Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
18 septembre 2021 6 18 /09 /septembre /2021 19:42
Cet article est absolument passionnant et hyper clair, honnête dans les propos développés, par contre je ne peux vous le transférer tel que publier un "filtre" le signalant comme frauduleux et tenant des propos choquants, il enfreindrait les "standarts de la communauté". Lisez et faites vous votre propre idée, peut-être comprendrez vous où nous en sommes arrivés en matière de censure. Et pourtant, j'insiste cela n'a rien de subversif ! Sur facebook il est censuré, essayez de cliquer sur le lien suivant : 
 
 
Nous vous présentons le site Althea Provence de Christophe Bernard Herbaliste qui nous apportes plus d’explications sur :
Aiguilles de pin sylvestre : le vrai du faux (suramine, acide shikimique, etc.)
 
Publié le 16.9.2021 par Christophe Bernard herbaliste
 
J’aimerais vous parler des aiguilles de pin sylvestre. C’est un sujet qui est très présent sur internet et sur les réseaux sociaux en ce moment. Il y a de nombreuses allégations sur le fait que les aiguilles de pin sont l’un des remèdes contre la Covid. Et ça fait plusieurs semaines que vous me posez la question : j’en pense quoi, exactement ?
 
Je vais donc vous expliquer ma position sur le sujet.
Une opinion et pas de certitudes
 
Le premier point qui me semble important, c’est de vous expliquer ma position. En général, j’aime vous parler de plantes que je connais directement ou indirectement. Je les connais directement au travers de mon travail de conseil et d’accompagnement, j’ai donc du recul sur le sujet. Parfois j’ai une connaissance indirecte parce que j’ai échangé avec des praticiens que j’apprécie beaucoup et avec qui je suis en contact dans différents pays : France, Allemagne, Angleterre, États-Unis, Australie, etc.
 
Et parfois, je vais vous donner des informations spéculatives. Ça veut dire que je n’ai pas l’expérience directe ou indirecte, je n’ai pas de recul, et je vais donc vous donner une interprétation de certaines données. Et quand je le fais, je veux être très clair avec vous.
 
Donc dans la position que je vais développer ici, je vous le dis clairement : je n’ai pas de certitudes, ça va être relativement spéculatif, mais ça me semble tout à fait logique. Et puis de toute manière vous m’avez posé la question, donc je vais y répondre de la manière la plus précise possible.
Pin sylvestre
Un vieux remède qui fait surface
 
Premier point au sujet des aiguilles de pin : c’est le fait que c’est un vieux remède qui refait surface. Un remède qu’on connait bien. Dans le monde de l’herboristerie, on utilise souvent les conifères. D’ailleurs je vous avais fait un épisode sur les bienfaits des bourgeons de pin et de sapin en 2018 si vous vous souvenez ?
 
Dans de nombreux pays nordiques, on prépare un sirop à partir des aiguilles de pin. On connait les propriétés de longue date. Les aiguilles de pin sont riches en vitamine C et en antioxydants (2). Elles ont un effet protecteur sur les bronches et tout le système respiratoire. Un effet expectorant, un effet désinfectant. Il y aura meilleure production de mucus protecteur, et c’est dans ce mucus que patrouillent les macrophages.
 
L’huile essentielle de pin sylvestre est riche en monoterpènes, alpha-pinène, béta-pinène, limonène, etc. Ce qui lui donne des propriétés antiseptique, stimulant immunitaire, expectorant, décongestionnant respiratoire. C’est excellent tout ça.
 
Donc dans le contexte de toute infection respiratoire, Covid y compris, les aiguilles de pin vont apporter un effet stimulant et protecteur qui est dans l’ensemble bénéfique. Remède miracle ? Non, je ne crois pas aux remèdes miracles. Mais une plante qui peut soutenir nos défenses naturelles et protéger les « portes d’entrée », oui, absolument.
 
Donc déjà, il faut que ce point-là soit clair, j’ai une bonne opinion des aiguilles de pin sylvestre pour la prévention, la préparation à la période hivernale, et l’accompagnement d’une infection virale qui affecte les bronches.
 
Maintenant, le problème que j’ai, c’est un problème de positionnement. Je ne suis pas confortable avec les allégations très tranchées qui positionnent les aiguilles de pin sylvestre comme LE remède anti-covid. C’est beaucoup plus nuancé que ça, comme vous le savez. Donc maintenant, je vais prendre quelques allégations une par une et les analyser.
sirop pin sylvestre
Aiguilles de pin et suramine
 
La première allégation, c’est que les aiguilles de pin contiennent une substance qui s’appelle la suramine. La suramine, qu’est-ce que c’est ? Eh bien c’est une molécule de synthèse inventée par 2 chimistes d’un laboratoire pharmaceutique Allemand dans les années 1920. A l’origine, le médicament est utilisé pour détruire des parasites, des trypanosomes pour être exact, donc utilisé pour des maladies qui frappent certains pays, en Afrique par exemple avec la maladie du sommeil.
 
On lui a découvert d’autres propriétés, anticancer, inhibiteur d’une enzyme qui s’appelle la reverse transcriptase et c’est d’ailleurs pour cette raison qu’on en parle dans le contexte du Covid. Nous avons une étude in vitro, donc dans un tube à essai, qui démontre que la suramine inhibe la réplication du Covid. Ce que ça signifie sur l’humain, on ne sait pas. Mais du coup, on en parle, parmi d’autres molécules synthétiques qui pourraient constituer un traitement. Sachant que cette molécule n’est pas sans toxicité, et ça c’est encore une discussion à part. D’ailleurs, l’utilisation de la suramine qui est un médicament, ce n’est pas ma spécialité, donc je laisse ça aux autre.
 
Mais alors, quel rapport avec les aiguilles de pin ? Eh bien à ma connaissance, aucun. Je ne trouve aucune trace du fait que les aiguilles de pin pourraient contenir cette molécule synthétisée en laboratoire.
 
Voici ce qu’on trouve, si on met vraiment le nez dans le processus de fabrication, et ici je précise que je ne suis pas chimiste : la suramine, au tout début, a été synthétisée à partir un colorant chimique qui s’appelle le bleu de trypan. Le bleu de trypan est fabriqué à partir de toluidine. La toluidine est obtenue par distillation de certains goudrons. Et devinez ce qu’on peut fabriquer avec de la résine et du bois de pin ? Du goudron.
 
