Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
24 décembre 2016 6 24 /12 /décembre /2016 17:15

Avez-vous regardé « Prodiges », jeudi dernier sur France 2 ? Pour la troisième année, cette émission présentait quinze petits génies, garçons et filles, entre neuf et quinze ans, tous prodiges de leur art, la danse, le chant ou la pratique instrumentale. Remarquable ! Tous ces enfants passionnés pratiquent leur spécialité entre quinze et trente heures par semaine, tout en poursuivant des études, souvent brillantes, que ce soit par correspondance, dans des écoles normales ou spécialisées, comme l’école de danse de l’Opéra de Paris. Tous ont un ou deux ans d’avance, et même parfois plus.

Personnellement, j’ai été envoûtée par la prestation de Marin, jeune clarinettiste de douze ans, et son interprétation du deuxième mouvement du concerto pour clarinette de Mozart que j’adôôôre !

Marin, lui, adore la clarinette, mais il sait aussi jouer du piano ; il se passionne pour l’histoire et il lit Max Gallo ! Craquant. Il n’est pas le seul à nous avoir ébloui… Les voix de Lucile et Madeleine résonnent encore à nos oreilles ; Sacha, au piano et Clara, petit rat de l’Opéra était éblouissants. La relève est assurée.

Mais écoutez et regardez plutôt...

Marin:

https://www.youtube.com/watch?v=BfqPzCpuB7M

Encore Marin:

https://www.youtube.com/watch?v=2S-Zqf_S6BY

Madeleine:

https://www.youtube.com/watch?v=u2JA3jhg4Os

Lucile:

https://www.youtube.com/watch?v=2ZQinrFHW84

Clara:

https://www.youtube.com/watch?v=m13c1-Lo0Pc

Sacha:

https://www.youtube.com/watch?v=dEa5A5B9nqk

Ces enfants ne sont-ils pas la preuve vivante qu’il est important de chercher en chaque individu ce qui réjouit son âme, (musique, peinture, danse, chant, sport…) et tout miser sur cette affinité, ce talent particulier pour faciliter l’accès aux fondamentaux. Car si apprendre à lire, écrire, compter est fondamental, ce n’est pas en faisant cela à longueur de temps à l’école sans jamais s’aérer l’esprit, que l’on aidera les enfants en difficultés. Vous imaginez ? Six heures par jour le derrière sur une chaise à lire, ou faire des maths ? Quelle horreur !!! Les matières dites secondaires sont des bouffées d’oxygène et sont trop volontiers sacrifiées, voire même supprimées. « De mon temps », n’avions-nous pas des cours de musique avec un vrai professeur. Aujourd’hui, c’est l’instit (pardon, « le prof ») qui doit si coller même s’il chante faux comme un curé !

 

Il est impératif de chercher en chaque enfant la spécialité où il est susceptible de briller pour le valoriser et faciliter son entrée dans les apprentissages.

Je me souviens d’un élève de grande section, Mohamed, peu motivé par la chose scolaire, mais d’une agilité extraordinaire. Sans jamais avoir appris, il faisait la roue sur une seule main. J’ai choisi de le mettre en vedette pour le spectacle proposé aux parents en fin d’année. Ses compétences scolaires s’en sont trouvées améliorées d’un coup !

Les exemples de ce type sont fréquents. Les politiques sont-ils les seuls à ne pas s’en rendre compte ? Ils ne veulent pas voir, ou quoi ?!!!

 

Voilà. Une réflexion qui me tient à cœur depuis longtemps. Je croyais que j’avais tourné la page de l’école… Hé bien non. Je mourrai « instit’ » !!!

 

Allez, si vous ne l’avez pas vu, je vous donne le lien pour revoir l’émission en replay (encore cinq jours !). Au début, l'animatrice est un peu grrr... Mais on s'y fait.

http://pluzz.francetv.fr/videos/prodiges_,150489324.html

Et Joyeux Noël à vous tous!

Fredo

 

 

Partager cet article
Repost0
20 décembre 2016 2 20 /12 /décembre /2016 20:48
Au confins de la plaine d’Ampurdan, là où elle vient buter sur les premières hauteurs de la Costa Brava se trouvent quelques villages « archi » bondés l’été, quasiment déserts en ce mois de décembre, des endroits paradisiaques pour qui aime la nature.
Samedi dernier, la Méditerranée faisait son show, ardoise sous un ciel plombé, émeraude quand le bleu a envahi tout le ciel !

