Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
31 octobre 2017 2 31 /10 /octobre /2017 18:44

Des troglos qui sentent bon la Rose, Doué la Fontaine et Rochemenier.

Alors que nous sommes passées au temps de notre jeunesse un nombre incalculable de fois aux environs de Saumur notamment à Rosiers sur Loire, nous venons juste de découvrir que cette région se dédiait à la Rose depuis des lustres. L’habitat troglodytique de Doué la Fontaine est à vocation plutôt rurale. Outre la visite des caves cathédrales, si vous transitez dans la région plutôt que de visiter le zoo arrêtez vous au lieu dit Terre de Rose.

 

On y apprend tout sur la culture de cette fleur, ses origines, la distillation. On peut y découvrir une ancienne maison vigneronne « troglo » reconvertie en musée, certes modeste mais qui a le mérite de présenter les phénomènes géologiques à l’origine de cet habitat troglodytique rendu possible par l’accumulation pendant des millénaires de sédiments marins, à une époque où toute la région était baignée par une mer tropicale. Tuffeau ou Falun, ces roches très riches en fossiles, plus ou moins tendres, très prisées se retrouve partout sur les bords de Loire. Châteaux, villes et villages sont nés de ces multiples carrières à l’origine de l’habitat troglo où à partir d’une simple excavation, il est possible d’agrandir, discrètement éventuellement, l’habitat jusqu’à donner naissance à un réseau inexpugnable et indétectable de l’extérieur. C’est d’ailleurs ce qui caractérise le village de Rochemenier !

Avec une quarantaine de fermes troglos, 250 salles souterraines environ, se balader à Rochemenier donne une curieuse impression. La plupart du temps, les toits sont au niveau du sol quand ce n’est pas au-dessous !

La rue se trouve au pied de l'église, les maisons au-dessous de la rue !

La première ferme fut creusée au XIIIe siècle puis le village souterrain s’est agrandi avec l’accroissement de la population jusqu’au XIX e. Il suffisait d’une cour creusée à ciel ouvert pour que le processus soit lancé.

On évidait ensuite des cavités ouvrant sur les parois de la cour avant de creuser une autre cour et de les relier entre elles par des passages souterrains. Après quoi il était possible de cheminer de fermes en fermes sans avoir à refaire surface. C’est l’expérience que l’on vit au musée ethnographique de Rochemenier en découvrant deux fermes et leurs multiples espaces de vie.

Pressoir à noix
Chapelle souterraine datant des guerres de religion

Pressoirs à raisin et noix, tonnelleries, celliers, pièces à vivre, il y a même une chapelle souterraine et de judicieux aménagements qui permettaient de faire aisément le lien avec la surface comme les jittes, des conduits creusés dans le falun qui permettaient aux vendangeurs de ne pas avoir à descendre le produit de la vendange jusqu’au pressoir. On déversait les grappes dans ces sortes de cheminées qui s’ouvraient pile poil là où il fallait !

Veillée à Rochemenier

Ce monde souterrain n’a rien à voir avec ce que nous avons découvert à Saumur ou découvrirons à Brézé. On s'y verrait bien à la veillée, tout est bien organisé et la lumière y est très présente.

La suite au prochain numéro !

 

Partager cet article
Repost0
31 octobre 2017 2 31 /10 /octobre /2017 18:28

Suivez le guide !

N’ayant pas projeté d’itinéraire clairement défini au départ, c’est l’enthousiasme communicatif de Peggy, spécialiste en réflexologie plantaire (quel bonheur!) qui nous a incité à gagner les bords de Loire pour nous consacrer à la découverte de l’habitat troglodytique.

Basées à Saumur, jolie ville que nous connaissions un peu pour en avoir arpenté le centre piétonnier, c’est en visitant le château que nous avons eu notre première expérience souterraine. Installé sur le site d’une abbaye que fit construire en 950 un dénommé Thibaut le Tricheur, homme de pouvoir vraisemblablement peu recommandable (une constante semble t’il qui perdure encore et sans doute plus que jamais de nos jours !), la première esquisse de ce qui sera le château date de 962. Encore n’était-ce qu’une enceinte fortifiée.

