Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
28 juin 2015 7 28 /06 /juin /2015 14:08
A toi
Perdre un être cher et pourtant se sentir en paix, cela peut choquer pourtant c'est bien ce que j'ai ressenti à l'annonce de ton départ.
Avec ta disparition une porte s'ouvrait et une autre claquait au nez de celle qui était venue jouer les trouble-fête dans nos vies.
Un pan de vie se diluait dans le néant et si nous n'espérions pas encore pouvoir reprendre le fil de notre histoire familiale, au moins étions nous libérées.
Libérées, il devenait possible d'espérer.
Quoi ?
Petit à petit le dialogue s'est réamorcé, la parole a retrouvé droit de cité. Des moments de partage que nous n'osions imaginer se sont invités dans notre vie. Nous avons découvert l'étendue des dégâts de ce que peut faire la Peur quand elle vous noue les tripes car la peur rend lâche. La peur mais aussi le non Amour
Fallait-il que tu ne t'aimes pas assez pour avoir accepter de risquer l'Amour des tiens ? Comment as tu pu convier le Doute à s’immiscer dans ta vie ?
Comment as tu pu douter de ceux qui t'aimaient depuis si longtemps ?
Est-ce parce que l'on avait douter de toi ?
Sans doute !
Certains se sont accrochés, ils se sont fait violence pour ne pas rompre le lien et le dialogue avec toi, la vie leur a donné raison ; d'autres ont préféré prendre leurs distances, non s'en avoir tenté un baroud d'honneur. Chez eux la colère dominait. Petit à petit cette émotion s'est estompée, ils ne se sentaient coupables de rien, en tout cas pas de t'aimer. Ils ont renoncé à se battre pour revendiquer le meilleur pour eux. On ne peut pas obliger quelqu'un à faire ce qu'il ne veut pas, ne peut pas faire.
Lâcheté, peur, doute, colère, des tueurs !
Il y a quelques mois nous avons appris que tu étais sérieusement malade, nous avons laissé parlé notre cœur. Au bout du fil tu étais confiant et dans un premier temps nous fûmes rassurées jusqu'à se que nous découvrions horrifiées que si tu pensais en réchapper tu étais sûr de replonger une nouvelle fois.
L'espoir fait vivre, dit-on ! n'espérais tu que survivre !
Tu ne semblais avoir qu'une certitude, le crabe t'attendait au tournant ! Il t'a eu.
Tu es parti serein, heureux nous a-t-on dit et même si c'était d'avance une mort annoncée, elle s'est avancée en douce alors que tu ne t'y attendais pas.
A toi
Tu blaguais toujours ; une pirouette pour éviter une discussion, un clin d’œil pour te cacher des autres. Tu étais beau, "Caco" et peut-être as tu été le premier homme de ma vie de gamine, le grand frère dont rêve chaque fille.
Tu t'es marié et ta compagne fut une amie, une alliée dans l'adversité.
Elle s'en est allée et l'autre est arrivée.
Exclusive, elle a tenté de faire le vide dans la famille et ceux qui ont résisté ont bien failli être emportés.
Heureusement la Justice veillait et tu es parti avec au coeur de beaux moments passés avec les tiens, moments de douceur, des instants volés qui sont un baume pour ceux qui restent.
Finalement tu n'es pas mort pour rien. Ta vie est un exemple. J'ai bien compris que pour que la Lâcheté viennent à bout de l'Amour, il faut que la Peur, la Jalousie et bien d'autres soient à l’œuvre. S'aimer, s'autoriser à se vouloir le meilleur quitte à se montrer audacieux , faire confiance à ceux que l'on aime et à la Vie, c'est ça vivre ! J'ai retenu la leçon, dans la vie il ne faut pas avancer masqué, il faut oser être ce que l'on veut être parce que tout est possible ! Merci, tu vis dans nos cœurs !
Dominique
Partager cet article
Repost0
26 juin 2015 5 26 /06 /juin /2015 13:34
Passeur d'âmes

Allez ! Hop ! Un pavé à (tenter de) lire jusqu'au bout !

Il y a quelques années, alors que nous avions entamé tout un travail en psycho généalogie dans le but de pacifier notre arbre généalogique, nous nous sommes retrouvées au prise avec une entité familiale récalcitrante. Petit à petit, il est devenu évident que nous pourrions bien tout tenter, nous ne réussirions pas à nous en délivrer sans faire l'économie d'un travail sur nous mêmes. Lorsque finalement nous avons compris qu'il manquait une petite pointe d'amour pour colorer ce que nous mettions en œuvre, nous avons réussi à entrer en relation avec cette âme que la souffrance retenait.