C’est le seul lien que j’ai pu trouver entre suramine et aiguilles de pin sylvestre. Avec la résine et le bois de pin, on peut faire du goudron, duquel on peut synthétiser la toluidine, de laquelle on peut synthétiser le bleu de trypan, duquel on peut synthétiser la suramine. Et là, on respire, on fait une pause. C’est un processus complexe et de laboratoire. A ma connaissance, mon corps n’est pas capable de faire cette transformation. Ou alors écrivez-moi et j’ai raté un truc, chose qui est tout à fait possible, auquel cas je ferai une correction.
 
Donc y a-t-il de la suramine dans les aiguilles de pin ? Non, pas à ma connaissance. En ce qui me concerne, cette affirmation n’est pas correcte.
Aiguilles de pin et acide shikimique
 
Une autre affirmation, c’est le fait que les aiguilles de pin sylvestre aident à combattre les infections virales car elle contiennent de l’acide shikimique, qui est à la base d’un médicament qui s’appelle Tamiflu, et qui est utilisé pour lutter contre la grippe.
 
(Note : le Tamiflu, c’est encore un dossier à part, avec une efficacité remise en question aujourd’hui et des risques non négligeables – du hors sujet, je refèrme très vite cette parenthèse)
 
L’acide shikimique agit comme inhibiteur d’une enzyme qui s’appelle la neuraminidase, qui est présente à la surface du virus et qui lui permet d’attaquer les parois de nos propres cellules pour les pénétrer et se multiplier. Un peu comme les constituants du sureau entre parenthèse, les études nous montrent qu’ils inhibent aussi la neuraminidase. Mais bon, le sureau, c’est largement moins sexy que l’acide shikimique.
 
Trouve-t-on de l’acide shikimique dans les aiguilles de pin ? La réponse est oui, on en trouve. Les références sont à la suite de l’article si ça vous intéresse. Une étude (3) explique que la demande pour cette substance est élevée, ça c’était en 2008 lorsque l’étude a été publiée, une demande élevée pour fabriquer des médicaments antiviraux justement. Donc quelles ressources naturelles pourrait-on utiliser ? L’étude démontre que l’acide shikimique des aiguilles de pin sylvestre peut être extrait d’une manière relativement simple avec de l’eau, donc un processus d’infusion tout simplement, et la pureté et le rendement est excellent pour ce type d’extraction.
Toxicité de l’acide shikimique
 
Vous verrez sur internet qu’il pourrait y avoir une toxicité de l’acide shikimique. On mentionne souvent des études faites dans les années 1970 sur des souris. J’ai pu obtenir une de ces études, et je suis allé voir ce que les chercheurs disaient exactement. On parle de quantités qui varient entre 1 et 20 mg d’acide shikimique injectés dans le sang de souris, avec 9 souris sur 14 qui ont développés des lésions précancéreuses après une durée d’injection qui a duré entre 8 et 16 mois.
 
Si je prends le fait que les aiguilles de pin sylvestre contiennent entre 1.5 et 2.5 % d’acide shikimique (d’après les études), ça correspondrait à une quantité de 50 mg d’aiguilles de pin pour une souris de, disons, 20 g. Si je ramène ça a un adulte de 70 kg, ça me ferait, si mes calculs sont bons, 175 g d’aiguilles de pin ! C’est énorme ! Et je n’ai même pas pris en compte la perte au travers de l’absorption intestinale.
 
Donc je répète, on a pris des souris, on leur a injecté directement dans le sang une quantité d’acide shikimique qui correspondrait à une énorme quantité d’aiguilles de pin, et on a fait ça tous les jours pendant 8 à 16 mois. Représentatif ou pas de la réalité ? A votre avis ? Non. Pas représentatif. Le constituant isolé de la plante (d’ailleurs voir mon coup de gueule sur le totum par rapport à un constituent isolé) n’agit pas comme le totum. On sait que dans le totum, on a certains constituants qui vont diminuer la toxicité d’autres constituants. Et comme vous allez le voir, de toute manière, je ne vais pas parler de prise en continue des aiguilles de pin dans mes recommandations.
 
Donc pour résumer, cette présence d’acide shikimique dans les aiguilles de pin, pour moi, c’est un point positif.
 
Ceci dit, quelle est l’efficacité d’un point de vue pratique dans le contexte d’une infection virale comme le Covid ? Je ne sais pas. Je n’ai pas de recul à ce stade. Mais inclure les aiguilles de pin dans ma liste d’infusions de temps à autre, avec des rotations avec d’autres plantes, et pas en continu : oui, ça me semble intéressant.
pin sylvestre
Capacité détox
 
Autre affirmation, le fait que les aiguilles de pin sont riches en antioxydants, et que ceci permettrait de booster nos réserves en antioxydants pour éliminer certaines toxines qui se sont retrouvées dans notre système et qui pourraient être de nature très inflammatoire.
 
Oui, les aiguilles de pin sont riches en antioxydants et en substances antiinflammatoires. Le romarin aussi. Et le curcuma. Et le gingembre. Et la reine-des-prés. Etc., etc. Et dans le monde des plantes, on a des tonnes d’antioxydants remarquables. On a certaines familles qui en sont très riches, comme la famille des lamiacées. Je ne pense pas que les aiguilles de pin aient quelque chose d’extraordinaire ici. Et je vous dirais même que si je devais prendre une plante qui augmente mes réserves de glutathion intra-hépatique, qui protège mon foie et mes reins qui vont devoir éliminer quelque chose d’agressif, je choisis le chardon-marie, pas les aiguilles de pin.
 
