Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
12 septembre 2016 1 12 /09 /septembre /2016 16:00

Alors que nous étions en vadrouille en Drôme Provençale nous avons eu l’opportunité de découvrir la ville de Crest !

Crest du haut de sa tour
Crest du haut de sa tour

Dominée par la plus haute tour Donjon de France, la ville de Crest vit défiler de nombreuses familles dont les Grimaldi, ceux du Rocher !

Le système défensif de cette tour est impressionnant mais les aménagements intérieurs, notamment l’évacuation des eaux de pluies dans les combles et l’escalier intérieur, en bois massif, sont de pures merveilles.

Evacuation et recueillement des eaux de pluies
Evacuation et recueillement des eaux de pluies

Longtemps utilisée comme prison, elle offre aujourd’hui au visiteur de quoi satisfaire sa curiosité et une bonne mise en jambe car l’ascension de ses 52 mètres se mérite, notamment comme ce fut notre cas lorsqu’elle se fait par forte chaleur et d’une traite pour pouvoir ensuite en découvrir les trésors sans avoir trop à nous soucier de la fermeture prochaine.
Les murs sont recouverts dans les pièces qui servirent de cellules, de graffitis, caricatures, symboles ésotériques ou simples signatures difficiles à repérer car l’éclairage est vraiment intimiste ! Une semi obscurité malheureusement nécessaire pour dissuader les visiteurs de détruire ces témoignages en taguant à leur tour les parois !

Les centres d’intérêt sont divers et au hasard de notre déambulation, dans une salle consacrée au Moyen Âge, nous sommes tombées en arrêt sur le fac-similé d’un ouvrage médical, le Tacuinum Sanitatis.

Cela vous cause t’il ?

Tacuinum sanitatis
Tacuinum sanitatis

Le Tacuinum Sanitatis est un ouvrage médiéval traitant de la Santé. Inspiré d’un traîté arabe écrit au IIe siècle, lui-même devant quasiment tout à la théorie de Humeurs d’Hippocrate, nous y voilà !

Le Tacuinum Sanitatis est ni plus ni moins que l’art de vivre en santé !

L’influence des aliments, des comportements humains, des vêtements, de la météorologie, des saisons ... tout est analysé et mis en parallèle !

Un traîté qui n’est d’ailleurs pas sans rappeler les préceptes édictés par la médecine traditionnelle chinoise et qui préconise aux médecins d’utiliser les aliments comme première médecine et de prescrire une alimentation adaptée à chaque pathologie.

280 articles du Tacuinum dresse un tableau de santé à partir des vertus médicinales des aliments répertoriés par catégories : aliments chauds et secs, froids et humides, chauds et humides … autant de pistes pour les praticiens du Moyen Âge !

Au final un document qu’il serait judicieux de remettre au goût du jour pour faire ainsi comprendre aux personnes que si la logique et le bon sens rentraient un peu plus en ligne de compte dans notre alimentation, nous éviterions bien des déséquilibres et donc des maladies !

Nous sommes ce que nous mangeons !

Do

Partager cet article
Repost0
21 juillet 2016 4 21 /07 /juillet /2016 16:23

Il y a une bonne vingtaine d’années, alors que nous séjournions en Alsace, j’avais été amenée à consulter un médecin pour des piqûres de tiques sur les conseils d’un pharmacien qui s’était refusé à me donner un quelconque désinfectant au motif que les tiques véhiculaient, je le cite : « une maladie invalidante peu reconnue par le corps médical français ».

J’étais sortie de la consultation avec un traitement antibiotiques, préventif, de 15 jours et des précisions sur cette affection dont je n’avais jamais entendu parler mais qui était prise très au sérieux en Alsace et plus spécialement outre Rhin où les tiques proliféraient.

Le médecin qui m’avait reçue à l’époque avait fait preuve de qualités pédagogiques certaines, dispensant ses informations sous forme de dessins très évocateurs.

Si le signe avant coureur de la maladie de Lyme est théoriquement une rougeur circulaire qui se développe autour du point de piqûre, ce symptôme passe généralement totalement inaperçu. En premier lieu parce que l’inflammation ne se manifeste pas immédiatement (parfois même au-delà du délai de 30 jours généralement admis par le corps médical), on a le temps d’oublier, ensuite parce que, les zones les plus exposées étant les membres, le cercle inflammatoire est si éloigné de la morsure qu’il a juste l’aspect d’une banale traînée rougeâtre !

De retour à Perpignan, la généraliste qui me suivait avait jugé la prise d’antibiotiques inutile, tout au plus l’avais-je amusée avec mes explications.