En psycho généalogie, les petits faits sans importance se révèlent souvent les plus déterminants et c'est en recensant tout ce que nous avions pu emmagasiner au fil des ans comme souvenirs personnels, de tiers ou immortalisés sur de vieilles photos que petit à petit nous avons retrouvé la mémoire enfouie d'un drame dont nous n'avions été ni les témoins ni les acteurs mais qui continuait à déverser son poison. Du jour où nous avons compris cela, nous avons été capables d'entrer avec amour en communication avec cette âme et de la libérer.

La paix était revenue.

Pour un temps !

Passeur d'âmes

A cette époque nous avions encore à nos côtés notre mère. Dotée de dons extrasensoriels elle servait à son corps défendant de véhicule à des âmes errantes.

A croire qu'elles se passaient toutes l'information.

C'est à partir de ce jour que j'ai commencé à œuvrer régulièrement comme passeur d'âmes. Lorsque notre arbre généalogique a été clean, je me suis dis que c'était tout bon, que la mission était terminée. Mais non.

Au fil du temps ma perception s'est aiguisée, celle de Frédo aussi. Des odeurs inexpliquées divines ou exécrables, des bruits que rien n'explique, des ressentis impressionnants comme ce jour récent où subitement j'ai eu l'impression que quelqu'un s'était assis sur mes pieds. Pas de chien à l'horizon, personne et ce contact qui perdurait ! Travaillant chacune avec un pendule, nous interrogeons parfois en double aveugle. Cela nous est nécessaire pour nous assurer que nous ne rêvons pas. Mêmes questions avec une syntaxe mûrement choisie, un vocabulaire précis et des réponses que nous notons à part avant de confronter les résultats. Seule ou à 2 pour interroger, selon le constat j'officie si l'âme veut partir.

Depuis quelques temps les choses se sont accélérées. Au début, nous ramenions souvent des âmes restées en panne dans des lieux particuliers, églises et cimetières, sites historiques, hôpital ou maison de retraite. Là, c'est vraiment la cata !

Petit à petit le phénomène s'est amplifié et j'ai réalisé qu'une émotion forte n'était pas anodine. C'est en juillet 2014 que le déclic s'est fait. Le « journal d'ici » relatait le cas d'un homme qui s'était immolé par le feu sur le village où j'avais officié comme directrice. Une émotion violente m'a saisie, j'avais toujours eu grand plaisir à discuter avec lui et son attitude pondérée qui tempérait efficacement les prises de décision de la Municipalité en matière d'affaires scolaires était précieuse. J'imaginais sa détresse et ne pouvait m'empêcher de me demander si, comme d'autres, je n'étais pas passée à côté de lui sans imaginer qu'il avait besoin d'aide ?

La journée et la nuit se sont écoulées sans que je prête attention à quoi que ce soit de particulier. Même en le sachant j'arrive toujours à zapper quelques indices. Au réveil le stress de Virgile ne m'a pas plus alerté, c'était le grand jour, on venait nous installer nos panneaux solaires ! Après coup, j'ai réalisé que les signaux s'étaient multipliés, en vain !

Toujours est-il que sur le coup de 14 heures ce fut le branle-bas de combat, la sirène intérieure de l'alarme s'est déclenchée, seule. Nous étions tous entrain de manger, les télécommandes, le clavier étaient hors d'atteinte, il n'y avait aucune perturbation météorologique, le calme plat. Frédo et moi avons compris, ce n'était pas la première fois qu'une présence générait ce phénomène. Tout est énergie !

L'interrogation au pendule a confirmé une présence, mais qui ? Vous qui me lisez aurez sans doute deviné mais à ce moment là, j'étais à 100 lieux de la vérité. J'ai collecté une foule de renseignements avant d'avancer, timidement un nom. J.B ! Mon émotion avait attiré cet homme que je n'avais pas vu depuis 7 ans ! Mais le plus formidable n'est pas vraiment cela. Ce qui m'a le plus marqué, ce sont les informations que j'ai reçu, de lui et concernant ce qui s'était passé car si pendant un temps nous n'avons rien su, lorsque l'enquête a été terminée, tout collait !

A partir de ce jour là, j'ai vérifié maintes fois que l'émotion que je ressens en apprenant le départ d'une personne que j'ai côtoyée, attire son âme si elle n'a pas réussi seule à ascensionner.

On comprend alors sans peine que nos ressentis peuvent empêcher un défunt de quitter notre sphère terrestre et que nos peines ajoutées à leurs sentiments personnels, peur, colère bloquent une quantité phénoménale d'âmes. C'est ce qui explique que certains lieux soient « chargés ».

On s'y sent oppressé, lourd. Maintenant je sais ! Je sais que lorsque je ressens une vague nausée, l'envie de bailler à m'en décrocher la mâchoire, il y a un rituel de libération à la clé. Pour en finir avec ce propos, je vous dirai 2 choses. La première concerne la circulation des émotions. Tout est énergie et rien ne l'arrête, elle circule utilisant tous les artifices possibles pour atteindre un but. Il y a peu j'ai constaté que mes propos par le biais du téléphone avait attiré une âme. Une de nos amies se plaignait d'entendre marcher sur sa mezzanine, cette personne étant convaincue de la survivance de l'âme j'ai tenté de lui expliquer comment mener à bien un rituel pour solutionner son problème, avant de raccrocher. A partir de cet instant elle n'a plus entendu ce bruit mais chez nous, oui !