Inutile de narrer par le menu l’historique du château, c’est toujours à peu près le même scénario : conflits avec les anglais, guerres de religions entre protestants et catholiques, là où cela change c’est sous Napoléon qui comme à Fontevraud transforma le lieu en prison. L’intérieur est conforme à ce que l’on s’attend à découvrir dans un château, il n’y a vraiment que la grande salle souterraine qui soit impressionnante avec quelques boyaux à peine éclairés qui se laissent deviner.

Ventilée par un puits situé dans la cour d’Honneur juste au-dessus, il y fait un froid de canard. Dévolue jadis au stockage des vivres, elle offre aujourd’hui aux visiteurs une curieuse mise en scène de personnages affairés autour d’un tas de sable dont nous n’avons pas décrypté le message, glauque ! A suivre ...

Partager cet article
Repost0
30 octobre 2017 1 30 /10 /octobre /2017 12:13

https://www.mesopinions.com/petition/politique/interdiction-argent-liquide/35352?sign=true#target

Supprimer le cash et nous obliger à n’utiliser que les paiements dématérialisés, cela vous semble une bonne chose ?

Il y a fort à parier que nombre d’entre nous seront séduits par cette idée. Tous ceux déjà qui ne rêvent que de voir supprimer les « petites pièces » qui soit disant alourdissent les portes-monnaie. Par ailleurs l’engouement pour le paiement sans contact tenterait à montrer qu’il n’est pas loin le jour où en effet nous n’aurons plus le droit de payer en liquide ! Et pourtant, en y réfléchissant un peu il est quand même facile de voir ce qui se cache derrière cette manœuvre que la société VISA envisage de rendre obligatoire aux USA.

Ce ne serait ni plus ni moins que notre mise sous tutelle.

Avoir à disposition le profil de chacun d’entre nous, nos goûts, notre philosophie de vie, comment nous nous soignons, ce que nous consommons, est-ce cela que nous souhaitons offrir aux gouvernements ? Avec une simple carte bancaire le moindre de nos déplacements est facilement connu. Je ne vais pas entrer dans les détails à chacun de nous d’y réfléchir.

Mais il y a pire, dématérialiser l’argent c’est créer un peuple d’exclus, tous ceux qui gagnent petit et n’ont parfois pas de carte bancaire car ils ne peuvent que consommer au jour le jour. Et pas besoin de vivre dans un pays du tiers monde pour connaître cette situation. Ici, en France, parmi nos amis, cela est le quotidien de nombreuses personnes.

Quand on sait que la Banque peut à tout moment bloquer les comptes, qu’adviendra t’il de tous ceux qui ont juste ce qui faut pour joindre les 2 bouts.

Si dans toute chose il y a du positif, je ne vois juste comme moyen de se réjouir qu’une parade à cette captation qui se profile, développer l’économie solidaire en mettant en place les échanges de services et une monnaie parallèle comme cela se fait. Mais encore faudrait-il se réveiller et arrêter de nous comporter comme des moutons.

Photographie d'une oeuvre de l'artiste Adrian Kenyon

Réveillons nous et arrêtons de déléguer nos pouvoirs. La prochaine étape, et encore est-déjà développé par endroit, c’est la puce implantée sous la peau. Plus besoin de trimballer ses papiers, sa carte bancaire, laisser les autres se souvenir et penser pour nous ?

Cela vous tente peut-être en fait? Pensez-vous comme certains à propos du paiement sans contact que ça vous fera gagner du temps, plus besoin de chercher les choses ! Arrêtons de nous engouffrer dans toutes ces technologies qui font gagner du temps et nous paraissent plus pratique parce qu’elles font à notre place. Mais qu’allons nous en faire de tout ce temps gagné alors que bien souvent on ne sait quoi faire du présent ?

Allez un effort, désactivez le sans contact dans un premier temps, prenez le temps de parler aux commerçants, aux autres clients et méfiez-vous de tout ceux qui vous veulent du bien mais en fait n’en veulent qu’à votre bien.

