Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
25 septembre 2021 6 25 /09 /septembre /2021 19:06

Suite à la réunion le 22 septembre 2021 à St Genis des Fontaines pour la présentation de ce pourrait être une trousse de secours en aromathérapie voici en partage un résumé.

Toute huile essentielle présente une complexité moléculaire, plus ou moins grande. Cette complexité même assure leur sécurité d'emploi. L'aromatogramme a fixé de manière scientifique les domaines d'action des huiles essentielles notamment dans les domaines anti-bactérien, anti-viral, anti-fongique.

Les huiles essentielles dites "anti-infectieuses" sont donc des huiles d'une grande complexité qui présente l'avantage de n'agir que sur les agents pathogènes. Une huile anti-infectieuse n'a aucune action négative sur la flore non pathogène des intestins !

Les huiles essentielles anti infectueuses majeures sont :

  • HE Tea Tree

  • HE Ravintsara

  • HE Laurier Noble

  • HE Cannelle

  • HE Origan

 

2. Trousse de secours* en cas de :

Coupure :

  • HE Ciste, arrête les saignements

  • HE Hélichryse, restaure la circulation sanguine, en cas de grande étendue, diluer avec une huile végétale

  • HE Myrrhe, principalement quand il manque de la chair

 

Piqûres :

  • HE Lavande Aspic

  • HE Cannelle, idéale en cas de morsures de Tique, associer à HE Tea Tree éventuellement

  • Complexe Tégarome du Dr Valnet (voir composition en fin de fiche) insuffisant pour les tiques

  • Complexe Volarome Dr Valnet comme répulsif des insectes

 

Douleurs dentaires :

  • Si douleurs d'origine rhumatismale HE Laurier Noble, 1 à 2 goutte(s) en massage sur les gencives ou déposée(s) sur la brosse à dent après le lavage (garder en bouche puis cracher)

  • En cas de névralgies (carie) HE Giroflier 1 goutte pure sur la dent, le Giroflier participe à la restauration de l'émail !

 

Démangeaisons :

  • Complexe Tégarome du Dr Valnet

 

Migraines :

  • Si origine digestive HE Menthe Poivrée 1 goutte au milieu du front à la racine des cheveux (attention à ne pas s'approcher des yeux) et / ou 2 gouttes dans du miel, laisser fondre en bouche puis avaler avec un peu d'eau

 

Maux de gorges outre :

  • HE Tea Tree et HE Ravintsara 2 gouttes sur la peau en regard de l'amygdale concernée (ne pas avaler)

  • Aromaforce de Pranarôm, à utiliser en massage sur la gorge

 

3. Les complexes aromatiques à avoir pour faire face à tout (ou presque) :

  • Tégarome du Dr Valnet (huile végétale de noyaux d'abricot et HE Lavandin/HE Romarin Off/HE Sauge Sclarée/HE Thym vulgaris/HE Eucalyptus Globulus/HE Niaouli/HE Cyprès/HE Géranium Rosat)

  • Aromaforce de Pranarôm (HE Lavandin/HE Romarin Off/HE Bois de Hô/HE Eucalyptus radié/HE Eucalyptus Globulus/HE Menthe Poivrée/HE Niaouli/HE Ravintsara)

 

4. Les plus à avoir :

  • Rescue (fleurs de Bach) pour surmonter le stress, les peurs, les crises d'angoisse...

  • Calendula Teinture mère pour toute désinfection mais aussi en cas de plaie atone (imbiber une compresse de calendula TM dilué dans un peu d'eau filtrée ou de source, envelopper avec du film étirable et laisser agir, il est possible de conserver la compresse toute une nuit!

  • EPP, l'extrait de pépins de pamplemousse est utiliser en curatif et préventif en période d'épidémie !

 

5. en bonus :

  • Un partage en cas de suspicion d'accident cardiaque et en l'absence de secours immédiats. 20 gouttes de HE Hélichryse pure sur le thorax, étaler et laisser agir. HE Hélichryse va aider à la dissolution du caillot en fluidifiant le sang.

  • L'embaumement au Ravintsara. L’embaumement à l’huile essentielle de Ravintsara se pratique quand nous sentons qu’un épisode viral est entrain de s’installer et même quand il est là.