Camp en Roussillon
Camp en Roussillon

La seconde est relative aux lieu dit chargés, chez nous les endroits ayant accueilli les camps de réfugiés espagnols sont parfois très lourds. Virgile refusait de rester en un lieu bien précis de Saint Cyprien plage où par ailleurs certains se plaignaient de drôles de sensations. Un grand ménage y a été fait, c'était un vrai lieu de transit pour âmes en attente de libération, maintenant c'est clean, mais le rituel fut un grand moment ! Si vous habitez un de ces endroits et que votre ressenti ne laisse pas de place au doute, faîtes vous aider pour qu'il soit « nettoyé ». C'est un cadeau que vous leur faîtes, que vous vous faîtes et faites au monde. L'Amour, la paix n'ont pas de prix. Et vive la légèreté de l'âme ! Do

Partager cet article
Repost0
25 juin 2015 4 25 /06 /juin /2015 13:46
Le roman que Mi vous conseille

MINIATURISTE (The Miniaturist)

Jessie BURTON

Peebo & Pilgrim Limited, 2014

(traduit de l’anglais par Dominique Letellier)

Paris, Gallimard, 2015

ATTENTION : COUP DE NUITS BLANCHES GARANTIES

Nous sommes à l’automne 1686, Petronella Oortman, dite Nella, 18 ans quitte son village et, suite à un mariage arrangé par sa mère, arrive à Amsterdam rejoindre son mari le riche et beau Johannes Brandt. Cet homme est l’un des riches marchands de la ville. Il vit dans une belle maison avec sa sœur Marin, célibataire austère, rigide et ses deux domestiques. Comme cadeau de mariage, Johannes « qui parle toutes les langues sauf celle de l’amour » offre à sa jeune femme une maison de poupée, réplique exacte de leur propre intérieur. Nella d’abord vexée se prend au jeu et fait appel à un miniaturiste pour meubler la petite maison. Très vite elle va de surprise en surprise ; découvre les « petits secrets » des uns et des autres. Je n’en dirais pas plus pour ne pas gâcher votre plaisir de lecteur, ce serait criminel ! C’est le premier roman de Jessie Burton qui s’est inspirée de la maison de poupée de Petronella Oortman exposée au Rijksmuseum d’Amsterdam. Un récit extrêmement documenté, une écriture délicate, un conte fantastique. Une évocation sans concession d’une société conformiste, où puissants et religieux règnent sans partage. On ferme le livre et on se pose la question : le monde a t-il si peu changé ?

Partager cet article
Repost0
25 juin 2015 4 25 /06 /juin /2015 13:41
le moustique du Fort Paté à Oléron
le moustique du Fort Paté à Oléron

Sans être une enfant du pays, selon l'expression aujourd'hui consacrée mais implantée définitivement en Roussillon depuis 1998 et fréquentant assidûment la région depuis 1968 (et cela fait un paquet de jours puisque j'étais enseignante ! voilà c'est dit, personne n'aura à le faire !) je constate avec grand déplaisir que les moustiques sont de plus en plus présents. Campeuse invétérée, ayant gravi tous les échelons dans la hiérarchie des modes d'hébergement, de la canadienne rustique au camping-car, j'ai donc toujours été en contact intime avec la nature et dispose donc de points de comparaison relativement fiables. D'ailleurs ce n'est pas une vue de l'esprit puisqu'il semblerait que l'on soit dans une zone à risque. Cliquez sur le lien suivant pour en savoir autant que moi sur le moustique tigre. http://www.lindependant.fr/2013/04/13/moustique-tigre-la-chasse-est-ouverte-partout,1745037.php Je me pose donc bien des questions, à commencer par celle-ci : comment se fait-il que petit à petit les moustiques, y compris l'affreux pas beau de tigre, se mettent à pulluler ? Sachant qu'il y a un lien entre la présence de cet insecte (que je me fais toujours un plaisir de zigouiller) et l'eau, j'en suis venue à me demander si tous les lacs qui petit à petit sont apparus dans la région n'y seraient pas pour quelque chose. En premier lieu, il y a les lacs de barrages, nous en avons 4 dans le département. Le plus ancien est celui des Bouillouses qui date du début du XXe, il y a ensuite celui de Vinça opérationnel depuis 1976, le lac de La Raho qui a re-vu le jour en 1977. Son cas est fort intéressant car il est implanté sur un ancien lac asséché en 1854 parce que jugé inutile !!! Enfin le petit dernier mis en eau en 1994 à Caramany. A part cela il y a une foule de petits lacs nés des multiples gravières creusées sur le cours de la Têt et du Tech. Pour information, entre Céret et la Méditerranée, il y a les 2 lacs de St Jean Pla de cors, celui de la Grange, lycée technique de Villelongue et un autre à Palau del Vidre. Ces lacs, globalement sont à visée touristique mais personnellement, et même si je ne m'y connais pas beaucoup, je me demande si le jeu en vaut la chandelle. Déjà parce que les gravières ont un impact sur l'environnement, notamment l’érosion, le lessivage des sols. Ensuite ces lacs génèrent de l'humidité, donc une évaporation qui entre en inter-action avec la flore et donc la faune. Voilà, même si je ne suis pas spécialiste, on ne m'ôtera pas de l'idée que la pullulation des moustiques a sans doute plus à voir avec ces plans d'eau qui fleurissent partout plutôt que l'eau que nous laissons dans nos soucoupes sous nos pots de fleurs ! Do