Do

Pour se réveiller, un site à visiter : www.adriankenyon.com

 

 

Partager cet article
Repost0
29 octobre 2017 7 29 /10 /octobre /2017 16:08

Après avoir fait halte à Cayriech, charmant petit village du Quercy doté d’un camping accueillant, fonctionnel et calme, nous avons roulé jusqu’à Uzerche avant de mettre le cap vers St Yriex la Perche et son gigantesque magasin de porcelaine où nous avions échoué quelques années plus tôt par le plus grand des hasards. Cependant cette fois, la halte est tout à fait délibérée car nous avons décidé de remplacer nos vieilles assiettes qui ont vraiment fait leur temps.

 Nous suivons la route "Richard Cœur de Lion".

A l’est de la Nouvelle Aquitaine, cette route est un itinéraire de découverte allant de la Charente aux portes de la Dordogne et de la Corrèze. Elle passe notamment par la petite ville de Châlus, en Haute Vienne, où Richard Cœur de Lion a trouvé la mort le 6 avril 1199, touché par un tir d’arbalète, alors qu’il faisait le siège du château féodal.

C’est en cheminant sous un beau soleil à travers une campagne arborant déjà les couleurs flamboyantes de l’automne, entre la très belle cité médiévale d’Uzerche et St Yriex, que nous avons découvert un village enchanteur méritant amplement son classement parmi les « plus beaux villages de France : Ségur le Château.

Lové dans un méandre de la rivière Auvézère, les demeures anciennes s’étalent à flanc de collines, dominées par la muraille imposante du château fort ruiné. La place principale, dite « du champ de Foire », bordé par la rivière, offre un gigantesque parking ombragé de platanes aux feuilles d’or. Mais avant de passer le petit pont fleuri et d'y accéder, il faut pénétrer dans le village par une ruelle étroite et tortueuse, qui, de prime abord, compte-tenu de notre gabarit, nous a un peu intimidées. Et pourtant ça passe ! (De toute façon, il est impossible de se garer ailleurs).

Et voilà Tibus royalement installé au cœur historique de cette petite cité médiévale au patrimoine bâti exceptionnel, remarquablement entretenu et mis en valeur.

Par chance, nous avons pu trouver l’office du tourisme-mairie encore ouvert, et avons reçu des mains du maire en personne, le matériel nécessaire à nos investigations touristiques : plan, itinéraire de découverte et explications historiques. Il ne nous restait plus qu’à partir à l’aventure, le nez en l’air, armées de nos appareils photos et de notre curiosité.

Ségur signifierait « lieu sécurisé » et c’est vrai qu’on s’y sent bien ! Ce petit village d’origine gallo-romaine, fut en son temps une des places fortes des vicomtes de Limoges, mais c’est après la guerre de cent ans, entre 1348 et 1750, qu’il connut une grande prospérité en se voyant doté d’une cour d’appel de justice, ou « cour des appeaux ». Tout recours contre une décision de justice rendue dans une des 150 juridictions seigneuriales du comté de Périgueux, devait être débattu ici, à Ségur.

Son château, aujourd'hui fermé à la visite pour cause de remise en état, vit naître Jean d’Albret, futur roi de Navarre et aïeul de Jeanne d’Albret, mère de Henri IV qui fut le dernier vicomte de Ségur.

De superbes maisons à pans de bois et colombages ponctuent le circuit de découvertes qui emprunte parfois quelques sentiers de randonnées, offrant une multitude de points de vue différents sur le village et le château, et favorisant de bien jolies découvertes : une récolte de noix providentielle, un séquoïa géant remarquable, plusieurs fontaines et… le meilleur pour la fin, « les paniers de Tom ».

C’est une grange insignifiante au premier regard au mur duquel se balance une enseigne. Intriguées, nous hasardons un œil à l’intérieur… Et là, magnifiquement rangés par catégories, courges, pommes de terre, tomates... bref, une abondance de légumes de saison s’offrent à nos yeux éblouis.

