Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
22 novembre 2020 7 22 /11 /novembre /2020 17:10
[ … ] L’immense majorité de ceux qui ont en charge l’avance des peuples se repaît de la naïveté et de l’ignorance de ceux-ci, une ignorance qui satisfait aussi fort bien les peuples eux-mêmes [ … ], la paresse des foules s’accommode à merveille des appétits et des ambitions d’une minorité [ … ].
Il n’y aurait pas de maîtres sans la complicité morale des esclaves. Ces hommes qui ne se sentent exister qu’à travers l’asservissement des autres.
Daniel Meurois La demeure du Rayonnant
Partager cet article
Repost0
9 novembre 2020 1 09 /11 /novembre /2020 21:22

Passons aux choses sérieuses et laissons pour un temps nos délires cinématographiques (référence aux Grandes Vadrouilleuses) ! Soit dit en passant cela fait énormément de bien de pouvoir rire, pas de dérision évidemment, juste rire parce que l’on prend plaisir à Être !

Je ne sais pas si cela va vous « parler » mais très régulièrement je suis traversée par des images fugaces, mais très intenses, de lieux que nous avons fréquentés.

Cela concerne des endroits bien précis comme si en y accédant, en les traversant je faisais un saut dans l’espace et me retrouvais pour un bref instant parachutée loin. Une fenêtre ouverte sur un ailleurs !

Lorsque je suis la route qui mène au Cap Béar, je suis systématiquement du côté du Nez de Jobourg. Certes dans les deux cas il y a de nombreux points communs, la mer, une route en corniche mais c’est aussi le cas pour des lieux totalement différents comme St Guillem de Combret en Vallespir et Le Fischboedle en Alsace ou les gorges de la Restonica en Corse, les environs des Valbères à Sorède et Théoule dans les Alpes maritimes ou plus improbable les environs de Besse en redescendant du Lac Pavin et la Beauce !

En dehors de ce genre de synchronicités il y a aussi toutes ces situations où subitement un flash visuel me traverse l’esprit et sans logique me propulse dans n’importe quelle direction, Graz en Autriche, Banyoles, un coin de Bretagne, Vienne, Lugo, Llanes, Noirmoutier …

C’est même parfois très douloureux notamment en cette période où nous sommes assignés à résidence forcée bien que n’ayant commis aucun crime ! Pourquoi ?

Tout ceci a une explication assez simple.

Tout est énergie, nous, nos pensées, nos émotions, les lieux …

TOUT.

Oserais-je dire que c’est cantique !!! mais peut-être va t’il encore se trouver un esprit supérieur pour me demander de quelles études je peux me vanter pour prononcer le mot cantique ?!

Chaque endroit a son énergie propre lié à l’environnement, la présence humaine ou non et ses activités etc.) mais cette énergie est aussi fonction de celle que nous lui avons insufflée, dont nous l’avons colorée. Tout ceci forme un égrégore énergétique tangible c’est la raison pour laquelle d’ailleurs des lieux nous parlent ou nous déplaisent sans même que nous les connaissions !

Lorsque à un moment précis nous nous retrouvons donc à traverser un lieu qui entre en harmonie avec le souvenir enfoui en nous d’un autre site (qui peut même être aux antipodes de celui où nous sommes), notre état vibratoire du moment entre en parfaite concordance avec celui d’un lieu où nous y étions dans le passé, les émotions ressenties ayant contribué à fixer l’énergie de cet endroit en nous.

Et cette « collision » énergétique et émotionnelle se manifeste dans notre mental au moment où il y a accord parfait en un flash visuel.

Une façon de revisiter le passé, un moment où l’espace temps est aboli !

C'est aussi la preuve de la richesse incroyable qui est nôtre, nous sommes tout cela, tout ceci nous enrichit, nous construit !