Mais bon, là encore, en rotation avec d’autres plantes, pourquoi pas ? C’est une bonne idée. Ca permet de profiter de différents profils de constituants, de différentes actions. Mais je n’adhère pas au fait que ce soit l’antioxydant avec un grand A qui puisse résoudre une situation de fort stress oxydatif ici.
Aiguilles de pin sylvestre et thromboses
 
Dernière affirmation, le fait que les aiguilles de pin peuvent aider lorsqu’il y a un risque de thrombose. C’est vrai, ça a été démontré chez l’animal pour les aiguilles de pin (4)(5), et chez l’humain aussi pour l’écorce de pin maritime avec une substance brevetée qui s’appelle le Pycnogenol et qui est un peu à part, c’est pas quelque chose qu’on peut fabriquer chez soi donc on va laisser le Pycnogenol de côté.
 
Pour les aiguilles de pin, cet effet serait dû, en partie, à l’acide shikimique d’après les études, encore lui. Et on a un effet qui inhibe la formation de la fibrine, effet similaire à l’aspirine d’après un étude, et un effet fibrinolytique aussi. Donc pour dire les choses dans des termes plus simple, on aurait un effet qui prévient la formation de caillots, et un effet qui agit aussi sur les caillots une fois formés pour les résorber.
 
Même point que précédemment, quel est l’effet en vrai, d’un point de vue pratique, sur l’humain, de la consommation d’une simple infusion d’aiguille de pins ? Je ne sais pas, je n’ai pas la réponse, je n’ai pas le recul, mais les données vont dans le bon sens et me font dire que c’est probablement quelque chose qu’on peut inclure dans un programme à base de plantes si nécessaire. Et là encore consultez votre médecin si nécessaire.
Ecorce de pin maritime
Quel type de pin ?
 
Quel type de pin peut-on utiliser ? On parle beaucoup d’aiguilles de pin sylvestre car c’est celui qui a été le plus utilisé en herboristerie. J’ai vu des études sur les teneurs en acide shikimique de Pinus densiflora (le pin rouge du Japon). Sur Pinus elliottii (le pin d’Eliott).
 
Chez moi j’ai plutôt du pin d’Alep (Pinus halepensis). Il n’est pas vraiment utilisé en France, du moins pas à ma connaissance. Il est utilisé dans certains pays comme en Algérie (5), avec une utilisation traditionnelle pour les infections urinaires ou pulmonaires.
 
Je ne pense pas que le pin sylvestre ait quelque chose de spécial, c’est juste qu’on le connait bien en herboristerie, c’est celui qu’on a utilisé le plus. Personnellement, je vous dirais que je suis partisan de faire local. En revanche, j’ai beaucoup moins d’information sur le pin d’Alep, donc dans le doute, je vous conseille de vous orienter plus sur les aiguilles de pin sylvestre.
Préparation
 
Pour les préparations, on utilise idéalement les aiguilles fraiches pour leur teneur en vitamine C. On récupère les aiguilles uniquement, pas les branches. On les coupe en morceaux et on va mettre l’équivalent d’une cuillère à soupe ou d’une grosse pincée par tasse. J’ai vu plusieurs recettes, et c’est vrai que la recette traditionnelle est de faire bouillir un peu avant de laisser infuser. Mais si on voulait maximiser la teneur en vitamine C, il vaudrait mieux faire chauffer l’eau à disons 90°C, sachant en plus que l’acide shikimique semble être extrait d’une manière efficace à basse température (3). On laisse infuser une quinzaine de minutes. On filtre et on boit. Le goût est tout à fait plaisant. Et puis on peut suivre la recette traditionnelle aussi et faire bouillir, ça va donner quelque chose de plus goûteux.
 
On peut rajouter un peu de miel si nécessaire, et personnellement je ferais une tasse de temps en temps en prévention, en alternant avec d’autres protecteurs des bronches et stimulants de l’immunité, voir mes épisodes covid du printemps 2020. Et pour une infection déclarée, je monterais à plusieurs tasses par jour, mais combiné avec d’autres plantes, là encore voir mes épisodes précédents.
Résumé
 
Donc je résume parce que je vous ai donné beaucoup d’information. A priori pas de suramine dans les aiguilles de pin, mais des antioxydants, des antiinflammatoires, des vitamines, de l’acide shikimique et d’autres substances qui rendent les aiguilles de pin intéressantes.
 
Dans quel contexte est-ce que moi je les utiliserais ?
 
* Situation 1 : prévention d’une infection virale type Covid ou autre, en combinaison avec d’autres plantes, pas seul, voir tous les épisodes que je vous ai fait au printemps 2020 sur le Covid. Et je l’avoue, après avoir terminé mes recherches sur les aiguilles de pin, j’ai décidé d’inclure les aiguilles de pin dans ma boîte à outils. Ici ce qui me plait, c’est l’aspect antioxydant, stimulant de l’immunité et protecteur des bronches. Mais comme je vous disais ce n’est qu’un outil parmi d’autres.
 
* Situation 2 : en soutien d’une infection virale déclarée, en combinaison avec d’autres plantes, pas seul. Et en m’assurant toujours d’avoir un soutien médical si nécessaire bien sûr. Ici ce qui me plait c’est l’aspect protecteur des bronches, l’aspect antiinflammatoire et l’aspect circulatoire.
 
Est-ce que je l’utiliserais les aiguilles de pin pour aider le corps à gérer une charge en substances pro-inflammatoires et potentiellement toxiques ? Probablement pas en première intention. J’ai d’autres plantes dans ma boîte à outils qui me semblent plus intéressantes, avec un passé largement mieux établi, je vous ai d’ailleurs cité le chardon-marie comme exemple.
 
Et c’est tout. C’est déjà bien vous me direz. Plante utile, oui, en combinaison avec d’autres, dans le contexte d’une réflexion plus large pour voir comment nous pouvons améliorer notre immunité et notre vitalité pour faire face aux agressions. Toujours revenir aux grands piliers du bien-être. Remède miracle, remède uniciste ? Non, pas chez moi. Ce n’est pas mon style de pratique, ni mes croyances, ni mon expérience.
 
Et comme je vous ai dit en introduction, au final, ceci n’est qu’une opinion. J’espère qu’elle vous aura été utile pour vous faire votre propre idée, et je vous conseille d’écouter et de lire d’autres sources, ceci afin de garder votre esprit critique et de ne pas vous fier à une personne uniquement.
 