  • Préparer pyjama chaud ou similaire, un bonnet, des chaussettes

  • Prendre une douche très chaude ou un bain (pas écolo), quand la peau est rouge…

  • Se sécher

  • S’enduire de la tête aux pieds en frottant vigoureusement tout le corps avec le contenu d’un flacon de 10ml de HE Ravintsara

  • Se vêtir

  • Se mettre au lit avec un grog bien rhum

Partager cet article
Repost0
8 janvier 2021 5 08 /01 /janvier /2021 20:49

Il y a quelques mois j’ai commencé à me sentir tenailler par l’envie de pénétrer plus avant dans le monde des Huiles Essentielles, distiller, la suite logique de notre formation. J’ai commencé à me balader de site en site, je suis entrée en contact avec des producteurs de HE dans la région et j’ai sauté le pas. Mi novembre trônait sur le bahut, faute de place, un superbe alambic en cuivre arrivé tout droit de Pontévédra.

Prise par nos multiples occupations mais surtout impressionnée par l’appareil et l’activité de distillation, je me suis trouvée pas mal d’excuses pour retarder. La rencontre avec un producteur local lors de l’anniversaire de notre BIOCOOP a été déterminante. Nantie de quelques conseils, la chose s’est précisée et après une très belle cueillette de Romarin dans les Corbières, je n’avais plus d’excuse. 7 jours de séchage et je me devais de passer à l’action.

Pas de chance, installée dans le kiosque, la température avoisinant 0°, au bout d’une heure l’aiguille du thermostat n’avait quasiment pas bougé, j’ai remis au lendemain pour ne pas vider la bonbonne de gaz pour rien. Ayant galéré tout hier pour remettre en place le nouveau tuyau de gaz, l’autre était périmé depuis plus de 7 ans mais dehors cela importait peu, j’ai réalisé ma première distillation en cette soirée !

50cl d’Hydrolat de Romarin et un chouya d’Huile Essentielle, peu importe nous attendons l’essencier, mais quelle joie de voir l’Hydrolat s’écouler petit à petit.

Toute la maison embaume après ce premier pas.

Reste une question majeure à régler, quel chémotype avait mon Romarin ? Camphre, cinéole ou verbénone ?

Mais je vais trouver et déjà c’est un excellent super de parfum, alors en Hydrolat mêlé à de la lavande, cela doit pouvoir se faire !

Et maintenant que c’est parti, je vais continuer avec le Laurier, là aucune question à se poser je sais où je vais comme pour la Menthe !!!

Dominique

Partager cet article
Repost0
19 novembre 2020 4 19 /11 /novembre /2020 21:10

Voici une réflexion que je me propose de partager avec vous mais qui au fil des lignes a pris de la longueur. Étant donné que plusieurs fois des lecteurs m’ont fait remarqué que la longueur d’un texte les rebutait je vais finalement le proposer en 3 épisodes.

J’ai essayé de passer en revue tout ce qui pouvait aider à se construire des défenses immunitaires efficaces, voici donc la première partie.

Il est de plus en plus flagrant qu’une part importante de la population vit dans la terreur, certaines personnes ne sortent plus du tout, d’autres le font masquées jusqu’à la racine de cheveux même en pleine campagne. Sur le marché où s’était installé un stand de la banque alimentaire pour faire connaître leurs actions j’en ai vu refuser le bonbon qui leur était proposé et s’écarter comme si cela allait leur exploser au visage ou argumenter qu’avec le masque ce n’était pas possible ! Pourtant ces toblerones étaient délicieux !

Des passants que nous voyions par le passé déambuler gaillardement ont soudain attrapé 100 ans et ne font plus qu’un bref petit tour à pas menus, la dépendance s’invite déjà dans leur vie. Certains ne font plus leurs courses et délèguent leur pouvoir. Et ce n’est pas une question d’âge ! Nous qui hantons les vignes faisons fréquemment des rencontres et curieusement nous remarquons que ce sont bien souvent les plus jeunes qui se masquent à notre approche ! Peur que nous les contaminions sans doute.

Alors certes je ne suis pas médecin mais je peux au moins partager avec vous certaines connaissances et des tuyaux pour aider ceux que cela intéresseraient pour les aider à apprivoiser leur peur pour ensuite la dépasser car inutile de lutter contre, tout ce contre quoi nous luttons prend de la force. Le fin du fin est d’arriver à composer avec. Je l’ai compris dès le début de cette crise, penser que l’on va se libérer de cette émotion est sans effet !