Par contre, aucune présence humaine en ces lieux. Nous nous avançons suffisamment pour lire une pancarte : « servez-vous, pesez, faites vos calculs, mettez l’argent dans la boîte et repartez avec le sourire ! » Il y a tout ce qu’il faut pour cela :  prix, cahier, stylo, balance, calculette…

Comment résister ? Nous craquons pour une butternut, des tomates et des oignons, et repartons, certes, alourdies (mais heureusement, nous arrivons à la fin du circuit !), mais ravies.

Ségur le château a un petit goût de paradis. Pas si courant, un tel témoignage de confiance, même si ce n’est pas la première fois que cela nous arrive.

Alors, si vous passez un jour par là, faites une halte, vous ne le regretterez pas. Et comme nous, vous en repartirez peut-être avec le sourire, réconciliés avec l’humanité. (Au moins pour un temps !).

Frédérique

 

Partager cet article
Repost0
29 octobre 2017 7 29 /10 /octobre /2017 15:57

Voici 2 huiles essentielles sur lesquelles il n’est vraiment pas judicieux de faire l’impasse. L’Huile Essentielle de Camomille allemande ou Matricaire allemande et l’Huile essentielle de Ciste, toutes deux des amies de la peau.

La première est formidable pour apaiser ce qui gratte, la seconde pour aider à la cicatrisation des blessures (à utiliser évidemment après avoir désinfecter).

Si vous êtes victime de la voracité des moustiques (de tout ce qui pique) et que vous n’en pouvez plus de vous gratter, la Camomille allemande est juste ce qu’il vous fait. Certes l’Huile Essentielle de Lavande Aspic apaise aussi mais personnellement je trouve qu’elle dessèche, ce qui n’est pas le cas de la Camomille allemande.

Il faut juste tenir compte de sa couleur, elle est d’un joli bleu foncé qui peut tacher si l’on ne prend pas garde après l’application mais c’est un bien petit désagrément en rapport avec le bien-être que l’on ressent après.

Sur une piqûre de moustique, je l’applique pure, pour de plus grandes surfaces la diluer est recommandée, 2 gouttes d’Huile Essentielle pour 2 gouttes d’Huile végétale.

Conseillée pour les allergies cutanées, elle apaise les peaux martyrisées par certains eczéma et le zona. Attention, elle agit sur les symptômes mais ne traite pas la cause.

L’Huile Essentielle de Ciste est quant à elle géniale pour couper les saignements. Je viens d’en faire l’expérience et je peux vous assurer qu’entre avant et après l’application, il n’y a pas eu photo bien que l’entaille ait été profonde. Dans les 5 minutes qui ont suivi le saignement a été stoppé, une heure après je ne sentais plus rien et alors que je me suis donnée un mauvais coup sur le doigt le lendemain, la cicatrice a parfaitement tenu, ce qui n’aurait pas été le cas autrement.

Puissant cicatrisant, elle est idéale pour les crevasses.

Une goutte sur un coton à l’entrée de la narine en cas de saignement de nez, diluée (ou pas en fonction de l’étendue) sur une peau en souffrance.

Je l’ai même testée sur une main où la peau était dépigmentée, non seulement la peau a retrouvé sa souplesse et sa couleur naturelle mais petit à petit la tache a régressé pour quasiment disparaître. La preuve que cette huile stimule aussi notre immunité.

Enfin pour les peaux relâchées chez les hommes ou les femmes, il n’y a pas que les seins qui tombent, LOL, l’Hydrolat de Ciste à part égal avec l’Hydrolat de Géranium et c’est parti ! Do

Partager cet article
Repost0
28 octobre 2017 6 28 /10 /octobre /2017 16:44

Sentinelles dominant le cours de l’Orbiel, les 4 châteaux de Lastours nous faisaient de l’œil depuis bien longtemps. Trop loin pour une simple visite à la journée, trop près comme but de voyage, nous avons résolu le dilemme en en faisant la première visite de notre périple automnal.