A très bientôt pour un nouvel épisode sur les plantes médicinales.
Partager cet article
Repost0
15 septembre 2021 3 15 /09 /septembre /2021 19:51

Madame, Monsieur,

Je vous remercie vivement pour cette invitation à faire vacciner mon enfant. C'est beaucoup plus appréciable qu'une obligation vaccinale comme se permettent d'en envoyer certains employeurs du privé. Je retrouve là tous les motifs de mon attachement au service public qui sait raison et décence garder.

Je répondrais volontiers favorablement à votre invitation car si cela ne tenait qu'à moi, il y aurait bien longtemps que mon enfant serait vacciné. Hélas cet adolescent refuse catégoriquement cette vaccination salvatrice. Je suis désemparé quand il m'affirme que le vaccin n'en est pas un, qu'il est toujours en phase expérimentale, qu'il ne protège ni de la transmission, ni de la contamination et que la balance bénéfices/risques est défavorable pour sa tranche d'âge. Je me demande où il va chercher tout ça !

Il ose prétendre que ces données sont disponibles sur enfance-libertés.fr ou sur d'autres sites complotistes comme toutvabien44.fr ou Réinfocovid. Il a même lu un article sur anthropo-logiques.org qui démontre que la Suède qui n'a ni confiné, ni imposé le port du masque à son peuple s'en trouve très bien aujourd'hui.

Je trouve très grave que des jeunes soient exposés à des informations aussi dangereuses, mais en tant que parent je n'arrive pas à contrôler les risques d'internet.

Je vous l'ai dit, je suis désemparé. L'ambiance à la maison est devenue infernale.

Quand je tente de le raisonner en disant que ce qu'il avance, c'est tout l'inverse de ce que je vois à la télévision, il ricane. J'ai bien essayé de le menacer concernant le risque d'éviction scolaire si un petit camarade choppe un rhume avec PCR positif, ou bien se retrouve avec ce même test positif en dépistage avant une sortie scolaire...Mon adolescent est intraitable ! Il ose rétorquer que sur le plan juridique il s'agit de discrimination ! Et que c'est un crime qui est puni par la loi.

Alors j'ai besoin de votre aide en urgence pour régulariser sa situation. Je ne souhaite qu'une chose, qu'il accepte le vaccin et rentre dans le rang.

Pourriez-vous m'adresser les documents scientifiques qui permettent de démentir le délire complotiste de mon enfant ? Je ne trouve pas ces informations dans le courrier cosigné par Monsieur le Recteur et Monsieur le Directeur de L'ARS.

C'est regrettable. Je n'ai aucun argument solide pour faire obéir cet adolescent qui est si exigeant sur le plan intellectuel. Seuls des documents scientifiques sourcés et indépendants sauraient le convaincre.

Dans l'attente anxieuse de votre réponse, je vous d'agréer Madame, Monsieur, l'expression de mes salutations distinguées.

Un parent au bord de la crise de nerf

Partager cet article
Repost0
15 septembre 2021 3 15 /09 /septembre /2021 19:32

Voyage éclair, que l'on ne peut qualifier d'inutile puisque tout à sa raison d'être, l'Univers conspire à notre bien, mais quand même, cette fois c'est la fois de trop !

Parties lundi dernier sous la grisaille, à peine débarquées sur le Causse du Quercy le cagnard nous assommait.

38° à l'ombre, pour randonner sous des chênes plutôt rabougris, non merci !

Nous avons donc gagné les rives du Lot, stationné le Ptibus à La Magdelaine, sous les noyers et marchotté après avoir renoncé à gagner le village de Laroque des Arcs, le cocktail soleil de plomb et sol calcaire chauffé à blanc ayant eu raison de notre détermination.

 

Le lendemain, à la fraîche nous partions pour Cabrerets mais j'y reviendrais !

L'après midi se révélant tout aussi chaud, nous avons poursuivi notre périple vers le Limousin en faisant quelques zigzags au gré de nos coups de cœur et à la recherche d'un peu de fraîcheur.

 

Sous un soleil ayant revu ses ardeurs à la baisse, nous avons fait halte à St Yriex la Perche dont le cœur de ville est parfaitement "conservé dans son jus". Cité médiévale connue dès l'antiquité pour ses gisements aurifères, c'est du kaolin que la ville tire aujourd'hui ses lettres de noblesse.

Toute la ville vécut longtemps au rythme de la porcelaine, un gisement important de Kaolin ayant été découvert à Marcognac, sans cette découverte la porcelaine serait encore aujourd'hui toujours de Chine !

Nous avons à St Yriex notre fournisseur de porcelaine, mais oui !

Les établissements MP Samie proposent sur deux étages, un choix invraisemblable de bols, assiettes, plats, cafetières, théières, ramequins ... juste le temps de retrouver les 3 assiettes plates que nous avions massacrées et nous terminions notre visite dans une librairie de rêve. Cela tombait bien les trois quarts des monuments et sites étant fermés !

L'heure étant venue de songer à faire étape, nous avons gagné les vergers de Leycuras ouverts à l'accueil des camping-cars. Des centaines de producteurs fermiers, viticulteurs, éleveurs ... proposent gracieusement aux adhérents du groupe France Passion de séjourner chez eux.

Voyageant hors saison, nous sommes souvent seules au milieu des champs ou vergers en compagnie de personnes désireuses de faire partager leur vie ! Que du plaisir.

A peine arrivées alors que nous tâchions de voir où nous allions bien pouvoir stationner un homme, portable en main est venu nous parler météo. Orages "maousse" costauds, grêle, vents forts puis pluie toute la semaine ! Un tableau tellement angoissant que nous avons décidé de regagner Souillac où selon lui la météo s'annonçait plus clémente !

Nous avons donc rattrapé l'autoroute et à partir de cet instant le matraquage a commencé. Tous les dix kilomètres les portiques de signalisation affichaient le même message anxiogène : Alerte météo, orages violents, écoutez 107,7. Sur Toulouse chaque entrée relayait le même message.

Nous avons passé quelques coups de fil, le discours restait identique. L'heure semblait grave même chez nous où un épisode méditerranéen carabiné était attendu. Une amie nous l'ayant annoncé pour 23 heures, nous avons décidé de rentrer dare dare ! S'il devait pleuvoir nous saurions que faire, rangements, piano, cuisine ... côté espace se serait plus vaste que les dix mètres carrés du fourgon.