Depuis l’âge de 10 ans, la peur de la maladie, de la mort ne m’avait quasiment pas quitté ; quand la mort vient faucher un enfant de 4 ans de votre famille le moindre rhume, une plaie infectée prennent ensuite des allures dramatiques. Petite, la nuit, le vide insondable de la mort me tenait éveillée. Et puis il y a vingtaine d’années j’ai eu la chance d’accompagner presque jusqu’à sa fin notre grand-oncle, il avait souhaité rester seul pour le grand saut, mais avant cela il avait eu le temps de nous ouvrir les portes de l’Éternité. Communiste, bon vivant, grand amateur de chansons grivoises mais jamais vulgaire, il nous a révélé entre deux plongeons dans le coma ce qu’il voyait ! Il nous a conté la Lumière, l’insondable Amour ressenti, la vision de chers défunts qui l’attendaient, son impatience de partir, enfin ! Il aurait été pratiquant nous aurions pu le « croire sous influence » or ce n’était pas le cas, les dogmes, l’Église, ce n’était pas du tout sa tasse de thé ! Il préférait de loin un petit Kir !

Pourtant quand la crise a commencé, j’ai somatisé à fond, j’avais la trouille de choper le Covid (à cette époque il n’avait pas encore changé de sexe). Mourir ne faisait pas partie de mon planning ! Trop jeune d’autant que dans la famille les femmes ont quand même placé la barre très haut, 95 ans, 10, 104 !!!

Et puis un jour j’ai eu le sentiment qu’il me fallait faire quelque chose et j’ai choisi d’accueillir cette peur. Je l’ai acceptée comme on accepte une vieille copine, je l’ai remerciée pour toutes les fois où elle m’avait protégée, préservée. Je lui ai même écrit une lettre dans laquelle je me suis lâchée complètement. J’ai également compris à la faveur de cette rédaction qu’un certain nombre de fois elle m’avait mise en danger, que j’étais passée à côté d’opportunités et à la fin de ma lettre je lui ai proposé d’être le tremplin qui allait me permettre d’avancer dans la vie pour vivre ce que j’avais à vivre !

Vivre ! Pas survivre !

De toute façon la vie est un risque, dès notre naissance nous sommes en sursis et puisque, en ce qui me concerne, à la naissance il avait fallu me ranimer pour que je me décide à me jeter dans la grande aventure autant y aller en beauté !

Alors parfois j’ai quelques récidives, brèves, mais je n’ai plus cette peur au ventre qui vous glace de l’intérieur, je suis prête à me jeter dans la bataille mais j’ai mes munitions !

Pour ne plus être submergé par la peur, de la mort, c’est quand même le plus grand risque que l’on court, il y a des trucs.

En premier lieu stimuler ses défenses immunitaires ce qui ne demande pas un grand investissement et je vais vous livrer cela en vrac car finalement tout est important en commençant par les incontournables alliés.

Le premier est l’Huile essentielle de Ravintsara.

Tous les matins s’en mettre sous le nez pour créer un masque aromatique une belle goutte puis en déposer une au creux de la nuque dans ce qui se nomme joliment en médecine traditionnelle chinoise « les portes du vent ». Tous nos canaux ORL y convergent. Enfin terminer en mettant dans le creux formé par le pouce et l’index une dernière goutte et frottez vous les deux mains creux contre creux. Les principes actifs vont cheminer et stimuler vos défenses immunitaires car à cet endroit passe le méridien du gros intestin qui au niveau du haut de la cage thoracique plonge profondément en nous et est couplé avec celui du poumon (je fais bref).

Pensez aussi à vous complémenter en vitamine D, nous l’achetons auprès du laboratoire Herbolistique qui a toute une gamme de produits naturels d’excellente qualité, 3 à 4 gouttes par jour toute l’année en cette période https://www.herbolistique.com/

Le zinc est quant à lui un excellent oligoélément qui protège nos tissus de la pénétration des virus, c’est en plus un excellent protecteur de la vision.

Après, vous avez le choix, en ce qui nous concerne nous faisons en alternance des cures de 21 jours de Pollen (cru, une cuiller à café), de Propolis (teinture mère, 2 gouttes).

