend me dire "ça va aller maman, ne t'inquiète pas, je suis là". Ces mêmes mots que je lui ai dit dans son dernier souffle.

Me revoilà au novotel de Voreppe. Je m'effondre. Je pleure, beaucoup. J'ai du mal à retrouver mon souffle et mes esprits.

Le voyage fût magnifique. L'émotion intense. L'amour.

Nous pouvons témoigner en quelques mots tout de suite après la séance. Beaucoup d'émotions. J'ai hésité, j'ai dit que j'allais essayer. J'ai dit que j'attendais un contact défunt avec ma fille, et que je l'avais eu.

En partant, une jeune femme est venue me prendre dans ses bras spontanément. J'ai trouvé ce moment très beau. Je l'ai remerciée.

Je vous remercie Mr Charbonier pour ce cadeau. Pour ce moment. Pour cette découverte.

Aurelia Mandavit-Varenne.

Maman en deuil en cours d'apaisement.

Ps: vous pouvez si vous le souhaitez partager mon témoignage sur les réseaux

Merci

 

Partager cet article
Repost0
28 mars 2021 7 28 /03 /mars /2021 19:56

Nous voici de retour d’une escapade de 6 jours dans la Drôme, celle des villages perchés. Ce département très étendu tire son nom de la rivière Drôme, ce n’est en effet pas un fleuve au sens géographique du terme puisqu’elle se jette dans le Rhône à mi chemin entre Montélimar et Valence.

Soyans

De la Drôme nous connaissions essentiellement les zones de montagne, notamment le Vercors où, comme disent les corses même morte je ne retournerai pas ! Les petites routes en encorbellement avec des à pics de 600 mètres en camping-car, merci bien surtout quand en prime il faut se faufiler dans des tunnels où tout croisement est impossible sur plusieurs kilomètres. Nous avons coutume en ces occasions d’invoquer tous les saints du paradis, certes cela fonctionne, mais quand même !

Si nous nous étions régalées par le passé dans le Diois, les Baronnies, il manquait justement à notre palmarès la découverte des villages perchés. Les fortes chaleurs lors de nos précédents voyages nous avaient rebutées.

Bien joué !

Nous nous sommes gelées 5 jours d’affilée avec un mistral glacial à décorner tous les taureaux de Camargue ! Normal il vient du Nooord !

L’histoire de ces villages est complexe et les guerres de religion ont laissé quelques traces tout comme la Grande Peste ! Dans quelques siècles ce sera au tour du Coronavirus de se rappeler aux braves gens parce que si les villages sont majoritairement très beaux, les paysages grandioses, quelle désolation. Quasiment aucune boutique ouverte, encore moins de bistros et de restaurants, pas de musée. RIEN à se mettre sous la dent hormis une boutique d’aromathérapie près de La Bégude de Mazenc. Créateurs du « Baume Celtique » et accessoirement de toute une gamme de produits visant à soulager les corps endoloris, ils nous ont appris que les Celtes furent là, sans être les tous premiers habitants de la région, bien avant les romains ! Un conseil au passage, équivalent du baume du Tigre, ce baume celtique est, de mon point de vue, supérieur de part sa composition complètement naturelle.

Autre visite inattendue, la maison de la poterie à Cliouscat, mais ce sera pour une autre fois !

Cliouscat

A part la marche et les grimpettes pour découvrir des panoramas à couper le souffle, culturellement parlant nous avons mis nos pas dans ceux d’Adèle Clément et de l’un des présidents de la République Française de la 3e République, Émile Loubet. Adèle Clément, comme chacun ne le sait pas était la fille de Jean-Baptiste Clément, pas celui des cerises mais un homonyme entrepreneur des chemins de fer. Premier de conservatoire de violoncelle en 1902, elle fut une musicienne de renom et se fit connaître et apprécier jusqu’en Chine et au Japon !

Quant à Émile Loubet, premier président de la République française issu du monde rural, c’est à Marsanne, magnifique village perché, qu’il vit le jour.

Porte de la ville haute de Marsanne
Ruines du château de Marsanne
Marsanne

La France connut sous son mandat une grande stabilité et nous lui devons la loi de 1901 sur la Liberté d’association, une liberté à défendre, et de nombreuses actions au niveau international visant l’apaisement entre les états comme l’Entente cordiale entre la France et l’Angleterre !

Mais ce qui nous a fortement intéressées c’est de découvrir qu’il fit ses « classes » à l’école mutuelle de Marsanne ! Pas à l’ENA en tout cas.

École mutuelle !

Quésako ?

Créée pour les pauvres, l'objectif était de sortir les enfants de la rue et de leur donner un savoir minimal : lire, écrire, compter. Les élèves travaillaient en petits groupes, les plus âgés étant chargés de transmettre leur savoir aux plus jeunes. Chacun endossait tour à tour le rôle d’élève puis d’enseignant. Pour avoir eu l’occasion de travailler ainsi avec mes élèves je peux témoigner qu’il n’y a pas mieux pour maîtriser parfaitement les savoirs ! Une pédagogie « active » avec l’élève au cœur du système comme s’en gargarisent aujourd’hui ministres, inspecteurs. Une hiérarchie qui oublie qu’elle n’a rien inventé et qui ne tient pas vraiment à ce que nous sachions que si cette école a été supprimée c’est parce qu’il lui était reprochée de fonctionner trop bien. En moitié moins de temps qu’avec l’enseignement traditionnel les enfants maîtrisaient tous les savoirs de base ! Des savoirs de base que nos enfants aujourd’hui ne maîtrisent même plus pour la plupart !

Évidemment lorsque l’on sait que Proudhon fut élève de l’École Mutuelle, on comprend pourquoi cela inquiéterait nos dirigeants si une telle pédagogie devait être remise à l’honneur !

Pour faire court et si vous ne le connaissez pas, on peut découvrir sur Wikipédia que Proudhon fut le précurseur de l'anarchisme et le seul théoricien révolutionnaire du XIXᵉ siècle à être issu du milieu ouvrier !

Enfin je crains que le monde politique actuel puisse être tranquille, tout a été fait pour acculturer le peuple. Du pain, des jeux et hop !

A bientôt !

Dominique

 

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : Hist' toiles
  • : Nous sommes deux soeurs... L'une peint, l'autre écrit. Nous avons envie de partager nos vécus, nos ressentis, nos expériences; de témoigner... Nous aimons par dessus tout la nature, notre plus grande source d'énergie... Sur ce blog, nous vous présenterons des peintures, des livres, mais aussi des photos de nos voyages, de nos randonnées, des récits... Nous tenterons enfin de vous entraîner dans la grande aventure de notre vie: notre cheminement spirituel vers l'Amour et la Lumière.
  • Contact

Recherche