Alors Ptibus a montré ce qu'il avait sous le capot ! 130 à l'heure, nous sommes rentrées en à peine plus de 5 heures de temps !

A 23 heures il faisait toujours sec ! Au petit jour, un coup de tonnerre, une belle averse qui a rempli la citerne en berne depuis mai. Jeudi et vendredi ont été mi figue mi raisin mais d'épisode méditerranéen foin !

Alors c'est la dernière fois que nous cédons à la peur que l'on cherche à instiller partout et en toute occasion. Peur de la maladie, peur des intempéries, peur de l'autre, peur de la différence, peur de vivre !!!

Nous repartirons et s'il doit pleuvoir, il pleuvra, il tonnera, grêlera, ventera.

Ce sera à "La Buena de Dios" comme disait Jeannine !

De toute façon par le passé nous en avons vu d'autres et après tout nous sommes mortel(les) !

Non ?

Et là pour le coup, nous savons où nous voulons aller ... à NOIRMOUTIER !

Dominique

Partager cet article
Repost0
8 août 2021 7 08 /08 /août /2021 18:44

Personne ne pourra nier que même en période de vacances la mobilisation n'était pas au rendez-vous. Vac-cinnés, non vac-cinnés au coude à coude pour la Liberté !

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Partager cet article
Repost0
28 mai 2021 5 28 /05 /mai /2021 19:58

Un peu partout ce sont les mêmes refrains : « On veut ... il faut ... revivre comme avant », « ça repart petit à petit, ça va s’accélérer » … « tout redevient normal ». Mais n’est-ce pas ce que nous entendions l’an passé à la même période ?

L’histoire bégaie dirait-on !

Mais comment pourrait-on revivre comme avant ?

C’est impossible et surtout pas souhaitable !

Pas souhaitable car notre terre est prête à éjecter le plus grand prédateur qu’elle a enfanté, l’homme.

L’an passé le texte de Fred Vargas avait reçu un franc succès, une majorité d’humains semblait avoir compris que nous l’avions pillé, qu’elle était exsangue. Mais inutile de s’étendre sur ce sujet.

Quant à revenir en arrière c’est impossible, pas après s’être laissé voler notre Liberté. La Peur savamment distillée et entretenue a réduit un grand nombre d’humains en serviteurs dociles et ceux qui ont réussi cet exploit savent maintenant très exactement de quelle marge de manœuvre ils disposent.

Nos faiblesses sont leur force et lorsqu’ils jugeront que la rigolade a bien assez duré ils siffleront la fin de la récré en avançant des arguments fallacieux !

A moins que nous comprenions que la peur est une muselière nous ne sortirons pas de cet engrenage sauf si nous comprenons que la Liberté est d’abord à faire vivre en soi, que la vie sans le lien à l’autre est stérile, que les seules joies qui vaillent sont celles que l’on s’autorise à vivre …

Allez au restaurant, au musée, au cinéma, c’est extra mais ce que nous laissons éclore en nous et venant de nous seul n’a pas de prix et nul ne peut nous le prendre.

Si je me régalais en concert, je sais que je pourrais vivre sans. En y songeant, je me suis revue stressée pour arriver en temps et heure, piaffant en attendant la prestation de, au hasard, Nemanja Radulovic, puis déçue parce qu’un grand m’obligeait à me tortiller pour LE voir. J’ai repensé à la poussée d’adrénaline en l’attendant venir dédicacer le programme, une photo, un CD puis à la déception parce que cela était passé si vite !

Mais la musique là dedans ? Certes elle m’avait baignée mais d’autres contingences avaient comme tiré un léger voile sur l’émotion qui m’emportait.

Là j’ai compris, lorsque je suis au piano, c’est parfois laborieux, mais la profondeur des accords, la vibration des sons, mes doigts qui arrivent quand même à courir sur le clavier me remplissent de bien-être ! La beauté d’une mélodie enfin maîtrisée peut me remplir d’un tel bonheur qu’il m’est arrivée d’en pleurer puis je me plante trois mesures plus loin, mais quelle importance. Cela vient de mon cœur et rien ni personne ne peut m’en priver !

Alors, et nous sommes un certain nombre à être arrivé à la même conclusion, revenir en arrière n’est plus possible, nous avons été séduits, amusés, bernés parce que trop éloignés de ce que nous étions vraiment.

A nous de réinventer le monde qui, tout en préservant notre Terre et toutes les manifestations de vie, va nous permettre de vivre nos élans de cœur de l’intérieur puis de nous rapprocher de l’autre pour goûter à ses différences et créer un monde solidaire, de partage, de joie, d’amour, de respect.

Merci à la vie, à la crise de m’avoir permis de poser mon bagage. Même si je n’étais plus dans la fuite depuis un certain temps, même en ayant la conscience aiguë d’être là où je devais être, j’avais besoin d’horizons lointains. Aujourd’hui le jardin peut être mon seul horizon. Les rossignols y chantent en permanence, l’eau cavale dans l’agouille, je regarde les arbres, je leur parle, je « m’excuse » d’un coup de sécateur malheureux. J’ai découvert à quoi ressemblait une larve de coccinelle, je connais les habitudes journalières des volubilis, je surveille les fleurs d’Actinidias qui commencent à se renfler avec l’apparition des premiers kiwis. Je travaille en symbiose avec la terre, l’eau, l’air et comme la montagne est là toute proche pour assouvir mon besoin de crapahuter que rêver de plus si ce n’est de convier au jardin les amis, les voisins … Nous nous échangeons les semis, les coups de mains !

Non, je ne veux pas revenir en arrière, j’ai une vie à écrire librement et dans le respect de l’autre et de notre Terre !

Dominique

Partager cet article
Repost0
7 avril 2021 3 07 /04 /avril /2021 19:23

L’école à la maison !!!

Vaste sujet à plus forte raison quand il y a des bugs informatiques. A ce propos lorsque l’on écoute le ministre Blanquer parler de hackers russes qui auraient tenté de pirater les serveurs informatiques, on se tient les côtes ! Mort de rire !