Voici pour la première partie, la suite au prochain numéro !

Dominique

Partager cet article
Repost0
25 octobre 2020 7 25 /10 /octobre /2020 18:31

Dans sa dernière communication Marie Sophie L a dit de manière magistrale ce que nous, les deux de « L'écritoile », avons décidé de mettre en pratique : ne plus alimenter tristesse, colère, indignation.

Ne plus agiter l’ombre mais œuvrer pour servir le positif, pour participer à la construction d’un futur joyeusement !

Retrouver son âme d’enfant, oui, c’est possible !

Chacun peut le faire à son propre niveau en commençant par des choses simples.

Déjà en travaillant sur soi en renforçant son système immunitaire. Comment ?

  • En veillant à avoir une alimentation saine, vivante (fruits et légumes) et en éradiquant les produits raffinés et les préparations industrielles (sucre et pain blanc déjà), en s’hydratant et en s’oxygénant. Petit rappel que donnent tous ceux qui travaillent en médecine holistique, en énergétique : La respiration est votre outil majeur d’élévation, d’allègement, de régénération. Cela donne à réfléchir en cette période.

  • En faisant des cures de vitamine D, d’extrait de pépins de pamplemousse, de pollen. Demandez nous nous avons plein de « trucs » à partager.

  • En pensant à l’Huile essentielle de Ravintsara dès maintenant ; une goutte sous le nez pour créer un masque olfactif qui protégera nez, gorge, oreille et une goutte au creux de la main à la jonction de l’index et du pouce, l’information cheminera dans tous vos centres énergétiques.

  • Stimulez votre taux vibratoire en pratiquant des activités physiques, en écoutant de la musique, privilégiez tout ce qui met le coeur en joie : bains de nature, de gros bisous à vos chiens, chats !

     

  • Ne vous élevez plus contre quelque chose mais cherchez à travailler à la mise en place de son contraire.

  • Choisissez de fréquenter des personnes qui vous ressemblent et font tout pour ne pas se laisser contaminer par le marasme ambiant.

  • Faites un jeûne d’informations à intervalles réguliers. Il n’y a pas de mal à se voiler la face parfois ! 

    En ce qui nous concerne nous avons admis que certaines personnes ne veuillent pas, ou ne puissent pas comprendre notre façon de voir les choses, chacun ses choix mais nous faisons ce qu’il faut pour ne pas nous laisser contaminer par ceux qui ne voient que le côté sombre de la vie.

Nous savons très précisément ce que nous voulons comme monde nouveau.

Nous le voulons solidaire, fédéré autour de projets à visage humain au coeur de micros sociétés où la notion de partage est le point fort. Nous réfléchissons à la mise en place, à défaut d’une monnaie solidaire, d’un fonctionnement basé sur l’échange de services, le partage d’espaces et de tâches et cela marche.

Nous le désirons ancré en pleine nature et d’ailleurs nous allons bientôt attaquer la création de notre forêt native où la biodiversité sera à l’honneur. Nous rêvons à petite échelle mais qui peut le moins peut ensuite le plus (dicton personnel).

Alors ancrez vous dans la joie, commencez petitement en ambitionnant juste d’avoir en fin de journée de quoi remercier la vie pour une petite joie, même infime. Vous verrez que rapidement il vous faudra un cahier de gratitude pour tenir le journal des mercis à la vie.

Depuis le dernier discours de E Ma Cron j’ai décidé que chaque jour serait à marquer d’une pierre blanche parce que j’aurai réussi à vivre joyeusement, ça fonctionne !

Dominique

                           

