Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
1 janvier 2022 6 01 /01 /janvier /2022 21:12

Premier janvier 2022, il y a des habitudes qui valent d'être conservées. Aujourd'hui c'est, plus que jamais, rando et pique-nique en pleine nature comme chaque premier de l'an !

Nous mettons le cap sur les Fenouillèdes mais il demeure une certaine interrogation, le temps. Hier soir le "smog" a envahi le piémont des Albères et ce matin c'est pas gagné, inédit. On fonce dans le brouillard, un peu comme notre humanité en ce premier jour de 2022.

A Caudiès de Fenouillet, à gauche toute et nous stoppons sur le parking de Notre Dame de Laval, un sanctuaire réputé pour avoir par le passé sauvé les populations de la Peste et du Choléra. Nous pourrions peut-être voir si dans le cas qui nous occupe elle ne pourrait pas nous être d'un grand secours ?!

Va savoir !

Assez vite nous abordons le clou de la rando, les Gorges de San Jaume. Le torrent qui a donné son nom aux dites gorges a entaillé la roche pour donner naissance à des gorges ayant en certains endroits tout au plus 5 mètres de large pour une hauteur que je ne n'évaluerai pas mais plus que respectable.

Émergeant en contre-bas du village de Fenouillet nous sommes rattrapées par un chien, fort sympa qui nous a pris en affection et passera les 4 heures de rando avec nous.

Le village est sympa, riche de son passé et les vestiges historiques sont impressionnants et fort bien mis en valeur.

Au VIIIe siècle Charlemagne s'installe dans le coin avec ses troupes après avoir guerroyé du côté de Barcelone. Cet hyper-actif, toujours à cogiter, non content d'avoir inventé l'école, se met en tête de structurer la région en de multiples comtés. C'est à cette époque que le château de Fenouillet est construit et va se développer jusqu'au XIIe siècle, où il est à son apogée. A cette époque Ava, fille du dernier vicomte de Fenouillet épouse Pierre de Saissac, plus qu'acquis à la cause cathare.

La chance ayant mal tourné pour les Cathares, fin XIIIe siècle au terme de la dernière croisade contre les albigeois, le comté est absorbé par le Royaume de France, le château est abandonné. C'est néanmoins un super endroit pour casser la croute !

Ses pierres serviront à construire le village mais comme déjà à cette époque les "gouvernements" manquaient de jugeote et ne répugnaient pas à gaspiller l'argent public, ils construisirent pile poil face au château abandonné un autre château dont il ne reste aujourd'hui que quelques pans de murs et une tour, la tour de Sabarda.

Mais la contemplation du panorama du haut de ce perchoir se mérite !

Une balade sympa qui l'été doit offrir de belles piscines pour se rafraîchir.

Dominique

 

Partager cet article
Repost0
19 décembre 2021 7 19 /12 /décembre /2021 18:36

Sans passe-sanitaire certains se sont retrouvés interdits de randos, on ne les voulait plus dans les groupes même sans avoir besoin de co-voiturage ! 😡

Du coup, nous avons décidé de proposer une fois par mois une rando à ceux que le projet séduisait !

Ce 17 décembre nous étions 12 à partir de Laroque à l'assaut du circuit des deux fontaines. Nous avons même retrouvé une aide-soignante des Valbères dont nous avions pu apprécier le dévouement auprès des résidents. 

Nous avons passé un délicieux moment, joie, chaleur humaine, Paix étaient au rendez-vous !

Trois Border-collies nous accompagnaient, que du bonheur !

Notre nouveau monde est bien vivant !

