Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
14 janvier 2021 4 14 /01 /janvier /2021 21:15
Avant de dire "encore" et de supprimer, merci de lire ce texte que j'ai tenté de faire bref !
Pour vous, pour nous, pour tous !

 

Nous ne sommes pas "complotistes", nous sommes juste des personnes qui depuis des années constatons que le droit de penser différemment se restreint, qu'il y a une uniformisation des idées
et que celui qui ne pense pas comme tout le monde est suspect. Jusqu'à présent cela passait, on était tout au plus casé dans la case "original". C'est notre cas, nous avons été formatées ainsi dès l'enfance par nos parents. Notre mère était non conformiste, notre père aussi mais de manière plus discrète.
Aujourd'hui d'original on devient un ennemi du peuple potentiel !
Depuis la nuit des temps la controverse alimente les vies, autant de personnes, quasiment autant d'opinions ! Impossible de rallier tout le monde à son point de vue (sauf par la force) et c'est tant mieux car il n'y aurait eu aucune réflexion et un surplace généralisé !
Que certains textes surprennent, dérangent, voire choquent rien de plus normal, mais pouvons nous être certains qu’un jour nous ne découvrirons pas que ce qui nous irritait était juste ? D'où le rôle des lanceurs d'alerte ! Juste une question, que ce serait-il passé si les personnes avaient cru à la possibilité de camps de concentrations dans l'Allemagne nazie, à l'extermination des juifs, tziganes, communistes... ?
En ces temps troublés de révélations (Apocalypse = révélation) ne découvre t’on pas que bien des êtres que nous avons portées aux nues jadis étaient de fieffés coquins ?
En ce qui nous concernent, globalement nous pouvons tout entendre, nous avons des contacts de tout bord et dans notre environnement nos idées ne font pas forcément consensus. Mais cela se vit bien, nous nous respectons et trouvons toujours un point de ralliement.
Reste profondément détestable, les commentaires sarcastiques, le mépris affiché pour des idées différentes, la condescendance avec laquelle des idées autres sont balayées, les échanges épistolaires violents (un blog se reconnaitra sans doute, mais on le fascine, il s'accroche, ah, ah, ah).
Passé ce préambule, si vous n'êtes jamais allés faire un tour sur le site de France Soir, allés y vous en serez enchantés, j'en suis sûre !
Pour la petite histoire France Soir a été créé en 1941 pour venir en aide aux juifs et aux résistants !!!
Voici un lien pour accéder à l'émission "le défit de la vérité", passionnant .
Do
Do

Voir les commentaires

Partager cet article
Repost0
7 janvier 2021 4 07 /01 /janvier /2021 20:25

POURQUOI ? 

Pourquoi (B) ill (G) ates a réuni ses copains en octobre 2019 pour simuler une pandémie de coronavirus dans le monde entier ?

Pourquoi le mari de Buzin est lié au laboratoire de Wuhan ?

Pourquoi un "couvre-feu" alors qu'il s'agit d'un virus ?

Pourquoi les conseillers scientifiques de Macron sont payés par Gilead, laboratoire qui vend le Remdesivir ?

Pourquoi on écoute davantage un informaticien milliardaire qu’un médecin de terrain ?

Pourquoi l’OMS est-elle financée en partie par (B) ill (G) ates ?

Pourquoi les autopsies ont été interdites sur les personnes au printemps ?

Pourquoi les antennes 5(G) ont été installées rapidement pendant le confinement ?

Pourquoi les médecins perçoivent plus d’argent lorsque le test C.o.v.i.d est positif ?

Pourquoi les médecins perçoivent plus d’argent lorsque le certificat mentionne comme cause de décès le C.o.v.i.d ?

Pourquoi les tests PCR ne sont-ils pas identiques sur tout le réseau national ?

Pourquoi change-t-on d’indicateurs constamment pour faire des statistiques ?

Pourquoi l’État n’a pas ouvert de nouveaux lits de réanimation après le printemps ?

Pourquoi l’État a gazé en 2019 les soignants qui demandaient plus de moyens ?

Pourquoi l’État n’utilise pas les lits des cliniques privées, en situation de tension ?

Pourquoi n’y-a-t-il pas de preuves de l’efficacité des masques ?

Pourquoi n’y-a-t-il pas de preuves de l’efficacité des confinements ?

Pourquoi a-t-on interdit la vente des masques aux pharmaciens ce printemps ?

Pourquoi ne dit-on pas que le taux de mortalité du C.o.v.i.d est identique à celui d’une mauvaise grippe ?

Pourquoi la grippe a disparu des statistiques des causes de décès cet hiver ?

Pourquoi une balade seule en forêt est dangereuse tandis qu'un bus bondé pour emmener les esclaves au travail est autorisé ?

Pourquoi un livre vendu dans une petite librairie est plus dangereux qu’un livre vendu à la FNAC ? Pourquoi n’y a-t-il pas eu d'explosions d'hospitalisations ou de décès en juin avec la fête de la musique, en juillet/août avec les manifestations, déplacements, rassemblements touristiques ? Pourquoi connaissait-on la date du reconfinement (28 octobre) depuis cet été ?

Pourquoi Chevènement savait qu’un prof allait se faire décapiter la veille du fait avéré ?

Pourquoi ne parle-t-on pas de la vague de dépressions et suicides que cette situation cause ? Pourquoi les médecins qui ont une approche alternative se font agresser sur les plateaux TV ? Pourquoi le vocabulaire utilisé pour dépeindre cette situation sanitaire est celui de la guerre ? Pourquoi n’entend-t-on jamais parler de système immunitaire ?