Partager cet article
Repost0
14 juin 2015 7 14 /06 /juin /2015 14:38
Loi Macron

Foin de palabres, ça doit aller vite ! Hop ! Encore un coup de 49-3 ! Je ne m'étendrai pas sur le sujet, j'ai juste une suggestion. Si le gouvernement est décidé à gouverner à coups de 49-3, faisons des économies en donnant un grand coup de balai. Chambre des députés, Sénat … pfutt ! Du balai !

Partager cet article
Repost0
4 juin 2015 4 04 /06 /juin /2015 19:57

Sujet ô combien important ! Dans un premier temps je m'étais focalisée sur être, être vrai. Être soi, sans excès, sans la jouer « opérette marseillaise » mais sans fausse humilité. Ceux qui forcent le trait en parlant d'eux, sans même avoir l'air de se douter que parmi leur entourage certains ne se laissent pas berner, sont tout aussi exaspérants que ceux qui affectent d'être insignifiants. Au final l'un et l'autre passent à côté de leur vie et même si le vantard à plus de chance d'arriver à faire illusion, dans la mesure où ce que nous émettons nous revient toujours, chacun sera sans doute pris à son propre piège. Tout bien considéré ce qui m'intéresse c'est tout simplement « être », vivre ! Vivre pour vivre, en étant à l'écoute de ses ressentis, en manifestant ses sentiments dans le moment présent et en laissant le mental de côté. C'est en regardant vivre notre chien que nous avons pris conscience de la leçon de vie qu'il nous distille au quotidien et que j'ai ressenti le besoin de partager ce qui suit avec vous.

Être

Atteint d'un lymphome, une chimiothérapie aurait pu être programmée mais ni Elisabeth sa vétérinaire ni nous ne l'envisagions ; le protocole est rigoureux, nécessite une hospitalisation pour un résultat très aléatoire au prix de beaucoup de souffrances. A noter qu'en cas de chimio pour un animal, l'hospitalisation est obligatoire, la législation imposant de récolter et détruire les urines et les selles contaminées par les substances chimiques injectées, pour éviter leurs dispersions dans les réseaux d'assainissement. Etonnant que ce protocole ne s'impose pas pour les humains mais pas surprenant que l'on retrouve des substances médicamenteuses de toutes sortes dans les stations d'épuration ! Virgile reçoit un traitement dont le but est de lui éviter toute souffrance, de le maintenir au mieux de sa forme. Compléments alimentaires, vitamines et rayonnance sacrée, nous lui administrons de la cortisone et un traitement homéopathique pour limiter les épisodes inflammatoires et freiner le développement du cancer.

Être

Il est évident qu'il n'est pas toujours au mieux de sa forme et dans ce cas le fox d'à côté peut mener grand train il ne bouge même pas une oreille. Il a perdu de sa musculature, nous l'entraînions comme un athlète, alors parfois l'arrière train fait dissidence lui donnant une démarche un peu chaloupée. Il manque de temps à autre son coup pour investir fauteuils ou canapé (ça vous choque ?), boude les miettes du petit-déjeuner puis les symptômes s'apaisent et nous le retrouvons. Râleur, cherchant la bêtise à faire, manifestant bruyamment sa joie, quémandant des grattouilles, ne boudant jamais son plaisir. Et c'est là que se situe la différence entre l'animal et l'humain. La mentalisation existe, nous le voyons avec la pratique de la communication intuitive http://www.longville-dofredo.com/2015/05/la-communication-intuitive-1.html mais l'animal vit au présent même s'il est capable d'établir des comparaisons. L'animal ne regarde pas en arrière, ne se replonge pas dans le passé pour se remémorer quand tout allait bien, il n'anticipe pas non plus sur le futur. Résultats des courses, vivant dans le présent il ne cherche pas à être raisonnable et ne se prive d'aucune joie. Tout reste important, pas d'échelle de valeur, l'animal ne juge pas. Si Virgile a envie de nager, il saute à la patouille, il musarde, goûtant tous les petits plaisirs de la vie qui perdent leur intérêt chez l'humain dès que surgissent les problèmes. Du coup même très malade, son quotidien est peu différent de ce qu'il était avant. S'il ne marche plus 6 heures, il continue à fréquenter ses lieux de prédilection et afin de l'aider nous avons cogité pour lui permettre de se balader sans se fatiguer. Chariot de rando et sac à dos, c'est parfait pour lui et épatant pour nous parce qu'assez sportif !

