Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
12 décembre 2020 6 12 /12 /décembre /2020 21:34

Et si le 31 décembre nous montrions, dans le calme mais de manière déterminée que nous restons unis, solidaires et que nous sommes bien décidés à, envers et contre tout, faire de ce dernier jour d'une année par ordinaire un jour extraordinaire. Je vous propose en nous appliquant à respecter "les gestes barrière" de nous retrouver à 19h55 sur la place principale du (de votre village), en élargissant aux espaces avoisinants si par miracle, ce que j'espère, nous étions nombreux avec une source de lumière à notre convenance.

Bougies, portable mais aussi pourquoi pas lanternes volantes ou non, histoire de montrer que la Lumière brille dans nos coeurs !

 

Et n'hésitez pas à exporter l'idée !

Partout !

Waouh, j'en rêve !

Partager cet article
Repost0
7 décembre 2020 1 07 /12 /décembre /2020 21:28

Un jour pour la première fois de ma vie, j’ai eu le cran de dire NON, c’était à une copine qui nous annonçait tout à trac qu’elle avait l’intention de redescendre à St Genis avec nous pour passer quelques jours à la maison. Le séjour en soi ne posait pas de problème mais compromettait notre projet de halte de 2 jours sur le Puy de Sancy avec son lot de randos dans le cadre de la manifestation Horizons car cette personne était, tout, sauf sportive !

Toute la nuit, nous avons ressassé en boucle notre déconvenue de ne pouvoir crapahuter et au matin je téléphonais pour lui dire que nous ne changerions rien à nos projets.

Relatant notre décision à notre voisine, présente lors du coup de fil, elle nous a dit ne pas nous comprendre, selon elle, nous aurions bien le temps par la suite de nous adonner à notre plaisir !

Mais que sait-on des lendemains qui nous attendent ?

Auriez vous imaginez vivre ce que nous vivons aujourd’hui ? 

Aujourd’hui plus que jamais je me félicite d’avoir su nous choisir même si privilégier nos choix fut parfois douloureux quand partir loin revenait à laisser notre mère, seule, derrière nous !

Aujourd’hui je prépare notre calendrier 2021 et comme à chaque fois, j’opère un tri pour isoler ce qui, chaque mois de l’année écoulée, a été particulièrement inoubliable. Mais cette année le Covid est passé par là et mis à part de fréquents séjours sur le centre de la France, nous n’avons pas quitté l’Hexagone, une première pour nous ! Pas même depuis février une petite, toute petite, balade en Espagne et pourtant c’est chez nous là-bas !

Je me suis donc rabattue sur les nombreux voyages à l’étranger des années précédentes et en redécouvrant toutes ces merveilles, il n’y a pas à dire, je ne regrette rien !

La Vie a été au rendez-vous, le plaisir, la joie de découvrir d’autres horizons, le bonheur des rencontres fortuites, les plaisirs de l’aventure vécue aux côtés de ma vieille copine d’enfance aussi, nos amis Pignon et l’immense gratitude d’avoir pu aller à la recherche de nos origines. Des confins de l’Autriche et de la Hongrie d’où émigra un certain Anton Dampfhoffer, en passant par la Wallonie d’où sont issus les Longville. Précision, wallons certes mais fils de déserteurs français et depuis 1720 seulement ! Sans oublier l’Espagne que nous avons sillonné en long en large et en travers car nous revendiquons un peu de ce sang ibérique que les Barba nous ont léguées.

Il n’y a pas à dire, tout était beau, bon, bien, et si nous ne pouvons pas repartir de sitôt, au moins ce qui a été pris est à nous, ne dit on pas que « la façade d’une maison n’appartient pas à celui qui la possède mais à celui qui la regarde » (Lao Tseu).