Pourquoi Facebook, Twitter, YouTube ont augmenté de manière exponentielle la censure ces derniers mois ?

Pourquoi ne demande-t-on pas au peuple de quelle manière il souhaite être gouverné dans cette situation de crise ?

Pourquoi n’a-t-on pas fait tout un scandale en 2017 alors que la grippe a été un peu plus meurtrière cette année-là ?

Pourquoi ne dépense-t-on pas autant d'énergie et d'argent pour traiter de diminuer l'incidence de maladies dont le taux de mortalité est plus élevé (maladies cardio-vasculaires, cancer, diabète, tuberculose) ?

Pourquoi tous les médias ont la même approche de cette situation ? …

Pourquoi ?

Parce qu'il est l'heure de se réveiller...

 

Partager cet article
Repost0
7 décembre 2020 1 07 /12 /décembre /2020 21:28

Un jour pour la première fois de ma vie, j’ai eu le cran de dire NON, c’était à une copine qui nous annonçait tout à trac qu’elle avait l’intention de redescendre à St Genis avec nous pour passer quelques jours à la maison. Le séjour en soi ne posait pas de problème mais compromettait notre projet de halte de 2 jours sur le Puy de Sancy avec son lot de randos dans le cadre de la manifestation Horizons car cette personne était, tout, sauf sportive !

Toute la nuit, nous avons ressassé en boucle notre déconvenue de ne pouvoir crapahuter et au matin je téléphonais pour lui dire que nous ne changerions rien à nos projets.

Relatant notre décision à notre voisine, présente lors du coup de fil, elle nous a dit ne pas nous comprendre, selon elle, nous aurions bien le temps par la suite de nous adonner à notre plaisir !

Mais que sait-on des lendemains qui nous attendent ?

Auriez vous imaginez vivre ce que nous vivons aujourd’hui ? 

Aujourd’hui plus que jamais je me félicite d’avoir su nous choisir même si privilégier nos choix fut parfois douloureux quand partir loin revenait à laisser notre mère, seule, derrière nous !

Aujourd’hui je prépare notre calendrier 2021 et comme à chaque fois, j’opère un tri pour isoler ce qui, chaque mois de l’année écoulée, a été particulièrement inoubliable. Mais cette année le Covid est passé par là et mis à part de fréquents séjours sur le centre de la France, nous n’avons pas quitté l’Hexagone, une première pour nous ! Pas même depuis février une petite, toute petite, balade en Espagne et pourtant c’est chez nous là-bas !

Je me suis donc rabattue sur les nombreux voyages à l’étranger des années précédentes et en redécouvrant toutes ces merveilles, il n’y a pas à dire, je ne regrette rien !

La Vie a été au rendez-vous, le plaisir, la joie de découvrir d’autres horizons, le bonheur des rencontres fortuites, les plaisirs de l’aventure vécue aux côtés de ma vieille copine d’enfance aussi, nos amis Pignon et l’immense gratitude d’avoir pu aller à la recherche de nos origines. Des confins de l’Autriche et de la Hongrie d’où émigra un certain Anton Dampfhoffer, en passant par la Wallonie d’où sont issus les Longville. Précision, wallons certes mais fils de déserteurs français et depuis 1720 seulement ! Sans oublier l’Espagne que nous avons sillonné en long en large et en travers car nous revendiquons un peu de ce sang ibérique que les Barba nous ont léguées.

Il n’y a pas à dire, tout était beau, bon, bien, et si nous ne pouvons pas repartir de sitôt, au moins ce qui a été pris est à nous, ne dit on pas que « la façade d’une maison n’appartient pas à celui qui la possède mais à celui qui la regarde » (Lao Tseu).

Il n’en est pas moins vrai que ce tri s’est révélé douloureux, comment avons nous pu en arriver là ? Et comme ne choisir que 13 clichés (avec la couverture) fut un vrai crève-cœur je vous les offre toutes !

https://youtu.be/CCiGb9Guwsc

Mais je suis bien décidée à ce que le futur soit tel que je le rêve, une vie les mains dans la terre et, ou sur le clavier de notre piano, godillots aux pieds, en joyeuse compagnie. Nous nous offrirons le luxe de nuits dans notre fourgon et qu’importe si nous ne passons plus de frontières, nous pouvons tout aussi bien aller le poser dans un petit coin des Albères. Nous allons continuer à partager le quotidien de personnes animées par le même désir de construire une société solidaire et donner vie à notre oasis de biodiversité, l’enrichissant toujours plus des multiples découvertes que nous faisons aux côtés des pionniers qui nous ont précédées.

Et puis nous nous appliquerons à DÉSOBÉIR, raisonnablement dans le respect de tout ce qui est, mais pour vivre LIBRE !

Dominique

Partager cet article
Repost0
30 novembre 2020 1 30 /11 /novembre /2020 20:27

Le Professeur Charbonier n’est pas le premier venu et son parcours exemplaire en atteste. Il a juste le grand tort depuis le début de la crise qui secoue le Monde de ne pas se taire et de chercher à rétablir systématiquement les faits dans leur contexte. Autrement dit, il dérange, comme le professeur Péronne, le Professeur Raoult et tous ceux qui en ce moment osent prendre la parole pour aller contre les décisions du gouvernement !

