Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
10 mai 2016 2 10 /05 /mai /2016 20:05
Aveyron

Découvert en 1880 par Louis de Malafosse, Montpellier le Vieux était déjà connu des bergers qui montaient leurs troupeaux paître dans ce qu’ils nommaient la ville fantôme.

La Reine d'Angleterre
La Reine d'Angleterre

Une ville peuplées de légendes qui gagné ses lettres de noblesse grâce à Édouard Alfred Martel. Géologue, inventeur de la Spéléologie, il a répertorié, inventorié toutes les curiosités géologiques, les nommant au gré de son inspiration. L’Histoire avec un grand H, l’Antiquité se sont invitées au baptême. Le visiteur voyage dans le temps et l’espace, de Mycènes à l’Arc de triomphe, du Sphinx à la Reine d’Angleterre, l’inspiration est typique de cette époque qui vit le Facteur Cheval construire son Palais Idéal.

De ville fantôme, point, c’est la mer qui, il y a 200 000 millions d’années en occupant ces lieux puis en s’en retirant, a laissé place à la Dolomie, une roche sédimentaire que le vent, l’eau ont sculptée !

Si vous voulez découvrir ce site, les circuits ne manquent pas, il y a même un petit train et une via ferrata mais vraiment en dernier recours, cela n’engage que moi évidemment !

Aveyron

Tout étant une question d’équilibre après nous être aérées, le vent soufflait très fort, nous avons gagné Rodez sur les conseils de notre ami Pierre Rivière, une ville éminemment sympathique, où nous avons déjeuné sur le pouce en compagnie d’étudiants assis par terre tout autour de la place Eugène Raynaldi pour nous remettre de la visite du musée Fenailles.

La Dame de Saint Sernin
La Dame de Saint Sernin

Ce musée abrite une collection exceptionnelle de statues menhir et des tas d’autres merveilles qui ont même mis le rouge aux joues d’une jolie madone ! Il faut dire que ces statues menhirs ont parfois jusqu'à 5000 ans d'âge. Leur aire de répartition s'étend grosso modo du Languedoc à la Mer Noire avec une forte concentration en Suisse et quelques échappées en Allemagne ou en Bretagne. Ce qui les différencie des menhirs traditionnels est qu'elles ont une face et un dos !

Aveyron

Nous y avons même retrouvé Rodin, ami du mécène et philanthrope Maurice Fenailles, celui-là même qui a donné son nom au musée. Pionnier de l’industrie pétrolière en France, c’était aussi un collectionneur avisé qui a offert à la ville cet hôtel particulier dont le billet de visite est couplé à celui du Musée Soulages que nous avons donc honoré de notre visite !

Autant vous dire que, pour reprendre l’expression de Mi, notre ressenti perso est que ça ne casse pas 3 pattes à un canard.

Noir, c’est Noir !

Aveyron

Pour tout dire, nous n'avons vraiment apprécié que la seconde salle. Au moins, il fut une époque où il savait peindre !

Aveyron

Non vraiment ce ne fut pas un grand moment. Déjà, pas de possibilité d’utiliser les casiers de consigne du Musée, because « Etat d’Urgence », donc nécessité de conserver son sac mais obligation de le porter sur le ventre POUR NE PAS ACCROCHER LES TOILES ! Quand on voit la dimension des pièces, franchement pour accrocher quoi que ce soit, il faudrait le faire exprès !

Entre les consignes de sécurité et le contenu du musée, beaucoup de perplexité !

La preuve !

Do

Partager cet article
Repost0
7 mai 2016 6 07 /05 /mai /2016 20:06
Gorge de la Dourbie
Gorge de la Dourbie

Quels points communs entre ces 2 agglomérations, l’une au Sud, l’autre à l’ouest !

Des tonnes !

Les noms se prononcent de la même manière, leurs habitants sont des nantais et des nantaises, le patrimoine bâti est exceptionnel, la convivialité y semble de rigueur, les deux sont des coups de cœur !

Et si Nantes n’est pas la porte à côté, en 3 petites heures de route nous sommes à Nant !

A une encablure du camp du Larzac, au confluent de la Dourbie et du Durzon, Nant occupe un site jadis marécageux que des moines bénédictins asséchèrent au Xe siècle.

La vie s’est longtemps organisée autour de la communauté monastique grâce à un réseau de canaux qui ont été à l’origine d’un « boom » agricole et valu à Nant le surnom de jardin de l’Aveyron.

Pont vieux de Nant
Pont vieux de Nant

Nant fut même la seconde ville du Sud Rouergue après Millau au XVII e siècle avant de décliner inexorablement sous le coup de l’exode massif vers les villes. De nos jours, il faut attendre l’été pour que la densité par habitants au kilomètre carré accuse une hausse significative de sa population.

