Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
10 novembre 2016 4 10 /11 /novembre /2016 16:42

MOI, DANIEL BLAKE

 

(I Daniel Blake*)

film britannique de Ken LOACH, 2016

 

Daniel Blake, menuisier de 59 ans, victime d’une crise cardiaque se voit contraint, contre l’avis de son médecin, à solliciter une pension d’invalidité à l’Etat. Il se heurte alors à la procédure bureaucratique kafkaïenne. Il rencontre à ce « job center » Katie jeune mère élevant seule ses deux enfants. Ils se rendent des petits services (« je sais tout réparer sauf les ordinateurs » dit-il, ses compétences sont obsolètes), ils se soutiennent moralement, dignement, humainement.
Avec pudeur et dignité, Daniel Blake se bat pour faire respecter ses droits (parfois la situation est drôle, parfois pathétique).
 
Lui, Ken Loach, 80 ans, jamais vaincu, jamais blasé, toujours indigné décortique impitoyablement la société britannique. Ses héros à lui sont les gens ordinaires toujours dignes forçant le respect. On lui dit MERCI MONSIEUR LOACH, oui comme vous l’avez dit à Cannes « UN AUTRE MONDE EST POSSIBLE, NECESSAIRE ».
De toute façon, conclut-il : « Si on ne se bat pas, qu’est-ce qui reste ? »

* Palme d’or Cannes 2016

Partager cet article
Repost0
8 novembre 2016 2 08 /11 /novembre /2016 18:41
Nous voici de retour après 2 bonnes semaines d’errance et prêtes à repartir !
3000 kilomètres sur les routes de France avec un but, aider un ami à souffler ses 60 bougies.

 

 

 

Des instants plein d’amour, de tristesse aussi, sous le signe de l’amitié.
Des retrouvailles, des rencontres inattendues, de nouveaux liens noués !
Une jolie fête au pays breton qui nous a permis de danser de nouveau la Ronde de St Malo et, également, de vivre des moments d’exception comme la découverte de la superbe exposition consacrée à l’oeuvre de Marc Chagall !

 

 

 

Une révélation car si je connaissais certaines œuvres de cet artiste, à commencer par le plafond de l’Opéra de Paris, je ne m’étais jamais immergée dans son monde. Les couleurs me parlaient mais l’émotion n’était pas au rendez-vous. Or c’est une vie foisonnante que la fondation Édouard et Hélène Leclerc, au travers de plus de 300 œuvres, a révélé à tous ceux qui ont eu, comme nous, le bonheur de faire halte au couvent des Capucins de Landerneau !

 

 

 

Cerise sur le gâteau, la ville possède un bâti, selon l’expression consacrée, admirable et une grande vitalité. Les berges de l’Elorn transformées en musée de plein air accueillent des expositions temporaires tout à fait passionnantes et apparemment fréquemment renouvelées. Sans parler de la crêperie Ar Wamm Favé du pont Rohan !

 

Pont Rohan

 

 

Si je ne doute pas que Chagall ait été rompu aux codes académiques les plus strictes, il a su s’en affranchir. Peintre d’atelier il cogitait, bricolait, "patouillait" de multiples épreuves avant de donner vie à son univers. Oubliées perspectives et lignes de fuite, chaque toile est multiple et des touches de couleurs éclairent les sujets les plus douloureux. Peintre engagé, témoin sans concession de son temps et des horreurs de la guerre, ses toiles portent toujours une note d’espoir.

 

La Guerre

 

 

Passé, présent se télescopent. Collage, huile, gouache cohabitent sur une même toile.
Le passé revisite le présent, ou vice versa. La peinture de Chagall fait le lien Ciel-Terre. Chaque toile est comme un air d’opéra quand plusieurs personnages chantent ensemble, sans toutefois être à l’unisson !