 

Le GR 92 suit la ligne de cote, rustique sur certains tronçons, sophistiqué à d’autres.
Nous l’avons suivi sur quelques kilomètres dans un paysage de carte postale.

 

 
Parties du village de Calella de Palafrugell nous avons gagné le phare de San Sébastia. Les villages sont attachants, pittoresques et s’il ne recèle que peu de sites majeurs à visiter, il n’y a aucune raison de se priver d’y faire halte, juste pour le plaisir des yeux.

 

Nous étions déjà venues notamment en été pour y écouter des habaneras (genre musical, né à Palafrugell sous l’impulsion de pêcheurs catalans).
Si la balade est assez cool jusqu’à Llafranc la grimpette est rude jusqu’au phare de San Sebastia, l’un des plus puissants d’Espagne, perché à presque 200 mètres au-dessus du niveau de la mer.

 

A ses côtés, une tour du XVe siècle monte la garde. Il paraît que du haut de sa terrasse le panorama est décoiffant ! Sans doute !
Il est quand même très dommage que la vue soit gâchée par un pylône garni d’un nombre invraisemblable d’antennes. Electro sensible, s’abstenir !
Cette balade s’est révélée contre toute attente, culturelle, nous ignorions complètement l’existence de fouilles archéologiques qui ont permis de ressusciter un antique village ibérique.

 

Daté avec précision du VI e et Ve siècles avant Jésus Christ, le village a livré les vestiges d’un habitat rural simple, un important matériel qui a permis de reconstituer la vie à cette époque. Cultivateurs, pêcheurs, la population entassait les réserves de la communauté dans des silos dont on découvre encore les traces.
Au Ie siècle avant J.-C., les romains bien implantés en Ampurdan, ont mis a mal ce village dont les vestiges petit à petit ont disparu sous les terres cultivées.

 

Un autre habitat a vu le jour dont il reste un ancien ermitage du XIXe siècle et un oratoire dédié à San Baldari, perchés au sommet d’un promontoire vertigineux.
Alors si le cœur vous en dit, ne vous privez pas de mettre vos pas dans les nôtres.
Par contre je vous déconseille les restos, la proximité des antennes est vraiment très déplaisantes et sans doute néfaste !
Mais je me doute bien que peu d’entre vous me prendront au sérieux !
Comme avant goût, un dernier cliché.
 
 
 
Et ce petit film !
Do
Partager cet article
Repost0
19 décembre 2016 1 19 /12 /décembre /2016 17:06
Si ce n’est pas encore fait, courez voir ce film !
Rien de plus boostant que le récit d’un combat pour faire aboutir une cause juste !
 

Même si vous croyez tout connaître de l’affaire du Médiator*, cela fait du bien de remettre les faits dans leur contexte, mais il est désespérant de constater que les choses n’ont pas évolué depuis que ce scandale a éclaté sous l’impulsion de Irène Frachon.
Distilbène, Vioxx**, Isoméride, les scandales sanitaires se succèdent depuis des décennies. Certains médicaments retirés de la circulation reprennent même du service des années après leur mise hors jeu comme le Diane 35***.
L’ANSM, agence sanitaire des médicaments, ne semble guère plus efficace qu’au temps du Médiator quand elle s’appelait Afssaps.
En 2015 une nouvelle affaire a éclaté, le scandale du Dépakine. Depuis 2006 la notice de ce produit (anti-épileptique mis en service en 1967) porte après 40 décennies d’utilisation la mention déconseillée aux femmes enceintes. En 2008 des professionnels de santé suspectaient des effets indésirables sur les fœtus et pourtant ce n’est que 8 longues années plus tard que l’ampleur du désastre a été révélée par Marine Martin, une victime.
Le scénario est le même que pour le Médiator : des implications financières qui musellent les autorités sanitaires dont l’État est garant, des laboratoires tout puissants, « des cobayes », nous !