Une abbatiale, deux églises, une chapelle des pénitents, un beau vieux pont médiéval, une halle typique de l’architecture caussenarde, tout y est pour donner aux routardes que nous sommes l’envie d’y revenir. Sans compter que nous y avons fait une rencontre sympathique qui a su nous faire miroiter quelques belles randos.

Autant dire que nous n’avons pas quitté le coin sans avoir chaussé nos godillots pour profiter de la découverte de la source du Durzon !

Près de la source du Durzon
Près de la source du Durzon

Il faut bien dire que l’Aveyron a vraiment de quoi séduire et que ce n’est pas sans raison que nous y revenons régulièrement d’autant que, soyons honnêtes, côté gastronomie, il n’y a rien à redire ! Retortillat, Aligot, fromage de Laguiole, Tripoux, …

A chacune de nos virées nous découvrons de nouvelles merveilles dont nous repartons les poches pleines de flyers qui nous entraînerons vers de nouvelles découvertes.

Chos de Montpellier le Vieux, porte de Mycènes
Chos de Montpellier le Vieux, porte de Mycènes

Cette fois nous avions décidé de commencer par le Chaos de Montpellier le Vieux qui comme son nom ne l’indique pas se trouve près de Millau, sur le Causse Noir.

C’est avec bonheur que nous avons chaussé les godillots pour enchaîner les itinéraires de découvertes. Époustouflant !

Do

Partager cet article
Repost0
28 avril 2016 4 28 /04 /avril /2016 18:49

Lasses des galères générées par les circulations alternées sur la 116, nous avions décidé d’aller explorer d’autres horizons ce lundi 25 avril et mis le cap sur le « Grand Causse ».

Pont sur la Vis à Navacelles
Pont sur la Vis à Navacelles

Une merveilleuse surprise que ce village de Navacelles niché tout au creux de son cirque où la Vis, impétueuse et torrentielle, a creusé un superbe canyon.

Moulins de la Foux
Moulins de la Foux

Au lieu dit les moulins de la Foux elle fait une réapparition tumultueuse après de kilomètres sous terre.

La Vis prend sa source dans les Cévennes et disparaît à Alzon où elle rejoint un réseau souterrain à Vissec où « la Vis est à sec », vous saisissez le jeu de mots, j’espère !

Le cirque de Navacelles a été durant des siècles un lieu préservé où le monde rural s’est épanoui en marge du certaine modernité !

Cultures de céréales sur de minuscules parcelles désempierrées, d’où les nombreux moulins qui jalonnent le cour de la Vis, élevage de brebis car n’oublions pas que nous ne sommes pas loin de Lacaune et de Roquefort, culture du ver à soie !

Navacelles et ses prairies
Navacelles et ses prairies

Plusieurs randonnées permettent de découvrir ce site de toute beauté accessible en toute saison certes mais où il est sans doute préférable de se rendre en dehors de l’influence touristique. La route d’accès en provenance de Lodève est vraiment décoiffante et je peux vous assurer qu’il n’est pas vraiment rassurant de devoir négocier certains croisements.

La cheminée d'un des moulins
La cheminée d'un des moulins

Ces moulins de la Foux ont une implantation remontant à l’an Mil. Lors des guerres de religion ils furent rasés puis reconstruits pour cesser finalement toute activité en 1907 après une crue particulièrement dévastatrice. L’architecture de ces moulins est d’une grande beauté et l’on a vraiment peine à croire que lors d’une crue en 1741 les meuniers n’eurent la vie sauve que grâce à l’un des leurs qui les retrouva au petit matin sur le toit du moulin ! Lorsque l’on constate la violence du débit en période calme, il est quasiment impossible d’imaginer ce que cela peut être en période de crue.

Un dernier conseil, ne songer pas à faire la rando après de fortes pluies, le sol est alors pire qu’une patinoire, alternance de terres argileuses et de blocs calcaire !

Do

Partager cet article
Repost0
8 avril 2016 5 08 /04 /avril /2016 20:04

Début Novembre nous découvrions l'une des œuvres d'art qui ponctuent le cours de la Loire de Nantes à St Brévin, le serpent de mer ! Vous souvenez-vous ?