Alors la sentence est tombée, sous un prétexte monté de toute pièce, faisant fi du principe de présomption d’innocence il est interdit d’exercer alors que le jugement n’a pas été rendu, l’affaire n’est même pas encore jugée.

A lire et partager si cela vous semble juste et nécessaire !

LE COMPLOT ORGANISÉ POUR TENTER DE DÉTRUIRE CEUX QUI DÉRANGENT.

Je rapporte ici le nouvel article me concernant qui vient d’être publié sur La Dépêche du Midi dans sa version numérique et qui paraîtra demain matin dans sa version papier.

Comme vous pourrez le lire, il démontre bien que je suis victime d’une injustice inédite ; aux dires de mes avocats c’est même du jamais vu !!!

Ainsi, il suffirait qu’un patient déclare qu’il a été conscient pendant quelques minutes de son opération pour que l’anesthésiste soit condamné à 6 mois de prison avec sursis et immédiatement interdit d’exercice pendant un an !!! On croit rêver ! Mes collègues anesthésistes et chirurgiens à qui je raconte cela ont bien du mal à me croire, et pourtant...

On a fouillé ma vie, on a interrogé mes proches, mes éditeurs, mes collègues de travail, tous mes déplacements, mes achats, en cherchant l’erreur, la faille. On m’a placé deux fois en garde à vue !!! Ils n’ont trouvé que cela à me reprocher car il n’y avait rien d’autre.

J’ai été mis sous écoute. Un drone est venu filmer ma maison, on a aussi fouillé mes comptes, et là c’est vrai, j’étais en faute par négligence et mauvais conseils et je l’ai volontiers reconnu ; j’ai depuis changé de cabinet comptable. Nous démontrerons facilement avec mes conseils qu’il n’y avait de ma part aucune tentative de fraude intentionnelle.

On a décidé en haut lieu ma mise à mort parce que je dérange mais je me battrai et je gagnerai car j’ai malgré tout confiance en la justice qui ne sera pas nécessairement celle de mon pays puisque nous saisirons la Cours Européenne des Droits de l’Homme si nous n’obtenons pas satisfaction.

Dans cet article de La Dépêche, on parle « des témoignages à décharge de 26 personnes ». En fait, il s’agit de 26 médecins et chirurgiens de La clinique La Croix du Sud à QUINT avec lesquels je travaillais. Ils ont témoigné par écrit des bons et loyaux services que je leur ai apportés pendant des années. J’ai même endormi deux d’entre-eux pour leurs propres interventions ; s’ils m’ont choisi parmi les 21 anesthésistes en poste, c’est qu’ils me faisaient sans doute confiance. Tous ont souhaité m’apporter de cette façon leur aide et je les en remercie chaleureusement. Enfin presque tous, puisque le médecin urologue (que je préfère ne pas nommer) qui a signalé au fameux patient que je m’étais absenté 5 minutes pour aller uriner en lui conseillant de porter plainte contre moi au pénal, au conseil de l’ordre et à la direction de la clinique, n’a bien sûr pas participé à ce plébiscite. J’ai d’ailleurs porté plainte contre ce praticien au Conseil de l’Ordre des médecins pour propos anti confraternels et faute déontologique, et là aussi, on pourra évaluer l’impartialité de cette instance dans cette incroyable affaire.

Voici donc l’article en question signé par le journaliste Jean Cohadon.

Poursuivi après une opération où le patient affirme avoir « vécu un véritable cauchemar », le docteur anesthésiste toulousain Jean-Jacques Charbonier, a été condamné en septembre par le tribunal correctionnel de Toulouse. Il a fait appel et conteste aujourd’hui son interdiction d’exercer prononcée par la justice.

Poursuivi devant le tribunal correctionnel de Toulouse fin septembre après ce que la justice considère comme une faute d’anesthésie et de surveillance d’un patient lors d’une opération en avril 2019, le docteur Jean-Jacques Charbonier a été condamné à 6 mois de prison avec sursis et un an d’interdiction d’exercer.

Une décision frappée rapidement d’appel « parce qu’en 35 ans d’exercice, il n’a jamais eu le moindre problème, insiste son nouvel avocat, Me Simon Cohen. Ce médecin se plaint d’une enquête disproportionnée et il a raison. On ne retient pas les témoignages à décharge de vingt-six personnes. Pourtant le protocole d’anesthésie appliqué lors de cette intervention a été validé par l’expert et la très brève absence de la salle qu’on lui reproche n’a eu, elle, aucune conséquence. D’ailleurs les douleurs dont se plaint le patient demeurent antérieures à cette absence et par conséquent, entre le soi-disant préjudice et ce qui lui est reproché. Il n’existe pas de relation de cause à effet. Il n’est donc pas possible de déceler de manquement à une obligation susceptible d’engager à fortiori une responsabilité pénale. »

Contraire à la convention européenne des droits de l’homme ?

La chambre des appels correctionnels va donc étudier le dossier mais Me Cohen conteste également l’interdiction d’exercer avec exécution provisoire, donc immédiate, prononcé par le tribunal correctionnel dans son jugement.

« Compte tenu des délais d’appel, entre 12 et 18 mois à Toulouse, cette interdiction sera purgée avant que le dossier revienne devant la cour. En droit pénal français, on peut interjeter appel de toutes les décisions, par exemple un placement en détention, mais aucun recours n’est prévu quand un tribunal correctionnel prononce une exécution provisoire. C’est pour le moins particulier », explique l’avocat toulousain.