 

 

Nous sommes ressorties de cette projection intimement persuadées que pour que les choses changent il suffisait juste que nous nous réveillons, nous, les cobayes.

 

Arrêtons de laisser les autres penser pour nous !
En 2009, en résistant aux injonctions à nous faire vacciner contre la grippe H1N1, nous avons envoyé un début de signal. L’addition avait été lourde, 19 millions de doses incinérées, 400 millions d’euros de pertes sèches !
Mais des scandales en vue, il y en a d’autres !
Depuis combien de temps le professeur Joyeux alerte t’il le public sur la dangerosité des vaccins groupés, des adjuvants qu’ils contiennent ?
Connaissez vous la réponse des autorités sanitaires, outre que le professeur Joyeux a été radié du conseil de l’ordre des médecins depuis le 1er Décembre ?
Il est question de passer le cocktail de 6 vaccins actuellement en cours, à 11 (obligatoires) et toujours avec de l’aluminium ! Imaginez l’impact sur un organisme d’enfant ?
A titre de précision, seuls 3 sont obligatoires ! Et ce n’est pas tout !
Nous sommes des milliers à alerter sur le manque d’informations et de recherche quant à l’innocuité des radiofréquences sur la santé, à demander l’arrêt du déploiement des compteurs intelligents (Linky, Gaspard). Nos objections sont balayées par les politiques et autres responsables, inféodés à ENEDIS, quant aux usagers, globalement ils n’en croient rien, les ondes sont inodores, sans saveur, ou s’en moquent ! Et puis il faut vivre avec son temps, n’est-ce pas ?
Merci à Irène Frachon dont le Médiator n’est d’ailleurs pas le seul cheval de bataille. Si vous ne le savez pas, elle est aussi à l’origine de la mise en lumière de la dangerosité de la pilule sur la santé des femmes (AVC chez des femmes de plus en plus jeunes) !
Nous voilà boostées et prêtes à reprendre à notre petit niveau notre rôle de lanceur d’alertes !
Do
*Médiator, médicament retiré de la circulation en 1997 aux USA et dans la foulée en Espagne puis en Italie en 2004
** Vioxx (laboratoires Merck) arrivé en France en 1999 avec des rapports négatifs en provenance des USA (160000 crises cardiaques et 40000 AVC) il faut attendre 2004 pour qu’il soit retiré
*** Diane 35, médicament à visée anti-acnéique (antérieur aux années 1980), usage détourné pendant 30 ans comme pilule contraceptive retiré en 2013 pour risques avérés de thrombo-embolie chez les femmes, remis depuis en service comme anti-acnéique !
Partager cet article
Repost0
17 décembre 2016 6 17 /12 /décembre /2016 19:40
De la part de notre amie, Andrée.
D'où l'utilité de prendre le métro !

A méditer !
Partager cet article
Repost0
14 décembre 2016 3 14 /12 /décembre /2016 18:37
Voici un beau texte que nous avons trouvé sur le site de Joéliah, nous vous le transmettons, pour le plaisir, pour le plaisir de se faire du bien ! Et si le cœur vous en dit voici un lien qui vous permettra d'en découvrir d'autres : https://lejardindejoeliah.com/
Apprécier le train de la vie
A la naissance, on monte dans le train et on rencontre nos Parents.
On croit qu’ils voyageront toujours avec nous.
Pourtant, à une station, nos Parents descendront du train, nous laissant seuls continuer le voyage.
Au fur et à mesure que le temps passe, d’ autres personnes montent dans le train.train
Et ils seront importants : notre fratrie, amis, enfants, même l’amour de notre vie.
Beaucoup démissionneront  (même l’amour de notre vie),
et laisseront un vide plus ou moins grand.

D’ autres seront si discrets qu’on ne réalisera pas qu’ils ont quitté leurs sièges.
Ce voyage en train sera plein de joies, de peines, d’attentes, de bonjours, d’au- revoir et d’adieux.
Le succès est d’avoir de bonnes relations avec tous les passagers
pourvu qu’on donne le meilleur de nous-mêmes.
On ne sait pas à quelle station nous descendrons, donc vivons heureux, aimons et pardonnons.
Il est important de le faire car lorsque nous descendrons du train,
nous ne devrons laisser que des beaux souvenirs

à ceux qui continueront leur voyage.
Soyons heureux avec ce que nous avons et remercions le ciel de ce voyage fantastique.
 