Être

En conclusion je ne veux pas dire que si nous nous astreignons à vivre au présent nous solutionnerons tous nos problèmes, surmonterons toutes les difficultés. Par contre je suis persuadée que si petit à petit nous nous habituons à faire les choses avec plaisir, même les plus banales, à les exécuter en conscience (donc à ne plus faire deux choses à la fois), si nous pratiquons la méditation sous une forme qui nous convient, nous pouvons vivre mieux et plus intensément. Faire ce que l'on aime et ne pas se laisser rabaisser sous le faux prétexte qu'il y aurait des activités plus nobles que d'autres, s'aimer en se faisant la grâce de se pardonner ses erreurs, son passé, c'est vivre ce que l'on est venu vivre, c'est « Être » ! L'animal ne fait que ce qu'il a envie de faire, sauf si le dressage l'a abîmé. Même s'il a cavalé 15 000 fois après sa balle, ce sera toujours la première fois. C'est en cela que nous devons l'imiter, être toujours enthousiaste. Chacun a le droit de réinventer sa vie pour coller à ses désirs profonds et même si cela ne nous guérit pas de tout, cela nous évitera de nous faire du mal et nous permettra de vivre pleinement tout en coupant l'herbe sous le pied à certaines maladies en devenir ! Do

Partager cet article
Repost0
29 mai 2015 5 29 /05 /mai /2015 19:59

Le 14 mai sur un marché, alors que je m'apprêtais à régler mes achats par Carte Bleue, le commerçant m'a averti que je n'aurai pas de reçu, sauf si j'avais une adresse internet à lui communiquer, car le Crédit Agricole avait opté pour la dématérialisation pour peu que le commerçant ait accepté cette option. De fait, après que avoir tapé mon code secret et validé, le commerçant a pu me montrer le reçu sur l'écran et quelques jours plus tard, alors que nous étions de retour « at home », j'ai trouvé le reçu à imprimer ! Et bien je vais vous dire, les banques ont tout compris ! Elles n'ont pas fini de s'enrichir sur notre dos. Parce que lorsque le système sera généralisé ! Bonjour l'angoisse. Êtes vous certain que vous n'oublierez pas de temps à autre de défalquer quelques achats ? Et comme les petits ruisseaux font les grandes rivières !!! Sans compter qu'étant censés conserver ces foutus petits reçus, pour que les banques fassent quelques petites économies, c'est l'usager qui y mettra de sa poche. CQFD

Do

Partager cet article
Repost0
29 mai 2015 5 29 /05 /mai /2015 19:11

Les loups ne sont plus un mythe mais bel et bien une réalité qui oblige à s'interroger ! Nous sommes revenues il y a peu d'un séjour dans les Alpes de Haute Provence. La Haute vallée du Verdon est une merveille, des paysages à couper le souffle, austères parfois, des reliefs tourmentés et des villages préservés.

Haut Verdon près de Colmars des Alpes
Haut Verdon près de Colmars des Alpes

Pas de luxe ostentatoire, un petit air d'Italie, un petit coin de paradis qu'il nous reste à explorer avec de vrais campings partout, pas ces hôtelleries de plein air où les bungalows ont remplacé tentes, caravanes et camping-cars. Entre les parlottes au syndicat d'initiative de Saint André les Alpes et une rencontre à Annot nous avons compris que nos futures randos ne seraient sans doute pas de tout repos.

Les grès d'Annot
Les grès d'Annot

Si la possibilité existe de croiser un loup, il est presque impossible que nous ne croisions pas la route de patous. Leurs attaques sont source de gros problèmes que nous connaissons bien d'ailleurs ayant à deux reprises dû détaler au pas de course pour échapper à des patous lancés à nos trousses ! La sécurité en montagne se décline de différentes manières. Protéger les troupeaux des attaques de loups et de chiens errants, assurer la sauvegarde des randonneurs régulièrement menacés par les chiens. Depuis quelques années les bergers ne vivent plus avec le troupeau de manière permanente. Assumant une autre activité, ce sont les patous qui protègent seuls les animaux. Sur les dents pour avoir veillé toute la nuit et repoussé d'éventuelles attaques de loups, les randonneurs font bien souvent les frais de leur fatigue. La question est épineuse car que faire ?

