Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
3 juillet 2020 5 03 /07 /juillet /2020 17:10
Nous voici revenues d’une vadrouille de quelques jours dans un de mes tableaux !
Pas banal, non ?!
Il y a quelques années la somptueuse vision que la Haute Ardèche nous offrait sur les Monts d’Ardèche, la Vallée du Rhône et les Alpes m’avait inspirée et adorant peindre les cieux et la montagne, là, j’étais gâtée !
Nous regagnions le Mont Gerbier de Jonc après une nuit glaciale sur les bords du lac de St Martial durant laquelle les tremblements de Virgile pelotonné entre nous deux nous avaient réveillées. Sans chauffage la température intérieure dans le fourgon est sensiblement la même qu’à l’extérieur, à partir de ce jour, Virgile avait eu sa petite couette et ne boudait pas son plaisir enfoui bien au chaud.
Cette année rien de tout cela, l’été était au rendez-vous mais si l’on devinait le Mont Blanc la brume de chaleur estompait les reliefs.
Ce séjour nous a permis de renouer avec nos habitudes de campeuses, alternant aires d’accueil et campings dans une vie revenue à la quasi normalité. Pendant trois jours nous avons marché, comme en Aubrac, au sein d’une nature généreuse et luxuriante. Des fleurs partout, une myriade de papillons et des « sucs » à gravir en abondance !
Entendez par « sucs » les cheminées volcaniques des multiples volcans qui ont modelé un relief chaotique, le Mont Gerbier de Jonc étant un modèle du genre avec ses orgues basaltiques à faire tourner de l’œil les personnes sujettes au vertige ! Le gravir une fois ayant suffi à mon bonheur, cette année nous avons consacré notre passage sur le site à la découverte des trois sources de la Loire grâce à une petite rando de toute beauté !
Il fallait bien 3 sources pour le plus long fleuve de France, 1006 kms ! Compte tenu de la configuration du terrain et des multiples diaclases du socle rocheux l’eau jaillit en abondance au pied du Gerbier de Jonc. Trois ruisseaux donnent naissance à un vigoureux torrent filant plein sud et qui à la faveur d’un obstacle majeure à Rieutord repart vers le nord. Si elle savait la malheureuse Loire ce qui l’attend à son embouchure. Plus de champs fleuris pour agrémenter son cours, Donges, les chantiers navals de St Nazaire l’attendent ! Pouah !
La randonnée dévale au milieu des hêtres pour finir en grimpette dans un vallon fleuri. Le plus souvent le glouglou de l’eau permet de repérer la Loire mais lorsque subitement l’eau se tait, seules les méandres des nappes de fleurs blanches affectionnant le plus l’humidité en révèlent le lit ! En d'autres endroits nous avons dû sauter gaillardement le torrent.
Un enchantement et une leçon de botanique XXL que nous comptions bien approfondir le lendemain au Mont Mézenc dont la particularité est d’avoir deux sommets que nous n’avions pas réussi à apprécier lors d’une précédente ascension, brouillard total ! Nous avions juste récupéré un chien de chasse perdu ! Une fois de plus !
La suite à une prochaine fois !
Do
Partager cet article
Repost0

commentaires

A
mais la loire est très heureuse à st Nazaire elle respire le grand large avant de se jeter ds les bras de l'océan
Répondre
D
Pas sûre !

Présentation

  • : Hist' toiles
  • : Nous sommes deux soeurs... L'une peint, l'autre écrit. Nous avons envie de partager nos vécus, nos ressentis, nos expériences; de témoigner... Nous aimons par dessus tout la nature, notre plus grande source d'énergie... Sur ce blog, nous vous présenterons des peintures, des livres, mais aussi des photos de nos voyages, de nos randonnées, des récits... Nous tenterons enfin de vous entraîner dans la grande aventure de notre vie: notre cheminement spirituel vers l'Amour et la Lumière.
  • Contact

Recherche