Nous avons repris l'exploration à Nantes tout d'abord, quai des Antilles avec les Anneaux de Daniel Buren et Patrick Bouchain. Comme toutes les œuvres de Buren, ces anneaux sont « un outil pour voir », voir Nantes, ses quais, le bateau musée, le Bélem …

Les Anneaux de Buren
Les Anneaux de Buren

Le lendemain, nous enfourchions nos bécanes et filions jusqu'à Couëron. Célèbre pour sa tour à plomb et le mouvement social Tréfimétaux en 1976, Couëron attire maintenant pour sa Maison dans la Loire. Œuvre de Jean-Luc Courcoult, il a imaginé cette maison comme le dernier vestige architectural ayant résisté, imparfaitement certes, aux caprices du fleuve. Une victime de l'imprévoyance des hommes qui mésestiment les forces de la Nature. Jean-Luc Courcoult qualifie d'ailleurs sa création de « Réalisme imaginaire » !

La maison dans la Loire
La maison dans la Loire

Une petite cinquantaine de kilomètres dans le pédalier et nous faisions une pause sur le chemin du retour au Jardin des Plantes où ce ne sont pas les bancs qui manquent !

Le siège de Gulliver
Le siège de Gulliver

Et il y en a pour tous les goûts !

Alice au pays des merveilles ?
Alice au pays des merveilles ?

Auriez-vous trouvé le votre ?

Alice ou Alice ?
Alice ou Alice ?

Avant de retrouver notre Île de rêve nous avons repris la route et filé à Cordemais.

Depuis quelques années, une bizarre villa dame le pion à la plus grande centrale thermique de France, alimentée soit-dit en passant par du charbon venu de l'autre bout de la Planète, pas si exemplaire que cela. A EDF, on semble oublier l'impact carbone.

Toujours est-il qu'un certain Tatzu Nishi connu pour détourner les objets de leur fonction première façon « Land Art » a signé là une œuvre pérenne : la Maison cheminée. Jouant avec la centrale toute proche, il a imaginé une cheminée émergeant du sol avec au sommet, à 15 mètres, un petit pavillon rétro. Personnellement, rien qu'à le regarder, ça me donne le vertige.

La villa Cheminée
La villa Cheminée

Une halte à Noirmoutier où nous avons rencontré une « fan » de notre blog que nous ne connaissions pas encore et auprès de qui nous avons passé un moment d'une grande richesse, à parler de l'Au-delà et croyez-moi, ou pas, ça fait du bien, nous avons retrouvé des amis dans le bocage vendéen.

Mais ce sera pour un prochain article car les découvertes culturelles ont continué. Supers organisateurs nos amis Christiane et Vincent ! Autre précision, Vincent est cuisinier, hum !

Do

Partager cet article
Repost0
7 avril 2016 4 07 /04 /avril /2016 20:05
Les Machines de l'Île

Nous revoilà sous le soleil du midi après une virée dans l'Ouest, vadrouille qui a commencé à Nantes.

Nous qui sommes plutôt « rat des champs », avons eu le coup de cœur pour cette ville !

En 2013, Nantes a reçu le titre de capitale verte de l'Europe, réseau de lignes de trams, voies vertes et pistes cyclables, parcs … nous sous sommes coulées dans les baskets d'un « rat des villes » avec délice.

Je ne vais pas vous narrer par le menu notre programme découverte de la ville, je vais juste vous présenter les Machines de l'Île.

Les Machines de l'Île

Les Machines de l'Île rappellent Jules Verne et ou Léonard de Vinci. Implanté sur le site des anciens chantiers navals fermés en 1987, ces machines s'inscrivent dans le projet de réaménagement de l'Île de Nantes. Ils se sont mis à deux pour donner naissance à cette attraction. Issus du milieu du spectacle de rue et habitués des scénographies urbaines, cette aventure des machines de l'Île fondée sur l'imaginaire et la convivialité est la notre tout autant que la leur.

Le site est un lieu culturel de recherches animé par la compagnie de la Machine et inspiré par la Nature. L'imaginaire est lié au végétal d'où ce projet en gestation : l'arbre aux Hérons.

Cet arbre a déjà sorti sa première branche, un prototype qui nous propose un aperçu de ce que sera cette future attraction haute comme 3 éléphants.

Les Machines de l'Île

Le grand éléphant a été le premier hôte du site. Petit frère de celui de la Compagnie Royal de Luxe de Nice, il est apparu en 2007 à Nantes avec des améliorations notables. Machinerie nettement plus sophistiquée, pouvant emporter des passagers, haut de 12 mètres, large de 8, il balade ses 48 tonnes d'acier et de bois à un petit train de sénateur grâce à son moteur de 450 chevaux.

Le site abrite la Galerie des Machines, un laboratoire où vit un bestiaire époustouflant. Des bébêtes qui iront par la suite batifoler sur le futur arbre aux Hérons.