Il n’en est pas moins vrai que ce tri s’est révélé douloureux, comment avons nous pu en arriver là ? Et comme ne choisir que 13 clichés (avec la couverture) fut un vrai crève-cœur je vous les offre toutes !

https://youtu.be/CCiGb9Guwsc

Mais je suis bien décidée à ce que le futur soit tel que je le rêve, une vie les mains dans la terre et, ou sur le clavier de notre piano, godillots aux pieds, en joyeuse compagnie. Nous nous offrirons le luxe de nuits dans notre fourgon et qu’importe si nous ne passons plus de frontières, nous pouvons tout aussi bien aller le poser dans un petit coin des Albères. Nous allons continuer à partager le quotidien de personnes animées par le même désir de construire une société solidaire et donner vie à notre oasis de biodiversité, l’enrichissant toujours plus des multiples découvertes que nous faisons aux côtés des pionniers qui nous ont précédées.

Et puis nous nous appliquerons à DÉSOBÉIR, raisonnablement dans le respect de tout ce qui est, mais pour vivre LIBRE !

Dominique

Partager cet article
Repost0
1 décembre 2020 2 01 /12 /décembre /2020 17:19

Je vous invite chaque jour à imaginer 2021 telle que vos rêves la souhaiteraient sans ces projections d’un mental nourri des peurs, des limitations que les médias, gouvernements agitent et voudraient voir se cristalliser en vous.

Imaginez la grande famille humaine, pas celle que l’on a tendance à restreindre à la famille génétique, unie pour construire une société fédérée autour d’un unique but : sauvez notre Terre et toutes les formes de vie, animées ou non, qui la peuplent !

Imaginez votre vie, LIBRE, sans crainte d’être racketter parce que vous serez sorti du périmètre imparti, sans avoir à décliner votre identité, vos motivations pour aller ou bon vous semble.

Autorisez vous à respirez en pleine confiance et vivez cette liberté par anticipation ! Libérez vous sans attendre qu’on vous libère !

On n’est d’abord libre dans sa tête !

Imaginer 2021 comme vous la désirez car nos rêves ont un impact réel sur tout ce qui est !

Nos pensées sont créatrices, tout ce que nous émettons génèrent des trains d’ondes qui ondulent dans l’univers, lorsqu’ils entrent en résonance avec une onde similaire il y a « concrétisation » dans le réel !

C’est l’un des principes de la loi d’attraction. C’est pour cette raison que nous devons être attentif non seulement à nos pensées mais surtout à notre vocabulaire et à notre syntaxe. Si vous avez peur de la maladie, sachez déjà que la peur induit un phénomène d’attirance et donc la manifestation de l’objet de notre peur. Si donc vous tenez à formuler votre désir d’être en pleine santé, ne dîtes pas « pourvu que je n’attrape pas cette maladie » mais plutôt «  je suis en pleine santé et cela va continuer, je vais tout mettre en œuvre pour qu’il en soit ainsi ».

Mais si j’insiste aussi sur l’importance de prêter attention à ses pensées c’est par égoïsme, je ne vous donne pas le droit d’affecter ma vie par le pouvoir créateur de vos pensées, de vos actions.

Lorsque cet été certains ont commencé à porter le masque là où il n’était pas obligatoire, sur la plage par exemple, j’avoue que cela me mettait en rogne mais je n’avais alors pas imaginé que cela allait véhiculer une information qui se concrétiserait dans le réel par une décision gouvernementale. Depuis j’ai compris et je n’ai pas douté un instant que nous n'éviterions pas une deuxième vague, trop de personnes en avaient peur, trop la désiraient (gouvernements).

Alors ...

Imaginez 2021 comme aurait dû être 2020 si rien aucun grain de sable n’était venu gripper les rouages !

Imaginez vous vivre déconfinement perpétuel, une guérison massive de tout ce qui est, imaginez vous refaire des projets d’avenir mais d’un avenir qui aura intégré que notre Terre est à cocooner, que nous l’avons épuisée avec nos appétits, que toute vie est une richesse, il n’y a que de bonnes herbes.

Imaginez votre vie à échelle humaine pour comme le dit Coline Serreau, « Trouvez des solutions locales au désordre global » dans le durable.