Partager cet article
Repost0
1 juin 2020 1 01 /06 /juin /2020 15:58

Agir pour l’environnement, pour notre terre ne passe pas forcément par de grandes actions mais plutôt par des actes que l’on a tendance à considérer comme négligeables.
Agir pour l’environnement se décline de multiples façons.
Éviter de polluer, protéger la biodiversité, ne pas gaspiller et économiser les ressources, prendre soin de toute vie … je ne vais pas vous en faire un roman.
Mais pour protéger notre environnement efficacement toutes ces actions avant de se décliner à grande échelle doivent se mettre en place au niveau de notre sphère individuelle, avec ou sans jardin et souvent modestement !
Éviter les détergents si possible et récupérer les eaux de rinçage pour arroser (il y en a même qui les garde pour les WC), ne pas faire de notre maison « le palais de l’électrique » comme disait notre Grand-mère même si l’on s’est équipé d’ampoules basse consommation, réutiliser les sacs papier (voire s’équiper de sacs en tissu), les boîtes à œufs, ne pas laisser tourner le moteur de sa voiture inutilement … basique ?!
Pas sûr !
Les agriculteurs ne sont pas les seuls à empoisonner notre environnement et Monsanto n’est pas l’unique responsable. Si les rayons droguerie sont remarquablement achalandés en produits toxiques c’est qu’il y a une demande. Engrais peu vertueux, produits contre les « ravageurs » et autres indésirables comme moustiques, araignées, rats, souris.

Pourtant les Huiles essentielles sont d’un grand secours alliées au vinaigre blanc ou au savon noir ! Demandez nous avons plein de recettes !
Lorsque ma voisine crie d’horreur à la vue d’une punaise des jardins, que son époux se déchaîne contre les abeilles qui font leur travail dans leur catalpa, que les moustiques sont attaqués à coup de bombe, n’est-ce pas une catastrophe sanitaire ?
Les petites abeilles noires locales disparaissent, nous serons les suivants !

Que penser aussi des ravages perpétrés dans les jardins !
Selon les périodes tondre est une catastrophe pour tous les insectes. En Allemagne, en Autriche il y a longtemps que les bords de route, les prairies et jardins ne sont plus tondus de Mai à fin Août afin de permettre à tous les insectes colonisateurs de pouvoir se reproduire.
Si c’est un drame que de massacrer éléphants, rhinocéros … il nous faut impérativement prendre en compte le rôle essentiel que jouent fourmis, coléoptères, perce-oreilles, mille-pattes, abeilles … Aérer la terre, polliniser, nettoyer, assainir, la vie sur Terre leur doit tout. Infiniment petits et pourtant leur rôle est infiniment grand, souvent là où on ne l’attend pas et à plus forte raison lorsqu’ils s’associent à d’autres espèces animales !
Deux exemples !
Réguler les inondations en aérant les sols est l’un de leur rôle tout comme pérenniser la biodiversité en s’associant aux oiseaux dont les insectes enfouissent les fientes chargées de graines. Autant dire que les oiseaux doivent être protégées dans nos jardins. De l’eau à disposition, des graines quelque soit la période car nous devons les aider même quand il ne fait plus froid contrairement à ce qui se dit car il y a la mue, la reproduction, le nourrissement des petits !!!

La biodiversité concerne aussi les espèces végétales ! Chacun peut avoir ses bêtes noires, j’en connais qui s’acharne sur les pissenlits néanmoins il n’y a pas de mauvaises herbes. Une grosse majorité d’entre elles est comestible, quant à leurs spécificités, nature des feuilles, type de racines - pivot, rhizome, tubercules, crampons – elles aussi jouent un rôle dans l’entretien des sols !
Respecter la biodiversité c’est aussi arrêter de travailler à la débroussailleuse une pelouse. Plus d’herbe, plus de racines, des insectes massacrés, plus de vie !
De toute façon le nom parle de lui-même, s’il n’y a pas de broussailles pourquoi débroussailler ?
Quand à l’arrosage il peut même être vertueux ! Comment, « fastouche » comme disaient les élèves.

Il suffit d’offrir au sol une couverture végétale, c’est le principe de la permaculture, et de répandre aux pieds des cultures du « broyé ». Nous, nous faisons les foins et du coup quasiment pas d’arrosage !

Cerise sur le gâteau nous avons même récupéré un nouvel habitant pour notre hôtel à insectes (qui a réouvert sans attendre le 2 juin), une superbe « grillonne » !

