Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
14 juillet 2016 4 14 /07 /juillet /2016 14:53
Sos Del Rey Catolico
Sos Del Rey Catolico

Nous partons ce matin avec un seul fourgon puisque nous revenons à Sangüesa ce soir. Premier arrêt, Sos Del Rey Catolico !

Nous traversons un paysage pelé puis prenant de l’altitude les pins, à crochets ?, font leur apparition. Derrière leur frondaison émerge à intervalles réguliers les pales d’un immense champ d’éoliennes. Depuis notre entrée en Espagne nous avons remarqué que les sites produisant de l’énergie verte et donc renouvelable sont très nombreux, éoliennes couronnant les crêtes montagneuses, fermes voltaïques dont les panneaux s’orientent en fonction de la course du soleil !

Aragon-Navarre, jour 8

Nous grimpons un col et tombons sur la Guardia Civile qui nous arrête, jette un œil dans le fourgon puis nous fait dégager d’un geste vif ! Ça ne rigole pas !

Sos Del Rey Catolico est une ville médiévale qui vit naître en ses murs, Ferdinand, le cher et tendre d’Isabelle la Catholique ! D’où le nom !

La ville a conservé une bonne partie de ses murailles et portes fortifiées, les monuments sont remarquablement entretenus. Beaucoup de cachet, c’est sans doute pour cette raison que de nombreux films y sont tournés d’ailleurs un peu partout au hasard de la visite des fauteuils de tournage en bronze, permettent aux touristes las de se reposer et de s’identifier à tel acteur dont une plaque immortalise la présence en ces lieux.

Aragon-Navarre, jour 8

Nous musardons au hasard des ruelles remarquant les très nombreux heurtoirs ornés de coquilles. A n’en pas douter nous sommes sur un itinéraire menant à Compostelle !

A la recherche du palais de Sarda où naquit Ferdinand, nous tombons sur l’ancien quartier juif. La ville est truffée de magnifiques bâtisses arborant des avant-toits monumentaux en bois sculpté, détail architectural qui semble présent partout en Navarre et décliné de la forme la plus simpliste à la plus sophistiquée.

Avant toit sculpté
Avant toit sculpté

Nous grimpons jusqu’à la terrasse du château après avoir réussi à visiter l’église, ce qui ne s’annonçait pas gagner.

Bien que dans les temps et tout indiquant qu’une visite est en cours, le portail est bouclé ! Décidés à tenter notre chance, nous patientons, laissons sortir un troupeau de français indisciplinés puis nous nous faufilons dans la crypte. Le curé que les précédents visiteurs semblent avoir exaspéré, nous suit pas à pas.

Nous allons nous montrer des touristes modèles !

La tension se relâche, il devient prolixe en explications, notre intérêt pour ce monument le comble tant et si bien qu’au moment de quitter les lieux, il gratifie les dames d’un « besito ». Voilà, nous avons redoré l’image du français, découvert les œuvres du grand sculpteur Maître Esteban, d’exceptionnelles peintures murales du XIIIe et un orgue magnifique !

Aragon-Navarre, jour 8

Une petite faim et une grande soif nous tenaillant, nous bouclons la visite. Nous quittons ce village vivant où à la faveur de quelques emplettes nous avons goûté une délicieuse spécialité chocolatée pour un village qui devrait nous ravir, si j’en crois le topo guide que j’ai tiré avant le départ !

Nous pique-niquons au bord de la route, sur un muret, seul point ombragé du coin avant de gagner Uncastillo.

Je serai brève, ce village ne casse pas 3 pattes à un canard. Certes tout indique que ce fut beau, mais tout semble à l’abandon mis à part l’église mais de ce côté là, nous commençons à être en overdose !

Donc, blogueur qui me lisez, si vos pas vous mènent un jour dans le coin, zappez Uncastillo et rejoignez sans tarder Sangüesa car là, il y a de quoi se régaler.

Sangüesa
Sangüesa

Point positif, la ville traversée par un fleuve est ceinturée de verdure et en calculant bien ses déambulations, notamment par rapport à la course du soleil, il est possible d’y vaquer sans griller, d’autant que tout y est à échelle humaine !

Outre ses nombreuses églises que nous avons évitées, il y a de magnifiques vieux palais, des porches imposants, un ancien château converti en école de musique et médiathèque qui sert de nichoir à des colonies de cigognes, comme bien d’autres édifices de la petite ville.

Aragon-Navarre, jour 8

Baroque, roman, gothique, tous les styles sont représentés mais la ville n’a rien d’un musée.

 Rosquillas ?
Rosquillas ?

La rue principale, très animée offre une multitude de cafés avec terrasses, pour choisir c’est affaire de feeling, des restaurants, une grande variété de commerces dont un où j’adore traîner, une quincaillerie ! Là encore pas de grandes surfaces en périphérie, juste de quoi se mettre au vert, stade, piscine … La casa de los ancianos, ça sonne mieux qu’EPAHD, est en ville, coincée entre l’école et le collège !

Aragon-Navarre, jour 8

Demain étant un autre jour, nous savourons à la fraîche le glouglou du fleuve Aragon tout proche sans trop s’arrêter au programme à venir. Prémonition ?

Do

Partager cet article
Repost0
13 juillet 2016 3 13 /07 /juillet /2016 15:21
Santa cruz de la seros
Santa cruz de la seros

Septième jour, déjà…

Il semblerait que nous soyons vraiment passés en été.