De gauche à droite, Cabaret, Tour Régine, Surdespine et Quertinheux

Vers 1500 avant J.-C des hommes vivaient déjà à Lastours. Installés loin du cours de l’Orbiel coulant en contrebas et que l’on imagine sans peine fort tempétueux en certaines occasions, ces peuples qui n’étaient pas des bâtisseurs élurent domicile dans les nombreuses grottes des environs, celles là même qui alimentent aujourd’hui de nombreuses légendes. L’une d’elles a livré aux archéologues la sépulture d’une enfant connue sous le nom de « Princesse de Lastours ».

"Trou de la Cité"

Une découverte intéressante car les parures qui accompagnaient le corps et qui ont permis la datation des premières occupations humaines, attestent sans équivoque des nombreux échanges existants déjà à cette époque entre les différentes cultures méditerranéennes.

Le sous-sol riche en minerais divers, du fer mais aussi d’importants filons d’or, les mines sont toujours visibles aujourd’hui, leur position clé permettant de contrôler un vaste secteur, l’eau en quantité, autant d’éléments ayant permis à Lastours de développer une économie florissante, notamment une industrie drapière qui maîtrisait la totalité du cycle textile aux temps modernes. C’est de cette période que date le centre d’informations, ancienne usine réhabilitée et dotée d’un musée où les trouvailles archéologiques permettent de se faire une petite idée de la vie à Lastours à l’époque médiévale.

C’est aussi de là que débute la visite du site et autant vous prévenir, ce n’est pas du gâteau ! Même si c’est parfaitement aménagé, cela grimpe dur et facteur aggravant, pour nous en tout cas, c’est globalement toujours en escaliers.

Les 4 châteaux régulièrement espacés sur un axe Nord Sud occupent tous une position dominante. Trois de ces châteaux, Cabaret et Quertinheux du XIe siècle, Surdespine du XIIe ont connu les évènements tragiques de la répression contre les cathares. Du village médiéval qui s’étendait à leurs pieds ne reste clairement lisibles que les fondations du castrum de Cabaret. Au début du XIIIe siècle les « Bonshommes » étaient nombreux à Cabaret qui fut même le siège d’un évêché cathare au plus fort de la répression. Les parfaits et leurs défenseurs résistèrent héroïquement à Simon de Monfort pourtant prêt à tout pour venir à bout de cette hérésie.

Charmant homme ce Simon de Montfort qui imagina un subterfuge machiavélique pour faire tomber les citadelles. Ayant capturés presque toute la population de Bram, suspectée d’hérésie, après l’avoir atrocement mutilée, yeux crevés, langues arrachées, oreilles et nez coupés, il lança ces suppliciés sur le chemin d’accès aux châteaux en une longue cohorte hurlante menée par un homme à qui l’on avait conservé un oeil. La vision apocalyptique des visages ensanglantés ne fit néanmoins pas capituler les « parfaits » et ce n’est que 20 ans plus tard, après que tous les cathares aient été mis en sécurité, que les troupes royales réussirent à prendre d’assaut village et châteaux.

Tour Régine

Reconstruits par le pouvoir royal, la volonté du Roi est clairement affirmé dans le nom donné au quatrième château connu aujourd’hui sous le nom de « tour Régine », ils furent occupés par les protestants qui en seront délogés au terme de durs combats puis abandonnés à la Révolution pour être sauvés de la destruction totale au XXe siècle.

Cabaret et Tour Régine

Une visite à ne pas manquer car outre les châteaux qui méritent bien, comme tous les châteaux cathares d’ailleurs leur appellation de « Citadelles du Vertige », le cadre est d’une grande beauté ponctué par les flèches élancés des nombreux cyprès qui ne sont sans doute pas étrangers au sentiment de bien-être que l’on ressent dans ces lieux jadis tourmentés. Réputé pour aider les âmes à s’élever hors de la matière où elles sont souvent engluées après la mort, le cyprès est réputé depuis la haute Antiquité pour faire le lien entre la Terre et le Ciel, d’où sa présence dans les cimetières et l’importance de lui conserver son aspect élancé sans lui imposer de taille inadéquate.

Do

Partager cet article
Repost0
13 octobre 2017 5 13 /10 /octobre /2017 18:03
Juste pour vous dire que vous pouvez nous retrouver aussi sur Facebook.
Nous et tous ceux avec qui nous partageons, échangeons sur "l'écritoile DoFredo".
Juste un clic, à bientôt.