Tout est possible, il suffit de ne se mettre aucune limite !

Si vous n’êtes pas persuadés de ce que j’avance voici un lien à suivre pour prendre connaissance d’un document intitulé « Votre désir est votre ordre » http://epornin.free.fr/trudeau.html

Nous avons fait tout le « cursus » il y a plusieurs années, c’est ma foi passionnant !

Vous pouvez aussi vous intéresser à l’EFT !

L'EFT ou le pouvoir de la pensée positive - Hist' toiles (over-blog.com)

Dominique

 

Partager cet article
Repost0
23 novembre 2020 1 23 /11 /novembre /2020 20:05

Bien souvent, dans nos publications concernant l’importance de booster son immunité pour faire face à la pandémie, nous insistons sur l’importance de l’alimentation. Je voudrais aujourd’hui préciser que « bien s’alimenter » ne signifie pas seulement manger sainement, et que la façon de s’alimenter intellectuellement est tout aussi capitale. En effet, et je ne suis pas la première à le dire, il est tout aussi important de ne pas lire n’importe quel livre ou journal, de ne pas regarder n’importe quel film, car tout, je dis bien TOUT impacte nos énergies, que ce soit de façon positive ou négative. Tout le monde sait que le rire est un véritable médicament, source de bien-être et de régénération.

A l’inverse, tout ce qui est noir et violent, nous plombe et nous affaiblit.

Je n’ai jamais compris le succès mondial du roman aux multiples tomes « Millénium ». Si j’ai lu le premier, victime du battage médiatique, j’ai sauté beaucoup de passages tant le contenu, d’une violence inouïe et bien souvent inutile, me heurtait. Autant dire que je ne suis jamais allée au-delà de ce premier tome. Voilà pour moi l’exemple type d’une lecture polluante.

Il en va de même des films que nous visionnons et nous venons d’en faire l’expérience :

Depuis plusieurs mois, nous ne regardons quasiment plus la télévision. Lorsque cela nous arrive, c’est que nous avons pris la peine au préalable d’enregistrer ce que nous voulons voir, afin d’éviter les pubs et de pouvoir commencer à l’heure qui nous va bien. Nous pratiquons aussi beaucoup le replay. Et au fil des mois, nous devenons de plus en plus sélectives, c’est à dire que nous avons complètement cessé d’enregistrer tous les téléfilms policiers (donc presque tous les téléfilms) tant nous en avions assez d’être gavées de « Meurtres à... » ou de « Commandant « Trucmuche », « Capitaine Machin Chouette », « Mystère à Petaouchnoque », etc, etc. RAS-LE-BOL, de la police scientifique, du SRPJ, du GIGN ou des brigades du tigre ! Franchement, il n’y a pas autre chose pour distraire les gens que les meurtres ? Il n’y en a pas assez dans la réalité ?

Une chose est sûre : plus nous nous déshabituons des bombardements émotionnels auxquels nous soumet la télévision, que ce soit par les fictions ou les informations-désinformations, plus nous devenons sensibles à ses impacts. Sensibles, critiques et exigeants. Et ma foi, je pense que c’est plutôt une bonne chose.

De temps en temps (oserais-je dire rarement ?) nous trouvons des prestations télévisuelles à notre goût, comme « Fauteuil d’orchestre » (pour n’en citer que celle-là, dans la mesure où nous sommes entrain de la regarder, en replay), et d’excellentes fictions !

Il y a notamment ces téléfilms, souvent suivis de débats, traitant de problèmes de société divers, comme l’alcoolisme, l’autisme, le harcèlement scolaire, etc. Nous essayons de ne pas en rater.