Ce matin, nous quittons le camping pour gagner, à une vingtaine de kilomètres de Jaca, le beau village de Santa Cruz de la Seros, point de départ d’une randonnée qui va nous mener au monastère de San Juan de la Peňa.

Le village de Santa Cruz est un site touristique qui mérite bien sa renommée ; il présente un bel ensemble architectural hérissé de superbes cheminées aragonaises (les "espanta brujas" ou chasse-sorcières), et doté d’un bel édifice religieux de style roman, l’église Santa Maria. Mais nous visiterons au retour, car pour l’heure, nous chaussons nos godillots, empoignons nos bâtons de marche, pour nous lancer à l’assaut d’un sentier caillouteux, encore assez ombragé à cette heure.

sur le sentier du monastère

sur le sentier du monastère

sommets enneigés au loin...
sommets enneigés au loin...

Nous nous élevons rapidement, jouissant d’une vue magnifique sur les reliefs alentours ; falaises abruptes et inaccessibles au premier plan ; puis plus haut, un panorama qui s’étend jusqu’aux plus hauts sommets des Pyrénées, encore vaguement enneigés. Nous ne les connaissons pas assez pour les reconnaître, mais il doit y avoir là dedans du Monte Perdido, de l’Aneto et du Vignemale. Il nous semble bien reconnaître d’ailleurs la fameuse brèche de Roland. Splendide !

Le spectacle nous récompense de tous nos efforts car la montée est rude. Une crise de palpitations, peut-être due à l’arrivée brutale de la grande chaleur, m’oblige à ralentir et à stopper régulièrement. Du coup, notre moyenne chute ! Plutôt en avance sur le temps de référence indiqué sur les panneaux, nous prenons du retard. Mais au final, nous parvenons enfin à la croisée des chemins, entre celui qui descend vers le « monasterio viejo » et celui qui monte au « monasterio nuevo ».

Nous optons pour le viejo, qui ferme ses portes à quatorze heures ; nous irons au nuevo, ouvert sans interruption, après.

Redescendant vers le vieux monastère, nous croisons un pèlerin français avec qui nous faisons une petite causette sympathique avant de poursuivre notre chemin. Ici, chacun se croise en se souhaitant un « bueno camino » ; nous ne sommes pas vraiment sur un chemin de St Jacques, mais beaucoup de pèlerins font le détour à San Juan, haut lieu incontournable du catholicisme.

Le monastère est une construction impressionnante, partiellement creusée dans la roche et établie dans sa totalité dans une anfractuosité de la falaise, à 1120 mètres d’altitude.

le monasterio viejo
le monasterio viejo

La visite commence par le dortoir des moines, avant de se poursuivre dans l’église primitive où il est encore possible d’admirer quelques fresques. L’une d’entre elle représente ces bons vieux Saints Côme et Damien à qui nous rendons régulièrement visite, à l’ermitage ND de Vie d’Argelès sur mer. De vieilles connaissances, donc !

peintures murales, Sts Côme et Damien

peintures murales, Sts Côme et Damien

le panthéon des nobles
le panthéon des nobles

Nous pénétrons ensuite dans le panthéon des nobles, cour rectangulaire dont les murs sont percés d’une double rangée de sépultures ornées de blasons et d’inscription nécrologiques, renfermant les dépouilles de personnages illustres du royaume d’Aragon, antichambre de l’église haute, à nef unique et de style roman.

le cloître roman
le cloître roman

Poursuivant plus avant notre découverte, passée une superbe porte de style mozarabe, nous ne tardons pas à déboucher dans ce qui constitue sans doute le clou de cette visite : le cloître roman, entièrement surplombé par la falaise. Les chapiteaux historiés représentant les scènes de la Genèse et de la vie du Christ sont une pure merveille. Au dessus de nos têtes, la falaise a été entièrement recouverte d’un grillage protecteur, pas vraiment inutile, car de nombreuses pierres détachées de la paroi y sont restées prisonnières. Dire qu’il ne devait pas y avoir de filet à l’époque des moines ! Il a dû y avoir quelques bosses…

la résurection de Lazarre
la résurection de Lazarre

La visite se poursuit par la chapelle de style néoclassique des saints Voto et Felix, dont la légende est à l’origine de la création du monastère en ces lieux, et par le Panthéon royal où reposent les premiers rois d’Aragon, Ramiro 1er, Sancho Ramirez et Pedro 1er. Maintenant, vous les connaissez !

Nous ressortons enchantés de cette visite, et repérons aussitôt un petit coin sympathique pour casser la croûte, en surplomb du monastère. Salle à manger pleine nature, avec vue imprenable sur le cloître ! Cinq étoiles, au moins !

L’après-midi sera consacrée à la visite du monasterio nuevo, à quelques centaines de mètres plus haut. Il ne nous faut guère plus d’une vingtaine de minutes pour accéder au sommet de la falaise, sur un vaste plateau arboré, la plaine de San Indalecio. C’est le royaume des pins à crochet ; on se croirait dans la forêt de Font Romeu. Quel bonheur !