Pour en revenir au sujet qui nous occupe, même lorsque cela fonctionne correctement côté informatique, encore faudrait-il que les parents soient partants et conscients, ce dont je ne suis pas si sûre.

Certes je sens bien qu’il y a quand même une certaine colère au fond de moi et je vais m'épancher. Enseignante je fus, enseignante je reste et en maintes occasions je raisonne, agis toujours comme tel. Je ne peux m’empêcher de me mettre à la place de mes ex-collègues qui, s’ils ne sont pas en présentiel ne sont pas pour autant en vacances et travaillent à mettre en ligne les cours pour leurs élèves puis corrigeront le travail réalisé ! Je me mets à leur place car je sais que leurs téléphones personnels n’arrêtent pas de sonner et que même après l’heure « ordinaire » de cessation des cours, ils répondent (jusqu’à 22h et plus) et se mettent en quatre pour aider les parents en détresse !

Ce qui me met le « bouillon à la tête » c’est que, hormis dans certains milieux, un certain nombre de familles est à l’image de nos voisins. Personne ne se bile, les vacances ont commencé !

Nul ne semble vraiment s’inquiéter de la baisse de niveau qui n’est pas une simple vue de l’esprit, pourtant. Je n’aurais jamais imaginé que l’on puisse en terminale évaluer les connaissances des élèves au moyen de QCM, que cela compte dans les moyennes et entre dans la catégorie contrôle continu. Il y a quand même une grande différence entre être capable de restituer de mémoire des connaissances sans aucun support et devoir faire un choix entre 3 ou 4 possibilités de réponses. Outre le coup de chance, il est aisé de procéder par élimination en misant sur ses capacités de raisonnement ! Si je vous demande en quelle année a été signé le Traité des Pyrénées et vous donne le choix entre 1515, 1659, 1871 et 1945 avec un peu de jugeote un tri va s’opérer et la réponse sera facilitée. Mais si je vous demande tout à trac en quelle année a eu lieu la bataille de Bouvines, trouverez vous la réponse (sans aller voir sur Google) aussi facilement ?

Alors il est toujours possible d’extrapoler et de voir dans la situation actuelle des possibilités d’enrichir en famille les connaissances des enfants encore faudrait-il garder les pieds sur terre. Tous ces « et si » les enfants apprenaient à faire vivre leur imaginaire, à écrire des poèmes, des récits, à s’occuper de la nature, des animaux … sont bien jolis mais il y a une condition à remplir, que les parents soient partie prenante. De toute manière cela n’est pas novateur cela correspond à ce que Célestin Freinet prônait en matière de pédagogie et avait mis en place (et que l’on a éradiqué comme l’école Mutuelle).

Lorsque je regarde autour de moi je constate que peu de parents parlent aux enfants, partagent des activités avec eux, que les chiens et chats sont des « objets » que l’on ne balade même pas, que le jardin est juste un terrain de jeu pas question de cultiver. Je les vois connectés en permanence sur des tablettes qui servent de « nounou », de mentor et je constate même que certains n’hésitent pas à laisser pour une durée relativement longue des gamins seuls au domicile et là je bondis. Quand je pense que nous étions sensés pouvoir dire les circonstances exactes, l’heure à la seconde près, quand un enfant se gamelait à la récréation ? Nous étions (sommes ?) toujours suspectés de négligence !!!

Dommage parce que je sais d’expérience que l’école à la maison fonctionne parfaitement ? Cela peut être temporaire comme cette famille de notre environnement parisien qui un jour a tout laissé, vendu et après avoir monté un projet pour être sponsorisée est partie en camping-car de part le Monde 2 ans (lire si cela vous intéresse 4 enfants et un rêve). Les gamins ont été déscolarisés mais pendant tout le périple invités à tenir un journal, confrontés à la Vie ils ont découvert de nouvelles sources de savoir… au retour ils ont tous « sauté » une classe. Seulement les parents s’étaient investis d’une mission qu’ils ont remplie parfaitement. Alors oui, l’expérience actuelle peut se révéler positive mais il faut quand même se donner du mal !

Dominique, ronchon

 

 

Partager cet article
Repost0
9 février 2021 2 09 /02 /février /2021 21:06

En ce moment il est de bon ton d’énoncer qu’il serait préférable de tout miser sur les jeunes dont la situation est jugée dramatique et donc de faire en sorte qu’ils soient prioritaires pour bénéficier de toute décision allant dans le sens d’un mieux en matière d’avenir (soins, aides diverses, vac-cination...) !

A entendre une majorité de personnes (sont-elles tous sincères notamment quand elles entrent dans la catégorie visée par d’éventuelles mesures discriminatoires ?) il aurait été plus juste de se pencher sur le cas des plus de 75 ans en dernier recours, soit !

Personnellement j’en ai ras le bol de cette manière de mettre les personnes dans des cases notamment en matière d’âge. Nous sommes entrain de créer de multiples fractures au sein de notre société en opposant les personnes les unes contre les autres, de créer des « castes ». Du train où vont les choses les « vieux » vont bientôt se retrouver les intouchables de notre société et pourtant si nous nous donnons la peine de réfléchir leur jeunesse en a vu des « vertes et des pas mûres (guerre 39 – 45, guerre d’Algérie ...). Les EHPAD ressemblent déjà à des ghettos et nous avons vu qu’entre mars et mai 2020 beaucoup n’ont pu être hospitalisés afin de préserver l’accès en réanimation aux plus jeunes. Jusqu’où cela va t’il aller ?

Il y a de sinistres antécédents, ne pourrions nous nous en souvenir tant qu’il est temps ?

Pour rappel, le manque de lits d’hôpitaux a une cause identifiée et nous connaissons tous celui qui a orchestré la casse de l’Hôpital public … Ca… Cas… Casse-tête.

Les vieux ont ils à en faire les frais ? Ils appartiennent selon ce qu’on entend dire à cette catégorie de français argentés (et que l’on n’hésite pas à inciter à se délester de leurs biens aux profits des plus jeunes sous forme de dons !) mais n’ont ils pas acquitté sous forme d’impôts leur droit à être soignés comme tout un chacun ?

Toute vie est précieuse et doit être préservée, il n’y a pas d’âge à partir duquel nous puissions décider que l’on aura ou pas accès à des soins, quels qu’ils soient.