C’est ainsi que jeudi soir, sur « Molotov », nous nous sommes retrouvées devant « la Maladroite », traitant de l’enfance maltraitée. Une histoire VRAIE. Un sujet bouleversant, une interprétation magistrale de tous les antagonistes, même les plus repoussants comme les immondes parents, et surtout une petite actrice extraordinaire, Elsa Hyvaert, dans le rôle de « Stella ». Je me demande toujours comment on arrive à faire jouer des enfants avec une telle justesse ! Bref, un téléfilm passionnant, déstabilisant et révoltant car c’est toujours la même constatation : on crée des instances, on établit des protocoles, on dit beaucoup de belles paroles autour de la protection de l’enfance, mais dans les faits, concrètement, les enfants sont-ils vraiment protégés de la malveillance de certains parents ? Un sujet qui réveille en moi une interrogation : suis-je, moi, Frédérique, dans le cadre de mes fonctions d’enseignante, passée à côté d’un problème de maltraitance sans le remarquer ? Ça fait froid dans le dos. Et je comprends la démission de l’institutrice à la fin du film.

Mais j’en reviens à mon propos. J’ai très mal dormi la nuit suivante, et toute la journée du lendemain, je me suis sentie habitée par des énergies qui n’étaient pas les miennes. J’étais squattée, parasitée, pour ainsi dire obsédée par des ressentis négatifs plombant. Je sentais que j’avais besoin d’un nettoyage énergétique !

A cause du film, bien sûr.

Un film utile, néanmoins ! Il est important de dénoncer et le message doit être largement diffusé. Contrairement au polars qui envahissent les écrans à longueur de journée, ce sont des films utiles. Il est utile, impératif, urgent de dénoncer certaines violences. Donc, tant pis si ça bouscule, il FAUT regarder ! Et rester vigilant quant aux conséquences pour ne pas laisser chuter ses énergies et donc ? Oui, son immunité ! Merci d’avoir suivi...

Il est donc indispensable de savoir reconnaître les origines de son mal-être lorsqu’il survient. Le reconnaître, identifier son origine pour pouvoir l’accueillir, l’apaiser et le remettre à sa juste place. Ce mal-être vient-il de moi ? Est-il extérieur à moi ? S’il est extérieur, à quoi bon s’y attarder, puisque de toute façon, je ne peux rien y changer ? C’est donc le moment d’une petite méditation ! Une méditation ou une médiation… Et il revient à chacun de trouver son médiateur, c’est à dire le moyen de restaurer les remparts de son intériorité ! Marche, vélo, bain de nature, musique, jardinage… Chanter, danser, rire… Tout est valable, si ça fait du bien !

Partager cet article
Repost0
21 novembre 2020 6 21 /11 /novembre /2020 18:02

Booster ses défenses immunitaires passe bien évidemment par le savoir être !

Cultiver le positif est essentiel et si ce n’est pas inné chez vous voici des pistes. Fréquenter la compagnie des personnes gaies, celles qui voient toujours le verre à moitié plein, s’entourer d’animaux et si vous n’avez ni chien ni chat, faire ami avec ceux du voisinage, regarder du côté des oiseaux.

Mettre les mains dans la terre, même sans jardin c’est possible, sortir et faire de gros câlins aux arbres, parler au ciel, patauger dans les flaques comme les petits enfants. A ce propos préférez la compagnie des gamins, grande source de joie, à celle des rabats-joie.

Une autre piste INCONTOURNABLE consiste à cesser d’écouter les chaînes d’information en boucle pour visionner des films ressourçants en abandonnant les thrillers, policiers (on les vit au quotidien). Idem pour les livres, les énergies brassées par des ouvrages type Millénium sont à bannir en cette période !

Se ressourcer en écoutant des musiques élevantes, ce qui ne veut pas dire forcément classiques.

Dans ces différents domaines à notre hit parade nous avons :

Mamma Mia, L’enquête corse, St Jacques La Mecque, Charlie et la chocolaterie, The Full Monty, Enfin veuve, OSS 117 avec Jean Dujardin, certains De Funès, Tous les soleils, Qu’est- ce qu’on a fait au Bon Dieu, Jean-philippe …

Nous nous éclatons avec Guy Bedos, Raymond Devos, Muriel Robin … et nous élevons nos énergies en musique, et là c’est fort diversifié. Nous passons avec un égal bonheur de Mozart, Beethoven, Schubert à ABBA, Elvis, Eddie Mitchell …

Alors pensez y, savoir être fleur bleue y aller de sa larmichette aide à se sentir bien tout comme danser tout seul, sans filtre avec Elton Jones, Chuk Berry !