Son cabinet a donc déposé un recours la semaine dernière pour réclamer la mainlevée de cette interdiction d’exercer. « Nous demandons à la cour d’appel, en l’occurrence la chambre des appels correctionnels, de se saisir de cette question. Nous nous trouvons devant un vide juridique que la cour doit pallier. On ne peut pas, d’un côté, affirmer que ce médecin bénéficie de la présomption d’innocence puisque sa condamnation n’est pas définitive, que sa responsabilité est contestée et contestable mais, en parallèle, lui interdire d’exercer. Pour moi, cette impossibilité est non seulement contraire à la déclaration des droits de l’homme mais surtout contraire à la convention européenne des droits de l’homme. »

 

Voir les commentaires

Partager cet article
Repost0
21 novembre 2020 6 21 /11 /novembre /2020 21:21

Du côté de nos corps subtils pour booster son immunité !

Je suppose que si je vous dis chakra cela vous parle. En bref ce sont ces centres énergétiques répartis en différents points de notre anatomie. Nous avons en fait 8 principaux, le huitième Tekla ou chakra trans-personnel est chez la majorité des personnes inactif, pour d’autres il est à l’état de germe plus ou moins ressenti. Il est possible en se concentrant sur un point situé à environ 50 centimètres de notre tête de le ressentir. Nous avons aussi un certain nombre de chakras secondaires (40) qui ont pour fonction principale de faire circuler l’énergie dans le réseau de nos nadis, réseau qui peut être assimilé à notre système vasculaire.

Actuellement il est très important de travailler à équilibrer et d’activer nos chakras en commençant par le chakra racine. Ce chakra est garant de notre stabilité, il nous aide à prendre notre place, à ne pas partir en vrille ! Je vous propose si cela vous intéresse un lien vers une conférence sur ce sujet, libre à vous ensuite de creuser la question !

https://www.editions-or.com/harmonisez-vos-7-chakras-avec-jenna-blossoms/

Pour en revenir au sujet qui nous occupe il est un chakra à soigner en cette période, celui du plexus solaire. Celui là je gage que vous l’avez déjà ressenti, c’est celui des nœuds à l’estomac, celui qui fait des siennes lorsque quelque chose vous « reste sur l’estomac », que vous ne digérez pas une nouvelle … Ce chakra concentre notre force pour passer à l’action. C’est lui qui nous rappelle que nous pouvons absolument tout accomplir car il concentre en nous l’énergie nécessaire pour créer, surmonter, avancer, nous dépasser. En travaillant sur ce chakra nous sommes invités à dépasser nos sentiments de honte, culpabilité et en cette période il va nous aider à sortir de notre enfermement, de la soumission, de l’impossibilité que nous rencontrons pour certains d’entre nous à nous affirmer en tant qu’être responsable, libre de choisir notre vie, de faire respecter notre intégrité physique, psychique !

Dans un premier temps je vous conseille après vous être confortablement installé, il n’y a pas de problème à se coucher si vous êtes certain de ne pas vous endormir, d’imaginer une magnifique boule couleur soleil briller entre votre nombril et la base de votre thorax. Laissez la vous réchauffer et détendre tout votre abdomen en la remerciant par avance de vous aider (il est important de s’impliquer, ce n’est pas la pensée magique) à dépasser vos sentiments de petitesse, d’impossibilité à agir. A vous de voir ce qui vous pèse en cette période en restant dans le registre décrit plus haut. Vous pouvez l’énoncer à haute voix, lâcher tout ce que vous ne pouvez digérer !!!

Imaginez ce soleil grandir et brûler tout ce qui vous limite en demandant que ces cendres servent d’engrais pour faire croître tous vos projets ! Et ceci étant posé, prenez la résolution de ne plus vous laisser entraver, par vous, les autres. Une précision, il ne s’agit pas de vous mettre, de mettre les autres, en danger, il s’agit de se donner le droit de prendre sa juste place pour se sentir exister !

Dernier point et sans doute le plus important, rien de tel pour booster son immunité que la méditation ! Evidemment celui qui n’a jamais médité n’en verra pas les bienfaits

immédiatement !

Le but est de faire cesser le petit vélo dans la tête.

Transformer le bavardage de nos neurones et modifier ce que nous croyons être notre moi pour « être », simplement, car si nous sommes conscient de nos pensées, sensations, au lieu d'être dirigé par elles, nous pouvons les maîtriser et leur pouvoir sur nous s'affaiblit. Il ne s’agit pas de ne pas penser, c’est impossible, mais de ne pas suivre le fil de la pensée qui vient nous traverser l’esprit.

Personnellement au début je me suis appliquée en méditation à me concentrer uniquement sur mes ressentis, voici comment et cela n’a rien de novateur.

Imaginer que de vos pieds des racines s’enfoncent dans le sol, très profondément jusqu’à s’ancrer là où palpite le coeur de notre Terre et que cette énergie vient nourrir vos racines. Ressentez ce fourmillement remonter jusqu’à vos pieds, jambes et envahir votre corps. Si vous avez l’habitude de travailler avec les chakras, ressentez cette énergie les baigner les uns après les autres, si cela ne vous parle pas sentez la vous remplir petit à petit jusqu’à atteindre le sommet de votre tête, votre couronne !

Elle se dissout dans le ciel pendant que du ciel vous recevez une douche de lumière qui petit à petit va refaire le trajet inverse jusqu’à atteindre votre ancrage au plus profond de la Terre.

En faisant cela non seulement vous vous offrez un moment de calme, mais vous permettez à vos neurones de se ressourcer et s’il est un bienfait indéniable de la méditation attesté scientifiquement c’est bien cette capacité à régénérer nos cellules neuronales.