C’est une question de priorité dans les choix de gouvernement.

A 90 ans la mère d’une amie avait dû batailler avec le personnel de la maison de retraite où elle résidait pour obtenir un rendez-vous afin de se faire refaire son appareil dentaire. Compte-tenu de son âge, les soins étaient évalués en terme de rentabilité ! Elle a tenu bon et pendant 5 ans a pu jouir de cet appareil !

Déjà bien mis à mal le lien social est entrain de s’effondrer et plus que jamais il est évident que l’on cherche par tous les moyens à opposer les générations entre elles, diviser pour régner ! Encore une stratégie de manipulation !

Moi qui suis l’autre voix de l’Ecritoile sans avoir atteint les 75 ans fatidiques je fais partie de ceux que l’on qualifie d’aînés même si ce n’est pas du tout mon ressenti. Mon âge ne cesse de me surprendre non que je me refuse à vieillir mais parce que, à 71 ans, j’ai non seulement le même potentiel qu’avant mais je progresse.

J’ai éradiqué les douleurs de dos et de genoux en revisitant mon alimentation au prix de certains sacrifices. Le sac à dos ne me pèse pas et j’avale les dénivelés les doigts dans le nez ! Je m’impose une certaine discipline, gym et moments de méditation quotidiennement. Du coup à force de faire les choses en conscience j’ai l’esprit clair, vif ma foi, pas de trou de mémoire … et côté tête j’ai dû regagner des neurones en me remettant au piano. Je mémorise les partitions sans problème et déchiffre de nouveau aisément en clés de sol et de fa. Je conceptualise, analyse, synthétise tous les documentaires, conférences, textes, bouquins qui nous dévorons, le blog et Facebook étant les prétextes parfaits pour tout mettre au clair.

Je « m’entretiens » comme nous le conseillait Jeannine - notre mère était une puriste en matière de santé physique, spirituelle et intellectuelle (elle qui jusqu’à 96 ans faisait sa leçon d’anglais ou d’espagnol tous les jours) - pour la joie de me sentir vivante, à l’aise dans mon corps, mon esprit et mon âme.

Ces efforts sont donc avant tout gratifiants pour moi (et la MGEN) mais je revendique le droit lorsque j’aurai atteint un âge respectable de ne pas être considéré comme un « sous produit humain » par rapport à plus jeune que moi !

La grosse majorité des anciens a trimé dur et passé de nombreuses épreuves, comment ne pourrait elle ne pas avoir droit au respect ! Aujourd’hui nous ne pouvons leur demander d’être résilient, cette capacité est quand même le propre de la jeunesse. Aidons ces derniers à mobiliser les forces nécessaires pour rebondir, à ne pas se laisser enfermer dans la spirale du découragement, à faire de ces épreuves une occasion de chercher ce qui est essentiel dans leur vie et à donner corps à leurs rêves.

Les plus âgés d’entre nous ont le droit et nous avons le devoir de les laisser VIVRE et non pas SURVIVRE au même titre que quiconque quel que soit son âge !

 

Partager cet article
Repost0
19 janvier 2021 2 19 /01 /janvier /2021 18:36
Peut-être ne voyez vous pas bien ce qui est écrit sur l'affichage, tout en haut ? Alors je vous le dis : "Les chemins de la Liberté" !
Eh oui, nous sommes sur l'un des chemins dit de "La Retirade", ces chemins que les républicains espagnols ont emprunté pour échapper à Franco !
Toujours est-il que ce n'est pas cette année que nous allons pouvoir les suivre ces chemins de la Liberté et raviver leur mémoire ! Bouclés par d'énormes blocs de béton, interdits aux véhicules et même aux piétons !
Liberté, j'écris ton nom !
Dominique
Partager cet article
Repost0
14 janvier 2021 4 14 /01 /janvier /2021 21:15
Avant de dire "encore" et de supprimer, merci de lire ce texte que j'ai tenté de faire bref !
Pour vous, pour nous, pour tous !

 

Nous ne sommes pas "complotistes", nous sommes juste des personnes qui depuis des années constatons que le droit de penser différemment se restreint, qu'il y a une uniformisation des idées
et que celui qui ne pense pas comme tout le monde est suspect. Jusqu'à présent cela passait, on était tout au plus casé dans la case "original". C'est notre cas, nous avons été formatées ainsi dès l'enfance par nos parents. Notre mère était non conformiste, notre père aussi mais de manière plus discrète.
Aujourd'hui d'original on devient un ennemi du peuple potentiel !
Depuis la nuit des temps la controverse alimente les vies, autant de personnes, quasiment autant d'opinions ! Impossible de rallier tout le monde à son point de vue (sauf par la force) et c'est tant mieux car il n'y aurait eu aucune réflexion et un surplace généralisé !
Que certains textes surprennent, dérangent, voire choquent rien de plus normal, mais pouvons nous être certains qu’un jour nous ne découvrirons pas que ce qui nous irritait était juste ? D'où le rôle des lanceurs d'alerte ! Juste une question, que ce serait-il passé si les personnes avaient cru à la possibilité de camps de concentrations dans l'Allemagne nazie, à l'extermination des juifs, tziganes, communistes... ?
En ces temps troublés de révélations (Apocalypse = révélation) ne découvre t’on pas que bien des êtres que nous avons portées aux nues jadis étaient de fieffés coquins ?
En ce qui nous concernent, globalement nous pouvons tout entendre, nous avons des contacts de tout bord et dans notre environnement nos idées ne font pas forcément consensus. Mais cela se vit bien, nous nous respectons et trouvons toujours un point de ralliement.
Reste profondément détestable, les commentaires sarcastiques, le mépris affiché pour des idées différentes, la condescendance avec laquelle des idées autres sont balayées, les échanges épistolaires violents (un blog se reconnaitra sans doute, mais on le fascine, il s'accroche, ah, ah, ah).
Passé ce préambule, si vous n'êtes jamais allés faire un tour sur le site de France Soir, allés y vous en serez enchantés, j'en suis sûre !
Pour la petite histoire France Soir a été créé en 1941 pour venir en aide aux juifs et aux résistants !!!
Voici un lien pour accéder à l'émission "le défit de la vérité", passionnant .
Do
Do

