Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
3 avril 2011 7 03 /04 /avril /2011 17:57

En ce moment l’écologie a le vent en poupe.

Toujours est il que nous nous interrogeons depuis pas mal de temps sur la meilleure attitude à adopter pour ne pas compromettre davantage le fragile équilibre de la Planète.

Je dois dire qu’aujourd’hui, vu le contexte j’ai déjà un début de réponse : sortir du nucléaire !

Mais ce sera pour une autre fois. Peut être !

Peut être car il faudrait, à défaut de trouver d’autres sources d’énergie, restreindre nos besoins et ce n’est pas gagné !

En ce qui nous concerne, pour protéger notre environnement nous essayons simplement d’avoir une conduite respectueuse. Nous emportons nos déchets, voir ceux des autres, nous ne laissons pas de mouchoirs encore moins de PQ derrière nous, nous ramassons systématiquement les crottes du chien, photographions les végétaux qui nous séduisent et nous ne prélevons aucun animal même plus les têtards, c’est dire !

Ils furent pour nous d’excellents supports pédagogiques mais nous ne sommes plus en fonction et c’est interdit.

INTERDIT !

Voilà le mot qui coince !

 

120px-Zeichen_267_svg.pngSous prétexte de protection de l’environnement, on définit de plus en plus de parcs régionaux, nationaux, de réserves naturelles, de « grands sites » où tout est réglementé, c'est-à-dire où les interdits foisonnent !

 

Finalement vu tout ce qui est défendu au nom de la préservation des espèces sauvages, nous pouvons nous demander pourquoi l’humain est encore autorisé à pénétrer dans ces zones car en matière de dégradation, il est champion.

Ce qui nous donne « la haine », c’est que chaque interdit est systématiquement accompagné de la même formule « sauf ayant droit », et c’est fou ce qu’il y en a !

Au nom de ce principe de préservation nous sommes donc interdites de randos dans certaines zones comme les réserves naturelles puisque les chiens y sont interdits, même en laisse. Cela ne semble pas biler grand monde vu le nombre d’entorses au règlement que nous constatons mais en ce qui nous concerne, nous respectons car dès que nous transgressons, nous nous faisons pincer ! Et il est très désagréable de se sentir pris en faute.

Juste une anecdote !

En décembre nous redescendions du Balatg sur les flans du Canigou, Virgile en laisse comme l’exigeait le règlement. Nous sommes tombées sur des randonneurs qui nous ont fait remarquer notre stupidité en le voyant attaché. Notre réponse les a fait rire : il est interdit de laisser les chiens divaguer. Un peu plus bas, Noël approchant, nous n’avons pu résister à la tentation de cueillir UNE branche de houx. Que croyez-vous qu’il arriva ? Nous nous sommes faites remonter les bretelles par deux bonshommes au motif qu’il est interdit de prélever des végétaux sur le « Grand site » du Canigou, par contre leurs 2 chiens étaient libres !

Voilà pourquoi, nous ne prenons pas de risques mais pestons contre ceux qui n’ont rien à faire des règlements.

Il arrive même que la fureur nous égare. Et oui !

Ainsi, nous avons parsemé la piste que nous remontions péniblement sous le cagnard de quelques grosses pierres, exaspérées de devoir respirer les gaz d’échappement de 4/4 pourtant interdits.

Piètre satisfaction mais satisfaction quand même, pour passer, ils ont eu à lever leurs popotins de la voiture afin de libérer la voie. !

 

Il y a donc d’un côté les espaces protégés et les autres qui sont pourtant souvent très beaux mais accessibles au plus grand nombre. Il faut bien reconnaître que pour aller randonner dans la Vallée des Merveilles, par exemple, il faut quand même être en bonne forme physique.

Ces lieux « communs » du fait de leur facilité d’accès sont bien souvent désolants de saleté. On y trouve de tout, des canettes de bière, des paquets de tabac à foison, des vestiges de pique-nique mais aussi des « encombrants », style vieux matelas que tu en frémis d’horreur en pensant qu’il y a peu des humains dormaient là-dessus !

Nous, nous aimerions que l’on admette que ce ne sont pas les chiens qui sont indélicats mais leurs propriétaires parce que si l’on va par là interdisons aussi les bébés ! Les couches abandonnées sur la plage, les parkings, voilà qui est indisposant.

 

220px-Marcellus_Shale_Gas_Drilling_Tower_1_crop.jpgNe pourrait on avoir un peu plus de tolérance d’un côté et être un peu moins laxiste de l’autre. Que va-t-il se passer si d’ici peu, tout ce qui n’est pas protégé devient un immense dépotoir ?

A quoi serviront ces sanctuaires lorsque tout sera pollué ?

Combien de temps survivront-ils cernés par la saleté, par les outrages que les hommes font subir à notre Terre pour lui soutirer ses richesses.