Merci la Vie

Dominique

https://www.youtube.com/watch?v=dPCBoBodQbU

Partager cet article
Repost0
23 novembre 2021 2 23 /11 /novembre /2021 17:26

Village le plus méridional de France, Lamanère est notre point de départ pour nous rendre à Notre Dame du Corral. Ermitage marial situé non loin du col d'Ares, son existence est attesté dès le 10e siècle. Apparemment un village exista en ces lieux dévastés par un tremblement de terre en 1428. Le tremblement de terre dit "de la chandeleur" qui mis à bas les remparts de Prats de Mollo. Devenu poste militaire au XIXe siècle, le sauvetage de l'ermitage a permis de redonner au site sa majesté. Outre l'église de toute beauté, il fait gîte et restaurant, des dépendances permettent la tenue d'expositions ou d'ateliers "plus perchés".

Parties comme de coutume par le chemin de randonnée que nous avons emprunté un nombre incalculable de fois, j'ai eu l'idée saugrenue alors que nous avions déjà parcouru la moitié du trajet d'aller voir de plus près un panneau d'affichage un peu à l'écart sur une piste démarrant à notre gauche.

Et là, surprise, nous y lisons qu'un énorme éboulement ayant mis à mal le sentier d'accès au Coral ?!, un itinéraire bis (point A) a été ouvert. Sachant que peu avant d'accéder à l'ermitage on traverse depuis belle lurette une zone délicate, le ravin a avalé le sentier, nous n'avons pas cherché plus loin et fait ce que nous déplorons chez les autres, nous n'avons pas lu les petites indications en marge de la carte.

Nous sommes donc revenues à notre point de départ par l'itinéraire bis, 2h30 après être parties sans avoir atteint notre but.

Banal ?!

Pas vraiment car peu avant d'arriver nous avons retrouvé le même panneau (point B) et réalisé que la partie sinistrée se trouvait sur le tronçon que nous avions empruntée ... sans difficulté !!! Défaut d'affichage à coup sûr !

Qu'à cela ne tienne, nous avons avalé notre pique-nique au chaud et mis le cap sur la Chapelle Ste Christine que nous ne connaissions pas.

Site sublime sous le regard des trois tours de Cabrenç et dans un décor que l'Automne a mis en couleur de manière flamboyante.

Nous en avons pris plein les mirettes avec en bonus un arrêt à Serralongue où du haut du Conjurador, le seul restant en Catalogne nord.

Nous avons pu admirer sur 360° un panorama de rêve avec comme "Grand supervisor" notre Canigou !

Comme quoi la vie ne nous voulait que du bien. Sans ce défaut d'affichage nous n'aurions rien découvert de nouveau !

Que du bonheur finalement.

Do

 


 

 

Partager cet article
Repost0
9 novembre 2021 2 09 /11 /novembre /2021 21:10

Petit arrêt à Marquixanes pour récupérer notre caisse de pommes Bios, 15 kilos pour 30 € et nous gagnions Catllar (prononcer Calla). La randonnée démarre par une côte au pourcentage très très impressionnant, même si c'est surtout à la redescente que les gambettes accusent le coup. Nous avons réalisé maintes fois cette balade qui a ceci de particulier, quoi que nous fassions nous n'empruntons jamais le même itinéraire car à chaque fois d'autres sentiers s'ouvrent à nous. La durée est donc variable puisque nous nous laissons porter par notre intuition, de 3 petites heures à 4 bien tassées.

Jadis cami ramader (chemin de transhumance), il est encore par endroits pavé et conserve ses hauts murs qui délimitent des parcelles aujourd’hui envahies de cistes, de lentisques pistachier, d’oliviers et de très vieux chênes !

Un paysage magique qui recèle d’autres trésors, de magnifiques cabanes de pierres sèches.

Leur taille est variée ; parfois adossées à des clapiers (amas de pierres arrachées à la terre pour pouvoir la cultiver) elles ont souvent été très opportunément coincées entre de gros blocs de pierres.

A l'évidence nous ne les avons pas toutes découvertes et pour une fois nous n'avons pas honoré notre rendez-vous avec un certain Robert dont l'urne repose dans une des plus belles cabanes du coin. Ombragée de chênes, d’une facture admirable, un renfort en protège l’arrière et double l’épaisseur des murs.