Voir les commentaires

Partager cet article
Repost0
13 janvier 2021 3 13 /01 /janvier /2021 20:14
Franchement si vous, vous croyez vraiment que c'est pour lutter contre le terrorisme, la contrebande, les traffics... que sais-je encore, que les frontières en certains endroits des PO viennent d'être fermées, c'est que vraiment on peut vous faire prendre des vessies pour des lanternes ! 
La contrebande est présente ici depuis ... des temps immémoriaux, je ne vous parle pas des fois où nous en avons été témoins, et pas à des postes frontières.
Quant au terrorisme, on nous prend pour des truffes ! Il y a quelques jours notre voisine a passé le Perthus, de jour, NO BODY ! Elle est allée à La Jonquère, même au restau et elle est revenue "les doigts dans le nez" ! pourtant c'était fermé
 
Pyrénées-Orientales : des blocs de béton ferment 5 routes secondaires entre France et Espagne

Depuis 11h, ce lundi, des blocs de béton ont fleuri sur 5 routes secondaires transfrontalières des Pyrénées-Orientales. C'est un arrêté préfectoral qui régit ces interdictions de circulation pour tous véhicules mais aussi pour les piétons. Cette décision est valable "jusqu'à nouvel ordre".

Col de Banyuls-sur-Mer (Pyrénées-Orientales) - des blocs de béton pour fermer la route secondaire entre France et Espagne - 11 janvier 2021.
Col de Banyuls-sur-Mer (Pyrénées-Orientales) - des blocs de béton pour fermer la route secondaire entre France et Espagne - 11 janvier 2021. • © F3 LR

Pour lutter contre le terrorisme, les trafics, la contrebande et l'immigration clandestine, 5 des 12 axes des Pyrénées-Orientales entre France et Espagne sont fermés depuis 11h ce lundi. Un sur la Côte Vermeille, 2 en Cerdagne et 2 dans les Albères.

  • Col de Banyuls-sur-Mer
  • Col de Coustouges (Départementale 3)
  • Col de Manrell–Las Illas (Départementale 13)
  • Chemin d’Aja (entre Palau-de-Cerdagne et Puigcerda)
  • Route de la Vignole Enveitg (Départementale 34)
Col de Banyuls-sur-Mer (Pyrénées-Orientales) - des blocs de béton pour fermer la route secondaire entre France et Espagne - 11 janvier 2021.
Col de Banyuls-sur-Mer (Pyrénées-Orientales) - des blocs de béton pour fermer la route secondaire entre France et Espagne - 11 janvier 2021. • © F3 LR A.Chéron.

La préfecture a décidé, à la demande du gouvernement, une fermeture physique de ces routes avec l'installation de lourds blocs de béton en travers de la chaussée. Une mesure temporaire mais pour une "durée illimitée", pour le moment.

Plus de contrôles de jour comme de nuit

Emmanuel Macron, en visite au Perthus, le 5 novembre dernier, avait annoncé vouloir doubler les effectifs de police aux frontières en vue de lutter contre le terrorisme. En ligne de mire également, la lutte contre les trafics et la contrebande (drogue, cigarettes, alcools...) mais aussi contre l'immigration clandestine.

30 à 50 personnes sont interpellées chaque jour en situation irrégulière depuis novembre.

Etienne Stroskopf, préfet des Pyrénées-Orientales.

Il s'agit en fait de réduire le nombre de points de passages frontaliers pour mieux canaliser et contrôler les flux passants par ceux restants ouverts, donc les axes les plus fréquentés.

Afin d'y parvenir, la police aux frontières des Pyrénées-Orientales a reçu le renfort de 2 unités mobiles, de réservistes de la gendarmerie, des militaires de l'opération Sentinelle.

Du côté des forces de l'ordre, les syndicats ont la même analyse mais ils réclament des effectifs pérennes pour assurer leurs missions.

Réactions des riverains et usagers de la Côte Vermeille

A Banyuls, riverains et usagers sont mitigés et surtout résignés. Seule certitude, cela va allonger les temps de parcours... ce n'est pas une fermeture totale vers l'Espagne.

Là-haut, il y a des go fast qui passent, donc c'est plutôt bien. En plus, en ce moment, on ne peut plus aller en Espagne !

Les plus impactés vont être les travailleurs transfrontaliers qui vont devoir passer soit par Cerbère, soit par Le Perthus ou Le Boulou. "Ca va gêner les gens qui passent la frontière pour aller travailler ou faire leurs courses".

C'est beaucoup de cinéma !... 

"Moi, je suis pour fermer les frontières, sans parler du Covid, il y a des problèmes donc c'est une solution temporaire".

C'est fermer la porte avec nos voisins, le retour des frontières !

7 passages toujours ouverts entre France et Espagne dans le Roussillon

Dans l'arrêté préfectoral sont précisés les seuls passages autorisés à compter du 11 janvier pour les véhicules et les piétons.

  • Autoroute A9 à la barrière de péage du Boulou
  • Route Départementale 900 au Perthus village
  • RD 914 à Cerbère
  • RD 115, col d'Arès à Prats-de-Mollo/La Preste
  • Route du pont international à Bourg-Madame
  • Route du Toruniquer entre Urr et Enveitg sur la RN 20
  • Route neutre entre Puigcerda et Llivia

Une route fermée en Haute-Garonne

Une mesure similaire est déjà en place en Haute-Garonne, sur un autre secteur des Pyrénées en région Occitanie, il s'agit du col du Portillon. La route est fermée depuis le 6 janvier 2021.

 

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : Hist' toiles
  • : Nous sommes deux soeurs... L'une peint, l'autre écrit. Nous avons envie de partager nos vécus, nos ressentis, nos expériences; de témoigner... Nous aimons par dessus tout la nature, notre plus grande source d'énergie... Sur ce blog, nous vous présenterons des peintures, des livres, mais aussi des photos de nos voyages, de nos randonnées, des récits... Nous tenterons enfin de vous entraîner dans la grande aventure de notre vie: notre cheminement spirituel vers l'Amour et la Lumière.
  • Contact

Recherche