Les loups, hou, houhouhou !

Les loups sont de plus en plus présents, l'espèce est protégée. Cette présence est telle que les chamois, les sangliers descendent dans les villages qu'ils évitaient auparavant. A Annot nous avons fait la connaissance d'un homme du coin, chasseur à ses heures. Président d'une fédération de chasse, il assistait il y a peu à une réunion dont le but était de définir une politique de gestion de la faune sauvage, entendons « du loup ». Car s'il n'y a pas encore péril en la demeure, l'attitude n'est plus à l'angélisme. Il nous a rapporté qu'un peloton de gendarmerie chargé de veiller sur les lieux du crash de l'A320 de la German Wings a surpris une meute de 16 loups patrouillant dans les décombres ! A ce jour, nulle attaque de loups contre des humains n'est à déplorer mais si la population, qui n'a pas de prédateur naturel, n'est pas régulée, il est inutile de se voiler la face, les problèmes surgiront. Il n'y a qu'à voir ce qui se passe actuellement avec le vautour fauve des Pyrénées. Menacé d’extinction, protégé, le vautour est accusé de s'attaquer maintenant aux troupeaux ! Vrai, faux, exagéré ou pas, il faut bien reconnaître que l'écologie se teinte d'intégrisme et ne tient pas toujours compte de la réalité ! Côté Pyrénées, si nous avons croisé sa route sur les contre-forts du Canigou, le loup est présent mais encore discret, souvent venu d'Espagne, il est au moins un spécimen qui a suscité quelques interrogations. A Nohèdes, des poils prélevés sur une brebis tuée par un loup ont été analysés. Le loup avait la même signature génétique que ceux que l'on trouve dans les Alpes du Sud !? Pas facile pourtant de franchir le sillon rhodanien si peuplé ? Bizarre ! N'aurait-il pas été un peu aidé à moins qu'élevé en famille il ait été « largué » parce que devenu encombrant ? Nos vignes abritent bien de plus en plus de varans ! Do

Partager cet article
Repost0
17 mai 2015 7 17 /05 /mai /2015 12:58

Ils ne leur manquent que la parole ! Combien de fois avons nous dit ou entendu cette expression de quelqu'un parlant de son chien, de son chat ? Cela fait souvent sourire et pourtant ! Les animaux s'expriment bel et bien mais peu d'entre nous arrivent à les « entendre ». Intuitivement nombreux sont ceux qui communiquent avec leur animal mais cela reste du domaine du possible sans aucune certitude, la compréhension du message tenant plus à l'interprétation de postures, des intonations dans les jappements ou miaulements. Pourtant la communication animale existe vraiment. Elle se manifeste entre animaux mais aussi entre humains et animaux. Cette communication s'est structurée à partir de connaissances actuelles en neurosciences sous l'impulsion d'une femme, Anna Evans, qui lui a donné le nom de communication intuitive.

Anna Evans
Anna Evans

Pour faire simple, il faut savoir que nos cerveaux humains émettent des ondes de différentes fréquences dont les ondes Alpha entre 8,5Hz et 12Hz et Béta entre 12Hz et 45Hz. L'activité cérébrale des animaux émet uniquement sur une fréquence Alpha. En arrivant consciemment à se « caler » sur la fréquence d'un animal, le « communiquant » peut le comprendre, se faire comprendre de lui. Et cela change tout ! Evidemment, certains penseront en lisant ces lignes « Commençons déjà par arriver à communiquer entre humains ! ». Et bien non, le clivage humain animal ne me semble plus de mise et cette communication intuitive est une preuve supplémentaire que tout est interconnecté, que nous sommes tous un, reliés à la Source.

Virgile
Virgile

Nous venons personnellement de vivre un très beau moment en communication intuitive grâce à Anna Evans que nous avons connu en cherchant des informations sur ce sujet. Nous partageons notre quotidien depuis presque 12 ans avec Virgile, fox terrier à poils durs mais néanmoins frisé comme un mouton. Tonique, comédien, voleur et râleur, débordant d'amour, c'est un compagnon au grand cœur qui a accompagné notre mère jusqu'à son dernier souffle. Nous pensions en nous laissant adopter par ce que c'est exactement ce qui s'est passé, que ce choix de vie que nous faisions entraînerait quelques sacrifices mais nous ne savions pas à quel point nous allions nous enrichir. Sauf rares exceptions, Virgile partage avec enthousiasme notre quotidien, c'est un grand voyageur que l'âge a cependant rattrapé avec quelques désagréments. Activant chaque jour les rayons sacrés pour notre plus grand bénéfice, nous les utilisons aussi pour soigner, nous les activons maintenant pour Virgile selon les « prescriptions » de Joéliah afin de l'aider à poursuivre gaillardement son chemin de vie.