Aragon Navarre, jour 7

C’est dans ce lieu idyllique que fut érigé en 1682 un monastère de style baroque, détruit partiellement moins de 200 ans plus tard par les troupes napoléoniennes. Les moines y demeurèrent néanmoins jusqu’en 1835, date à laquelle l’état espagnol les expropria, purement et simplement. Remis en état, on y trouve aujourd’hui un musée exceptionnel qui relate l’histoire du monastère et décrit la vie quotidienne de ses occupants, ainsi qu’une hôtellerie quatre étoiles.

le monastrio nuevo

le monastrio nuevo

la façade baroque
la façade baroque

L’église ne se visite pas ; on ne peut qu’admirer sa belle façade baroque. Nous passons un long moment dans le centre d’interprétation du monastère. Cet espace, réalisé tout récemment, présente les différents aspects de la vie du monastère, de sa création jusqu’à son abandon. Une structure moderne originale permet au visiteur de circuler sur un sol transparent au dessus des ruines de l’édifice en partie restaurées, et d’en contempler, sous ses pieds les différentes parties ; chambres, dortoir, cuisine, cellier, etc…

Aragon Navarre, jour 7

Des effigies des moines en situation, des ustensiles, le mobilier, le tout en taille réelle et d'un blanc immaculé, permettent d'appréhender parfaitement les énormes dimensions de ce monastère et tous les aspects de la vie monastique. Ce dispositif est complété par un système d'écrans interactifs récapitulant les origines et l'histoire de ce site remarquable. C'est passionnant!​

https://youtu.be/mr10z-4yE9Q

l'église Santa Maria
l'église Santa Maria

Nous commençons cependant à ressentir la fatigue de la rando et surtout la soif, cherchant désespérément à nous désaltérer. Hélas, la cafétéria est déserte ; il nous est impossible de remplir nos bouteilles dans les toilettes, d’autant que nous ne sommes pas certains que l’eau soit potable et la caissière de la boutique n’est pas capable de nous renseigner sur ce point. Nous nous contentons donc d’avaler quelques gouttes, en prenant soin de ne pas vider complètement nos bouteilles, et nous nous attaquons à la descente !

La chaleur et l’instabilité du sentier rendent celle-ci presqu’aussi difficile que la montée, et nous ne sommes pas fâchés de retrouver enfin le village de Santa Cruz, d’autant qu’une sympathique fontaine y dispense une eau fraîche et délicieuse.

Une petite halte chez un artisan potier où nous nous fritons avec des allemandes pressées et culottées clôturent la journée et nous retrouvons les fourgons sur le parking, écrasés de soleil… 44° à l’intérieur ; 37° à l’extérieur.

Nous avons un peu de route à faire pour arriver au camping du soir, et nous avons hâte de repartir, mais, c’est compter sans les caprices du fourgon grognon qui, une fois de plus, refuse de démarrer !

Nous passons trois bons quart d’heure à déterminer ce que nous allons faire… Passer la nuit ici ? On est un peu en biais, mais c’est jouable. Michèle nous suggère de retourner au camping de Jaca, tout proche ; nous partirions en avant pour retenir deux places et ils nous rejoindraient ensuite, si toutefois le camion accepte de démarrer. Nous hésitons ; c’est trop aléatoire. Claude a ouvert le capot pour faire une petite ventilation… On pourrait pousser, mais si ça ne marche pas, le fourgon risque de se retrouver au milieu de la route, dans l’impossibilité de se garer correctement, voire pire : dans le mur, si le système de frein est court-circuité. Trop risqué. Bon, en attendant, on boit encore un coup ; on était vraiment à sec. On réfléchit, et à la énième tentative, ça démarre enfin ! Ouf ! Merci, nos guides, nos anges, y tutti quanti !

Nous nous dirigeons plein est, vers Siguës, à une cinquantaine de kilomètres de là, pour y passer la nuit. Une nouvelle déconvenue nous attend : le camping est introuvable. Nous nous résignons donc à poursuivre jusqu’à Sangüesa, en province de Navarre, d’où nous pourrons démarrer nos prochaines excursions. Nous traversons la petite ville, qui a l’air belle, jusqu’au camping municipal, accolé à l’espace aquatique surbooké. Nous passons beaucoup de temps à l’accueil, le réceptionniste n’étant pas un pro de l’informatique, mais au final, nous sommes plutôt bien : à l’ombre salutaire des peupliers qui, comme à Jaca, dispensent généreusement leur pollen, il n’y a que nous dans le camping ! C’est parfait, d’autant qu’à présent, manger dehors est un pur bonheur, exception faite de quelques moustiques indésirables… On fait avec.

Fredo

Partager cet article
Repost0
13 juillet 2016 3 13 /07 /juillet /2016 07:10
Amateurs de musique classique et de Nemanja Radulovic, voici un lien qui vous permettra de voir, ou revoir une émission diffusée par Arte, "stars de demain"...
Si vous n'aimez que Nemanja, vous pouvez passer; c'est le dernier. Mais ce serait vraiment dommage de rater les autres, et surtout la magnifique soprano sud africaine Pumeza Matchikiza, ravissante, lumineuse, étonnante...
Un régal!
Fredo
Nemanja sur Arte!
Partager cet article
Repost0
12 juillet 2016 2 12 /07 /juillet /2016 14:27
Les pantoufles de Manuel

Non, ce n'est pas un livre, c'est un gros coup de gueule de Mi:

Le terme « pantouflage » désigne de manière familière le fait pour un haut fonctionnaire d'aller travailler dans une entreprise privée.