 

Le cheval Rouge

 

 

Pas étonnant d’avoir croisé à cette exposition de nombreux marmots, d’une tranquillité enthousiaste ! Une heureuse surprise après ce que nous avions constaté au Musée des Antiquités d’Arles où les trois quart des lycéens ne se préoccupaient que de leurs portables.

 

 

 

Sanguine, fusain, pastel, aquarelle, huile, céramique, sculpture, sa création se décline à l’infini. Un déclic, une libération car au gré de la visite des portes s’ouvrent. Chagall, c’est la liberté de s’exprimer selon ses ressentis. Je me suis régalée !

 

 

Du Nord au Sud via le grand Ouest !
Et si cette expo est terminée depuis le 1er Novembre, d’autres merveilles n’attendent que votre visite. J’ai quelques tuyaux sous le coude qui feront l’objet d’un prochain article !
Do
Partager cet article
Repost0
17 octobre 2016 1 17 /10 /octobre /2016 19:44
Leucate, sa falaise ! Un site plein de lumière que nous fréquentons avec un plaisir sans cesse renouvelé depuis … depuis les années 70 !
 
 

 

A cette époque on y trouvait une quantité de petits cabanons, certains plein de charme d’autres un peu plus de bric et de broc. La vieille redoute, un peu moins relookée, annonçait La Franqui, le vieux sémaphore, en sentinelle, surplombait une délicieuse petit plage où l’on pouvait bronzer en tenue d’Eve ou d’Adam. Le randonneur trouvait, souvent par le plus pur des hasards, en arpentant des chemins parfois chargés d’histoire des témoignages de cette présence humaine qui remonte même sur les bords de l’Étang au chalcolithique. Une « déviation » de la via Domitia traverse la falaise, les traces des roues des chars sont encore bien visibles comme le réseau de murets que les hommes ont monté partout sur le plateau jadis cultivé.

Vieux sémaphore

Aujourd’hui le site est classé zone protégée pourtant nous y avons fait des découvertes pas vraiment agréables. Des gravats enfouis sous la végétation qui reprend ses droits et que personne n'a songé à retirer, un peu plus loin un amoncellement de débris de verre en bordure du chemin sur ce qui fut à n’en pas douter une décharge et puis sur la falaise une désolation totale depuis que la commune a décidé, comme dans les Pyrénées Orientales, de mener une décabanisation en règle !
Résultat des courses, on déambule entre des murets de pierres sèches en partie effondrés mais si cela ne se remarquait pas jadis, depuis que les cabanes ont été démantelées, abandonnées et ruinées, on a plutôt l’impression d’être au milieu d’une zone ayant subi un pilonnage massif !
Préserver l’environnement, soit ! mais pour l’instant c’est plutôt triste et désespérant car le plus moche sur la falaise, à mon sens, ce ne sont pas les petites cabanes qui ont fait la joie d’anonymes pas très argentés, mais tous ces plans de constructions qui ont grignoté petit à petit les flans du plateau en surplomb de l’étang. Mais promoteurs oblige !
Au nom de la protection de l’environnement, on constate des dérives à la limite du supportable.
L’Humain sera bientôt refoulé, parqué dans des villes pour protéger la Nature! Mais pour le profit de qui ?
Do 
Partager cet article
Repost0
11 octobre 2016 2 11 /10 /octobre /2016 19:34

Ampurias, un site de rêve fermant la baie de Rosas.

Ampurias et l'Escala
Ampurias et l'Escala

Du grec « Emporion » signifiant entrepôt, Ampurias, Empuries en catalan, fut fondée par les Phocéens, venus des lointains rivages de l’actuelle Turquie vers 600 av JC.

La cité grecque fut ensuite occupée par les Romains avant d’être abandonnée au moyen Âge.

3 étapes d’occupation s’offrent aux visiteurs : la Paléopolis et la Néapolis grecques, la ville romaine mais contrairement aux idées reçues , Grecs et Romains cohabitèrent, Massalia, l’actuelle Marseille,cité fondatrice du monde ionien en Méditerranée, ayant été en son temps l’alliée des Romains. Lorsque la ville romaine commença à se développer les établissements grecs continuèrent à exister.