Si vous vous rendez là-bas vous y découvrirez l'Araignée géante, la chenille, une fourmi et un héron. Animés, plein de pistons, boulons, les bestioles emportent sur leur dos les touristes-cobayes qui se soumettent avec plaisir aux démonstrations rondement menées par une équipe pleine de verve et d'humour.

Les Machines de l'Île

La visite ne serait pas complète sans 3 petits tours sur le Grand Carrousel. Haut de 25 mètres, il se compose de 3 manèges imbriqués les uns dans les autres. Fonds marins, abysses, vie marine, il est peuplé d'un bestiaire fantastique qui s'anime sous la houlette des visiteurs.

S'il y a vraiment un enfant qui sommeille en vous, allez-y, c'est magique !

Vous ne me croyez pas, la preuve en un clic !

https://youtu.be/M-V3waxZDFE

Do

Partager cet article
Repost0
2 mars 2016 3 02 /03 /mars /2016 18:06
La boudeuse Fécamp
Et oui, nous sommes montées sur Paris, mais ce ne fut que le temps d'une grande et belle journée, alors ami(es) que nous n'avons pas rencontré(es) ne nous en voulez pas.
Nous étions venues faire connaissance avec un adorable petit Roméo mais comment ne pas profiter de l'occasion pour déambuler, sous le soleil ce qui n'a rien d'extraordinaire en fait, du Champ de Mars aux quais de Seine en s'offrant une halte sublime au musée Rodin ?
Pour nous faire pardonner nous vous offrons une petite vidéo (à retrouver aussi sur la chaîne des brebis, lien ci-contre)
Si ce fut bref, ce fut juste ce qu'il nous fallait pour faire la paix avec nos racines citadines et parisiennes !
Do
Partager cet article
Repost0
24 février 2016 3 24 /02 /février /2016 18:18

Nous voici de retour après un périple qui nous a menées jusqu'aux rives de la Seine.

Le pont Alexandre III
Le pont Alexandre III

Un voyage épatant, riches en découvertes de toutes sortes.

Un voyage placé sous le signe des retrouvailles et de l'Amitié.

Un voyage qui nous a réconcilié avec nos racines « parisiennes » et plus spécialement clamartoises.

Clamart, la Mairie
Clamart, la Mairie

Un voyage qui pourrait se résumer comme inventaire à la Prévert.

La chaude amitié de « vieilles » copines.

Clamart et Meudon.

Elsa Triolet et Aragon

dans les Yvelines.

Un joli bébé nouvellement né.

Des musées.

Sceaux,

bus et métro.

Une virée dans Paris,

Barbizon et Irancy.

La Jordanie à Avon.

Un mémorable porc au caramel,

Auxerre et Cadet Rousselle.

Un road movie bourguignon …

Auxerre, la vieille ville
Auxerre, la vieille ville

Et d'autres choses encore !

A suivre !

Do

Partager cet article
Repost0
21 décembre 2015 1 21 /12 /décembre /2015 20:45
Cascade d'Entraygues
Cascade d'Entraygues

Il en faut peu pour être heureux

Vraiment très peu pour être heureux

Il faut se satisfaire du nécessaire

Un peu d'eau fraîche et de verdure

Que nous prodigue la nature

Quelques rayons de miel et de soleil !

Et bien voilà, vous enlevez le miel et vous avez les ingrédients qui ont contribué à faire de notre dernière semaine un rêve tout éveillé.

Ce que nous avons fait se résume en un mot : MARCHE !

6 grandes et belles journées à se balader de lac en volcan, de vallée glacière en plateau !

Tout ce que l'on aime.

Un dépaysement total à tel point qu'hier en redescendant de notre perchoir, en abandonnant les épicéas et les grandes forêts de hêtres et en découvrant les palmiers du bord de mer, j'ai eu l'impression d'avoir fait un saut quantique et d'être arrivée sous les tropiques.

Décidément, le Puy de Dôme nous parle au coeur, tout ce qui nous est essentiel s'y retrouve, la Nature !

La Nature à notre porte, une diversité incroyable, un monde que chaque été des artistes animent de leur imaginaire, un univers que des lilliputiens sont entrain de mettre à mal !

Mais ce sera pour un prochain article, pour l'instant, juste pour le plaisir des yeux, des photos !https://www.youtube.com/watch?v=4VxAFG9X97o

Do!

Partager cet article
Repost0
10 novembre 2015 2 10 /11 /novembre /2015 20:24
Le Carlit, c'est celui de droite et c'est le plus haut sommet des Pyrénées Orientales
Le Carlit, c'est celui de droite et c'est le plus haut sommet des Pyrénées Orientales

Aujourd'hui, je ne vais pas vous décrire notre dernière rando par le menu.