Le pantouflage, notamment quand il ne se fait pas dans la plus grande transparence, pose des problèmes éthiques et déontologiques liés au mélange des sphères privées et publiques, et des sphères de l'intérêt général et des intérêts particuliers ou de grandes entreprises. Il est source de situation de conflits d'intérêts.

(Wikipédia)

Vous connaissez José Manuel ? Non ? Mais si voyons… « l’autre célèbre portugais » pas celui qui a un short et des chaussures à crampons, mais celui qui vient de se glisser dans de confortables pantoufles.

L’ancien président de la Commission Européenne, José Manuel Barroso, vient d’être embauché par le géant de la finance américaine Goldman Sachs (responsable de la crise des subprimes).

Depuis 2010, un « code de conduite » des commissaires un peu plus contraignant qu’avant, a été mis en place pour surveiller au cas par cas les « pantouflages » de ses anciens commissaires. Mais ces règles sont mal appliquées et ne valent que pour les 18 premiers mois suivant le départ des commissaires. L’exécutif européen est impuissant. Barroso a quitté son poste depuis 20 mois (fin octobre 2014) : il est libre, il fait désormais ce qu’il veut.

Ils sont nombreux les hommes qui ont fait l’aller/retour entre la zone euro et le géant américain !!

Mario Monti, conseiller international de Goldman Sachs de 2005 à 2011, prend la tête du gouvernement italien en pleine crise politique. Lui aussi avait été commissaire européen à la concurrence (1999-2004).

Un autre Italien, Mario Draghi : l’actuel président de la Banque centrale européenne (BCE) fut vice-président de Goldman Sachs International pour l’Europe entre 2002 et 2005.

Lucas Papademos, ex-gouverneur de la banque centrale grecque et ex-premier ministre grec est soupçonné d’avoir joué un rôle de premier plan dans le maquillage des comptes publics de la Grèce, avec la complicité de Goldman Sachs.

José Manuel Barroso, ex-maoïste (folle jeunesse ?!!!) dont le bilan européen à Bruxelles est maigre vient donc ajouter son nom à cette liste (non exhaustive).

A l’heure où la Grande Bretagne rejette l’Union Européenne et où la même tentation est grande dans plusieurs pays de céder aux populistes, comment s’étonner ? L’Europe est au bord du gouffre.

LA MORALE EST POLITIQUE ET LA POLITIQUE EST MORALE.

CE N’EST PAS L’EUROPE QU’ON VEUT, CE NE SONT PAS LES DIRIGEANTS QUE LES PEUPLES VEULENT POUR LES REPRESENTER !

LEUR RESPONSABILITE HISTORIQUE EST GRANDE DANS CE QUI ARRIVE EN EUROPE.

L’HISTOIRE JUGERA (TROP TARD COMME D’HABITUDE QUAND ILS AURONT 90 ANS ET SERONT DE « VIEUX MESSIEURS SÉNILES ET MALADES » QU’IL FAUDRA MÉNAGER).

Mi

Partager cet article
Repost0
12 juillet 2016 2 12 /07 /juillet /2016 11:49
Aragon-Navarre, jour 6

Nous quittons le camping pour faire halte quelques kilomètres plus loin au village d’Ayerbe. Il paraît que la panaderia propose des tortas démentielles. Tour de ville rapido presto, arrêt à la boulangerie mais contrairement à ce qui était prévu Frédo et moi flashons sur les rosquillas ! On croirait voir celles que nous mitonne Conchita qui nous régale de quelques unes de ses spécialités. Je n’ai jamais mangé d’anchois marinés aussi délicieux que les siens, quant à ses rosquillas elles sont vraiment fameuses.

Los  Mallos
Los Mallos

Nous filons ensuite sur Riglos et pénétrons dans un paysage tout à fait surprenant. Emergeant d’une zone vallonnée et peu arborée des pitons rougeâtres barrent le lointain, los Mallos !

Riglos
Riglos

Un minuscule village se blottit à leur pieds. C’est de là que nous sommes sensés effectuer une rando qui va compter dans ma vie.

Un sentier circulaire fait le tour des Mallos, les pitons. Chacun a son nom, un patronyme qui fait référence à sa forme, son emplacement ou a celui qui l’a vaincu une première fois car ces « trucs » vertigineux qui ressemblent bigrement aux météores grecs s’escaladent.

Aragon-Navarre, jour 6

En ce qui nous concerne cette activité n’est absolument pas de mise et s’il s’agit de marche, je m’interroge de plus en plus en voyant la configuration des lieux sur le tracé de la rando ?!

Point de vue
Point de vue

Nous observons intrigués les allées et venues incessantes d’un hélico de la Guardia Civile tout en suivant le balisage et le topo récupéré sur Google. Nous attaquons vaillamment la balade, c’est absolument magnifique même si certains points de vue ont de quoi serrer le coeur, la déclivité est à son maximum. Les Mallos sont en fait tous séparés les uns des autres mais l’enchevêtrement est tel qu’il faut vraiment être au-dessus pour s’en apercevoir.

Tant que cela grimpe, ça va, mais la situation se complique soudainement avec un passage à l’horizontal en corniche. Je m’en doutais !

Mes coéquipiers se montrent compréhensifs, ils me laissent devant et ne me parlent plus. Heureusement que par endroits des arbustes masquent un peu l’abîme.