Et bonus, vous allez travailler votre ancrage, un ancrage qui assure votre sécurité, perché peut-être en ce qui concerne certains mais avec les pieds au contact de la réalité. On ne se coupe pas de la vie mais petit à petit on s’offre la capacité à prendre de la hauteur. Or voir loin, permet d’anticiper, de se protéger donc moins de stress et une immunité qui croit !

Voilà, je crois avoir fait le tour, non de la question, juste de ce que j’avais envie de vous dire.

Je ne vous dirai pas « prenez soin de vous », comme dirait notre cousine, c’est stupide, iriez-vous dire à quelqu’un « mets toi en danger », je vous dis « soyez libre », libérez vous de vos barrières intérieures, pour ce qui est de l’extérieur cela se fera tout seul !

Dominique

Partager cet article
Repost0
19 novembre 2020 4 19 /11 /novembre /2020 21:10

Voici une réflexion que je me propose de partager avec vous mais qui au fil des lignes a pris de la longueur. Étant donné que plusieurs fois des lecteurs m’ont fait remarqué que la longueur d’un texte les rebutait je vais finalement le proposer en 3 épisodes.

J’ai essayé de passer en revue tout ce qui pouvait aider à se construire des défenses immunitaires efficaces, voici donc la première partie.

Il est de plus en plus flagrant qu’une part importante de la population vit dans la terreur, certaines personnes ne sortent plus du tout, d’autres le font masquées jusqu’à la racine de cheveux même en pleine campagne. Sur le marché où s’était installé un stand de la banque alimentaire pour faire connaître leurs actions j’en ai vu refuser le bonbon qui leur était proposé et s’écarter comme si cela allait leur exploser au visage ou argumenter qu’avec le masque ce n’était pas possible ! Pourtant ces toblerones étaient délicieux !

Des passants que nous voyions par le passé déambuler gaillardement ont soudain attrapé 100 ans et ne font plus qu’un bref petit tour à pas menus, la dépendance s’invite déjà dans leur vie. Certains ne font plus leurs courses et délèguent leur pouvoir. Et ce n’est pas une question d’âge ! Nous qui hantons les vignes faisons fréquemment des rencontres et curieusement nous remarquons que ce sont bien souvent les plus jeunes qui se masquent à notre approche ! Peur que nous les contaminions sans doute.

Alors certes je ne suis pas médecin mais je peux au moins partager avec vous certaines connaissances et des tuyaux pour aider ceux que cela intéresseraient pour les aider à apprivoiser leur peur pour ensuite la dépasser car inutile de lutter contre, tout ce contre quoi nous luttons prend de la force. Le fin du fin est d’arriver à composer avec. Je l’ai compris dès le début de cette crise, penser que l’on va se libérer de cette émotion est sans effet !

Depuis l’âge de 10 ans, la peur de la maladie, de la mort ne m’avait quasiment pas quitté ; quand la mort vient faucher un enfant de 4 ans de votre famille le moindre rhume, une plaie infectée prennent ensuite des allures dramatiques. Petite, la nuit, le vide insondable de la mort me tenait éveillée. Et puis il y a vingtaine d’années j’ai eu la chance d’accompagner presque jusqu’à sa fin notre grand-oncle, il avait souhaité rester seul pour le grand saut, mais avant cela il avait eu le temps de nous ouvrir les portes de l’Éternité. Communiste, bon vivant, grand amateur de chansons grivoises mais jamais vulgaire, il nous a révélé entre deux plongeons dans le coma ce qu’il voyait ! Il nous a conté la Lumière, l’insondable Amour ressenti, la vision de chers défunts qui l’attendaient, son impatience de partir, enfin ! Il aurait été pratiquant nous aurions pu le « croire sous influence » or ce n’était pas le cas, les dogmes, l’Église, ce n’était pas du tout sa tasse de thé ! Il préférait de loin un petit Kir !

Pourtant quand la crise a commencé, j’ai somatisé à fond, j’avais la trouille de choper le Covid (à cette époque il n’avait pas encore changé de sexe). Mourir ne faisait pas partie de mon planning ! Trop jeune d’autant que dans la famille les femmes ont quand même placé la barre très haut, 95 ans, 10, 104 !!!

Et puis un jour j’ai eu le sentiment qu’il me fallait faire quelque chose et j’ai choisi d’accueillir cette peur. Je l’ai acceptée comme on accepte une vieille copine, je l’ai remerciée pour toutes les fois où elle m’avait protégée, préservée. Je lui ai même écrit une lettre dans laquelle je me suis lâchée complètement. J’ai également compris à la faveur de cette rédaction qu’un certain nombre de fois elle m’avait mise en danger, que j’étais passée à côté d’opportunités et à la fin de ma lettre je lui ai proposé d’être le tremplin qui allait me permettre d’avancer dans la vie pour vivre ce que j’avais à vivre !

Vivre ! Pas survivre !

De toute façon la vie est un risque, dès notre naissance nous sommes en sursis et puisque, en ce qui me concerne, à la naissance il avait fallu me ranimer pour que je me décide à me jeter dans la grande aventure autant y aller en beauté !

Alors parfois j’ai quelques récidives, brèves, mais je n’ai plus cette peur au ventre qui vous glace de l’intérieur, je suis prête à me jeter dans la bataille mais j’ai mes munitions !