Voici une sélection :

https://www.youtube.com/watch?v=T38v3-SSGcM

https://www.youtube.com/watch?v=FkyX8U6yPUI

https://www.youtube.com/watch?v=mYosWxn9h4k

Enfin quand vous craquez, et nous l’avons expérimenter, hurler « J’EN AI MARRE » fait un bien fou. Il faut juste être seul c’est plus sympa pour le voisinage. Vous pouvez aussi essayer « JE SUIS LIBRE » et mettre en pratique évidemment !

Notre corps est notre véhicule, si le carburant que vous lui fournissez n’est pas de qualité, inutile d’attendre de lui des performances or notre alimentation est souvent carencée quand elle n’est pas frelatée. Il y a donc beaucoup à travailler de ce côté là.

Dans le désordre et sans logique voici ce que nous avons mis en place depuis de longues années.

Pas d’eau du robinet, si vous doutez aller faire un tour du côté d’une station d’épuration peut accélérer la prise de conscience même si je le vous concède nous ne consommons pas cette eau là. Nous utilisons un filtre sur robinet depuis de nombreuses années http://cybelemaia.fr/

Limiter de manière drastique les produits raffinés, les plats tout préparés et consommer beaucoup de fruits, légumes même crus. Arrêter le Coca, les sodas et en matière de chocolat le préférer noir (bien noir) est quand même meilleur pour la santé. Il paraît que rien ne vaut le cru, là mes papilles ne sont pas d’accord mais à chacun de voir. Maintenant ne soyez pas intégriste, les extras dopent notre moral alors s’octroyer très occasionnellement une baguette peut s’entendre néanmoins le pain blanc n’est pas le must. Réduire sa consommation de viande permet de réduire les problèmes inflammatoires et du même coup l’émission de gaz à effets de serre, l’élevage n’étant pas du tout vertueux en ce domaine. De plus c’est une manière de ne pas rajouter de la souffrance animale, donc soyons attentifs à l’origine de ce que nous consommons. Un œuf de poule est une source de minéraux extraordinaire, issu de poules élevées en batterie c’est limite un poison tant ces animaux ont été gavés d’antibiotiques et autres « saloperies » et je ne vous parle pas de l’impact énergétique de la souffrance ressentie sur votre corps. Les miasmes, les scories éthériques sont une réalité.

Le mieux pour votre corps, sa capacité à se défendre des agressions extérieures est de manger en quantité raisonnable, local (c’est meilleur pour la planète), de saison (c’est à ce moment que les fruits et légumes sont au maximum de leur potentiel) et de préférence BIO !

Alors, oui, je sais, certains m’objecteront que ce n’est pas à la portée de toutes les bourses … je dirai juste qu’un produit de qualité s’il coûte plus cher nourrit mieux qu’un issu de l’industrie agroalimentaire truffé d’exhausteurs de goût, de E machin truc. Une soupe maison est peut-être longue à réaliser, acheter des bricks de potage peut sembler plus rapide pourtant la qualité n’est pas la même et côté prix il n’y a pas photo, pour 10€ de légumes Bio je réalise régulièrement 14 rations de soupe !

Dominique

 

Partager cet article
Repost0
20 novembre 2020 5 20 /11 /novembre /2020 19:02

Nos produits "maison" issus de la déshydratation, juste un régal !

 

Partager cet article
Repost0
19 novembre 2020 4 19 /11 /novembre /2020 21:07

Aucune description de photo disponible.

COMMENT S'INSTALLE UNE DICTATURE ?