Aragon-Navarre, jour 6

Nous goûtons enfin l’arrivée au point culminant. Le paysage est grandiose, un plateau qui se donne des airs alpestres, une petite cabane et un panorama à 360°. Il y a juste un bémol, il va falloir redescendre tout ça !

Il est inutile d’envisager faire demi tour, reste la possibilité de négocier les passages délicats sur le postérieur.

Aire de repos des buitres
Aire de repos des buitres

Tout en admirant les vols des buitres (ou percnoptères d’Egypte) qui nichent dans les falaises en des zones interdites à l’escalade, nous perdons petit à petit de l’altitude. Toutes les 5 minutes nous faisons une pause pour les observer, les photographier et mine de rien le but se rapproche. Avec la même fréquence, l’un de nous dérape sur le sol défoncé et caillouteux. Angoisse !

Entre les pitons, le sentier !
Entre les pitons, le sentier !

Trois heures et demie plus tard nous revenons au village, l’estomac dans les talons et retrouvons les fourgons au milieu de plusieurs véhicules de la Guardia Civile, venue là pour entraîner ses troupes dans ces conditions extrêmes. Le pourquoi de l’incessant ballet d’hélico.

Aragon-Navarre, jour 6

Rousquilles avalées, nous gagnons Jaca. La température ambiante grimpe doucettement et nous commençons à nous caler sur les coutumes locales. Nous repartons visiter la ville en soirée et avec notre fourgon. La marche à pieds, on a donné. Nous apprécions aussi les horaires ibériques, à 20h30 tout est encore ouvert, même les banques. Rien à voir avec l’Allemagne ou l’Autriche où dès 18h tout est fermé !

Jeux d'eau à Jaca
Jeux d'eau à Jaca

Première capitale de l’Aragon, Jaca connut la présence des légions romaines, la domination des Maures et fit partie du royaume de Naples. C’est à Jaca en 1930 que se situe le premier soulèvement populaire visant à instaurer la République !

La ville possède aussi une imposante citadelle dont la construction débuta en 1592 et ce qui ajoute à son charme, en ce qui nous concerne, plein de cigognes !

La ville est très plaisante, nous y réalisons quelques emplettes et y trouvons même une bio coop ! Tour del reloj, Ajuntamiento au portail plateresque, cathédrale, maisons à oriels sur la rue principale, nous organisons notre visite de manière à semer un groupe de touristes envahissants et bruyants !

Rue principale
Rue principale

Nous terminons la journée en plein air, l’été est là ! Chacun apporte sa contribution au repas, c’est toujours très inattendu et convivial et nous anticipons sur la journée de demain ! De la marche encore de la marche pour découvrir le monastère San Juan de la Peña !

Do

Partager cet article
Repost0
11 juillet 2016 1 11 /07 /juillet /2016 15:39

En visitant le monastère San Juan de la Peña nous avons trouvé cette épitaphe sur un tombeau.

De quoi réfléchir !

Voici la traduction de certains passages :

Ici reposent les restes mortels de l’excellentissime SR D Pedro [titres] illustre promoteur de toutes réformes utiles, habile politique, fidèle conseiller [de la couronne] et digne représentant à [noms de villes],il se montra digne de la confiance de [nom du souverain] contribuant puissamment à la splendeur de son heureux règne.

La postérité honore sa mémoire, la patrie le pleure, le bénit, reconnaissante.

Combien de politiques, actuels et passés mériterons semblables louanges sur leur pierre tombale ?

Partager cet article
Repost0
11 juillet 2016 1 11 /07 /juillet /2016 14:15

Comme d’habitude, nous levons le camp vers 9h30.

La chaleur est arrivée et nous roulons dans un paysage quasi désertique, ponctué de petits villages sympathiques où nous ne nous arrêtons pas : Adahuesca, Abiego. Nous reprenons bientôt l’auto via en direction de Huesca ; petite halte pour faire le plein du côté de Claude et Michèle et nouveau coup de calgon pour leur fourgon ! Heureusement, ça ne dure pas ; quelques minutes de suspens et ça repart !

Nous voilà bientôt en vue des ruines du château de Montearagón qui doit faire l’objet d’une première visite. On ne voit que lui, perché sur sa colline, isolé dans le décor aride. Impossible de ne pas louper !

Et pourtant…

Un panneau touristique indiquant le site, nous nous engageons sur une petite route à notre droite, vers Loporzano, Barluenga, et San Julian de Banco. Et nous roulons, nous roulons, avec le sentiment grandissant de s’éloigner de notre objectif. Pas normal.

Mais comme il faut savoir s’adapter, nous allons inverser les visites et commencer par les villages ; nous ferons le château après.

la sierra de Guara
la sierra de Guara

Nous nous arrêtons à l’entrée de Barluenga pour poursuivre vers San Julian de Banco à bord d’un seul fourgon afin de réduire les difficultés de stationnement. Après une petite marche dans ce curieux village qui ne vaut pas vraiment le détour, (si ce n’est qu’il est le point de départ de nombreux sentiers de randonnées dans la très spectaculaire sierra de Guara où nous irons peut-être traîner une prochaine fois), coupé en deux par un ravin, où toutes les maisons sont fermées et où nous ne croisons pas âme qui vive, nous revenons à Barluenga pour récupérer le second fourgon et repartir à la recherche du château : s’il n’y avait pas d’accès par l’itinéraire emprunté à l’aller, nous allons en tenter un autre ! Nous nous dirigeons vers Huesca en guettant les petites routes latérales sur la gauche, mais aucune ne semble mener à Montearagón et nous voilà parvenus dans les faubourgs de Huesca, sans rien avoir trouvé !