A la fin du IIIe siècle une invasion wisigothique, à l’origine des vestiges paléochrétiens d’Ampurias ruina la cité, les musulmans l’occupèrent ensuite au VIIIe siècle.

Même Charlemagne y fit halte ! Puis c’est à San Marti que la population autochtone choisit de se réinstaller. Mieux protégé le village se développa au fur et à mesure que la vieille cité déclinait.

Esculape
Esculape

Grecs et Romains fortifièrent tour à tour la cité d’Esculape car on venait ici se refaire une santé dès l’antiquité ! C’est d’ailleurs Esculape qui accueille le visiteur sitôt franchie l’impressionnante muraille grecque.

Sacrifice d'Iphigénie
Sacrifice d'Iphigénie

Mosaïques, réseau de canalisations, tout à l’égout, citernes et même un superbe filtre à eau témoigne du degré de raffinement de ces civilisations.

Filtre à eau (époque ionique)
Filtre à eau (époque ionique)

Le site n’a livré qu’une infime portion de ses merveilles puisque seuls 20 % de l’emplacement supposé de la cité ont été fouillés. Ici et là des vestiges émergent comme ces ruines des églises préromanes de Santa Margarida et Sant Vicens.

Du village de San Marti d’Ampurias, qui fut au temps des grecs un îlot, au village de l’Escala, une promenade maritime serpente dans le cordon dunaire qui s’est formé au fil des siècles comblant les 2 ports antiques dont il ne reste que le môle grec aujourd’hui quasiment hors d’eau.

Baie de Rosas
Baie de Rosas

Une visite à ne pas manquer, parfaitement organisée et que vous pourrez coupler avec celle de Rosas dont l’ancienne citadelle recèle des merveilles.

Il ne s’y trompait pas ces grecs qui là aussi avaient établi un important comptoir sensiblement à la même époque qu’Ampurias.

Ensemble médiéval
Ensemble médiéval

La citadelle impeccablement aménagée offre un parcours dans le temps permettant au visiteur de remonter les siècles, le site ayant été tour à tour occupé par les Grecs, les romains, les wisigoths. Là aussi Charlemagne a laissé sa marque et pas n’importe laquelle puisque c’est à lui que nous devons la première citadelle de Rosas !

La ville s’est longtemps développée entre ces murs : quartiers grecs, villas romaines, ensemble monumental médiéval, casernements des XVII et XVIIIe siècles et un remarquable musée !

​Encore une fois, on ne fait pas les choses à moitié outre Pyrénées !

Olivier
Olivier

Des visites pour se régaler d’autant que les prix d’entrée sont modiques et même que les « séniors » sont chouchoutés !

En France, tintin !

Do

Partager cet article
Repost0
11 octobre 2016 2 11 /10 /octobre /2016 19:13

Il y a quelques jours, je vous annonçais la sortie d'un film documentaire réalisé par Xavier de Lausanne, Les Pépites.
Pour retrouver cet article, cliquez sur le lien ci dessous:
Pour rappel, ce film relate l'extraordinaire combat d'un couple de retraités français, Marie France et Christian des Pallières (disparu peu avant la sortie du film), pour sortir de la misère des milliers d'enfants cambodgiens.
C'est avec beaucoup d'émotion que nous avons écouté le récit vibrant d'amour et d'humilité de Marie France et Christian et tous les témoignages bouleversants de ces enfants rescapés de la décharge de Phnom Penh. A l'école de "Pour un sourire d'enfant" (l'association fondée par les des Pallières), ils ont appris à sourire, à lire, à écrire; et surtout, à devenir des êtres libres capables de réaliser leur rêve. On le sait, mais il n'est pas inutile de le redire: l'éducation et l'instruction sont la base de tout. Mais pas que... Car le secret de cette splendide aventure, c'est l'Amour.
Ce film est magnifique.
N'hésitez pas, allez y!
Fredo
Partager cet article
Repost0
8 octobre 2016 6 08 /10 /octobre /2016 17:47
Mi a lu pour vous, Chanson Douce

CHANSON DOUCE

(Leïla Slimani, Paris, Gallimard, 2016)

« Le bébé est mort ».

