Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
17 février 2022 4 17 /02 /février /2022 20:14

Depuis que nous déambulons entre Vaucluse, Luberon et Alpes de Haute Provence nous n'arrêtons pas de grimper ! Il n'y a bien que notre époque moderne a ne rien avoir compris et pour construire en plaine quand ce n'est pas carrément dans le lit des cours d'eau !

Saint Saturnin lès Apt ne fait pas exception et même si de l'ancien village il ne reste pas grand chose, le site, les vestiges ont une sacrée allure .

Le premier village fut construit sur le rocher qui surplombe toute la région. Une arrête rocheuse pas bien large qui accueillit le premier castrum vers 950 et dont le donjon et la chapelle sont les vestiges emblématiques. Des extensions successives il subsiste des pans de remparts à l'appareillage en arrête de poisson, des portes fortifiées et quelques tours.

La visite est sympa mais le manque d'affichage laisse la place aux suppositions à défaut de certitudes notamment en ce qui concerne la curieuse facture du barrage que nous découvrons en amorçant le retour vers le village actuel.

Ce n'est qu'à notre retour que nous aurons la confirmation que deux barrages furent construits au même endroit, le premier trop petit et assez peu fiable fut noyé par le second !

Mais la vedette à Saint Saturnin n'a rien à voir avec le patrimoine bâti ! Elle se nomme Joseph Talon et n'est pas le "papa d'Achille" ... Talon !

Joseph Talon est l'inventeur de la trufficulture. Né en 1755 il conserva jusqu’en 1810 son secret jalousement gardé tout au long de la période révolutionnaire.

Fin de l'épisode culturel et retour dans la vraie vie pour découvrir un village sympa et plein de vie avec des cafés, des boutiques où l'on vit comme avant mais chut !!! je n'en dirai pas plus, je ne mettrai même pas de photos. Des instants de bonheur, de partage aussi où nous nous sommes ravitaillées en produits de première nécessité, miel de lavande, petits fromages de chèvre, tapenade et Huile Essentielle de Lavandin !

Nous avons refait le monde, c'était bien !

Requinquées nous avons cherché un lieu à peu près plat où nous restaurer, qu'il est dur de stationner confortablement dans tous ces villages perchés !

De village en rando nous avons terminé notre séjour par une superbe balade, pas bien longue mais qui nous a permis de découvrir un site haut en énergie bien que complètement ruiné, Vière.

De St Michel de l'Observatoire à St Étienne des Orgues la route sinue au milieu d'un plateau semé de collines avec postée en sentinelle une haute ruine. Au bord de mer elle jouerait le rôle d'amer, ces points élevés naturels ou construits par l'homme pour permettre aux marins de se repérer. Nous n'étions pas en mer et c'est pourtant ce qui s'est passé !

Garées à Ongles, nanties de quelques renseignement glanés dans un bistrot, nous nous sommes élevées progressivement pour découvrir le village ruiné.

J'avais un peu peur de me retrouver dans un village martyre comme cela nous est déjà arrivées. J'ai gardé un souvenir poignant d'Oradour, de Vassieux en Vercors. Quant au malaise ressenti en arrivant au cours d'une rando à Valchevrière, toujours dans le Vercors, village brûlé par les allemands, il a mis pas mal de temps à s'estomper d'autant que nous n'étions pas revenues seules ! Lourd !

Ici, rien de tout cela, la nature omniprésente dégage une énergie "frétillante", je ne vois pas mieux comme qualificatif. C'est lumineux, planté essentiellement en chênes, de splendides "sujets" (comme cela se dit) et la vue porte loin.

Vière fut abandonné au milieu du XIXe siècle mais connu auparavant une vie mouvementée. Son histoire remonte à l'Antiquité mais ce n'est qu'au XIe siècle qu’apparaît la première urbanisation avec l'édification de l'église et d'un château. Aux XIIe et XIIIe siècles, un premier puis un second rangs de remparts ceignent la ville.

La ville fut maintes fois reconstruite même après l'épisode des guerres de religion où elle fut complètement rasée. Petit à petit elle déborda de ses murs, les remparts servirent de carrière de pierre, la colline se couvrit d'olivettes.

C'est l'absence d'eau qui, plus que l’exiguïté des rues et l'éloignement des terres de culture a signé la désertification du village qui s'est déplacé près d'une fontaine permanente, là où se trouve le village de Ongles aujourd'hui.

Nous nous sommes régalées de grand air, de lumière au cours de cette visite, goûtant également le plaisir d'une découverte culturelle sans contrainte, sans pass quoi !

Une chose est sûre, notre retour en Haute Provence est d'ors et déjà programmé, il nous reste pas mal de découvertes à faire et ce n'est qu'à un plein de gasoil de chez nous, aller-retour !

A bientôt pour d'autres découvertes, sous d'autres cieux dans un premier temps !

Dominique

 

Partager cet article
Repost0

commentaires

Présentation

  • : Hist' toiles
  • : Nous sommes deux soeurs... L'une peint, l'autre écrit. Nous avons envie de partager nos vécus, nos ressentis, nos expériences; de témoigner... Nous aimons par dessus tout la nature, notre plus grande source d'énergie... Sur ce blog, nous vous présenterons des peintures, des livres, mais aussi des photos de nos voyages, de nos randonnées, des récits... Nous tenterons enfin de vous entraîner dans la grande aventure de notre vie: notre cheminement spirituel vers l'Amour et la Lumière.
  • Contact

Recherche