Une chronique de Daniel Meurois

Je me suis parfois posé cette question au fil des années et de mes réflexions en considérant l’histoire de notre humanité. Oui, comment certains peuples ont-ils pu, parfois pendant de fort longues périodes, accepter d’être soumis au joug de quelques gouvernants sans scrupules et de leurs idéologies insensées ? J’avoue que cela restait quelque chose d’un peu abstrait pour moi jusqu’à ces derniers mois…

Je me souviens des cours d’histoire et géographie de mon enfance puis de mon adolescence… c’est-à-dire d’un temps où ces deux disciplines existaient encore vraiment et autrement que sous forme de simulacres.

Sur les pages des manuels tout comme dans la bouche des professeurs, on n’avait finalement droit qu’à des états de fait… Untel avait pris le pouvoir à la faveur de telle ou telle circonstance et on mettait avant tout l’accent sur sa personnalité imprégnée de totalitarisme.

Bref, il semblait acquis que c’était le tempérament, la force de caractère ou l’avidité d’un général, d’un roi, d’un empereur qui avaient suffi à les porter au pouvoir puis à en faire des tyrans ou des dictateurs. Quelle simplification navrante !

Un homme, aussi autoritaire soit-il, n’impose jamais ses volontés s’il est seul… Il a besoin de quelques ¨aides¨. Je ne parle pas simplement des proches conseillers intrigants et exécutants qu’il sait réunir autour de lui mais du large réseau d’hommes et de femmes qui se met en place presque automatiquement sur le territoire qu’il entend gouverner à sa façon.

C’est toujours un réseau étonnant !

En effet, passé un certain cercle relativement restreint de privilégiés qui aspirent à leur part du gâteau, il n’est généralement fait que de ¨Monsieur et Madame Toulemonde¨. Je m’explique…

Un tel réseau, qui ne prend d’ailleurs pas conscience de sa réalité, n’est constitué que de subalternes, qui ont eux-mêmes leurs subalternes, lesquels en désignent d’autres etc… pour finalement former une armée de collaborateurs serviles et asservissants.

La plupart des êtres humains que nous sommes, il faut le reconnaître avec lucidité, souffrent de multiples frustrations, frustrations dont ils essaient de se consoler dès qu’on leur donne ce qui ressemble à un pouvoir, aussi factice soit-il… Le pouvoir de faire aligner une file de personnes le long d’un mur, de coller des panneaux d’interdiction ici ou là, de réclamer un laisser-passer, de faire dire oui à contrecœur ou à contre-pensée… On connaît tous l’excuse, cent mille fois débitée comme une litanie chaque jour qui passe : « Ah désolé… ce n’est pas moi qui décide… » Nul n’est jamais responsable de quoi que ce soit et surtout pas de sa complicité !

En poussant un peu plus l’observation, il y a aussi bien sûr le lâche pouvoir d’encourager à espionner, à dénoncer ou à mentir sous le prétexte fallacieux du ¨bien collectif ¨. Le pouvoir d’imposer des amendes, évidemment, lorsque nous ne sommes pas de ¨bons citoyens¨… c’est-à-dire pas de bons sujets conformes à la Sécurité de l’État, mère de tous les abus ¨louables¨.

Ah… nous y voilà… la sécurité ! L’argument premier de bien des dictateurs en herbe ou déjà en place… et la sécurité parce qu’il y a toujours la peur quelque part dans la majorité des ventres humains. Peur de quoi ? De tout. Peur de vivre puisque vivre signifie s’affirmer et prendre des risques.

C’est sur ces quelques constatations que s’érigent tranquillement les dictatures… Les petits besoins de pouvoir individuels, les craintes multiples qui font les lâchetés et, en conséquence, une servilité pleinement acceptée parce que suffisamment confortable… Voilà en définitive ce qui fait le pain quotidien de tous ceux que, lors de la dernière guerre mondiale, on appelait ¨les collaborateurs¨.