Pour finir, et sans doute qu’un prof de français me dirait que je suis hors sujet, respecter la biodiversité c’est aussi prendre soin de nos animaux de compagnie. Pas juste leur donner à manger, à boire mais leur donner de l’amour, des attentions à commencer par assurer leur bien-être en leur permettant de vivre leur vie de chien, de chat !
Quand je vois le chien de nos voisins enfermé plusieurs heures d’affilée en l’absence de ses maîtres, quasiment jamais promené, j’en suis malade !
Chien, chat, lapin, cobaye … ne sont pas des jouets pour les gamins mais des êtres sensibles qui ont des droits et que nous devons respecter !
Dominique

Partager cet article
Repost0
19 janvier 2019 6 19 /01 /janvier /2019 21:12

Frédo et moi aimons partager nos découvertes que ce soit des voyages, des lectures ou bien des connaissances. Il y a quelque temps nous avions lancé une invitation à certaines de nos amies et connaissances pour les convier à découvrir les huiles essentielles. Une occasion pour nous de partager ce que nous avons appris en formation et approfondir nos savoirs en les transmettant.

Certaines ont honoré le rendez-vous, d’autres ont décliné, rien de très normal en soit. Mais ce qui est épatant c’est qu’au final nous étions aussi nombreuses que ce que nous avions envisagé, d’autres personnes ayant souhaité se joindre à nous après avoir appris notre présentation !

Question d’énergie évidemment !

Je m’explique !

Comme vous le savez, sans doute, les Huiles Essentielles sont des composés de molécules chimiques dont les principes actifs sont utilisés à des fins thérapeutiques, mais pas uniquement puisque nous les trouvons dans l’alimentation, les parfums et ce depuis la nuit des temps. Dans la mesure où les mêmes composés chimiques peuvent se retrouver dans différentes huiles il n’est pas étonnant de constater que plusieurs huiles présentent parfois les mêmes indications thérapeutiques, pourtant en fonction des personnes certaines seront totalement inopérentes.

La raison en est simple, les Huiles ont aussi des propriétés énergétiques et ce sont ces émanations énergétiques qui font toute la différence car elles entrent en résonnance avec nos propres énergies.

Tout ceci trouve son explication au niveau de la physique quantique qui a permis de découvrir que l’Atome est en fait composé essentiellement de vide, un vide qui est en fait juste de l’énergie, de l’information hyper concentrée !

Nous émettons donc de l’énergie (puisque composé d’une infinité d’atomes) au même titre que tout ce qui est et toute source d’énergie produit des effets. Attirance, répulsion ou absence d'effet ! Les Huiles essentielles entrent donc, ou pas, en résonnance avec chacun de nous et aujourd’hui celles qui nous ont rejointes et que nous ne connaissions pas, ont su, pu capter l’information ! Tout est juste et ce qui doit être est !

Nous avons passé un chouette moment et partagé plein de « savoirs » car voilà le plus de ce genre de réunion, mutualiser des compétences, des « trucs ». Chacun en ressort plus riche en amitié et en connaissances !

Nous avons même repris date pour une prochaine séance !

Les Huiles Essentielles, quelles merveilles !

 

Partager cet article
Repost0
7 janvier 2019 1 07 /01 /janvier /2019 18:42

Dimanche soirée cinéma (article sur le Blog et Facebook) dans la salle des fêtes d’un village voisin !

A peine sorties de la salle j’ai commencé à ressentir une douleur diffuse mais forte au niveau du Plexus Solaire, douleur qui a perduré une fois rentrée.

Immédiatement j’ai pensé à un blocage énergétique mais alors que d’ordinaire j’ai recours à l’essence de Citron pour nettoyer mon aura lorsque je rentre de lieux que je sens possiblement lourds, allez savoir pourquoi, c’est à l’essence essentielle de Menthe Poivrée que j’ai eu recours. 2 gouttes dans le creux de la main, une bonne friction des deux mains et je me suis « frottée » toute l’Aura en restant au plus près du corps.

Certes l’huile essentielle de Menthe Spicata aurait été plus adéquate dans la mesure où elle enlève les parasites et les formes pensées qui se mettent dans l’Aura, néanmoins en l’espace de 5 minutes PLUS RIEN !

J’ai mis le nez dans mes notes et constaté que le résultat obtenu n’avait rien d’extraordinaire, l’huile essentielle de Menthe Poivrée aidant au recentrage (à la concentration aussi). Elle m’a permis de me retrouver et de libérer la zone du plexus, ce chakra où se logent nos émotions et qui fait le lien entre ce qui nous vient du Ciel et ce qui vient de la Terre !

Alors le jour où vous vous sentirez comme cela un peu bloqué et que votre intuition vous soufflera que vous avez sans doute quelques lourdeurs à éliminer Menthe Spicata ou à défaut Menthe poivrée !