Toujours le même décor, râpé et jauni par les ardeurs du soleil, peu engageant, en définitive.

Nous sommes têtus et repartons en sens inverse, plein est sur l’autovia, non sans nous perdre un moment dans les quartiers modernes de la ville ! C’est agaçant, c’est agaçant ! Et puis après quelques jours de rase campagne quasi désertique ce n’est pas du tout un plaisir de retrouver la ville et la civilisation.

Rebelotte en sens inverse : on voit le château, on ne voit que lui, mais aucune indication quant à un éventuel chemin d’accès ! Ras le bol : c’est sûrement qu’il ne faut pas y aller. Dommage, c’était gratuit…

Nous changeons nos plans une nouvelle fois : nous décidons de gagner Huesca, de nous installer au camping et puisqu’il se trouve à 800 mètres du centre historique, de visiter la ville après manger.

Nous voilà repartis vers Huesca !

Mais un nouveau problème surgit : le camping n’est pas indiqué et reste introuvable.

Décidément, la ville, ce n’est pas pour nous. Qu’à cela ne tienne ! Puisqu’il est l’heure de manger, nous nous garons. Nous visiterons la ville après nous être restaurés et nous repartirons vers des lieux plus accueillants. Voilà, il y a toujours une journée plus ou moins ratée dans un voyage… C’est fait !

la cathédrale de Huesca
la cathédrale de Huesca

Nous nous restaurons à bord de nos camions respectifs que nous n’avons pas pu garer côté à côte et passons une bonne partie de l’après-midi à sillonner le quartier historique de cette capitale de province, un peu déçus au début. Il faut dire que c’est dimanche et que les magasins sont fermés. Il y a forcément moins de vie qu’un autre jour de la semaine.

Buster Keaton
Buster Keaton

Il fait chaud; nous cherchons l'ombre. Nous admirons, ici et là, les oeuvres disséminées d'artistes locaux qui se sont exprimés pour le plaisir de nos yeux (en général) sur les murs de la ville....

Huesca, la plaza Mayor
Huesca, la plaza Mayor

Ce n’est que sur la fin de notre parcours urbain, que nous découvrons la belle plaza mayor et les rues du centre où tous les habitants de la ville semblent s’être donnés rendez-vous : les terrasses de cafés et restaurants ont été prises d’assaut. Les langues vont bon train ! Ambiance typiquement espagnole ; bonjour les décibels !

terrasses de restaurant prises d'assaut!

terrasses de restaurant prises d'assaut!

nid de cigognes en pleine ville
nid de cigognes en pleine ville

Finalement, Huesca est une ville sympathique, et cerise sur le gâteau, on peut y admirer de nombreux nids de cigognes, en plein centre ville, jusque sur les antennes de téléphonie mobile ! Elles ne craignent pas les radiofréquences, elles…

Nous revenons à nos véhicules pour gagner avec un jour d’avance le sympathique petit camping de Ayerbe, à une trentaine de kilomètres de là. Et comme il est tôt, sitôt installés, nous reprenons la route, tous les quatre à bord du Ptibus, pour partir à la découverte de l’impressionnant château de Loarre. Et Dieu merci, celui-là ne nous fera pas le coup de Montearagón !

le château de Loarre
le château de Loarre

Nous voilà à plus de 1000 mètres d’altitude au dessus de la plaine de Sotonera et un vent turbulent qui nous rappelle la tramontane refroidit l’atmosphère. Nous sortons les petites laines, sauf Claude qui a joué les optimistes et n’a rien emporté !

vue sur le donjon et la chapelle primitive
vue sur le donjon et la chapelle primitive

Véritable nid d’aigle, construit en 1020 sur des vestiges romains par Sancho El Mayor, roi de Pampelune, le château de Loarre est la forteresse romane la plus importante du Haut Aragon et d’Espagne. Il fut réaménagé un peu plus tard par Ramiro 1er, fondateur du royaume d’Aragon. Outre le monastère augustin San Pedro, la forteresse se compose d’un pavillon royal, d’une chapelle, d’une ancienne tour défensive dite « tour de la reine », d’une place d’armes, de dépendances et d’un donjon. Le mur d’enceinte flanquée de nombreuses tours défensives est particulièrement remarquable.

https://youtu.be/Dn70UJlZe0o

Après la visite du château, nous enchaînons celle de l’église paroissiale qui n’est pas dénuée d’intérêt. A cette heure un peu tardive, il règne une belle ambiance au village ; toute la population, bambins, jeunes, moins jeunes, personnes âgées et « minusvalids », est sur la place, au bistrot et autour des fontaines ; ça jacasse, ça s’interpelle, ça rigole… C’est chaud ! C’est chouette…

Nous rentrons au camping ravis de nos visites. De quoi nous faire oublier nos déconvenues matinales ! Ce soir, une petite fraîcheur nous oblige encore à manger tous les quatre à l’abri dans le Ptibus… Et dans c’est cas là, c’est le top : la corvée de vaisselle est assumée par Michèle et Claude ! Merciiiiiiiiiiiiiiiiiiiiii

Fredo

Partager cet article
Repost0
10 juillet 2016 7 10 /07 /juillet /2016 15:28

Roman de David Foenkinos, Charlotte est un livre qui se respire.