Avec une des femmes de sa vie
Avec une des femmes de sa vie

Cependant nous posant certaines questions quant à son ressenti, ses attentes, parfois très déconcertées lorsque nous nous sentions interpellées par ses regards insistants que nous ne savions décrypter, nous avons donc eu recours à Anna Evans pour savoir ce que Virgile avait à nous dire. Nous avons au préalable remis nos questions pour Virgile à Anna Evans (qui ne savait de lui que son âge, son sexe et son nom) et s'est ensuite calée sur les fréquences de notre chien. Voici ce qu'il nous a communiqué :

A propos de sa santé, Virgile affirme ne pas vouloir poser de problème, il ne veut pas faire de peine. Il se sent fatigué et parfois le cœur lui manque, il s'en excuse et s'il est moins démonstratif, ce n'est pas qu'il nous aime moins. Soucieuses de savoir si les promenades faites ensemble lui convenaient, avec ou sans chariot, et quels étaient ses désirs, Virgile nous a appris qu'il n'avait jamais aimé grimper, qu'il n'était pas contre nous attendre à la maison voire aussi chez Claudie puisque Bamboula n'était plus là si les randonnées étaient trop difficiles. Anna Evans lui a ensuite demandé de nous parler de sa santé, ce qui nous tracassait le plus. Nous avons appris qu'il aimait bien sa vétérinaire, il l'a trouve douce, elle le respecte. Il sait qu'il est sur le départ mais pour ce qui est de l'aider à partir ce n'est pas le moment car nous avons Frédérique et moi encore du chemin à faire !

Virgile, notre compagnon à 4 pattes, nous donne donc à notre insu des leçons de vie ! Il nous prouve aussi que les animaux sont sensibles à la manière dont on les traite, de quoi réfléchir !

Ayant souhaité l'entendre nous parler des soins qu'il recevait et principalement des rayons sacrés que nous activons pour lui, Virgile nous a appris qu'ils lui apportent le sentiment d'être entouré, très bien soutenu et de devenir un sage. Les rayons le nettoient ! Virgile nous a aussi parlé des présences désincarnées qui transitent chez nous et que j'aide à partir dans la Lumière. Il nous a avoué ne pas aimer cela du tout car il est bien conscient des souffrances de ces âmes. Néanmoins il n'a pas la prétention d'avoir été missionné pour nous en tant que révélateur de l'invisible même c'est souvent lui qui nous les signale. Il est simplement un animal de cœur et a juste l'ambition d'être un membre de la famille. L'entretien s'est terminé après que nous ayons demandé à Anna Evans de lui transmettre notre message : « Tu es pour nous une révélation et une des plus belles relations de notre vie ». En retour il nous a transmis le sien. Il se sent très privilégié d'être avec nous et nous adresse un message d'amour modeste, de fidélité, de reconnaissance, un amour inconditionnel. Il nous a donné son cœur, notre amour nourrit sa vie. Il est sur un petit nuage. Notre message le rend heureux, il l'accepte mais cela l'intimide.

Voyage en classe très économique
Voyage en classe très économique

Voilà, je n'ai pas retranscrit la totalité de cet entretien mais l'essentiel y est et nous prouve sans équivoque que nous devrions réfléchir un peu plus à la place que nous réservons aux animaux. L'Humanité s'est longtemps demandé si les femmes avaient une âme, c'est admis aujourd'hui, admettrons nous un jour qu'il en est aussi ainsi pour les animaux ? Imaginons ce que vivent les animaux que l'on élève, transporte, abat sans considération et dépèce parfois encore vivants ! Ne devrions nous pas repenser à la légitimité des zoos, cirques, élevages en tout genre ? Où est la dignité due à ce qui vit ? Certes nous ne nous posons même pas cette question pour nos frères humains parfois ! Je ne suis pas le chantre du végétarisme ou du végétalisme, d'ailleurs il y a un truc qui me turlupine : que ressent une carotte que l'on mange crue ?!, mais je suis certaine qu'il serait temps de comprendre que si le règne animal et le règne végétal nous font la grâce de nous nourrir, il serait temps de repenser nos comportements. Manger en conscience et rendre grâce, remercier et parfois s'excuser ! Do

Partager cet article
Repost0
15 mai 2015 5 15 /05 /mai /2015 16:24

Nous avons relaté plusieurs randonnées sur ce blog, nos préférées, mais nous ne vous avons jamais présenté une de nos balades favorites, vivifiante, apaisante, et ressourçante, une merveille : le « rec dels molins », à Laroque des Albères, à trois kilomètres de chez nous seulement. Laroque des Albères, joli village surplombé d’une tour médiévale au pied des Albères, est un petit paradis pour le randonneur. Il vous suffira d’une heure, aller et retour, pour découvrir parcours enchanteur et bien ombragé. On ne peut pas se tromper, il suffit de suivre le chemin de l’eau !