Ainsi que je l’écrivais il y a peu de temps : « Donnez ne serait-ce qu'un vague uniforme et un petit instrument procurant une illusion d'importance au premier venu et immédiatement celui-ci ne se verra plus et ne sera plus perçu comme le premier venu... mais comme un responsable crédible à qui il faut obéir. Nous en avons des exemples tous les jours. »

Alors ma question – dérangeante – est celle-ci : Jusqu’à quel point, dans le monde qui se met en place aujourd’hui, oui, jusqu’à quel point sommes-nous des collaborateurs ?

Faisons-nous partie de ce fameux réseau qui répercute un chapelet d’interdictions et d’obligations dont le nombre des ¨grains¨ ne cesse de se multiplier de jour en jour ?

Oh… il ne faut pas grand chose pour s’y intégrer. C’est subtil. Il suffit de toujours être d’accord puisque le bon ton est de penser puis de répéter que tout, absolument tout, est décidé ¨pour notre bien¨.

Gageons qu’un jour cette page - et d’autres - sera purement et simplement supprimée des réseau sociaux. Vous n’en serez alors pas étonnés…

Qui se souvient de cette phrase reproduite sur de nombreux murs en mai 68 ? : ¨Il est interdit d’interdire¨…

Un demi-siècle plus tard, on est à ses antipodes.

Allons… Ne faisons pas qu’espérer en levant les yeux au ciel puis en se lavant les mains de tout… Relevons-nous ! On ne va quand même pas se contenter de regarder le monde par la fenêtre !

© Daniel Meurois - 19 Novembre 2020.

Partager cet article
Repost0
12 novembre 2020 4 12 /11 /novembre /2020 21:02

Ce ne peut être un « détail » que l’on va évacuer d’un revers de la main !

Nous ne pouvons rester de marbre devant cette boîte à livres fermée en Bretagne d’autant que l’on découvre petit à petit qu’elle n’est pas la seule, j’espère juste qu’elle va être l’élément déclencheur d’une prise de conscience et que va cesser cette folie.

Car ne nous y trompons pas, c’est grave !

Très grave !

Le Livre est un sésame, notre passeport pour l’Éternité !

Le Livre nous ouvre à la vie.

Le Livre nous ouvre les portes du rêve.

Plongez dans un livre et votre monde se colore.

Les livres m’ont mise en joie, ils m’ont libérée de peurs, de colères … ils m’ont instruite, ils m’ont obligée à repousser mes limites, ils sont les témoins qui jalonnent ma vie. Tous me racontent, je peux les prêter ou m’y refuser totalement, il y en a que regrette encore d’avoir égaré.

Je me souviens même de mon premier livre « Quatre pas dans les champs » avec « Le mariage de Murinette et Gros Raton ». Je l’ai cherché partout, chez des bouquinistes, dans des villes comme Montolieu où chaque boutique ou presque est une caverne d’Ali Baba en matière de bouquins et je ne vous parle pas de la Librairie Ancienne du Somail sur le canal du Midi. A défaut de vous y rendre maintenant voici un aperçu https://www.youtube.com/watch?v=AmtXUl9Ptf0.

Si j’ai « fait chou blanc » à chaque fois, je suis quand même revenue de ces expéditions avec un stock impressionnant de livres qui m’ont ouverte à des mondes extraordinaires, ce fut ma première rencontre avec Daniel Meurois, « les sept marches » !

Les Livres sont le leg que notre Humanité laissera à la postérité !

Les Livres ont inspiré de grands architectes qui leur ont offert de merveilleux écrins, la bibliothèque d’Alexandrie, celle d’Éphèse ! Sur le cours du Danube s’égrainent quelques abbayes splendides dotées de bibliothèques somptueuses comme celle de Melk, un joyau genre chou à la crème qui inspira à Umberto Eco son célèbre roman Le Nom de la Rose. Pour les besoins du film le tournage s’est fait dans un lieu plus ancien, mais l’histoire se base bien sur un manuscrit du XIVe siècle dont l’auteur a vécu dans ce qui fut le vieux monastère de Melk. Quatre vingt cinq milles volumes, mille deux cents manuscrits du IXe au XVe siècles … imaginez !

Non vraiment cet haro sur le livre ne peut être passé sous silence.