 

 

Partager cet article
Repost0
11 octobre 2017 3 11 /10 /octobre /2017 20:34
Il faisait quand même un peu frais lorsque nous avons pris la route ce matin, direction Tuchan au coeur des Corbières pour y retrouver nos amis Claude et Michelle, nos coéquipiers camping-caristes.
Notre but, l’ancienne église fortifiée Notre Dame de Faste nichée au coeur d’un ancien territoire minier jadis riche en fer, cuivre et même gisements d’azurite et de malachite sur le village de Montgaillard. C’est Vauban qui dès 1678 a lancé l’exploitation des gisements de houille sur le territoire de Ségure. Un hyper actif ce Vauban, présent même là où nous ne l’attendons pas, l’exploitation minière !, une exploitation qui a perduré jusqu’en 1945. Les puits sont aujourd’hui comblés mais les terrils miniers émergent encore des vignes rappelant ce passé si loin de la vocation agricole des Corbières que nous connaissons aujourd’hui.
Cette randonnée recèle plein de belles surprises à commencer par le château ruiné de Ségure ; de belles voûtes, des restes assez explicites permettant de se faire une petite idée de ce que fut le site où l’on accède par une haie de magnifiques cyprès donnant à la campagne un petit air toscan.
A ce stade de la randonnée, nous avions mangé notre pain blanc. Une forte montée au milieu des chênes verts, des yeuses et des arbousiers pour atteindre finalement Notre Dame de Faste perchée à l’aplomb d’un raidillon qu’il a bien fallu redescendre précautionneusement avec l’aide de notre chevalier servant, Claude pour ne pas le nommer.
Difficile de croire que Le Faste a des sautes d’humeur tellement dévastatrices, aujourd’hui et sans doute depuis un bon moment, son lit était désespérément vide. Pas de cascade mais de beaux chaos rocheux et tout autour un flamboiement d’ocres, de rouille dans les vignes.
Une bien belle rando en bonne compagnie qui nous a laissé un sentiment de légèreté après ce bain de nature revigorant. Do
Partager cet article
Repost0
9 octobre 2017 1 09 /10 /octobre /2017 19:14
Si vous avez dépassé les 65 printemps sans doute avez-vous reçu dernièrement un courrier de votre centre de sécu, cet ami qui ne vous veut pas toujours que du bien. Dans ce cas vous voilà conviés à vous faire vacciner contre la grippe, pour vous protéger, protéger ceux que vous aimez … et patati et patata !
Je ne vais pas vous dire que faire de ce document mais par contre je ne saurais trop vous inviter à commencer à vous protéger naturellement contre tous ces maux qui arrivent souvent en même temps que les frimas.
Issue d'un arbuste poussant à Madagascar l’Huile Essentielle de Ravintsara, Ravintsara signifie « qui éloigne le mal », est à la fois une Huile Essentielle curative et préventive.
Nous avons dans notre quartier quelques personnes flirtant avec les 90 ans (quand elle ne les ont pas dépassé) qui depuis quelques années affichent une résistance à la grippe hivernale bien que ne se faisant plus vacciner. Par contre chaque matin puis au cas par cas dans la journée elles « sniffent » leur petite dose de Ravintsara. Alors si vous avez envie de tenter l’expérience voilà quelques petits conseils.

 