A l’époque, il est évident qu’elle ignorait tout du sujet.

Où sont les tiques ?
Où sont les tiques ?

Ce qui est affligeant, c’est que 25 ans plus tard, les choses n’ont pas changé.

La maladie de Lyme est toujours aussi mal diagnostiquée, la prise en charge des malades est un vrai parcours du combattant et la prévention est totalement nulle, pour preuve les faits suivants.

Pour une idée plus précise de ce que vivent les malades infectés par cette sale bestiole, 2 clics :http://lejour-et-lanuit.over-blog.com/2016/07/lyme-le-cri-d-alarme-de-100-medecins.html

http://lejour-et-lanuit.over-blog.com/2016/06/ma-vie-brisee-par-une-tique-emission-mise-au-point.html

Il y a environ 2 mois, un ami, fan d’escalade, a été piqué par des tiques, plusieurs morsures sur des zones exposées. Averties, nous lui avons conseillé d’aller consulter un médecin pour avoir un traitement antibiotiques préventif. C’était un dimanche, il s’est rendu au service des urgences de l’Hôpital Percy à Clamart. Percy est une unité médicale traitant toutes les pathologies et même si leur grande spécialité reste l’accueil et les soins aux grands brûlés, ils sont pointus dans tous les domaines, hématologie, neurologie etc.

Il n’en est pas moins vrai que ce jeune est ressorti de la consultation sans aucun traitement, « on ne fait pas de prévention ! » lui a t’on dit !

Voilà, alors que l’on diagnostique très mal la maladie de Lyme, que l’on ne sait pas vraiment la soigner, on continue de vous ressortir les mêmes conseils, qui ne servent à rien et l’on se refuse à anticiper sur les faits en prescrivant des antibiotiques (que l’on met par ailleurs à toutes les sauces).

Maladie de Lyme, à quand la prévention ?

Soit !

Si par malheur pour vous, vous vous faîtes piquer par des tiques et qu’aucun médecin ne veut vous prescrire d’antibios, voilà de quoi vous préserver d’éventuelles et funestes conséquences.

Appliquer dans un premier temps une goutte de Tea Tree sur la piqûre et renouveler l’application. Ensuite prendre une capsule matin, midi et soir d’Oléocaps n° 1 pendant 7 jours, cette médication contient des composants dont de l’huile essentielle d’origan. L'HE d’Origan (goût plutôt désagréable en bouche) contient des phénols et du Thymol, composés chimiques intervenant dans la lutte contres les principes infectieux et boostant les défenses immunitaires de l’organisme.

Surveillez ensuite de très près vos piqûres !

Dernier conseil, lorsque vous allez en forêt, que la zone soit infectée ou non par les tiques mettez au sommet du crâne une à deux gouttes de HE Tea Tree (ou sur un chapeau). Vous pouvez aussi vous faire une lotion répulsive en préparant le mélange suivant : 2 doigts d’alcool dénaturée, 5 gouttes de HE Tea Tree, 5 gouttes de Lavandin, agitez et compléter avec de l’eau. En vaporiser sur votre chien est même une bonne idée !

Enfin, évitez les hautes herbes et de vous faufiler sous les frondaisons, portez des vêtements couvrant et inspectez-vous de la tête au pieds en rentrant !

A bon entendeur !

Do

Partager cet article
Repost0
23 mai 2016 1 23 /05 /mai /2016 19:52
De la médecine chinoise aux apprentissages scolaires

En médecine chinoise chaque organe de notre corps est en lien avec l’un de nos sens, ainsi l’œil est appelé l’orifice du foie. Les perceptions visuelles nourrissent l’énergie de cette organe et, stimulées, les facultés visuelles soutiennent les fonctions hépatiques. De ce point de vue, les capacités visuelles d’un individu renseignent le thérapeute sur l’état de l’énergie du foie.

De la médecine chinoise aux apprentissages scolaires

Sur le plan mécanique, les muscles qui soutiennent nos globes oculaires ont naturellement tendance à s’atrophier avec l’âge, un peu comme tout d’ailleurs !

Plusieurs raisons à cela, en premier lieu parce que nos globes oculaires ont tendance à se maintenir dans une certaine fixité. Alors que nos yeux ont naturellement la faculté de pouvoir balayer un large champ visuel sans aucun déplacement corporel, c’est bien souvent la tête seule qui bouge.

Ensuite beaucoup de personnes mènent une vie sédentaire, la vue n’est plus exercée à regarder loin. L’accommodation visuelle se fait sur de courtes distances alors qu’une vue normale doit nous permettre de passer en quelques fractions de secondes d’une vision lointaine à une vision nette rapprochée.