Pour la petite histoire au cours du repas alors que nous échangions nos impressions sur le film, Frédo m’a confié avoir été très impressionnée par un bonhomme qui ne cessait de regarder dans notre direction avec insistance (nous étions venues à quatre copines) et ce qu’elle avait ressenti comme une certaine menace. Immédiatement cela a fait tilt et j’ai compris ce que j’avais capté.

Do

 

 

 

 

 

 

Partager cet article
Repost0
6 janvier 2019 7 06 /01 /janvier /2019 17:41
Les bûches sont méchantes, cette année, moi, je vous le dis! Après une tendinite du poignet due à leur manipulation répétée pour les rentrer et les installer dans l'insert, l'une d'elle m'a échappé des mains avant-hier pour venir s'écraser lâchement sur mon orteil! Dur, dur… Premier réflexe, après avoir à peu près acquis la certitude qu'il n'y avait ni fracture, ni fêlure, deux gouttes d'Hélichryse, jumelées avec une dizaine de granules d'Arnica en 7 ch. Le lendemain matin, pourtant, en dépit d'un cataplasme d'argile verte appliqué toute la nuit, l'orteil était plutôt spectaculaire, tout gonflé, avec un joli dégradé de noir violet, et les possibilités de marche étaient sérieusement compromises. C'est alors que Domi m'a soufflé cette idée: Katrafay!...
Miracolo!… Une heure après la première application, je constatais que la douleur avait étonnamment diminué. Ce ne pouvait être un hasard, le phénomène se reproduisant après chaque application. De fait, hier soir, si c'était encore un peu douloureux, je marchais à peu près normalement, et aujourd'hui, j'ai pu effectuer le parcours des marinas de St Cyprien sans trop ralentir l'allure. Et à l'heure où je vous écris, mis à part le bleu qui persiste mais tend à s'atténuer, cette mésaventure relève presque du souvenir! Alors, antiinflammatoire et antalgique, le Katrafay? C'est archi-vrai! Pensez-y!
Frédérique
 

 

Partager cet article
Repost0
19 mai 2018 6 19 /05 /mai /2018 17:28

L’huile solarisée d’Hélichryse italienne est une source de bienfaits pour vous et votre peau et si la trouver en magasin est chose ardue, selon les régions il est possible de la faire soi-même.

Comme chaque année depuis quelque temps nous guettons le mois de mai pour aller au ravitaillement ! Petite paire de ciseaux et sac en tissu, nous avons notre coin secret loin des routes au milieu des cistes, du thym et du romarin !

Ce sont les sommités fleuries que l’on cueille, d’ou la paire de ciseaux qui évite de faire souffrir la plante. Il est bon aussi de ne pas dépouiller complétement les pieds d’Hélichryse afin de laisser aux insectes butineurs de quoi assouvir leur appétit.

Selon l’usage que vous en faites, il vous faudra cueillir de quoi remplir l’équivalent d’un pot de 1kg de miel.

L’huile solarisée d’Hélichryse est un tonique cutanée, elle est cicatrisante, elle aide à résorber les bleus et les bosses. En cas d’irritations cutanées, de démangeaisons notamment par sécheresse cutanée, elle est d’un grand secours. Si vous avez également de petits vaisseaux bleutés sur les jambes dus à une circulation sanguine perturbée, elle pourra vous aider efficacement.

Elle peut-être utilisée tous les jours sans problème et elle sert également de support efficace dans l’application d’Huiles essentielles. Elle peut être complémentaire d’un traitement par exemple en cas de douleurs articulaires, musculaires. 1 à 2 gouttes de HE Gaulthérie diluée dans de l’Huile solarisée d’Hélichryse atténuera le côté un peu corrosif de la Gaulthérie.

Pour plus de précisions, demandez-nous, nous tâcherons de vous répondre efficacement !

Lorsque vous avez atteint la quantité désirée, il faut mettre les fleurs à sécher une demie journée dans un endroit sec, ventilé mais à l’ombre.

Ensuite prendre le bocal et tasser les fleurs jusqu’au bord puis remplir d’huile de Tournesol bio et de première pression à froid (cela va de paire de toute façon).

Fermer le bocal et le mettre dans un endroit où il pourra être le plus longtemps possible au soleil au cours de la journée.