Do

 

 

 

 

 

 

 

 

Partager cet article
Repost0
31 octobre 2020 6 31 /10 /octobre /2020 20:01

Non il n’y a pas d’erreur mais de livre à libre il y a si peu de différence !

Pour faire vivre le livre, pour montrer que nous sommes prêts à tout pour défendre la culture mais aussi que nous avons des valeurs et que nous en faisons des priorités, parce que le coup de force n’est pas la solution et qu’investir de force les rayons de librairie fermés en grandes surfaces serait contre productif, la violence appelant la violence, des solutions existent, déjà commençons par partager, signer et faire signer la pétition lancée à l’initiative du syndicat de la librairie française https://www.change.org/p/monsieur-le-pr%C3%A9sident-de-la-r%C3%A9publique-monsieur-le-pr%C3%A9sident-faisons-le-choix-de-la-culture-en-rouvrant-les-librairies?

Boycottons Amazon et pensons aux collectifs de libraires ! Nous avons longuement discuté il y a quelques temps avec un libraire de Locmariaquer et compris cette démarche qui même si elle passe par le e-commerce court-circuite les fossoyeurs des librairies, voici de quoi en savoir plus : http://www.lebecdelornithorynque.fr/2020/01/les-collectifs-de-librairies-investissent-le-e-commerce-pour-contrer-les-grandes-enseignes.html

Ensuite partageons nos bouquins, faisons les tourner entre nous et continuons d’étendre le réseau des bibliothèques de rues, nous avons la notre depuis 2012 sur un mur (http://histo-arts.de.brebis.over-blog.com/2015/09/les-p-tits-de-notre-minibib.html) et elle a plein de petites sœurs, alors emparons nous de la chose, cela ne fera pas vivre les libraires mais montrera clairement notre détermination à sauver « le livre ».

Le livre est ce qui nous donne accès à la culture, accéder à la culture c’est s’affranchir des dictats, c’est penser par soi-même, c’est accéder à la Liberté !

Liberté de penser, d’expression aussi, ça existe en dehors des caricatures !

N’oublions pas que par le passé, même récent, les livres ont été victimes d’autodafé (https://www.actualitte.com/article/monde-edition/pologne-les-excuses-du-pretre-responsable-de-l-autodafe-des-livres-harry-potter/94197), sous l’inquisition, en Russie … sous le régime nazi !

Le livre est un « aliment », ne dit on pas d’ailleurs « j’ai dévoré ce bouquin ! ».

Fermer les librairies est un acte symbolique, ce n’est pas un détail !!!

Tuer ce qui permet d’accéder à la culture est un acte criminel et si l’on peut arriver à nous faire croire que les théâtres, cinémas, médiathèques, bibliothèques … sont des lieux de contamination, il est impossible de nous faire gober qu’aller acheter un bouquin soit plus dangereux que d’aller acheter un paquet de PQ, les deux ont les mêmes composants.

Dominique

 

 

Partager cet article
Repost0
14 octobre 2020 3 14 /10 /octobre /2020 20:45

Commençons par une petite « entrée en matière » avec quelques considérations sur le cerveau. Composé de 3 modules travaillant de concert nous lui devons mouvements, pensées, sentiments, sensations, souvenirs ...

Notre cerveau est constitué de neurones, cellules sociales et « bavardes », nos états émotionnels sont donc des poussées de bavardage neuronal et nos traits émotionnels le fruit de relations suivies entre nos neurones.

3 couches de neurones distinctes composent notre cerveau et se sont mises en place au cours de l'évolution de l'homme.

Le cerveau reptilien est la zone la plus ancienne. Il régule les fonctions vitales de base mais aussi les réactions instinctives, combattre, fuir, sursauter … réagir à une menace potentielle.