Garé à la chapelle San Sebastia, on commence par descendre en direction des jardins de la Florentine, déployés au pied du vieux village, dans une courbe de la rivière de Laroque. Au printemps, c’est une explosion de couleurs, un enchantement pour les yeux. Après la passerelle franchissant la rivière, on attaque la grimpette d’un jarret ferme et déterminé en direction de l’église ; à la hauteur du portail récemment restauré, on tourne à droite vers la montagne, dépassant rapidement les dernières maisons du village pour pénétrer dans le sous-bois. Le sentier grimpe sans équivoque le long d’un ruisseau facétieux, en direction d’une première curiosité, le moulin de la Pave.

le moulin de la Pave
le moulin de la Pave

Mentionné pour la première fois en 1306, ce moulin a fermé ses portes en 1870 après cinq siècles d’activité. Récemment restauré, le bâtiment épouse la déclivité du terrain et se développe sur trois niveaux. En haut, le logement du meunier, le « casal » ; en dessous la salle des meules, et en bas, la « carcabà », pièce voûtée qui contenait la roue horizontale actionnée par l’eau chutant de la « bassa », un bassin du 19ème siècle construit au dessus du moulin, d’une contenance de 365 m3, encore bien visible aujourd’hui, quoiqu’asséché et en partie comblé.

le bassin
le bassin

Continuant à cheminer et à grimper, on ne tarde pas à arriver à la font dels Ocells, où une petite halte rafraîchissante s’impose. Il parait que l’eau est délicieuse, mais elle n’est pas contrôlée. A vous de voir !

la font dels ocells
la font dels ocells

La grimpette se termine au bassin creusé en 1897, à 150 mètres en amont du moulin de la Pave, pour les besoins de l’ancienne usine électrique à laquelle ce réservoir était relié par une conduite en fonte encore visible par endroits. Hé oui ! Il y en a eu des choses, à Laroque des Albères, dans le temps jadis : une usine électrique et pas moins de six moulins : un moulin drapier, un à huile, et quatre à farine ! Tout cela fonctionnant grâce à l’eau du « rec », ce joli canal d’irrigation creusé au 13ème siècle pour approvisionner le village, arroser les jardins et faire fonctionner les moulins. Il prend son eau dans la rivière de Laroque, au lieu dit « les Caranques », vers lequel nous nous dirigeons à présent, en suivant son cours facétieux. C’est un pur bonheur. Et c’est plat !

Le rec dels Molins à Laroque des  Albères

On y fait parfois de curieuses rencontres...

au fil de l'eau
au fil de l'eau

Aujourd’hui, le « rec » n’est plus utilisé que pour l’irrigation des jardins, mais il n’en reste pas moins important. Il y a du reste toujours des préposés à l’entretien qu’il nous arrive de croiser régulièrement, et il est bien dommage de constater à maintes occasions, surtout en été, que certains promeneurs indélicats font vraiment parfois n’importe quoi ; que de fois n’avons-nous pas œuvré à défaire les barrages qu’ils s’étaient amusés à construire sur son cours, pour s’amuser, tout simplement. Alors vous qui mettrez vos pas dans les nôtres, s’il vous plaît, respectez-le !

Chemin faisant, nous arrivons aux Caranques, site particulièrement prisé des rocatins aux heures chaudes de l’été : là, la rivière dévale la montagne en une succession de cascades et de piscines naturelles, pour la plus grande joie des petits et des grands, sans parler des chiens !

les Caranques
les Caranques

Arrivé là, plusieurs solutions. On peut tout simplement revenir sur ses pas, mais il est possible dans ce cas de bifurquer sur sa gauche à mi chemin du canal pour descendre jusqu’à la « fontaine minérale », autre curiosité rocatine. On peut aussi s’offrir une autre grimpette, en suivant sur une courte distance la direction du col de l’Ullat ; on passera devant une autre fontaine, la « Vallaury », avant de redescendre sur Laroque par un adorable sentier en corniche, resplendissant de cette végétation méditerranéenne dont on ne se lasse jamais : cistes, chênes verts, genêts…

le chemin du retour
le chemin du retour

Au bout du compte, on retrouve le bassin et on remet ses pas dans ceux de l’allée pour revenir à San Sebastia. Vraiment, le rec dels molins, on ne s’en lasse pas !

Fredo

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : Hist' toiles
  • : Nous sommes deux soeurs... L'une peint, l'autre écrit. Nous avons envie de partager nos vécus, nos ressentis, nos expériences; de témoigner... Nous aimons par dessus tout la nature, notre plus grande source d'énergie... Sur ce blog, nous vous présenterons des peintures, des livres, mais aussi des photos de nos voyages, de nos randonnées, des récits... Nous tenterons enfin de vous entraîner dans la grande aventure de notre vie: notre cheminement spirituel vers l'Amour et la Lumière.
  • Contact

Recherche