Le Pays catalan, est riche en cabanes de toutes sortes mais sur Catllar la concentration est impressionnante.

En suivant le sentier des cabanes et ses multiples extensions on finit invariablement par arriver à la chapelle où vit encore un ermite !

Le site fut occupé dès la préhistoire, dolmens et menhirs à ce qu’il paraît témoignent de cette occupation et le matériel archéologique trouvé permet d’affirmer que dès 3500 avant J.-C des hommes vivaient là.

En 968 l’église accorda la possession de ces terres à ce qui est aujourd’hui le village de Catllar. Casalono, Chasalons, Calaons, le nom a évolué mais l’esprit est resté !

Seul un reste de murailles témoigne qu’un village s’est implanté au lieu dit Els Casals, non loin du torrent à quelques encablures de la chapelle. Plusieurs fois ruinée, reconstruite, on ne peut être étonné que cette chapelle, prieuré au XIVe siècle et doté de son propre cimetière, soit consacrée à St Jacques. Celui qui est maintenant le St Patron des pèlerins a plusieurs casquettes à son actif. Protégeant des démons qui se cachent au fond des eaux et ayant vocation à retenir l’orage sur les hauteurs, on ne peut s’étonner que la chapelle lui soit dédiée de longue date. Le torrent est à deux pas et elle surplombe le plaine de Prades, la vallée de la Castellane, le Canigou et j’en passe !

De St Jacques il est possible de rallier Catllar en gagnant le village qui s’enorgueillit d’être le plus ensoleillé de France, Eus ! Quittant St Jacques, le sentier file presque à l’horizontal le long d’un ravin. Il offre de beaux points de vue sur la chapelle dont le toit interpelle et n’est pas sans rappeler celui des chapelles grecques et plonge vers la plaine à la hauteur d’un oratoire doté d’une délicieuse vierge à l’enfant.

Nous ne sommes pas revenues par Eus mais l'oratoire nous a accueillies le temps du pique-nique et c'est en cheminant au hasard que nous avons complété notre inventaire des cabanes. Trois de plus à notre actif !

Nous avons ensuite rallié St Genis où après nos quatre heures de marche nous nous sommes charriées chacune 20 arrosoirs histoire d'hydrater nos cultures mises à mal par la tramontane de ces derniers jours. Pas une mince affaire car il faut aller chercher l'eau dans l'agouille de l'autre côté du chemin. Mais le clou est que lorsque nous avons eu terminé, il s'est mis à pleuvoir !

Dominique

Partager cet article
Repost0
6 novembre 2021 6 06 /11 /novembre /2021 21:20
Besoin de vous aérer, nous avons ce qu'il vous faut !
Aujourd'hui par une tramontane déchainée nous avons rallier le col de Panissars à Riunoguès en empruntant une infime partie du GR10 qui a le bon goût de cheminer en partie en Espagne. Nous avons donc pu échapper aux assauts de la "Tram" et de curieuses bêtes !

 

Du hameau de Riunoguès, pas grand chose à raconter, si ce n'est que l'église pré-romaine date du VIIIe siècle et que pour y arriver nous avons cheminé en grande partie sous les chênes-liège qui venaient majoritairement d'être "déshabillés".

Un grand moment de bonheur dans une belle lumière !

Si vous voulez en savoir plus sur le côté historique je vous invite à retrouver notre excellent article (mais oui, on n'est jamais si bien servi que par soi-même) où vous saurez tout ce qu'il y a à savoir sur Panissars qui vit en son temps passer Hannibal et ses éléphants !

Par contre nous avons réussi à trouver la borne frontière qui nous avait manqué en février !!! 

Dominique

Partager cet article
Repost0
31 octobre 2021 7 31 /10 /octobre /2021 21:21

Chaque année à Matemale en Capcir est organisée la fête de la pomme de terre, cela se sait et la manifestation est très courue, du coup imaginer pouvoir se ravitailler en patates est généralement du domaine du rêve. Le cahier des charges relatif à la culture de ces tubercules étant strict le produit est de qualité et donc il y a encore peu nous montions faire le plein dès début octobre jusqu'à ce que nous apprenions d'un producteur local que pour arriver à satisfaire les acheteurs le jour de la fête un pourcentage de patates émanait du pays de Sault !