Aussi, merci d’être un des passagers de mon train.
Et si je dois descendre à la prochaine station,
je suis content d’avoir fait un bout de chemin avec toi, avec vous.
Je veux dire à chaque personne qui lira ce texte
que je vous remercie d’être dans ma vie
et de voyager dans mon train.
Auteur inconnu, merci
Transmis par Joeliah le 11 - décembre - 2016
Partager cet article
Repost0
11 décembre 2016 7 11 /12 /décembre /2016 18:38
Magnifique soirée hier à l’Auditori de Girone où se produisait Barbara Hendricks, accompagnée par le pianiste-organiste Mathias Algotsson et le guitariste Ulf Englund, son époux. Tournant le dos au lyrique, c’est un récital délibérément orienté vers les racines du jazz que cette grande artiste nous a interprété, entre blues, gospels et negro-spirituals. Intitulé «  the road to freedom », cette soirée était particulièrement adaptée à la circonstance, puisque l’on fêtait hier les 68 ans de la déclaration universelle des droits de l’homme, signée à Paris le 10 décembre 1948. Un répertoire choisi pour rappeler que le bien le plus précieux est la liberté, ponctué de commentaires très engagés afin de ne pas baisser la garde dans ce domaine. Rien n’est jamais acquis, et plus que jamais, il est bon de rappeler que « tous les êtres humains naissent libres et égaux en dignité et en droits » !
Barbara Hendricks est une de ses femmes exceptionnelles qui allie son immense talent à son engagement humanitaire. Promue chevalier de la Légion d’honneur par François Mitterrand, elle a été nommée en 1987 ambassadrice itinérante du Haut commissariat des Nations Unies pour les réfugiés. Sa biographie, « Ma voie », éditée aux éditions des Arènes en 2010 est passionnante.
C’est à l’époque grandiose du Grand échiquier où Jacques Chancel lui consacrait toujours une place de choix, que nous avons découvert Barbara Hendricks, et peu avant le spectacle, il nous était encore difficile de prendre la mesure de la réalité de la rencontre imminente. L’émotion était au rendez-vous dans la salle de l’Auditori, et n’a cessé de croître jusqu’à la dernière minute. Un spectacle intense, fort, et chaleureux, reflet de la belle humanité de cette « grande dame » au répertoire si diversifié… Un moment hors du temps.
 Fredo

 

 
Partager cet article
Repost0
9 décembre 2016 5 09 /12 /décembre /2016 19:39
Vous ne savez comment afficher ce que vous êtes ?
Comment montrer à tous votre réussite, votre notoriété ?
Pas d’angoisse, nous avons trouvé ce qu’il vous fallait !

 

 
A Estagel !
Do
Partager cet article
Repost0
6 décembre 2016 2 06 /12 /décembre /2016 16:06
Comment détourner la portée 
d'un message !

 

 

Partager cet article
Repost0
19 novembre 2016 6 19 /11 /novembre /2016 20:37
Contrairement à ce que vous pouvez penser voilà 2 choses qui ne sont pas incompatibles, au contraire même. Cette idée vous séduit elle ?
Nous avons la réponse !
Le chocolat cru.
Et comme il n’ était pas question de vous embarquer dans une quelconque galère, nous avons potassé le sujet puis testé pour vous.

 

 

Si je ne vous apprends sans doute rien en vous disant que le mot chocolat vient de l’espagnol chocolate, sans doute ne savez-vous pas que ce mot est issu d’une expression maya signifiant « Boire ensemble » qui met bien en évidence le côté convivial du chocolat. Rapporté par Christophe Colon le chocolat aux multiples vertus a gagné très vite ses lettres de noblesse sur le vieux continent où, par ailleurs, nous méconnaissons le chocolat cru.
Le chocolat traditionnel est fabriqué à chaud jusqu’à 70°, ce qui en exhale l’arôme certes mais tue certaines vitamines.