Combien d’entre nous ont encore l’habitude de porter leur regard à plus de 100 mètres de distance quotidiennement ?

De la médecine chinoise aux apprentissages scolaires

Souvent confiné dans un espace réduit notre regard ne se pose guère au-delà de quelques mètres. Tension nerveuse, oculaire, mauvaise irrigation des muscles, notre vision s’affaiblit, l’effort devient pénible, notre champ visuel se rétrécit inexorablement !

Lorsque nous sommes conscients de ce problème, nous, adultes, avons toujours la possibilité de consacrer quelques instants dans la journée à stimuler notre vision sans qu’il soit nécessaire de s’imposer des exercices fastidieux mais qu’en est-il des enfants qui aujourd’hui démarrent dans la vie avec un handicap majeur, à savoir une technologie qui s’impose partout ?

Voir, c’est voir PLUS que ce que l’on voit !

Chaque image vue n’est réellement perçue et intégrée au niveau mental que parce qu’elle fait appel à notre mémoire et ce sont toutes ces données visuelles que nous intégrons depuis notre naissance qui nourrissent nos facultés cognitives.

Notre champ visuel va donc de paire avec nos facultés mentales. Si le premier se rétrécit le second aussi, la mémoire se trouvant de moins en moins sollicitée. L’information n’est plus perçue dans sa globalité, les schémas de références se simplifient et comme « les choses sont telles que je les vois », notre vision mentale devient étriquée !

Or nos facultés visuelles (et auditives), correctement activées participent à notre éveil, au développement des 2 hémisphères cérébraux ce qui est un gage d’équilibre (intellectuel, physique, psychique) et permet, entre autre, une grande facilité des apprentissages (lecture, écriture notamment).

Quant à notre cortex cérébral, stimulé par nos pensées, il génère des mouvements oculaires (dont nous n’avons guère conscience), mouvements qui, nous l’avons vu, nous dopent sur le plan mental.

Tout est donc en lien, c’est le serpent qui se mord la queue !

De la médecine chinoise aux apprentissages scolaires

Mais revenons en aux enfants.

Si développer ses capacités cognitives passe par une éducation à la vision, si pour entrer dans les apprentissages il est nécessaire d’avoir un développement harmonieux des 2 hémisphères cérébraux, le tout étant inter-relié, que doit-on penser de l’introduction dès le plus jeune âge de ces technologies (tablettes, consoles, lecteurs DVD en voiture et ailleurs) qui figent le regard des enfants, qui ne leur permettent plus d’exercer leurs facultés physiques et leurs capacités mentales ?

Des technologies qui font l’impasse sur le vécu, l’expérimentation et qui plaquent des savoirs faire mais empêchent le SAVOIR à moins d'être utilisée avec pertinence.

Des technologies qui, si elles sont maîtrisées par les adultes, représentent un réel danger pour les enfants, jeunes et ados, si elles sont le seul support qui leur est proposé. Visiter un musée virtuellement n’a rien à voir avec se trouver immergé dans un espace où une multitude d’objets interpelle le visiteur. Savoir aller chercher l’information sans attendre qu’elle vienne à soi à chaque « clic » fait appel à d’autres savoirs être. Balayer du regard, repérer des détails puis opérer des tris, analyser, synthétiser, autant d’attitudes mentales qui construisent notre intellect.

Certes je me focalise sur la vue, mais c’est parce que je n’ai pas vraiment raccroché en tant qu’enseignante car il en est de même avec les autres sens !

Juste un exemple, le nez !

Savez-vous qu’avoir le nez dégagé stimule les fonctions cérébrales ?

Pratiquer des respirations narine par narine permet de développer harmonieusement la logique, liée à l'hémisphère gauche et la créativité, domaine de l'hémisphère droit (sachant que c’est la narine gauche qui irrigue l’hémisphère droit et par voie de conséquence la droite pour l’hémisphère gauche).

Donc bien respirer, combattre les nez bouchés, ce n’est pas qu’une question de confort !

Voilà, j'espère ne pas vous avoir saoulé, moi, je me régale !

Do

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : Hist' toiles
  • : Nous sommes deux soeurs... L'une peint, l'autre écrit. Nous avons envie de partager nos vécus, nos ressentis, nos expériences; de témoigner... Nous aimons par dessus tout la nature, notre plus grande source d'énergie... Sur ce blog, nous vous présenterons des peintures, des livres, mais aussi des photos de nos voyages, de nos randonnées, des récits... Nous tenterons enfin de vous entraîner dans la grande aventure de notre vie: notre cheminement spirituel vers l'Amour et la Lumière.
  • Contact

Recherche