Pour ne plus être submergé par la peur, de la mort, c’est quand même le plus grand risque que l’on court, il y a des trucs.

En premier lieu stimuler ses défenses immunitaires ce qui ne demande pas un grand investissement et je vais vous livrer cela en vrac car finalement tout est important en commençant par les incontournables alliés.

Le premier est l’Huile essentielle de Ravintsara.

Tous les matins s’en mettre sous le nez pour créer un masque aromatique une belle goutte puis en déposer une au creux de la nuque dans ce qui se nomme joliment en médecine traditionnelle chinoise « les portes du vent ». Tous nos canaux ORL y convergent. Enfin terminer en mettant dans le creux formé par le pouce et l’index une dernière goutte et frottez vous les deux mains creux contre creux. Les principes actifs vont cheminer et stimuler vos défenses immunitaires car à cet endroit passe le méridien du gros intestin qui au niveau du haut de la cage thoracique plonge profondément en nous et est couplé avec celui du poumon (je fais bref).

Pensez aussi à vous complémenter en vitamine D, nous l’achetons auprès du laboratoire Herbolistique qui a toute une gamme de produits naturels d’excellente qualité, 3 à 4 gouttes par jour toute l’année en cette période https://www.herbolistique.com/

Le zinc est quant à lui un excellent oligoélément qui protège nos tissus de la pénétration des virus, c’est en plus un excellent protecteur de la vision.

Après, vous avez le choix, en ce qui nous concerne nous faisons en alternance des cures de 21 jours de Pollen (cru, une cuiller à café), de Propolis (teinture mère, 2 gouttes).

Voici pour la première partie, la suite au prochain numéro !

Dominique

Partager cet article
Repost0
9 novembre 2020 1 09 /11 /novembre /2020 21:22

Passons aux choses sérieuses et laissons pour un temps nos délires cinématographiques (référence aux Grandes Vadrouilleuses) ! Soit dit en passant cela fait énormément de bien de pouvoir rire, pas de dérision évidemment, juste rire parce que l’on prend plaisir à Être !

Je ne sais pas si cela va vous « parler » mais très régulièrement je suis traversée par des images fugaces, mais très intenses, de lieux que nous avons fréquentés.

Cela concerne des endroits bien précis comme si en y accédant, en les traversant je faisais un saut dans l’espace et me retrouvais pour un bref instant parachutée loin. Une fenêtre ouverte sur un ailleurs !

Lorsque je suis la route qui mène au Cap Béar, je suis systématiquement du côté du Nez de Jobourg. Certes dans les deux cas il y a de nombreux points communs, la mer, une route en corniche mais c’est aussi le cas pour des lieux totalement différents comme St Guillem de Combret en Vallespir et Le Fischboedle en Alsace ou les gorges de la Restonica en Corse, les environs des Valbères à Sorède et Théoule dans les Alpes maritimes ou plus improbable les environs de Besse en redescendant du Lac Pavin et la Beauce !

En dehors de ce genre de synchronicités il y a aussi toutes ces situations où subitement un flash visuel me traverse l’esprit et sans logique me propulse dans n’importe quelle direction, Graz en Autriche, Banyoles, un coin de Bretagne, Vienne, Lugo, Llanes, Noirmoutier …

C’est même parfois très douloureux notamment en cette période où nous sommes assignés à résidence forcée bien que n’ayant commis aucun crime ! Pourquoi ?

Tout ceci a une explication assez simple.

Tout est énergie, nous, nos pensées, nos émotions, les lieux …

TOUT.

Oserais-je dire que c’est cantique !!! mais peut-être va t’il encore se trouver un esprit supérieur pour me demander de quelles études je peux me vanter pour prononcer le mot cantique ?!

Chaque endroit a son énergie propre lié à l’environnement, la présence humaine ou non et ses activités etc.) mais cette énergie est aussi fonction de celle que nous lui avons insufflée, dont nous l’avons colorée. Tout ceci forme un égrégore énergétique tangible c’est la raison pour laquelle d’ailleurs des lieux nous parlent ou nous déplaisent sans même que nous les connaissions !

Lorsque à un moment précis nous nous retrouvons donc à traverser un lieu qui entre en harmonie avec le souvenir enfoui en nous d’un autre site (qui peut même être aux antipodes de celui où nous sommes), notre état vibratoire du moment entre en parfaite concordance avec celui d’un lieu où nous y étions dans le passé, les émotions ressenties ayant contribué à fixer l’énergie de cet endroit en nous.

Et cette « collision » énergétique et émotionnelle se manifeste dans notre mental au moment où il y a accord parfait en un flash visuel.

Une façon de revisiter le passé, un moment où l’espace temps est aboli !

C'est aussi la preuve de la richesse incroyable qui est nôtre, nous sommes tout cela, tout ceci nous enrichit, nous construit !

Do

 

 

 

 

 

 

 

 

Partager cet article
Repost0
25 octobre 2020 7 25 /10 /octobre /2020 18:31

Dans sa dernière communication Marie Sophie L a dit de manière magistrale ce que nous, les deux de « L'écritoile », avons décidé de mettre en pratique : ne plus alimenter tristesse, colère, indignation.

Ne plus agiter l’ombre mais œuvrer pour servir le positif, pour participer à la construction d’un futur joyeusement !

Retrouver son âme d’enfant, oui, c’est possible !

Chacun peut le faire à son propre niveau en commençant par des choses simples.

Déjà en travaillant sur soi en renforçant son système immunitaire. Comment ?