Dès la première phrase l’auteure nous révèle la fin de l’histoire. Le livre est un flash back des évènements qui ont conduit à cet épilogue.

Myriam, avocate, mère de Mila et d’Adam décide, malgré l’avis de son mari Paul, de retourner au travail après quelques années passées à élever ses enfants. Le couple se met en quête d’une nounou, le choix est difficile mais finalement Louise s’impose. C’est une perle, les enfants l’adorent ; petit à petit elle devient indispensable à toute la famille.

Louise est une jeune veuve, démunie, sans papiers sur laquelle Myriam et Paul posent un regard admiratif mais qui, par subtiles petites touches, laisse deviner le rapport de classe entre ces deux mondes parallèles.

Leïla Slimani nous distille avec talent, pudeur et tendresse dans un style sec et simple, tous les ingrédients du drame à venir et la psychologie des personnages. Aucun jugement n’est émis. Des faits seulement mais des faits ressentis de façons différentes par le couple et par la nounou.

On pense bien sûr à « l’analphabète » de Ruth Rendell ; mais « Chanson douce » n’est pas un thriller, il dresse le tableau de notre société.

Un très beau roman, doux amer.

Mi

Partager cet article
Repost0
7 octobre 2016 5 07 /10 /octobre /2016 19:39
Le Belem à Port-Vendres

Pour le plaisir des yeux, un petit moment de partage autour de l'arrivée du Belem à Port-Vendres !

https://youtu.be/ihVitvQ9Fhg

Partager cet article
Repost0
2 octobre 2016 7 02 /10 /octobre /2016 20:26

Si, comme nous, depuis des années, vous travaillez à cultiver une vision créative et résolument optimiste de la vie, le film, Eternité, qui va à l'encontre de tous les principes de développement personnel, vous décevra.
Dans cette histoire (si l'on peut parler d'histoire), il n'est question que de destin, de fatalité, de malheurs inéluctables, en conformité avec une morale judéo-chrétienne bien ancrée dans les esprits depuis des générations: "nul ne peut échapper à son destin"... "Il faut toujours rendre à Dieu ce qui vous a été donné"... Etc, etc.
Valentine et Jules s'aiment, se marient et ont beaucoup d'enfants. Vraiment beaucoup. Et les malheurs ne tardent pas à arriver. Normal, ils s'y attendaient. Car si le film illustre bien une chose, c'est le principe de la loi d'attraction. Chacun attire à soi ce à quoi il pense le plus.
Quelques années plus tard, après avoir perdu un enfant en bas-âge, ses deux aînés à la guerre et son époux, laissé partir sa fille Margot au couvent et enterré sa cadette des suites de la typhoïde, Valentine marie son fils Henri à Mathilde, une amie d'enfance. Au même moment, la cousine de Mathilde, Gabrielle, épouse Charles. Les deux couples vivent quasiment ensemble et les naissances se succèdent au sein des deux foyers... Beaucoup, beaucoup d'enfants! (le casting des bébés a du être phénoménal!) Ce film est un véritable éloge de la maternité. Question d'époque? Vision très personnelle du réalisateur ou de l'auteur du livre ("L'élégance des veuves" d'Alice Ferney)? Les deux, sûrement. Car pour l'auteur, c'est en procréant que l'humain gagne l'éternité. Et la femme ne se peut se réaliser que dans la maternité.
Aïe, aïe, aïe!
Dans cette histoire, les héroïnes issues de la grande bourgeoisie, n'ont pas grand chose d'autre à faire que de pouponner! Je ne suis pas certaine que la dixième naissance au sein d'un foyer ouvrier soit aussi bien accueillie...
Le film est lent, très lent, et, qui plus est, émaillé de ralentis artistiques. L'image est soignée, raffinée. Les décors sont somptueux, idylliques. L'accompagnement musical est magnifique. Le film est irréprochable et les acteurs jouent juste.
Pourtant, très vite, on se lasse. Une voix off un peu niaise et sans âme remplace les dialogues. Les enfants sont trop sages, foi d'enseignante. Les personnages dégoulinent de tendresse contemplative. On a envie de secouer tout ça et on attend désespérément une rebelle. L'ennui n'est pas loin.
Et ça dure... Une éternité.
Alors, je vais vous dire franchement : moi, une éternité comme ça, je n'en veux pas !
Frédo
Partager cet article
Repost0
30 septembre 2016 5 30 /09 /septembre /2016 20:55
Cinnamomum Camphora