Le cerveau limbique, né d'une modification du cerveau avec l'apparition des mammifères, entoure le cerveau reptilien. Ses connexions neuronales permettent le traitement des émotions, la capacité à décrypter les intentions des tiers et la faculté de s'adapter aux changements … Seulement, voilà, des évènements répétitifs peuvent induire (entre autre) des schémas réactifs puissants qui impactent notre comportement allant parfois jusqu'à déformer notre perception ordinaire et donc provoquer des réactions inappropriées : peurs excessives, comportements inadéquats, phobies etc.

Enfin, le néocortex permettant de raisonner, planifier, affiner les réactions émotionnelles nous donne accès au langage, à l'écriture, à toutes les activités rationnelles d’analyse, jugement, contrôle de l'organisation … Penser implique donc fréquemment (mais pas toujours) plusieurs zones du cerveau.

L’état des lieux étant clairement posé, entrons dans le vif du sujet !

Partout en France les restrictions vont bon train, Paris serait en état d’alerte maximum, Lyon, Nice, Bordeaux en alerte renforcée … les bars, les restaurants, les gymnases … ouvrent ou ferment selon des critères abscons ... rouge vif, écarlate, rose claire, tyrien.

Un couvre-feu vient d’être décidé sur les grandes métropoles, coup de grâce pour tout ce qui touche à la Culture, la vie sociale, la restauration, enfin la VIE tout court ! Pour rappel le couvre feu a toujours été décidé pour contrôler les populations (Guerre d’Algérie, Guerre de 39 – 45 …) et d’ailleurs voilà un excellent article tout juste sorti et accessible avec ce lien :

https://www.lepoint.fr/societe/les-mauvais-souvenirs-du-couvre-feu-14-10-2020-2396523_23.php

Le masque est obligatoire dans les lieux clos mais pas que !!! Sur ce point ce qui se passe à Collioure est un bon résumé de la situation. Depuis Août le Covid a tuyauté le nouveau préfet sur ses allers et venues, j’ai regardé les horaires de train en gare de Collioure, c’est cohérent, il est en ville de 9 heures à 18 heures. En dehors de ce créneau le masque n’est plus obligatoire !

Vu l’absence de réaction tangible au sein de la population nous pouvons donc en conclure que notre cerveau reptilien fonctionne correctement face à la menace potentielle que représente le virus, menace brandie par les médias, les hommes politiques ! Il a la trouille !

Cela commence à battre vaguement de l’aile au niveau du cerveau limbique quant à sa capacité à décrypter les intentions des tiers et cela se dégrade carrément au niveau du Néocortex. En ce qui concerne l’analyse, le raisonnement, le jugement cela semble cuit !

Parce que franchement, rester sans réagir aux propos du gouvernement qui par la bouche de son secrétaire d’état Jean-Baptiste Lemoyne estime que réserver et s’organiser pour les vacances est un acte citoyen, c’est à désespérer !

Pas de congés pour les soignants, un état sanitaire soit-disant critique et donc les métropoles bouclées et il faudrait partir en vacances ?!

Et avec quel argent ? Car messieurs les politiques où pensez-vous que l’immense majorité de la population en trouve ? Mais peut-être est-ce pour aérer le Covid (ou la Covid) comme cet été où vous nous nous avez déjà fait le coup. En Occitanie nous n’avions pas de problème sanitaire, les estivants partis nous étions passés au rouge et maintenant que nous avons de nouveau rosi, nous repiquerions au truc ?

Pour moi une conclusion s’impose : écoutons moins notre cerveau reptilien qui nous signale des menaces potentielles qui pèseraient sur nous, faisons barrage à notre cerveau limbique dans sa gestion des peurs irrationnelles et réveillons notre néocortex. Raisonnons, affinons nos réactions émotionnelles, analysons et posons des jugements. Cela devrait aller mieux !

Dominique

Partager cet article
Repost0
10 octobre 2020 6 10 /10 /octobre /2020 16:10

Juste pour réfléchir et mesurer l'impact de ce que l'on cherche à nous imposer en tentant de mettre les musiciens sous contrôle. Je fais référence aux dispositions qui commencent à être prises dans certaines villes !

