Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
20 août 2012 1 20 /08 /août /2012 19:31

Troisième partie

Pour en revenir à la situation présente, nous avons enfin accosté dans des eaux plus calmes grâce à ce médium au prénom d’archange, Gabriel.

gabriel.jpg                                                                          L'Annonciation de Fra Angélico 

Le premier contact nous l’avions voulu pour tenter d’aider Jeannine, pour y voir un peu plus clair. En ce qui la concerne, 3 « soins » furent nécessaires pour sentir que l’on touchait au but. C’est une grande satisfaction de se dire que nous ne nous trompions pas en persévérant sur la voie que nous avions choisie, qu’il y avait autre chose que ce diagnostic de démence sénile lancé tout au début des troubles par une généraliste. Comment trouver normal que la situation ait évolué brusquement, sans cause extérieure clairement définie, entraînant une variation brutale de sa santé, de ses relations affectives, de sa vie, sans envisager d’autres cause que physiques ou psychiques ?

Nous avons joué le jeu et fait pratiquer tous les examens possibles, ils n’ont rien donné, nous autorisant à poursuivre nos investigations dans le domaine spirituel. Aujourd’hui, le comportement de notre mère montre que les troubles étaient bien la résultante d’interférences et que celles-ci éradiquées, nous retrouvons la femme que nous connaissions.

Ceci étant son histoire, je n’entrerai pas plus dans les détails, par contre, en ce qui nous concerne, je n’ai pas de scrupule à me lancer. Ces soins se sont révélés avoir les mêmes conséquences que la psychothérapie. Dans ce domaine aussi, il est bien rare que l’on puisse soigner un membre d’une famille sans avoir recours à une psychothérapie familiale !

Il en a été ainsi pour nous. Libérer Jeannine a créé des remous faisant dire au « médium » qu’il ne serait pas inutile de voir de quelle manière nos routes s’entrecroisaient. Je me suis lancée la première, notamment à la faveur d’un rêve qui a servi de détonateur*. J’étais aveugle dans ce rêve mais inconsciente de cette cécité et benoitement satisfaite de mon sort. J’en ai conclu que j’avais sans doute des choses à apprendre pour mon profit en tentant l’expérience même si ma vie m’allait bien.

*Une précision, s’il m’arrive de faire des rêves prémonitoires (dernièrement cela concernait le feu qui a ravagé 14000 ha en Catalogne) je constate très fréquemment que les rêves sont plein d’enseignements, comme autant de leçons que l’on recevrait d’un monde parallèle auquel nous accédons par le biais du sommeil.

Un soin proprement dit n’est pas préparé à l’avance. Gabriel ne connaissait quasiment rien de nous (Do et Frédo) et avait juste à disposition la problématique qui m’était personnelle et que je souhaitais résoudre. Cette problématique posée au début de l’entretien concernait entre autre le vertige de plus en plus marqué qui m’handicapait. J’avais une question subsidiaire concernant ma capacité à soigner avec les mains et ma crainte à m’y lancer. Répondre à l’une a permis de faire d’une pierre deux coups.

Au début du soin, le médium laisse venir les images puis demande l’assistance  de « guides spirituels » pour « décoder » ses visions. Ayant eu recours à ces services plusieurs fois, nous avons constaté que les présences varient (archanges, maîtres ascensionnés). Très rapidement ma propre image s’est effacée au bénéfice de celle d’une femme guérisseuse, ayant trouvé son équilibre au milieu de la Nature, utilisant les plantes, le contact manuel pour guérir. Les images qui envahissaient Gabriel, lui montrait aussi un plan panoramique de la région où vivait cette guérisseuse … les Pyrénées Orientales comme par hasard. Ce pays a donc été le mien en des temps lointains (XIIIe siècle) ! Très vite les visions montrèrent au médium que des expériences pour franchir d’autres « dimensions » avaient été tentées par cette femme qui allant au-delà de ses possibilités avait fini par ouvrir un Vortex (colonne d’Energie) devenu incontrôlable.

Rando-lac-de-Coueyla-Gran-18.jpg

Nul doute que, héritière de cette situation aujourd’hui, ma possibilité actuelle d’arrêter le feu trouve sa genèse à cette époque et que je ne peux qu’avoir peur de franchir les limites en tentant des soins.

Gabriel continua à décrire cette vision, insistant sur la présence d’éclairs dans le Vortex. La femme lui apparaissait cherchant à monter toujours plus haut pour échapper à la spirale et gagner la Lumière, touchée dans ses corps physique et psychique. La vision se termina sur un retour au temps actuel où l’on me voyait trainant des résidus de ce Vortex qui s’active de temps à autre, me perturbant à ce jour sous la forme du vertige.  

Un entretien se compose toujours de deux parties, le diagnostic étant posé, nous sommes passés au soin proprement dit afin de couper les liens entre les vies passées et les vies présentes, alléger les blessures d’antan. J’ai vécu un moment extraordinaire durant ce soin, dans un festival de « Lumières » qui à coup sûr remuaient beaucoup de choses en moi. Les visions qui continuaient d’habiter Gabriel ne laissaient pas de place au doute, le Vortex résistait ! Le chakra couronne me picotait intensément, je me sentais atteindre un niveau vibratoire important puis ce furent des nausées qui me molestèrent. Ce combat intérieur cessa brusquement après que Gabriel ait décrit une pluie de petites étoiles se mêlant à une colonne lumineuse qui me traversait au niveau du ventre.

Une double image s’imposa alors, la femme, le visage apaisé, et le Vortex s’effritant.

Le soin semblait positif ! Nous avions aussi des éléments de réponses concernant notre situation familiale et des pistes à creuser pour aider Jeannine à s’apaiser, tous les espoirs nous étaient donc permis et ils n’ont pas été déçus !

A la suite de ce soin, nous sommes parties en virée avec le fourgon pour découvrir la vallée de la Vézère. Notre première halte a été pour le château de Commarques dont le clou de la visite est la vision du site du haut de la terrasse sommitale du donjon. Sans trop réfléchir je suis passée en tête et ai pris d’assaut l’échelle vertigineuse qui permet de tout dominer. C’est en arrivant là-haut et en regardant le vide sous mes pieds (le plancher est ajouré) que j’ai réalisé que je ne ressentais aucun malaise. En pareil circonstance, je m’asseyais pour donner à mes guibolles ramollies le temps de récupérer, puis j’entamais la descente un creux au ventre. Là, RIEN !

Depuis j’ai réitéré, multiplié les expériences, JE N’AI PLUS LE VERTIGE !!!

«a rin, a rin, a rin* ».

Bugarach-Pont-Vieux--7-.JPG

                                                                       Bugarach, le pont vieux 

* Danny Boon dans « Bienvenue chez les chtis »

Partager cet article
Repost0

commentaires

Présentation

  • : Hist' toiles
  • : Nous sommes deux soeurs... L'une peint, l'autre écrit. Nous avons envie de partager nos vécus, nos ressentis, nos expériences; de témoigner... Nous aimons par dessus tout la nature, notre plus grande source d'énergie... Sur ce blog, nous vous présenterons des peintures, des livres, mais aussi des photos de nos voyages, de nos randonnées, des récits... Nous tenterons enfin de vous entraîner dans la grande aventure de notre vie: notre cheminement spirituel vers l'Amour et la Lumière.
  • Contact

Recherche