L'information n'est pas tombée dans l'oreille d'un sourd et comme nous sommes fans de ce petit coin de paradis nous sommes parties cette année encore nous ravitailler à Espezel, 25 kilos de pomme de terre bios pour 30€, avant d'aller explorer le plateau de Rodome.

Qui dit plateau laisse à penser qu'il s'agit d'un espace plan, erreur !

Si globalement le plateau n'est que légèrement vallonné, il est entaillé par des torrents forts vaillants qui se sont creusés des lits abrupts, pour passer d'un flan à l'autre cela descend raide et remonte de même !

La petite rando qui relie les villages du plateau s'est révélée fort plaisante, nous y avons croisé deux fugueuses amicales

et repéré une chèvrerie "La Combiquette", nous y reviendrons et fait le plein gratuitement de pommes "en l'air", personne ne semblant y prêter attention.

Par contre impossible de savoir qui a réalisé la mise en scène des parapets du pont qui franchit le Frayche !

A première vue un œil non averti ne distingue sur chaque montant métallique composant les garde-corps que quelques traits noirs mais dès que l'on s'attache à l'ensemble tout s'anime et un troupeau de zèbres se met à gambader, folâtrer !

Chouette !

L'art est partout, il suffit juste de regarder !

Savoir prendre du recul, là est la clé.

Et c'est ainsi d'ailleurs dans tous les domaines. Avoir une vision globale permet plus facilement d'appréhender les faits, les situations dans leur globalité et de poser un premier constat qui permettra ensuite de passer à l'action plus justement, de manière plus ciblée en minimisant les risques d'avoir par la suite des regrets !

Dominique

Partager cet article
Repost0
29 octobre 2021 5 29 /10 /octobre /2021 19:39

De Bretagne pour regagner nos Albères, traditionnellement notre route nous mène en Limousin, nous n'avons donc pas changé nos habitudes, pourquoi en aurait-il été autrement ? Nous n'avions que l'embarras du choix en matière d'aires de stationnement qui plus est même s'il était clair que nous ferions tout pour éviter celle d'Oradour sur Glane. Non qu'elle ne soit pas adéquat mais le site est toujours aussi poignant, sans compter que cela aurait été sans doute l'occasion de ramener quelques âmes en souffrance !

Nous avons donc visé le petit village de Javerdat, découvert un environnement superbe et une aire comme nous n'en trouvons pas souvent, surtout dans les régions touristiques, de bord de mer et dans le sud ! En clair ce genre d'aire avec sanitaires, eau potable, vidange et espaces délimités sur sol stabilisé avec environnement bucolique ne se trouve que dans les régions où le tourisme requiert quelques efforts !

Avant de nous poser pour la nuit nous nous sommes offert une petite randonnée qui du village de Mortemart nous a menées par bois, étangs et champs à Montrol-Sénard.

Village limousin typique, ce village est en fait un écomusée libre d'accès, seule visite culturelle de nos vacances accessible sans pass-sanitaire !

Nous avions déjà visité le village en long et en travers mais nous n'étions pas limitées par le temps, cette fois ci nous ne voyions pas vraiment revenir de nuit par des chemins que nous ne connaissions pas ! Nous avons donc zappé les ateliers du sabotier et du cordonnier, la grange et ses expositions pour investir l'école communale !

Et oui, parfois cela nous manque, à moins que ce soit l'ambiance qui nous rappelle notre enfance car sans avoir connu le poêle à bois, les galoches, cela remonte quand même au "temps jadis" comme m'avait assénée une petite élève de CP.