En Ardèche existe un parc régional aux règles draconiennes. Il y est interdit de toucher les animaux, les végétaux. Même y écraser une fourmi est interdit stipulait un de ses administrateurs lors d’une émission télévisée !

Grotesque car qui peut être sûr de n’avoir jamais croisé par mégarde la route d’un de ces insectes.

Ce parc aujourd’hui protégé de l’intrusion des chiens a été survolé par le nuage nucléaire japonais, comme d’autres Parcs et Grands Sites.

Certes c’est totalement inoffensif nous dit-on mais les fuites d’éléments radioactifs n’étant pas prêt de s’arrêter, cela risque de recommencer si ne n’est pas encore fait et à la longue d’avoir un impact désastreux sur l’Environnement !

Alors y’en a marre des interdits qui sanctionnent les moins nuisibles d’entre nous, interdits qui, par-dessus le marché, se révèlent complètement inopérants dès que des enjeux financiers sont en cause. En Ardèche toujours, notre HAUTE AUTORITE n’a t’elle pas donné le feu vert à l’exploitation du gaz de schiste, exploitation qui a dévasté des régions entières aux USA ?

 

La Terre est notre bien à tous et tout ce qui est dans la nature est beau et a droit au respect car a sa raison d’être même la mauvaise herbe. Qui l’a qualifiée de « mauvaise » d’ailleurs ?

220px-Geranium_robertianum1003.jpgC’est joli un jardin lorsque tout ce qui y pousse est arrivé « spontanément ». Dans le nôtre il y a des Poireaux sauvages, de l’Ail des ours, des Papyrus, des Géraniums de Robert, du Plantain lancéolé, un pied d’Acanthe et pour couronner le tout, de l’Asparagus, comme chez le fleuriste !

Rien de tout cela n’a été planté, le vent, les oiseaux nous les ont offert et cela résiste bien mieux que tout ce que nous avons acheté en jardinerie. Pourtant ce sont des « mauvaises herbes » !

 

 

C’est à nous, les pékins lambdas, de nous réveiller.

Interpellons nos élus sur ce qui nous paraît incohérents et commençons par agir à notre porte pour protéger notre environnement immédiat.

Si je n’ai pas de solution miracle, il y a des pistes que nous pouvons suivre.

Marcher, pédaler et oublier de temps à autre la voiture, la moto ou les quads !

Ramasser les déjections canines et maintenir les chiens en laisse, ce n’est pas trop dur et évite bien des désagréments selon les situations.

Utiliser les déchetteries même pour les déchets verts. Chez nous la déchetterie est à 2 pas mais des indélicats utilisent la Ciurède (bois de chênes liège) voisine comme dépotoir pour leurs branchages !

Résister aux implantations inconsidérées de zones d’enfouissements de déchets dont on ignore la toxicité à long terme, à l’installation d’émetteurs, d’antennes, de lignes HT, THT etc. qui sont gravement nuisibles pour la santé.

Nous pouvons rester vigilants et nous inquiéter de tous ces produits que l’on utilise dans l’agriculture. Si chaque année nous sommes alertés sur la raréfaction des hirondelles, celle des abeilles qui de surcroît sont malades, comment s’en étonner lorsque l’on voit, par exemple, que les pêchers sont traîtés en pleine floraison. Ces pratiques ne gênent pas grand monde mais par contre « on » diabolise de plus en plus ceux qui pratiquent l’agriculture bio ou bio dynamique !

Nous avalons une nourriture souvent dommageable pour la santé. Mais ne sommes nous pas responsable de cet état de fait. Quelle(e) cochonnerie(s) peut bien renfermer ce beurre toujours mou qui existe sur le marché ? Tout cela pour le rendre facile à tartiner ! Le beurre, toujours, est souvent jauni artificiellement par adjonction de béta carotène parce qu’il se vend mieux. A qui la faute ?St-Guillem-de-Combray-25-janvier-2011-copie-1.jpg

C’est à nous, par notre comportement, de montrer la voie.

Peut être arriverons nous alors à mettre un frein à tous ces interdits qui nous pourrissent la vie.

Do

Partager cet article
Repost0

commentaires

Présentation

  • : Hist' toiles
  • : Nous sommes deux soeurs... L'une peint, l'autre écrit. Nous avons envie de partager nos vécus, nos ressentis, nos expériences; de témoigner... Nous aimons par dessus tout la nature, notre plus grande source d'énergie... Sur ce blog, nous vous présenterons des peintures, des livres, mais aussi des photos de nos voyages, de nos randonnées, des récits... Nous tenterons enfin de vous entraîner dans la grande aventure de notre vie: notre cheminement spirituel vers l'Amour et la Lumière.
  • Contact

Recherche