Ce qui suit n'est pas de notre cru mais de Platon !

et plus lisible mais moins artistique :

La musique est une loi morale

Elle donne une âme à nos cœurs

des ailes à la pensée, un essor à

l'imagination.

Elle est un charme à la tristesse,

à la gaité, à la vie, à toute chose.

Elle est l'essence du temps

et s'élève à tout ce qui est

de forme invisible

mais cependant éblouissante et

passionnément éternelle.

Platon

Partager cet article
Repost0
2 octobre 2020 5 02 /10 /octobre /2020 16:37
Il semblerait que ce soit vrai, c’est en tout cas confirmé par du personnel travaillant dans le médical en qui nous pouvons avoir confiance : le nombre d’hospitalisations et de décès dûs au Covid 19 est reparti à la hausse. La secrétaire de l’hôpital où se fait suivre pour son cœur une de nos amies l’a confirmé : dors et déjà, les opérations les moins urgentes sont repoussées à… Va savoir !
Faut-il vraiment imputer cette dégradation à des comportements irresponsables ? Pas forcément...
Ce que nous vivons dans ce monde est le fruit de nos projections mentales individuelles et collectives. Nos pensées, nos actes, nos paroles influencent, impactent la réalité. L’optimiste, qui voit le verre à moitié plein, est confiant, positif, joyeux et attire à lui le meilleur. A l’opposé, celui qui voit le verre à moitié vide, est sombre, pessimiste et craintif. Ses pensées négatives plombent une existence souvent chaotique et semée d’épreuves. Ceci n’est pas une vue de l’esprit. Les principes de la physique quantique l’énoncent clairement : le regard d’un observateur suffit à modifier la nature de la matière et le comportement des atomes. Nous n’avons pas fini de découvrir à quel point nos propres comportements et nos pensées peuvent influencer le cours des évènements.
Depuis le 11 mai 2020, date du déconfinement en France, nos dirigeants, comme tous les dirigeants de la planète (ou presque) ne cessent de brandir le spectre de la seconde vague. Je ne rentrerai pas dans la polémique de leurs intentions, ce n’est pas le but de cet « article ». Mais c’est un fait que depuis le mois de mai, on nous dit et on nous répète qu’il y aura une seconde vague à l’automne et les quelques voix allant à l’encontre de cette prédiction sont vite étouffées.
Les gouvernements de tous les pays, avec la complicité des médias, ont ainsi créé, par un matraquage d’informations négatives et de prédictions alarmantes, volontairement ou non, les circonstances propices au rebond de l’épidémie en précipitant la population mondiale dans la peur.
Qui dit peur, dit chute de l’immunité.
La seconde vague, si vraiment seconde vague il y a, sera le fruit de nos peurs, des pensées négatives qui, face à un avenir incertain, nous plombent et anéantissent notre joie de vivre. Toutes les décisions prises pour enrayer la propagation du virus, ont un impact social dramatique. Elles nous éloignent les uns des autres, instaurent un climat de méfiance, nous privent de tous les menus plaisirs quotidiens ; le moindre contact physique devient suspect, sujet à inquiétude ; les spectacles se raréfient, on n’ose plus aller au cinéma (mais que vont devenir les artistes ?) ; les piscines municipales ferment (et la mer refroidit sérieusement!) ; les bars et les restaurants ferment aussi (encore une profession bien impactée!) et la moindre visite culturelle est soumise à réservation préalable… J’en passe. Mais comment ne pas sombrer dans le marasme dans ces conditions ? D’autant qu’il y a le terrorisme, le temps qui fait n’importe quoi, etc, etc ! Bref, comme disait notre grand’tante Germaine : « tout va mal ! ».
Non, ce qui nous arrive n’est pas le fruit d’un hasard. Nous sommes responsables (mais pas coupables!) de céder à la peur, victimes d’une manipulation, délibérée ou non.
Mais comment remonter notre immunité ?
Pour moi, notre résistance doit être énergétique. Si nous basculons dans cette réplique de pandémie, c’est que nous ne sommes pas assez nombreux à « vibrer » sur des énergies de confiance, de paix, de joie et d’amour. Je précise que je ne parle pas de la confiance en nos dirigeants, mais de celle que nous avons en la vie !