  • En veillant à avoir une alimentation saine, vivante (fruits et légumes) et en éradiquant les produits raffinés et les préparations industrielles (sucre et pain blanc déjà), en s’hydratant et en s’oxygénant. Petit rappel que donnent tous ceux qui travaillent en médecine holistique, en énergétique : La respiration est votre outil majeur d’élévation, d’allègement, de régénération. Cela donne à réfléchir en cette période.

  • En faisant des cures de vitamine D, d’extrait de pépins de pamplemousse, de pollen. Demandez nous nous avons plein de « trucs » à partager.

  • En pensant à l’Huile essentielle de Ravintsara dès maintenant ; une goutte sous le nez pour créer un masque olfactif qui protégera nez, gorge, oreille et une goutte au creux de la main à la jonction de l’index et du pouce, l’information cheminera dans tous vos centres énergétiques.

  • Stimulez votre taux vibratoire en pratiquant des activités physiques, en écoutant de la musique, privilégiez tout ce qui met le coeur en joie : bains de nature, de gros bisous à vos chiens, chats !

     

  • Ne vous élevez plus contre quelque chose mais cherchez à travailler à la mise en place de son contraire.

  • Choisissez de fréquenter des personnes qui vous ressemblent et font tout pour ne pas se laisser contaminer par le marasme ambiant.

  • Faites un jeûne d’informations à intervalles réguliers. Il n’y a pas de mal à se voiler la face parfois ! 

    En ce qui nous concerne nous avons admis que certaines personnes ne veuillent pas, ou ne puissent pas comprendre notre façon de voir les choses, chacun ses choix mais nous faisons ce qu’il faut pour ne pas nous laisser contaminer par ceux qui ne voient que le côté sombre de la vie.

Nous savons très précisément ce que nous voulons comme monde nouveau.

Nous le voulons solidaire, fédéré autour de projets à visage humain au coeur de micros sociétés où la notion de partage est le point fort. Nous réfléchissons à la mise en place, à défaut d’une monnaie solidaire, d’un fonctionnement basé sur l’échange de services, le partage d’espaces et de tâches et cela marche.

Nous le désirons ancré en pleine nature et d’ailleurs nous allons bientôt attaquer la création de notre forêt native où la biodiversité sera à l’honneur. Nous rêvons à petite échelle mais qui peut le moins peut ensuite le plus (dicton personnel).

Alors ancrez vous dans la joie, commencez petitement en ambitionnant juste d’avoir en fin de journée de quoi remercier la vie pour une petite joie, même infime. Vous verrez que rapidement il vous faudra un cahier de gratitude pour tenir le journal des mercis à la vie.

Depuis le dernier discours de E Ma Cron j’ai décidé que chaque jour serait à marquer d’une pierre blanche parce que j’aurai réussi à vivre joyeusement, ça fonctionne !

Dominique

                           

Partager cet article
Repost0
21 octobre 2020 3 21 /10 /octobre /2020 20:01

Nous sommes parties quelques jours randonner dans le Lot et ses environs autant dire que nous avons emprunté des chemins caillouteux. Le Causse du Quercy est généreux en ce domaine, sans bâtons de rando, je n’aime pas, et sans dommage, nous nous sommes donc livrées à notre grand plaisir.

Revenant le premier soir d’une opération cueillette fort fructueuse par un chemin d’une platitude quasi parfaite, le seul et unique trou a été pour moi.

Je n’ai rien vu venir et je me suis gamelée sur le chemin.

Banal ?!

Et bien non !

Pendant un temps, sans doute bref mais qui m’a paru long, une partie de moi était certes à terre mais une autre toujours debout regardait interloquée cette forme vêtue de rouge affalée à plat ventre.

Lorsque j’ai réussi à « recoller » à ma présence j’étais certes sonnée mais les réactions se sont succédées, vite. Il y avait une urgence, je devais laisser l’onde de guérison envahir ma cheville, que je me suis souvenue avoir entendu craquer, en l’enveloppant de mes mains le temps de les sentir agir. J’ai ensuite accepté la proposition de Frédérique d’activer les rayons pour un soin énergétique.

Ce n’est que quelques heures plus tard que j’ai réalisé qu’il y avait quelque chose de bizarre et j’aurais pu croire avoir rêvé si Frédérique, qui quelques pas derrière moi avait assisté à la scène, ne m’avait pas fait part de son étonnement. S’inquiétant de savoir si tout allait bien (enfin pas trop mal) le silence et l’immobilité que j’ai gardé bizarrement pendant un certain temps l’a perturbée. Je l’ai entendu, mais dans un certain lointain, trop occupée à observer un corps physique que je peinais à reconnaître.

Je suis repartie après un certain temps lentement mais sûrement et les jours suivants j’ai pu randonner normalement. Je m’en suis sortie avec une cheville gonflée et disgracieuse, des courbatures de fou dans les abdos, les épaules, les bras. Il faut dire que je n’ai rien eu le temps d’amortir !

En fait je pense pouvoir mettre des mots sur cette expérience inédite en ce qui me concerne et qui en fait s’apparente à une décorporation brève.

Projection astrale ?

Dissociation partielle des corps physique et éthérique ?

A creuser même si les possibilités ne sont pas légions.

Mais quand même cela fait drôle !

Bizarre.

Dominique

 

Partager cet article
Repost0
19 juin 2020 5 19 /06 /juin /2020 16:23

Voici une lettre que je me serais fait un plaisir d’écrire en qualité de mère d’élève et d’enseignante dans les circonstances actuelles !