HE Ravintsara est un puissant antiviral, stimulante immunitaire elle permet à l’organisme de se défendre contre les diverses agressions qui le menacent.
Elle permet de prévenir les maladies épidémiques qui s’invitent dans nos vies en hiver principalement. Le choix des pathologies est large : grippe, mononucléose, hépatite, entérite, bronchite, rhino-pharyngite, sinusite, otite …
En curatif il suffit d’en mettre 1 à 2 gouttes en regard de l’organe concerné, attention toutefois à ne pas s’approcher des yeux en déposant 1 goutte en haut du front et 1 de chaque côté des ailes du nez en cas d’affection ORL.
Certains étant plus sensibles que d’autres il est possible de la mélanger avec une huile végétale, l’huile d’olive par exemple, avant de s’en tartiner la poitrine ou le ventre si bronchite ou entérite !
Cette huile peut sans problème être administrée aux enfants à partir de 4, 5 ans notamment en cas de bronchite car elle fluidifie les sécrétions et aide à expectorer !
En préventif, c’est ce qui m’intéresse le plus, il est préférable de prévenir que de guérir, pour passer un hiver de rêve, voilà l’huile qu’il vous faut. 2 gouttes sur la face interne d’un des poignets que l’on frotte vigoureusement ensuite, 1 goutte sous le nez (là où l’ange à laisser sa marque) tous les matins et le tour est joué !
Stimulante immunitaire elle va aider notre organisme à se défendre, elle est
donc à avoir toujours sur soi et à sortir si votre entourage, au cinéma, dans les grands magasins vous fait la guerre bactériologique !
Dernière précision si vous ne la trouvez pas, l’Huile Essentielle de Mandravasarota (ou Saro) a la même signature énergétique !
Dernier conseil, si vous disposez d’un diffuseur ultrasonique quelques gouttes 20' le matin et 20' le soir et hop !
Donc lâchez-vous elle ne présente aucune contre indication et elle, elle ne vous veut que du bien !
Do
 
Partager cet article
Repost0
8 octobre 2017 7 08 /10 /octobre /2017 20:11

Perchée tout au sommet d’une colline le village de Notre Dame del Roure tient son nom de l’adorable chapelle qui le couronne. On y jouit d’un superbe panorama sur les Albères, les Monts du Vallespir, la plaine du Roussillon et même la Grande Bleue !

Nous y montons de temps à autre plus spécialement à l’automne, histoire de profiter d’un moment hors du temps et parfois de nous remplir les poches de châtaignes. Cette chapelle du début du XIIe siècle recèle des trésors mais la merveille des merveilles se cache derrière le retable. Dès l’arrivée la vieille porte du XVIe annonce la

couleur avec ses pentures typiques en fer du Canigou. Une légende raconte que jadis on trouva là sous un chêne vert, un roure en catalan, une image de la Vierge. Un pèlerinage a vu le jour en ces lieux et même si la statue originale a disparu à la révolution, Marie est toujours présente. Ce qui nous émerveille à chaque fois que nous montons est ce qui se cache derrière le retable. La première fois que nous y sommes venues, allez savoir pourquoi, nous avons avisé une porte dérobée à la droite du retable et ornant ce qui semblait être la sacristie, un décor de peintures murales du XIIe siècle exceptionnelles.

Sur la partie basse du mur un drapé peint recouvre le mur. Les symboles des évangélistes y figurent en bonne place tandis que des scènes bibliques recouvrent la voûte de l’abside. Une pure splendeur !

Aujourd’hui nous y sommes remontées, pas l’ombre d’une châtaigne, une splendide lumière estivale mais là-haut la déception.

Fermée !

Avant de subir les nuisances d’un rallye de Porsches lancées à toute allure sur la petite départementale qui relie le village à Céret, c’est fou ce que l’on peut s’autoriser quand on a du fric et que l’on se la pète en grand, nous avons eu la chance cependant de faire une sympathique rencontre et d’apprendre que dorénavant il nous faudrait allez chercher la clé contre dépôt de sa carte d’identité pour profiter de la chapelle ! Trop de vols dont un calice ! Franchement !

Alors si cela vous a donné envie, vous savez ce qu’il vous reste à faire mais grimpez-y à pied, c’est mieux … pour la planète. Do

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : Hist' toiles
  • : Nous sommes deux soeurs... L'une peint, l'autre écrit. Nous avons envie de partager nos vécus, nos ressentis, nos expériences; de témoigner... Nous aimons par dessus tout la nature, notre plus grande source d'énergie... Sur ce blog, nous vous présenterons des peintures, des livres, mais aussi des photos de nos voyages, de nos randonnées, des récits... Nous tenterons enfin de vous entraîner dans la grande aventure de notre vie: notre cheminement spirituel vers l'Amour et la Lumière.
  • Contact

Recherche