 

Cette résistance énergétique commence par une interruption nette et définitive du flux médiatique qui nous abreuve de mauvaises nouvelles, par la méditation et la reconnexion à la nature. La méditation, c’est aujourd’hui prouvé scientifiquement, en apaisant le mental, grand catalyseur de la peur, renforce l’immunité. Par la méditation, nous élevons nos énergies ; nous nous élevons au dessus du « champ de bataille ». Et inutile pour cela d’adopter la position très inconfortable du lotus !
Plus nous serons nombreux à apaiser notre mental face à la « manipulation », plus nous serons aptes à lutter contre le virus. Et plus nous rassembleront nos intentions, nos énergies dans ce sens, plus nous créerons un égrégore positif susceptible d’inverser le processus évolutif en cours, lié, lui, à un égrégore de pensées négatives, comme expliqué plus haut.
Frédérique
Partager cet article
Repost0
27 septembre 2020 7 27 /09 /septembre /2020 16:17
 
Nous le constatons, vous le constatez sans doute, nous n'avons pas tous les mêmes points de vue, la même façon de voir les choses quant aux tenants et aux aboutissants de la pandémie en cours. Nous savons que nous ne convaincrons personne et ce n'est pas ce que nous cherchons à faire. Aussi, n'essayez pas non plus de nous convaincre. Nous faisons part de notre analyse et certaines personnes se rallient à notre opinion. Tant mieux...
Quoi qu'il en soit, sachez que, sans nous considérer comme des lanceurs d'alerte, nous continuerons à souligner, à dénoncer ce qui nous paraît injuste, inapproprié, exagéré, voire dangereux pour nos libertés. Une chose est certaine, vis à vis des évènements en cours, nous ne sommes pas dans la confiance... Oui, nous sommes souvent dans l'incompréhension, la stupéfaction, choquées, indignées, et parfois révoltées. En alerte. Si nous estimons que les décisions prises sont maladroites ou si nous les soupçonnons mal intentionnées, nous agissons à notre petite échelle pour défendre la liberté d'être qui nous est chère. Nous résistons à notre manière. Sans violence. Nous entendons et respectons les opinions contraires, tant qu'elles ne véhiculent ni haine, ni mépris, ni violence.
Alors d'accord, pas d'accord?
Ebony et Virgile

 

Ne nous fâchons pas pour autant, nous ne sommes pas nos idées. Et serrons-nous les coudes, même si nous avons beaucoup toussé et éternué dedans!!!
Frédérique
Partager cet article
Repost0
23 septembre 2020 3 23 /09 /septembre /2020 20:03

Aimer, être dans la Compassion, le Respect … voilà ce vers quoi chacun de nous devrait tendre mais comment ? Si je suis bien convaincue que majoritairement chacun fait-ce qu’il peut comme il peut, avec les cartes dont il dispose et que donc cela devrait nous amener à plus de tolérance, à savoir accepter ce qui nous blesse et pourquoi pas à pardonner, je constate que cela n’est pas si aisé !

Depuis que j’ai intégré la différence entre juger et constater j’ai sans doute progressé, je suis capable d’Aimer sans juger, presque. Poser un constat permet de sortir de la dualité, bien, mal, beau, laid … C’est juste noter que telle action, telle personne ne nous convient pas, nous ne nous y retrouvons pas, ne nous y reconnaissons pas … c’est personnel et n’engage que soi.

Par contre être dans la Compassion et le Respect, c’est une autre paire de manche !