 

 

Le chocolat cru, lui, n’est pas torréfié. Chauffé jusqu’à 45° maxi, le top est de ne le porter qu’à 30° comme le faisait les Aztèques. Cette transformation classe le chocolat cru dans la catégorie des aliments « froids » (médecine traditionnelle chinoise), tous ses composants sont alors préservés et directement assimilables par notre organisme.
Le chocolat cru contient une liste impressionnante de composants hyper intéressants comme les polyphénols et les flavonoïdes, protecteurs de notre système cardio-vasculaire mais ce n’est pas tout !
Des études scientifiques ont permis de découvrir que le chocolat cru contenait une super molécule nommée « anandomide » un neurotransmetteur, normalement produit par notre cerveau, jouant un rôle dans la régulation de l’appétit, du sommeil, du plaisir et de la douleur. La liste n’est pas exhaustive, ainsi joue t’elle un rôle dans l’équilibre hormonal et dans l’implantation de l’embryon.

 

 

 

 

 

Florence Losa s’est implantée à Arles sur Tech, reprenant une activité chocolatière, jadis très active dans ce village qui a compté jusqu’à 7 chocolateries vers 1800, la dernière disparue après l’Aiguat* de 1940. Sans doute en connaissez vous au moins l’une d’entre elles de nom, Cantalou rachetée par Cémoi.

*Inondation

 

 

 

Tous les ingrédients de Florence Losa sont de premières qualités et dès que possible produits localement ; Miel, Pollen, Amandes, Roses viennent du Roussillon. Ses chocolats sont ses créations, issus de sa passion, une passion dont elle aime et sait parler. 3 heures, voilà le temps nécessaire pour réaliser 2 kilos de chocolat cru ! et mieux vaut ne pas être frileux car la chaleur est l’ennemi du chocolat, autant dire que le thermomètre ne grimpait pas bien haut hier dans l’atelier !
Si donc une petite cure de Chocolat cru vous semble nécessaire, vous pouvez retrouver Florence Losa au marché de Céret le Samedi, le mercredi sur celui de Laroque des Albères et en cette période de fin d’année sur les marchés de Noël qui commencent à fleurir, mais si vous n’êtes pas d’ici, rassurez-vous en la suivant sur son blog, vous pourrez, par correspondance, vous soigner très aisément !
Il suffit de cliquer ici !

https://florencelosachocolat.wordpress.com/

Do

 

Partager cet article
Repost0
10 novembre 2016 4 10 /11 /novembre /2016 16:42

MOI, DANIEL BLAKE

 

(I Daniel Blake*)

film britannique de Ken LOACH, 2016

 

Daniel Blake, menuisier de 59 ans, victime d’une crise cardiaque se voit contraint, contre l’avis de son médecin, à solliciter une pension d’invalidité à l’Etat. Il se heurte alors à la procédure bureaucratique kafkaïenne. Il rencontre à ce « job center » Katie jeune mère élevant seule ses deux enfants. Ils se rendent des petits services (« je sais tout réparer sauf les ordinateurs » dit-il, ses compétences sont obsolètes), ils se soutiennent moralement, dignement, humainement.
Avec pudeur et dignité, Daniel Blake se bat pour faire respecter ses droits (parfois la situation est drôle, parfois pathétique).
 
Lui, Ken Loach, 80 ans, jamais vaincu, jamais blasé, toujours indigné décortique impitoyablement la société britannique. Ses héros à lui sont les gens ordinaires toujours dignes forçant le respect. On lui dit MERCI MONSIEUR LOACH, oui comme vous l’avez dit à Cannes « UN AUTRE MONDE EST POSSIBLE, NECESSAIRE ».
De toute façon, conclut-il : « Si on ne se bat pas, qu’est-ce qui reste ? »

* Palme d’or Cannes 2016

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : Hist' toiles
  • : Nous sommes deux soeurs... L'une peint, l'autre écrit. Nous avons envie de partager nos vécus, nos ressentis, nos expériences; de témoigner... Nous aimons par dessus tout la nature, notre plus grande source d'énergie... Sur ce blog, nous vous présenterons des peintures, des livres, mais aussi des photos de nos voyages, de nos randonnées, des récits... Nous tenterons enfin de vous entraîner dans la grande aventure de notre vie: notre cheminement spirituel vers l'Amour et la Lumière.
  • Contact

Recherche