Nous y sommes restées un bon moment, surtout à papoter avec un visiteur qui nous a fait revivre ses douloureux souvenirs scolaires ! Pauvre gars, traumatisé par un instit qui aujourd'hui se retrouverait au gnouf s'il avait le malheur de faire subir le quart de la moitié des brimades à ses élèves.

Petit tour par le lavoir, bref coup d’œil au four à pain et au bûcher et nous quittions le pays de Jacquou le Croquant pour retrouver le Ptibus garé au pied de l'église de Mortemart au clocher sacrément incliné du côté où il n'est pas encore tombé !

A plus !!! Do

Partager cet article
Repost0
28 octobre 2021 4 28 /10 /octobre /2021 19:14

Nous ne pouvions quitter le Finistère sans faire un crochet par l'Île Callot près de Carantec qui a en commun avec Noirmoutier d'être reliée au continent par une voie submersible. L'île n'est pas bien grande à peine plus de 2 kilomètres de long et 500m de large. A marée basse !

Néanmoins elle a tout d'une grande et une riche histoire.

Dès le 5e siècle elle entra dans l'histoire par la grande porte. Occupée par des pirates danois qui en firent leur base, elle servit de cache à leurs butins et d'ailleurs parmi toutes les légendes dont elle est la vedette, il court le bruit qu'un trésor serait enfoui sous la chapelle !

Un chef breton, Riwal, décida de bouter les danois hors de l'île et sollicita l'aide de Marie lui promettant de lui construire un sanctuaire là où le chef danois avait son camp s'il était vainqueur. La bataille fit rage mais en 513 de notre ère la première pierre de la chapelle était posée. Elle reçut le nom de Enez Itron Varia a Galloud, c'est de ce dernier mot qu'est né le patronyme Callot.

La chapelle reste toujours, mis à part lors de la Révolution où elle fut transformée en poste militaire, un lieu de pèlerinage. C'est aussi un lieu de pique nique apprécié !

Elle abrite de très belles maquettes de bateaux, ex-votos déposés là par des marins, de superbes vitraux et un buste du Christ très émouvant.

Déjà lors de notre première visite il m'avait touchée au cœur.

L'île a certes de nos jours une vocation agricole, le potimarron y prospère à ce que l'on a vu, mais ce ne fut pas sa seule richesse.

Longtemps exploitée pour la qualité et la diversité de son granit, elle servait aussi de pâturage aux moutons qui y accédaient par une autre passe, toujours existante, la "Passe aux moutons". Quant aux goémoniers ils y trouvaient et exploitaient bien évidemment le goémon !

C'est sur cette chouette balade que nous avons quitté le Finistère, cap au Sud pour faire halte à Glennac en Île et Vilaine au bord de l'Oust, notre dernière halte en Bretagne ! Do

 

Partager cet article
Repost0
26 octobre 2021 2 26 /10 /octobre /2021 15:44

Cap sur Roscoff mais escale à Brignogan

Quittant Camaret, nous avons visé Roscoff bien déterminées à revoir en chemin le Meneham !

Si l'on est un puriste, nous dirons le Menez-Ham, le hameau derrière le mont car c'est un fait le hameau est adossé à une petite éminence granitique où se niche la célébrissime "maison du corps de Garde". Construite au 17e siècle certains attribuent sa paternité à Vauban pourtant il n'en est rien car Vauban était déjà dans les limbes quand la maison fut érigée. Ces premiers habitants appartenait à une milice recrutée par la paroisse et chargée de surveiller la côte. Allez savoir si ce n'était pas pour guetter l'anglais en fait ???

Toujours est-il que de ce corps de garde la vue s'étend du phare de Pontusval à celui de l'Île Vierge, plus haut phare en pierre d'Europe ! Celui aussi m'a inspiré une huile sur toile !

Remplacée par des douaniers, le village commença à émerger. D'abord une caserne et petit à petit il s'étoffa jusqu'à devenir ce qu'il est aujourd'hui après une restauration exemplaire. Après le départ des douaniers, environ 80 âmes y résidèrent, des agriculteurs, des pêcheurs et des goémoniers.