Si je le suis sans équivoque envers les règnes animal, végétal, minéral et une grande part de l’Humanité néanmoins il y a un certain pourcentage d’humains envers qui je n’éprouve ni respect ni compassion. Je pense notamment à tous ceux (et en ce moment il semble qu’ils se multiplient de manière exponentielle) qui pour assouvir des instincts de domination, de possession, asservissent, violentent, détruisent, humilient, avilissent le vivant !

J’ai également des difficultés à me sentir touchée par la situation de ceux qui petit à petit se sont enfermés dans des rôles de victimes et ce malgré les mains tendues, les tentatives d’aide proposées. Les raisons sont variées : peur de l’inconnu, confort de la prison qu’ils se sont forgés (cela va de paire), prise de pouvoir, emprise qu’ils souhaitent conserver sur ceux qui font figure de « bourreaux » !

Bref, l’Amour Inconditionnel dont on nous rebat les oreilles est une belle et bonne chose avec laquelle j’ai quelques difficultés. Je suis juste dans l’Amour inconditionnel de la Vie et je suis révulsée que l’on puisse encore penser que la peine de mort « dans certains cas » se justifie. Alors, oui, je suis sortie des attitudes duelles, du désir de vengeance, des sentiments de rancune mais comment Aimer ?

J’en étais là dans mes considérations quand je suis tombée sur un texte de Daniel Meurois intitulé « Aimer tout le Monde ? » et d’entrée de jeu je me suis sentie rassurée, certains de ses arguments étaient justement ceux que je moulinais avant ma découverte. Jésus se laissait bien aller à quelques mouvements d’humeur ! N’a t’il pas chasser les marchands du Temple, houspillé les pharisiens, remonté les bretelles à ceux qui se déchaînaient contre la femme adultère ! D’ailleurs cet épisode m’a toujours réjouie car pour qu’il y ait adultère il faut bien être deux ?! Mais passons, cela n’a pas vraiment évolué, la femme a très souvent le mauvais rôle !

En quelques lignes j’ai beaucoup appris à commencer par le fait qu’avant de laisser l’amour Inconditionnel fuser de notre coeur, il faut déjà avoir le courage de faire face aux personnes, évènements et savoir ne plus faire semblant de croire que tout va bien. Cesser de ne voir que ce qui nous convient et d’éluder ce qui nous dérange. Il ne s’agit pas de prendre les armes et les mots en sont aussi, mais de savoir se positionner pour manifester nos émotions, nos prises de positions de manière ferme … Cela pourrait se résumer par être dans une compassion juste, une compassion qui prend en compte notre personne !

Être capable de s’aimer suffisamment pour savoir dire NON, STOP !

Nous n’avons pas à accepter ce qui ne nous convient pas, plus, il ne nous est pas demandé de nous faire violence, de supporter ce qui nous conduit doucettement sur un chemin glissant … celui de la haine !

Alors oui, il faut tendre en effet vers l’Amour Inconditionnel, mais il s’agit de l’Amour Inconditionnel que l’on doit à toute vie, quelque soit le règne auquel elle appartient, de l’Amour que l’on se doit et que l’on doit à l’autre en ne censurant pas ce qui nous vient du coeur car savoir dire stop est aussi une possibilité offerte à cet autre de développer des capacités de discernement, de se connaître.

Il m’est alors revenu en mémoire une petite histoire, vraie ! Il y a pas mal de temps, nous avions une collègue dotée d’un caractère «de cochon ». Elle prenait la mouche à chaque instant et avait fait petit à petit le vide autour d’elle, amis, famille aussi. Il ne lui restait que de vagues relations. Son gamin sans doute affecté par cette situation fut adressé au CMPP du coin (centre médico psychopédagogique) où son cas ne sembla guère retenir l’attention des psys. Sa mère, oui ! Prise en charge dans une autre structure elle fut aidée à travailler sur ses blessures secrètes, celles qui lui avaient forgé cette carapace, à les accepter, les dépasser. Quelques mois plus tard, à l’occasion d’une réunion pédagogique elle nous aborda et s’en suivit un échange instructif. La question qu’elle nous adressa était simple : pourquoi ne lui avions nous jamais dit en face à quel point elle était « chiante » ?