Voici aujourd’hui une huile merveilleuse pour qui souhaite passer la saison froide au top !

Plus besoin de se faire vacciner contre la grippe ! Cela fait 2 saisons que nos voisins, des gamins entre 80 et 95 ans, se portent comme des charmes et font la nique à l’hiver.

Une petite goutte chaque jour sous le nez et 2 gouttes sur la face interne d’un poignet, se frotter ensuite les 2 poignets l’un contre l’autre, et c’est la forme assurée !

Vous recommencez les applications lorsque vous êtes en zone contaminée pour stimuler vos défenses immunitaires et l’on peut bien éternuer à vos côtés. Cette huile est l’Huile Essentielle de Ravintsara.

Champ de Ravintsara

Ravintsara signifie « qui éloigne le mal ». L’huile essentielle de Ravintsara est obtenue par distillation des feuilles d’un arbre que l’on trouve à Madagascar
C’est une huile préventive et curative, elle s'adapte aux besoins du corps.
Aucune contre indication même pour les enfants dès 4, 5 ans.
En voici la fiche détaillée.
Propriétés principales :
Antivirale ++++
Stimulante immunitaire à mettre le long de la colonne vertébrale
Anti catarrhale, expectorante
Indications traditionnelles :
Prévention des maladies virales épidémiques (notamment en hiver)
Infections virales de tout type +++++ : grippe, mononucléose, zona, herpès
naissant, hépatite et entérite virales …
Déficience immunitaire grave (immunostimulant) +++
Bronchite, rhinopharyngite, rhume, sinusite, otite ++++ (à mettre sur tous
les canaux ORL) : en haut du front, de part et d'autre du nez, au niveau de
l'occiput.
Conseils d'utilisation :
Voie externe à privilégier
  • 5 gouttes 3 fois par jour de part et d'autre de la colonne vertébrale ou sur le thorax selon l'affection nerveuse à traiter.
  • En prévention de la sphère ORL : 2 gouttes sur la face interne des poignets et une goutte sous le nez ou 2 gouttes sous la plante des pieds.
  • Herpès naissant 1 goutte toutes les 5 minutes
  • En prévention de la gastro : 1 cuillerée d'Huile Végétale sèche, 3, 4 gouttes de Ravintsara, à mettre sous le nez pour faire un masque protecteur.
  • Pour stimuler l'immunité : 5 gouttes 3 fois par jour de part et d'autre de la colonne vertébrale.
  • Pour les muqueuses sèches : mettre des gouttes de Ravintsara dans un bol d'eau chaude y tremper une serviette et la placer sur la zone sensible, la
  • recouvrir d'une serviette sèche et emballer par du « cello frais »
  • Pour stimuler les défenses immunitaires des personnes atteintes de maladies immunodéficientes : cancer, sida … 2 gouttes à mettre le long de la
  • colonne vertébrale au niveau des surrénales
Voie interne, consulter un thérapeute !
Diffusion ultrasonique
En voici un d’ors et déjà, tous les matins au petit-déjeuner, en diffusion
ultra sonique pour stimuler vos défenses, 2 à 3 gouttes 20' le matin et 20' le
soir d’Huile essentielle de Ravintsara.
Ne pas utiliser de brûle parfum, cela détruit les molécules et est d’aucun effet !
Do
Partager cet article
Repost0
28 septembre 2016 3 28 /09 /septembre /2016 20:22
Maillol, Profil de jeune fille
Maillol, Profil de jeune fille

Le musée d’art moderne de Céret présente jusqu’au 30 octobre 2016 une exposition consacrée à Maillol et intitulée Maillol, Frère, Pons.