Il est encore possible de découvrir sur le bord de mer ces fours à goémons dont étaient tirés deux substances de grande importance, l'iode, plus exactement la teinture d'iode bien connue (jadis ?) pour ses vertus antiseptiques et l'algin un épaississant utilisé dans l'alimentaire et la cosmétologie.

Le GR34 bien évidemment permet de découvrir cette côte impressionnante, un chaos granitique qui vaut bien celui de Trégastel.

Une balade enchanteresse où au gré de son imaginaire tout un bestiaire prend vie quand ce ne sont pas des sculptures monumentales à la Brancusi !

Un régal pour la vue, le cœur, l'âme !

Do

Partager cet article
Repost0
24 octobre 2021 7 24 /10 /octobre /2021 19:28

Une fois parties, ce fut parti pour nous !

Nous avons quitté Noirmoutier décidées à nous laisser porter par nos envies, ce qui s'est traduit par le tour de nos coups de coeur bretons.

Un petit arrêt à Saint Cado sur la Ria d'Etel et le grand largage des amarres.

Ce qui est chouette en Bretagne, entre autre, c'est qu'une auto-via en fait le tour GRATUITEMENT. Il faut dire que régulièrement, dans les premiers temps de vie de ce qui aurait dû être une autoroute, les bretons ont fait sauté les postes de péage, du coup il est aisé, peu onéreux et rapide de se rendre d'un point à l'autre.

Nous nous sommes donc arrêtées à Camaret tout au bout de la presqu'île de Crozon. Camaret c'est un chouette port avec ses deux stars que sont la Chapelle Notre Dame de Rocamadour et le Fort Vauban.

De vieux bateaux s'y reposent à proximité en attendant leur fin insufflant au cadre un charme très nostalgique.

Le GR34 qui part du Mont St Michel pour rallier Saint Nazaire passe par là et s'élève au-dessus de Camaret à la hauteur de la plage du Corréjou où l'on peut voir les vestiges d'une ancienne plage fossile, vieille de quelques dizaines de milliers d'années. Ce qui est tout à fait remarquable, c'est que l'on s'aperçoit qu'à cette époque le niveau de la mer était nettement plus haut !!! de là à en conclure que même si en ce moment cela remonte, cette variation de niveau s'inscrit dans un mouvement de va et vient il n'y a qu'un pas, que je franchis.

Ne fréquentant plus les campings pour notre plus grand bien, nous nous sommes basées tout au-dessus de la ville sur l'aire de camping-car municipale, non loin des alignements de Lagatjar

et des vestiges du manoir de St Pol Roux, un écrivain marseillais d'origine mais amoureux de Camaret.

Le manoir a perdu de son lustre mais les ruines au couchant sont très romantiques. A partir de là, nous avons enfilé le GR34 pour gagner la pointe de Pen-Hir et le Tas de Pois, des vestiges de la falaise érode par le temps.

Un paysage à couper le souffle, des falaises plongeant de 70 mètres dans la mer d'Iroise dont le bleu n'avait rien à envier à la Méditerranée.

Le soir la lande qui tapisse le sol nous a accueilli pour jouir d'un coucher de soleil sublime.

Nous étions foule, nichés dans les creux du sol à nous régaler de ce spectacle offert sans avoir à présenter de Passe !

The big foot !

Régalez vous !

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : Hist' toiles
  • : Nous sommes deux soeurs... L'une peint, l'autre écrit. Nous avons envie de partager nos vécus, nos ressentis, nos expériences; de témoigner... Nous aimons par dessus tout la nature, notre plus grande source d'énergie... Sur ce blog, nous vous présenterons des peintures, des livres, mais aussi des photos de nos voyages, de nos randonnées, des récits... Nous tenterons enfin de vous entraîner dans la grande aventure de notre vie: notre cheminement spirituel vers l'Amour et la Lumière.
  • Contact

Recherche