Et là nous avons compris qu’à force de vouloir arrondir les angles pour éviter les conflits nous l’avions « aidée » à couler petit à petit !

Non, tout le monde n’est pas beau et gentil mais nous avons tous des raisons parfois de hérisser l’échine, encore faut-il en être conscient et dans ce cas les autres peuvent être une aide précieuse et leurs « NON », « STOP » salvateurs !

J’ai donc compris que l’important si l’on ne peut être dans la Compassion envers tout le monde est de conserver un état de bienveillante neutralité pour sauvegarder ce qui peut l’être et de savoir, oser dire les choses ! Et tant pis pour ceux qui ne comprennent pas et nous jugerons sans chercher à savoir. D’ailleurs à ce propos, une autre lettre de Daniel Meurois est pleine d’enseignements. Intitulé « Karma Pélican » elle se trouve sur ce site https://www.facebook.com/DanielMeurois

Bonne lecture

Dominique

Partager cet article
Repost0
21 juin 2020 7 21 /06 /juin /2020 20:05

Cet article est passionnant ... à lire à fond et pour vous donner envie, voici le dernier paragraphe :
Agir à la fois individuellement et ensemble, se méfier des moyens mêmes qu’on déploie, à raison, pour lutter contre l’épidémie et qui peuvent menacer nos libertés individuelles et l’exercice même de la démocratie, et penser que la démocratie n’est jamais aussi forte que lorsqu’elle est menacée et qu’on a peur pour elle. Ayons peur pour la démocratie – dans les deux sens du mot pour : inquiétons-nous pour elle, et utilisons cette inquiétude pour faire de l’autonomie des citoyens une réalité politique. Et ainsi préparer le monde d’après la pandémie.

Partager cet article
Repost0
1 juin 2020 1 01 /06 /juin /2020 15:58

Agir pour l’environnement, pour notre terre ne passe pas forcément par de grandes actions mais plutôt par des actes que l’on a tendance à considérer comme négligeables.
Agir pour l’environnement se décline de multiples façons.
Éviter de polluer, protéger la biodiversité, ne pas gaspiller et économiser les ressources, prendre soin de toute vie … je ne vais pas vous en faire un roman.
Mais pour protéger notre environnement efficacement toutes ces actions avant de se décliner à grande échelle doivent se mettre en place au niveau de notre sphère individuelle, avec ou sans jardin et souvent modestement !
Éviter les détergents si possible et récupérer les eaux de rinçage pour arroser (il y en a même qui les garde pour les WC), ne pas faire de notre maison « le palais de l’électrique » comme disait notre Grand-mère même si l’on s’est équipé d’ampoules basse consommation, réutiliser les sacs papier (voire s’équiper de sacs en tissu), les boîtes à œufs, ne pas laisser tourner le moteur de sa voiture inutilement … basique ?!
Pas sûr !
Les agriculteurs ne sont pas les seuls à empoisonner notre environnement et Monsanto n’est pas l’unique responsable. Si les rayons droguerie sont remarquablement achalandés en produits toxiques c’est qu’il y a une demande. Engrais peu vertueux, produits contre les « ravageurs » et autres indésirables comme moustiques, araignées, rats, souris.

Pourtant les Huiles essentielles sont d’un grand secours alliées au vinaigre blanc ou au savon noir ! Demandez nous avons plein de recettes !
Lorsque ma voisine crie d’horreur à la vue d’une punaise des jardins, que son époux se déchaîne contre les abeilles qui font leur travail dans leur catalpa, que les moustiques sont attaqués à coup de bombe, n’est-ce pas une catastrophe sanitaire ?
Les petites abeilles noires locales disparaissent, nous serons les suivants !