Etayée et construite à partir des témoignages recueillis auprès d’ami(e)s enseignant(e)s ou employé(e)s de tous horizons, cette lettre est ma contribution personnelle pour dénoncer la gestion chaotique de la crise que nous traversons dans un domaine qui fut le mien, que j’aimais, l’enseignement !

Lettre à Messieurs Macron et Blanquer
   Messieurs,
Lorsque le 5 mars vous nous assuriez que les écoles ne fermeraient pas en cas de passage au stade 3 de l’épidémie de Coronavirus, je me suis sentie à la fois rassurée et étonnée ! Quelques jours plus tard vous réitériez assurant que la stratégie du gouvernement pour endiguer l’épidémie ne passait pas par une fermeture générale des écoles. Le 13 la messe était dite, les établissements scolaires fermaient ! Pour autant nous étions prévenus, ce n’étaient pas les vacances et les enfants allaient devoir travailler. Nous étions en « situation de continuité pédagogique [ … ] » et cela avait même un nom : La nation apprenante.
Nous nous sommes tous retrouvés, enseignants, parents, enfants au pied du mur du jour au lendemain. Nous avons retroussé nos manches.
Aujourd’hui si de nombreuses familles adressent un grand merci au corps enseignant pour la qualité de son engagement, son professionnalisme, son dévouement (voilà au moins un plus à mettre au crédit du COVID), en vertu de mes « deux casquettes » mère de famille et enseignante, je ne peux pas vraiment en dire de même pour vous !
Que nous soyons parents ou enseignants, nous avons patouillé et durement peiné à la tâche.
Être enseignant ne s’improvise pas, ministre, président, je ne sais pas. Je doute ! Pour ce qui est d’une certaine porte-parole du gouvernement là je n’ai que des certitudes.
Confinés mais continuant néanmoins à travailler à domicile, beaucoup comme moi ont dû développer des trésors d’ingéniosité pour arriver à mener de front toutes ces casquettes ! Faire la classe à ses propres enfants, préparer les cours pour ses élèves, corriger le travail, rassurer les parents. Dire qui m’étais jurée de rester anonyme, à l’heure actuelle tous les parents d’élèves ont mon numéro de portable et comme il n’y a pas d’heure pour les braves, le téléphone sonne même tard le soir !
Il n’a pas été aisé d’expliquer la situation aux enfants, de gérer leur stress ! Allez leur faire comprendre ce que cache les mots « porteur sain ». Comment leur dire que bien qu’en pleine santé ils sont suspectés de porter la mort. Finies les cellules psychologiques qui fleurissaient à tout bout de champ avant, on a fait sans.
Le temps a passé, nous nous sommes vaille que vaille adaptés
Quand le déconfinement est intervenu la pression n’est pas retombée pour autant. Les conditions de réouverture des écoles singulières et anxiogènes ne m’ont pas fait regretté le cumul d’emplois du confinement, hors de question de devoir imposer une telle situation à mes propres enfants. Nous avons bien compris que le but était de relancer l’économie, sinon pourquoi ré-ouvrir les crèches, les écoles et pas les lycées ? Les ados se gardent seuls, eux !
La boule au ventre j’ai repris le chemin de l’école, que je n’avais pas vraiment abandonné puisque nous assurions des permanences à l’école, certains enfants aussi ! Quelle déconvenue pour eux ! Retrouver ses copains mais ne rien pouvoir partager, échanger, de peur d’être contaminer, d’infecter. Pas de jeux collectifs, interdiction de prêter ses affaires.
Des classes dévastées, des enseignants masqués !
Je n’ai pas regretté d’avoir choisi de confier ma propre progéniture à la famille dès que la liberté de circuler a été acquise et c’est avec plaisir que je les vois s’ébattre au grand air loin de cette folie que vous contribuez à alimenter.
Alors je vais vous dire une bonne chose, puisque les résultats scolaires de mes rejetons sont excellents et leurs passages dans les niveaux supérieurs acquis, il n’y aura pas pour eux de retour à l’école le 22 juin.
Obligatoire ou pas, je m’en tiendrai à une seule ligne de conduite, choisir ce qui est le mieux pour eux. Pas de valse hésitation en ce qui me concerne, pas comme vous et vos positions fluctuantes !
L’Education Nationale n’était pas bien portante, elle est à ce jour moribonde. Vous et vos prédécesseurs en êtes responsables !
Alors menacez nous de nous supprimer les allocations (il faut quand même plus que deux semaines d’absence), honnêtement je m’en moque, mes gamins ne reprendront le chemin de l’école qu’en septembre ! Ils ont bien mérité leurs vacances !
Et en ce qui me concerne, ne comptez pas sur moi pour les » vacances apprenantes ». J’ai donné et plus que de raison et j’espère que le corps enseignant dans son ensemble partagera mon opinion et se gardera de répondre à votre requête !
Veuillez croire en l’expression de mon profond non respect !
 
 
Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : Hist' toiles
  • : Nous sommes deux soeurs... L'une peint, l'autre écrit. Nous avons envie de partager nos vécus, nos ressentis, nos expériences; de témoigner... Nous aimons par dessus tout la nature, notre plus grande source d'énergie... Sur ce blog, nous vous présenterons des peintures, des livres, mais aussi des photos de nos voyages, de nos randonnées, des récits... Nous tenterons enfin de vous entraîner dans la grande aventure de notre vie: notre cheminement spirituel vers l'Amour et la Lumière.
  • Contact

Recherche