Écrit comme un poème, à coups de petites phrases courtes il redonne vie à cette jeune femme, artiste peintre au destin tragique.

Des tragédies familiales qui se répètent de génération en génération, le silence qui tue, des raisons d’espérer, Charlotte tente de survivre jusqu’à sa rencontre avec la peinture, en Italie. Une rencontre avec son soi profond, une évidence qui va lui donner la force de braver les interdits, les humiliations qui signent la montée en puissance du nazisme.

Charlotte Salomon est un belle âme et le livre de David Foenkinos donne l’envie irrésistible de s’immerger dans l’oeuvre de cette jeune femme « Leben ? oder Theater ? » décédée à 26 ans à Mauthausen.

Leben? oder Theater ?
Leben? oder Theater ?

Mais ce livre est aussi à prendre comme un avertissement !

La haine, la peur de l’autre et le rejet, la bêtise ordinaire sont les personnages principaux de cette histoire qui se réécrit, malheureusement à l’infini.

Chaque année nous commémorons en grande pompe la libération des camps de la mort, nous honorons la mémoire des victimes des génocides passés, pourquoi ?

L’extrême droite gagne du terrain partout, le phénomène est banalisé.

La Palestine se vide, dans l’indifférence, le mur de Berlin a été reconstruit, au Moyen Orient, qui cela gêne t-il ?

Le recours à la torture trouve de plus en plus une certaine légitimité en France !

Pays des Droits de l’Homme !

Quel homme ?

Tyrans et tortionnaires s’épaulent mutuellement.

D’ailleurs à ce propos, savez-vous !était Aloïs Brunner ? Rouage important de la solution finale, il organisa la déportation des juifs autrichiens, grecs, français, allemands, des enfants d’Izieu … jamais arrêté il est mort en Syrie protégé par la famille El Assad ! qu’ajouter de plus ?

La date de sa mort peut-être, en 2000 !

C’est tout ceci, aussi, que raconte, juste en le suggérant Charlotte de David Foenkinos.

Do

Partager cet article
Repost0
10 juillet 2016 7 10 /07 /juillet /2016 11:54
Citadelle maure aujourd'hui collégiale
Citadelle maure aujourd'hui collégiale

Ce matin le fourgon grognon est resté au camping, histoire de se refaire une santé et c’est avec le Ptibus que nous gagnons le point de départ de notre randonnée au cas où nous aurions les gambettes flageolantes ce soir. Autant se ménager.

Alquezar est une ancienne forteresse musulmane ; un temps sous le pouvoir des califes de Cordoue elle fut reconquise au XIe siècle par le fameux Sancho Ramirez dont je vous ai touché 2 mots à propos de la reprise de Graus (jour 2).

Schéma classique, une communauté chrétienne s’installa dans la citadelle mauresque qui abrite aujourd’hui une collégiale et un cloître.

Aquezar, plaza Major
Aquezar, plaza Major

Pour gagner notre point de départ nous traversons une partie du village encore frais et presque désert. L’architecture de la Plaza Major a la sobriété des bourgs de montagne. Minuscule, la place à arcades compte cependant au moins 2 cafés et s’ouvre sur une petite rue que nous tardons à remonter, une boulangerie, salon de thé dont la vitrine alléchante a retenu notre attention. Après m’être assurée qu’il faisait bien resto le midi nous gagnons notre point de départ. Un coup d’œil sur l’épicerie « fine » O Forno nous rappelle que ce soir nous aurons encore de quoi nous régaler !

On trouve en ce lieu (soi-disant) le « seul vrai Dobladillo d’Alquezar » et un chocolat noir à se pâmer.

Aragon-Navarre, jour 4

Le circuit des passerelles que nous allons emprunter ne vole pas son appellation, il y a des passages aériens en veux-tu en voilant.

A l'aplomb des falaises, Alquezar
A l'aplomb des falaises, Alquezar

Le village étant installé sur un éperon rocheux que le rio Vero a sculpté au fil des siècles, l’isolant du reste des plateaux, où que l’on dirige ses pas il faut monter et descendre, ou le contraire. En ce qui nous concerne nous descendons dans un étroit canyon qui se faufile entre des à pics vertigineux pour gagner le fond de la gorge aux eaux turquoises. Les marmites de géants sculptées par le courant ont donné naissance à de multiples baumes qu’occupent aujourd’hui les oiseaux.

Aragon-Navarre, jour 4

Si nous les femmes descendons avec précaution, ce n’est pas le cas de Claude qui ne s’est même pas fait accompagner par prudence. Il choit après une descente mal contrôlée d’un amas rocheux. Ses fées s’activent à ses côtés !

Même que j'ai la trouille
Même que j'ai la trouille

Parvenus au niveau de l’eau, nous goûtons un moment la beauté du spectacle puis empruntons avec détermination la suite du parcours qui devient aérien et ne me plaît guère.

Aragon-Navarre, jour 4

Du vide, de l’étroit et parfois des croisements délicats sans parler des sacs à dos qui occupent de l’espace !

Parvenus au terme des passerelles, un perchoir très aérien offre une vue imprenable sur le site, dommage que nous soyons au-dessus du néant.

Puentebanos
Puentebanos

Alquezar est maintenant à porter de mollets mais décidés à poursuivre notre exploration nous redescendons jusqu’aux rives du Rio Vero qu’un superbe pont en dos d’âne enjambe. Et dire qu’il fut longtemps la seule voie de passage possible !