Que penser aussi des ravages perpétrés dans les jardins !
Selon les périodes tondre est une catastrophe pour tous les insectes. En Allemagne, en Autriche il y a longtemps que les bords de route, les prairies et jardins ne sont plus tondus de Mai à fin Août afin de permettre à tous les insectes colonisateurs de pouvoir se reproduire.
Si c’est un drame que de massacrer éléphants, rhinocéros … il nous faut impérativement prendre en compte le rôle essentiel que jouent fourmis, coléoptères, perce-oreilles, mille-pattes, abeilles … Aérer la terre, polliniser, nettoyer, assainir, la vie sur Terre leur doit tout. Infiniment petits et pourtant leur rôle est infiniment grand, souvent là où on ne l’attend pas et à plus forte raison lorsqu’ils s’associent à d’autres espèces animales !
Deux exemples !
Réguler les inondations en aérant les sols est l’un de leur rôle tout comme pérenniser la biodiversité en s’associant aux oiseaux dont les insectes enfouissent les fientes chargées de graines. Autant dire que les oiseaux doivent être protégées dans nos jardins. De l’eau à disposition, des graines quelque soit la période car nous devons les aider même quand il ne fait plus froid contrairement à ce qui se dit car il y a la mue, la reproduction, le nourrissement des petits !!!

La biodiversité concerne aussi les espèces végétales ! Chacun peut avoir ses bêtes noires, j’en connais qui s’acharne sur les pissenlits néanmoins il n’y a pas de mauvaises herbes. Une grosse majorité d’entre elles est comestible, quant à leurs spécificités, nature des feuilles, type de racines - pivot, rhizome, tubercules, crampons – elles aussi jouent un rôle dans l’entretien des sols !
Respecter la biodiversité c’est aussi arrêter de travailler à la débroussailleuse une pelouse. Plus d’herbe, plus de racines, des insectes massacrés, plus de vie !
De toute façon le nom parle de lui-même, s’il n’y a pas de broussailles pourquoi débroussailler ?
Quand à l’arrosage il peut même être vertueux ! Comment, « fastouche » comme disaient les élèves.

Il suffit d’offrir au sol une couverture végétale, c’est le principe de la permaculture, et de répandre aux pieds des cultures du « broyé ». Nous, nous faisons les foins et du coup quasiment pas d’arrosage !

Cerise sur le gâteau nous avons même récupéré un nouvel habitant pour notre hôtel à insectes (qui a réouvert sans attendre le 2 juin), une superbe « grillonne » !

Pour finir, et sans doute qu’un prof de français me dirait que je suis hors sujet, respecter la biodiversité c’est aussi prendre soin de nos animaux de compagnie. Pas juste leur donner à manger, à boire mais leur donner de l’amour, des attentions à commencer par assurer leur bien-être en leur permettant de vivre leur vie de chien, de chat !
Quand je vois le chien de nos voisins enfermé plusieurs heures d’affilée en l’absence de ses maîtres, quasiment jamais promené, j’en suis malade !
Chien, chat, lapin, cobaye … ne sont pas des jouets pour les gamins mais des êtres sensibles qui ont des droits et que nous devons respecter !
Dominique

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : Hist' toiles
  • : Nous sommes deux soeurs... L'une peint, l'autre écrit. Nous avons envie de partager nos vécus, nos ressentis, nos expériences; de témoigner... Nous aimons par dessus tout la nature, notre plus grande source d'énergie... Sur ce blog, nous vous présenterons des peintures, des livres, mais aussi des photos de nos voyages, de nos randonnées, des récits... Nous tenterons enfin de vous entraîner dans la grande aventure de notre vie: notre cheminement spirituel vers l'Amour et la Lumière.
  • Contact

Recherche