Ce sera juste beaucoup de photos et peu de textes. Notre but, le désert du Carlit !

Le Vives
Le Vives

Cette virée ne fut que du bonheur, une myriade de lacs laissés là par les glaciers. En arrivant des Bouillouses, le premier c'est le Vives.

Le Sobirans
Le Sobirans


Arrivé au pied du Carlit, le Sobirans dévoile ses charmes dans un décor d'ocres !

Le Castella
Le Castella


Les jours fastes, il est même possible de tomber sur des cèpes le long du Castella !

Le Dougnes
Le Dougnes


Un premier verrou glaciaire, les gambettes flageolantes et c'est le Dougnes !

Sorbier
Sorbier


Deux autres verrous, un coup d'œil sur Le Vives et retour à la case départ.

Si vous y montez sous peu ne manquez pas les sorbiers des oiseaux, ils flamboient !

Cairn
Cairn

La rando est parfaitement balisée et de nombreux cairns ponctuent le parcours ! Des œuvres d'art brut !

Le massif du Canigou
Le massif du Canigou


Une balade, un véritable enchantement qui s'est terminé comme un feu d'artifice avec le Canigou en toile de fond !

Do

Partager cet article
Repost0
28 octobre 2015 3 28 /10 /octobre /2015 18:10

Nous voici de retour d'une jolie virée sur les routes de France qui nous a ravi les yeux mais surtout le cœur !

Quel bonheur de renouer de vieilles affections et de s'apercevoir que le temps et les aléas de la vie n'ont en rien entamé les liens qui nous unissaient.

Merci à la vie et à toi Jean-Claude qui en t'effaçant de nos vies a rendu possible ces retrouvailles familiales. Impossible pourtant de ne pas avoir le cœur triste, nous nous aimions tant !

De ce périple que je ne vais pas vous détailler par le menu, je retiens surtout un fil conducteur, la sculpture ! Cela a commencé dès notre première halte sologniote, à Salbris où réside une ex collègue animatrice et qui recèle une surprenante fontaine !

Salbris
Salbris

La sculpture était aussi très présente dans les carrières souterraines de Vignemonts à Loches. Presque 2 heures de déambulation dans un invraisemblable dédale taillé de mains d'hommes et qui abrite des sculptures sonores, créations de Will Menter.

Will Menter
Will Menter

Suivant le Val de Loire nous avons rallié la Mayenne, département peu envahi de touristes et pourtant d'une richesse incroyable.

Si je compte bien vous offrir un article sur les merveilles mayennaises, je ne peux passer sous silence l’œuvre incroyable de Robert Tatin à Cossé le Vivien.

Côté sculpture, nous avons été servies, un vrai feu d'artifice.

Musée Robert tatin, Cossé le Vivien
Musée Robert tatin, Cossé le Vivien

Petite incursion rapide en Bretagne et retour sur la Loire dont le cours à partir de Nantes est ponctué d’œuvres originales que nous avons encore majoritairement à découvrir, un circuit à faire à vélo qui devrait plaire à nos amis Jean-Luc et Andrée.

Un beau délire à St Brévins les pins que ce serpent d'océan, œuvre d'un chinois Huang Yong Ping. Les ondulations du reptile répondent à la courbure du pont de St Nazaire, bête noire de Frédo qui a les ponts en horreur.

Serpent d'Océan
Serpent d'Océan

Sculpture toujours à Foussais-Payré qui accueillait cet été un symposium de la sculpture à la tronçonneuse …

Tiens ! Eligriv !
Tiens ! Eligriv !

Sculpture enfin pour notre dernière halte dans un lieu absolument magique, Auvillar près d'Agen.

Le village, splendide (article probable) recèle une multitude de petites statues perchées et disséminées ici et là ainsi qu'une salle d'exposition consacrée à l'art contemporain.

Auvillar, statue de "jacquet"
Auvillar, statue de "jacquet"

Voilà, vous savez presque tout de ce qui a motivé notre errance de presque 15 jours sur les routes France, à bientôt donc sur le blog pour partager plein de belles découvertes !

Do

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : Hist' toiles
  • : Nous sommes deux soeurs... L'une peint, l'autre écrit. Nous avons envie de partager nos vécus, nos ressentis, nos expériences; de témoigner... Nous aimons par dessus tout la nature, notre plus grande source d'énergie... Sur ce blog, nous vous présenterons des peintures, des livres, mais aussi des photos de nos voyages, de nos randonnées, des récits... Nous tenterons enfin de vous entraîner dans la grande aventure de notre vie: notre cheminement spirituel vers l'Amour et la Lumière.
  • Contact

Recherche