Le laisser 21 jours au moins ! puis armez vous de courage et finalisez la préparation.

Il faut récupérer l’huile qui s’est imprégnée des principes actifs de la plante en terminant par exprimer des fleurs la moindre goutte de la précieuse huile.

Vous en aurez plein les mains, les avant-bras et voir plus !

Alors un conseil, mettez-vous en petite tenue et à la fin de l’opération comme de toute façon vous serez copieusement enduit de gras, terminez en vous offrant un bon massage sur le corps.

Rien ne doit se perdre !

Do

 

Partager cet article
Repost0
16 mai 2018 3 16 /05 /mai /2018 17:39

Avec l’été qui approche (enfin, on espère !), tout le monde le sait, les moustiques et autres insectes piquants ne vont pas tarder à sévir. Ils sont même parfois déjà agissant dans certains endroits. Je vais donc vous raconter ma petite expérience en matière d’huiles essentielles et de piqure d’insecte. Elle pourra peut-être vous servir !

Durant notre périple hispanique, j’ai été piquée. Par quoi ? Je l’ignore. Les piqûres ne ressemblaient pas à celles des moustiques, mais elles n’en étaient pas moins très urticantes et rapidement, vraiment gênantes, voire même douloureuses.

J’ai commencé par utiliser l’huile essentielle de lavande aspic, sans trop de succès, sans vraiment parvenir à atténuer l’inflammation en tout cas, et soudain, j’ai eu une idée : puisque l’huile essentielle d’Epinette Noire est « cortisone-like », pourquoi ne pas tenter le coup ?

Bingo !

Dès la première application, les bienfaits se sont fait sentir : apaisement des démangeaisons, atténuation de la chaleur de la zone concernée et donc réduction notable de l’inflammation. Et en trois jours, même si les piqûres restaient visibles, toute gêne avait disparu. Formidable, non ?

De plus, cette huile essentielle a une fragrance absolument délicieuse ; c’est comme si vous vous promeniez dans une belle forêt de pins. Un bon bol d’air pur, quoi !

Dernier avantage, c’est une huile bon marché ; il n’y a donc aucune raison de vous en priver.

 

L’huile essentielle d’Epinette Noire (Picéa Mariana) a de nombreuses vertus. C’est une huile antibactérienne, fongicide, anti-inflammatoire, antalgique, antitussive et expectorante. Comme je le disais plus haut, elle a un effet cortisone. On l’utilise traditionnellement en cas de bronchite (elle ouvre la respiration) et de sinusite. Excellente en cas de douleurs articulaires, en particulier pour les genoux. Ses effets boostants (elle recharge les batteries !) en fond un précieux allié en cas d’asthénie profonde et de fatigue chronique. On l’utilise pour l’acné des peaux grasses et dans le shampoing, si les cheveux sont gras.

 

Quelques recommandations toutefois ! Cette huile tonique est à éviter le soir ; elle peut perturber le sommeil de certaines personnes. Et il sera préférable de la diluer car elle peut être irritante (dans une huile végétale). Elle est parfaite en utilisation externe : deux goutes de HE pour deux gouttes d’huile végétale… Trois fois par jours sur le thorax en cas de bronchite ; même chose sur les articulations douloureuses ; en regard des glandes surrénales ou sous la plante des pieds en cas de grosse fatigue.

Et pour se donner un petit coup de fouet, respirer directement le flacon, ou diffuser… Que du bonheur !

 

Cette huile essentielle est vraiment géniale. Moi, pour mes piqûres, je l’ai mise pure, et même le soir, sans aucun effet secondaire. Mais nous sommes tous différents, alors quand même, prudence !

 

Fredo.

 

 

 

 

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : Hist' toiles
  • : Nous sommes deux soeurs... L'une peint, l'autre écrit. Nous avons envie de partager nos vécus, nos ressentis, nos expériences; de témoigner... Nous aimons par dessus tout la nature, notre plus grande source d'énergie... Sur ce blog, nous vous présenterons des peintures, des livres, mais aussi des photos de nos voyages, de nos randonnées, des récits... Nous tenterons enfin de vous entraîner dans la grande aventure de notre vie: notre cheminement spirituel vers l'Amour et la Lumière.
  • Contact

Recherche