Aragon-Navarre, jour 4

Le coin est frais et en longeant les berges nous tombons sur ce qui semble être un moulin et un repère d’art brut ! Nous pourrions nous éterniser si nous n’avions pas en tête d’autres projets qui nous incitent à regrimper gaillardement jusqu’au village.

Aragon-Navarre, jour 4

A l’Artica pas de cuisine moléculaire mais une spécialité de « tartines » succulentes que nous liquidons dans une atmosphère charmante. Le serveur est adorable, il faut dire que nous sommes enthousiastes ! Dobladillo pour chacun et petit jus serré, nous voilà partis pour notre seconde exploration, l’ermita de San Gregorio.

ermita San Grégorio
ermita San Grégorio

Il fait bon chaud maintenant et la végétation n’a plus rien de la luxuriance de ce matin. Passé l’aljibe, héritage typiquement mauresque et permettant l’arrosage au plus fort de l’été, celui de Kairouan me revient en mémoire, plus un poil de fraîcheur, mais qu’est-ce que c’est beau !

Passage couvert
Passage couvert

Nous terminons la journée encore fringants nous sans avoir visité la collégiale et son cloître, déambulés dans le lacis des ruelles et complété nos réserves en chocolat.

Do

Au fait, sous peu je vous donnerai la recette du Dobladillo ! A consommer sans modération puisqu'avec 2 gouttes d'essence de Citron chaque matin (cure de 7 à 21 jours) on déloge sans problème toutes les petites surcharges pondérales !!!

Partager cet article
Repost0
9 juillet 2016 6 09 /07 /juillet /2016 11:56
Petite réflexion sur la dépendance

La dépendance, voilà bien un sujet à la mode. A peine avez-vous passé le cap de la retraite que tous ceux qui vous veulent du bien (Sécu, mutuelles, sociétés d’assurances, banques …) vous rappellent votre état de mortel et que la dépendance vous guette.

On vous suggère qu’il serait bien, afin d’épargner vos proches de commencer à payer vos obsèques, de cotiser auprès d’une assurance pour pouvoir bénéficier de l’assistance d’un tiers lorsque vous serez gaga. En prime on vous incite à faire don de vos biens de votre vivant (les vieux sont sensés ne pas consommer assez) et on vous refile les meilleurs tuyaux pour trouver les prothèses auditives les plus performantes, les couches les plus absorbantes… la meilleure colle pour votre râtelier. C'est d'ailleurs tellement vrai qu'une copine qui devait subir une petite intervention a dû arrêter les ardeurs de l'anesthésiste qui s'obstinait à vouloir lui faire dire qu'elle avait un appareil dentaire !

J’arrête là !

Petite réflexion sur la dépendance

Certes la dépendance est une réalité mais c’est aussi la conséquence d’un phénomène de société très actuel. C’est au cours de notre voyage en Aragon et Navarre que cela m’a frappé. Dans tous les villages, nous avons eu l’occasion de voir de nombreuses personnes âgées, souvent pas très valides mais pourtant vivants encore de manière autonome. Les bistrots, les places de villages étaient majoritairement fréquentés par les abuelos et abuelas, présents aussi dans tous les petits commerces de proximité que nous avons fréquentés.

He, oui !

Retirer des centres villes et villages la boulangerie, la pharmacie, l’épicerie (la liste n’est pas exhaustive) pour les installer en périphérie, là où on peut stationner facilement mais hors de portée des personnes âges est le plus sûr moyen de conduire à la perte d’autonomie.

Devoir recourir au bon vouloir des voisins, des amis n’a qu’un temps.

C’est gênant, lassant, on n’ose pas prendre son temps, on dévoile ses petits travers, ses petites gourmandises et rapidement on préfère remettre la liste de courses au voisin ou à l’ami.

Puis à force de déléguer, c’est la perte de motivation.

Petite réflexion sur la dépendance

L’enferment sur soi s’installe et c’est l’antichambre de la maison de retraite et le cortège de bons sentiments qui va avec : «tu es trop seul(e), trop isolé(e), tu n’auras plus à t’occuper de rien … je me sentirai rassuré(e) de ne pas te savoir seul(e) ... ».

Cela marche ou pas, mais dans tous les cas ce n’est pas le top. Imaginez ce que donne un ballet journalier d’auxiliaires de vie, infirmières avec bouclage au lit chez soi dès 18 heures.

Et tout ça pour quoi ?

Pour que tous ceux qui ont des roulettes à la place des pieds puissent se garer au plus près !

Pour gagner du temps ?

Gagner du temps pour en faire quoi ?

Allez passer un moment avec les petits vieux qui se dessèchent dans les maisons de retraite dont les parkings restent désespérément vide ?

Do

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : Hist' toiles
  • : Nous sommes deux soeurs... L'une peint, l'autre écrit. Nous avons envie de partager nos vécus, nos ressentis, nos expériences; de témoigner... Nous aimons par dessus tout la nature, notre plus grande source d'énergie... Sur ce blog, nous vous présenterons des peintures, des livres, mais aussi des photos de nos voyages, de nos randonnées, des récits... Nous tenterons enfin de vous entraîner dans la grande aventure de notre vie: notre cheminement spirituel vers l'Amour et la Lumière.
  • Contact

Recherche