Dévorons les, il n’y a pas de bons ou mauvais livres disait Daniel Pennac, tous remplissent leur rôle, entrons dans la résistance.

En ce qui nous concerne c’est fait, notre Mini Bib (qui est une propriété privée puisque installée sur notre mur) a été rechargée en ouvrages, il faut dire qu’en ce moment elle semble avoir beaucoup d’adeptes et c’est à faire chaque jour d’ailleurs pensez à lui en offrir !

Merci à ce propos au généreux donateur qui nous a fait la surprise de déposer sous la pergola deux grands sacs de beaux bouquins !

Livre j’écris ton nom avec le L de Liberté, le I de Immortalité, le V de Vie, le R de Résistance, le E de Enthousiasme.

Do

 

 

Partager cet article
Repost0
7 novembre 2020 6 07 /11 /novembre /2020 18:48
Tout commence avec un plan gelée d'arbouses et mûres et se finit au coin du feu avec des châtaignes grillées !!!

Nous ne nous sommes pas fatiguées en vain à les ramasser !

Quant à la confection de la gelée j'ai encore amélioré le processus et voici mon truc. Après avoir procédé à la première phase de l'opération à savoir mettre à cuire jusqu'aux premiers frémissements les fruits juste recouverts d'eau (filtrée et dynamisée) je les ai transvasés dans un sac confectionné dans de la moustiquaire (au lieu des traditionnels torchons de jadis) que j'ai ensuite suspendu au-dessus d'un faitout !

 

Ce procédé dit "à la Corse" permet au jus de s'écouler sans que l'on ai à se fatiguer et ce n'est qu'en fin de "dégouttage" que j'ai eu besoin de passer à l'action et là je dois dire que je me suis sentie à mon affaire !

 

Manifestation d'une réminiscence karmique de fermière quand je trayais les vaches à longueur de journée !
Il faut d'ailleurs que je vous confie que j'ai un réel savoir en matière de "marques" de vaches. Ce n'est pas forcément utile mais je différencie sans problème la Holstein de la Montbéliard, la jersiaise de la limousine, là c'est facile ... en fait j'aime les vaches surtout les Aubracs, mes chouchoutes !
Donc après avoir trait ma moustiquaire le processus classique a suivi son cours et hop, 10 pots de gelée !

 

Do
Partager cet article
Repost0
7 novembre 2020 6 07 /11 /novembre /2020 18:12

Avis de tempête sur les PO, cela aurait pu nous abattre le moral, d’autant qu’il faut bien dire que depuis des mois c’est quand même pas le grand beau auquel nous étions habitués, mais pas du tout, la vie reste belle !

Avec entrain, bonne humeur nous nous sommes montrées studieuses, créatives et même artistes pour préparer un affichage destiné à faire connaître à tous et toutes notre jardin partagé, même si c’est celui de Claire !

Afin que vous soyez nombreux à pouvoir venir découvrir et profiter de ce qui y est planté avec amour ces panneaux guideront vos pas !

Voici aussi de quoi le retrouver sur Facebook : https://www.facebook.com/associationPetitsprojetspourdemain/

Ceux qui cet été ont pu déguster tomates, courgettes, aubergines, poivrons … et aromates à foison savent de quoi je parle !

Alors n’hésitez pas à adhérer à cette association « Petits Projets pour Demain », le montant est libre et pourquoi pas à participer !

Que du bonheur et de la bonne humeur !

 

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : Hist' toiles
  • : Nous sommes deux soeurs... L'une peint, l'autre écrit. Nous avons envie de partager nos vécus, nos ressentis, nos expériences; de témoigner... Nous aimons par dessus tout la nature, notre plus grande source d'énergie... Sur ce blog, nous vous présenterons des peintures, des livres, mais aussi des photos de nos voyages, de nos randonnées, des récits... Nous tenterons enfin de vous entraîner dans la grande aventure de notre vie: notre cheminement spirituel vers l'Amour et la Lumière.
  • Contact

Recherche