Pons ne m’était pas un inconnu, il a même une rue à son nom à St Genis des Fontaines mais Frère, je n’en avais jamais entendu parler ! Pourtant en découvrant qu’il était né à Saint Genis des Fontaines, cela a fait tilt !

Le Mas Frère !

Mas Frère
Mas Frère

Un superbe ensemble de bâtiments qui jadis possédait de nombreuses terres qui ont été en partie loties, nous le savons d’autant mieux que notre maison est construite sur un de ces terrains !

Henri Frère est né à St Genis le 22 janvier 1908 et a 20 ans lorsqu’il fait la connaissance de Maillol. Étudiant à Montpellier, c’est le poète catalan Joseph Sébastien Pons qui organise la rencontre entre les deux hommes à la métairie de Banyuls où Aristide Maillol passe ses hivers.

Une relation forte va lier ces 3 hommes, même amour de leur terre catalane, leur « Arcadie » comme il la désigne en référence à l’Arcadie mythique, terre grecque bénie des Dieux !

Tout au long de leurs rencontres Maillol a délivré à Henri Frère conseils et leçons, l’incitant à l’instar de Rainer Maria Rilke dans ses « Lettres à un jeune poète » à tout sacrifier à la création qui doit être la seule raison de vivre de l’artiste !

Découvrir Henri Frère et son œuvre a été une très belle surprise.

Aquarelle Paysage de Sorède Henri Frère
Aquarelle Paysage de Sorède Henri Frère

Croquis, dessins au crayon, à la sanguine, aux pastels, peinture à l’huile, sculptures, céramiques, Henri Frère est un artiste passionné qui a retenu les leçons de Maillol, observer la Nature, se l’approprier, la restituer avec sa propre sensibilité.

En découvrant son œuvre nous avons fait une découverte saisissante la plinthographie. Une invention de Henri Frère, de la gravure sur une brique de terre cuite : le plintho !

 Les Amants Henri Frère (Plintho)
Les Amants Henri Frère (Plintho)

La personnalité de Frère éclate partout dans ses œuvres. Personnellement ses harmonies de teintes m’ont parlé au cœur. C’est élégant, frappé du sceau de l’antique mais empreint de modernité. C’est particulièrement évident avec ses plinthographies !

Parfois le même motif est repris, décliné dans des accords de couleurs différentes.

Les Amants Henri Frère (Plintho)
Les Amants Henri Frère (Plintho)

Andy Warhol avant l’heure mais tout en élégance et légèreté !

Enfin, la palette artistique de Henri Frère ne s’est pas limitée à l’art pictural ou à la sculpture. Photographe, écrivain, il nous a livré un ouvrage intitulé « Conversations de Maillol » un témoignage de sa vie aux côtés de celui qui fut son mentor !

Si vous habitez dans le coin, faîtes un saut à Céret, vous allez vous régaler !

Do

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : Hist' toiles
  • : Nous sommes deux soeurs... L'une peint, l'autre écrit. Nous avons envie de partager nos vécus, nos ressentis, nos expériences; de témoigner... Nous aimons par dessus tout la nature, notre plus grande source d'énergie... Sur ce blog, nous vous présenterons des peintures, des livres, mais aussi des photos de nos voyages, de nos randonnées, des récits... Nous tenterons enfin de vous entraîner dans la grande aventure de notre vie: notre cheminement spirituel vers l'Amour et la Lumière.
  • Contact

Recherche