Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
17 juillet 2019 3 17 /07 /juillet /2019 17:13

Lorsque nous quittons Vilanova d’Arousa il fait un temps de cochon et la traversée de Vilagarcia d’Arousa prend vite des allures de cauchemar. C’est gris, moche, aux zones d’activités succèdent des barres d’immeubles ininterrompues et la côte que nous longeons un temps a de quoi faire dresser d’horreur les cheveux sur la tête d’un écolo. Des pétroliers sont ancrés au milieu de la baie et des parcs à moules ! Beurk !

Au fur et à mesure que nous nous éloignons du bord de mer les nuages s’effilochent et lorsque nous arrivons à Lugo, dernière grande ville avant Santiago pour les pèlerins, la grisaille n’est plus qu’un mauvais souvenir. Sans difficulté nous tombons sur la muraille romaine mais réalisons que nous nous mettions sacrément le doigt dans l’œil en imaginant pouvoir stationner au pied des murailles.

La ville moderne a tout phagocyté et les places sont rares. Nous multiplions les passages, les allers-retours et au moment où nous n’y croyions plus, bingo ! Une belle place, ombragée et pas trop loin de notre but.

Arrivées Porta San Pedro nous arrivons sans difficulté en vue de la Praxa Maior. On a dû me monter le cerveau à l’envers car me voilà dans l’incapacité de me repérer sur le plan ! Lugo est la plus ancienne ville de Galice fondée au premier siècle avant notre ère ce n’est que trois cents ans plus tard qu’elle fut dotée d’une muraille percée de 85 portes. Les invasions diverses et variées ont eu raison de la grande majorité d’entre elles néanmoins il en subsiste dix remaniées mais au fort pouvoir évocateur comme la porta Mina.

Porta Mina

Tout Lugo se visite à pied, nous déambulons le nez au vent mais mis à part ce qui peut se découvrir de l’extérieur impossible de visiter quoi que ce soit tout est fermé.

Pas grave, l’architecture est belle et baroque et médiéval cohabitent harmonieusement, nous y retrouvons les maisons à galeries.

Nous passons un petit moment dans le parc du Museo Provincial qui cumule les casquettes, archéologie, peinture, sculpture.

Museo Provincial

Installé dans un ancien couvent franciscain le parc abrite une exposition temporaire de sculptures. Celle intitulé « La Paix » est interpellante.

La Paix

Quant à la halte sur la Praxa Maior je lui trouve un petit air mexicain qui me plaît bien. Seul bémol à la visite en fait un groupe de « niňos » que les adultes incitent à donner de la voix. Ce qui peut se comprendre sur un stade ou à la fête de la Bière passe quand même difficilement dans le lacis de ruelles.

Après moultes tergiversations, ayant décidé de ne pas filer sur Burgos, la canicule y sévit avec des 45° et dans le fourgon c’est l’horreur, nous filons rattraper la côte atlantique, ce qui a l’avantage de nous permettre de visiter ce que nous n’avions pas pu faire à l’aller. Au moins je n’aurai pas potassé un super circuit pour rien !

Avant de retrouver la mer nous nous arrêtons à Mondoňedo et comme il fait très chaud nous tentons de nous approcher au maximum du centre. Pas de chance les rues sont très étroites, les tournants à angle droit et le camion fait de la résistance ! On frémit d’avance en pensant à ce qu’il va falloir regrimper au retour car à Mondoňedo le pourcentage des côtes est impressionnant.

Par contre voilà un village magnifique, pas de faute de goût et la place d’Espagne s’offre à nos yeux dans toute sa splendeur … pas un seul véhicule, pas un seul pékin !

Le rêve ! Entre les arcades qui abritent quelques bistrots et restos sympas, le Palais épiscopal et les jolis demeures blasonnées, le coup d’œil est réjouissant.

Nous y parvenons bien « drivées » par un vieux monsieur qui n’a pas hésité à se détourner de sa route pour nous et pénétrons dans la cathédrale pour une visite approfondie que nous allons suivre munies d’un audioguide en français !!! Rarissime.

Là aussi toutes les époques sont présentes, roman, gothique, baroque ; l’édifice a été remanié au fil des siècles, des siècles qui nous ont laissé en héritage, entre autre, deux merveilles, une fresque murale représentant le Massacre des Innocents

et un orgue baroque et quel orgue !

Nous enfilons dans la foulée la visite du musée diocésain, installé dans les dépendances de la cathédrale, qui renferme comme il se doit de nombreuses pièces d’orfèvreries. Les objets liturgiques sont largement représentés mais pas uniquement.

Que penser de cette collections de mules en soie rebrodées de matières précieuses ou de cette charmante représentation de la Sainte Famille tout en bois sculpté et peint ?

Lorsque nous ressortons de la Cathédrale après la découverte du cloître, la place est envahie de véhicules dont un car. Lamentable, sans compter que j’aimerais bien savoir par où a bien pu arriver ce mastodonte et pourquoi les camping-cars sont interdits de stationnement mais pas eux !

Après avoir salué Alvaro Cunqueiro dont la statue surplombe la Place d’Espagne et célèbre pour avoir traduit en galicien les légendes de la Table Ronde nous tentons de trouver le « Museo del Mago Merlin », peine perdue, c’est fermé ! Difficile d’échapper aux traditionnelles visites d’églises, musées archéologique, d’art, tout ce qui sort de l’ordinaire est ouvert en mode aléatoire, même « O Rei das Tartas », une petite gâterie n’aurait pourtant pas été pour nous déplaire.

Nous resterons sur notre faim (c’est le cas de la dire), pourquoi Merlin ici ? Bon, il y a bien cette référence aux Légendes de la Table Ronde, mais pourquoi ? Après un dernier arrêt à la Fonte Vella nous traçons jusqu’au fourgon où nous arrivons comme prévu « goulinantes ».

Notre halte du soir idéalement situé en bord de mer n’est plus très loin le ciel nous y régalera d’un somptueux coucher de soleil !

* du verbe gouliner, terme à usage local (St Genis des Fontaines) issu de la contraction du mot dégouliner

 

 

 

Partager cet article
Repost0

commentaires

Présentation

  • : Hist' toiles
  • : Nous sommes deux soeurs... L'une peint, l'autre écrit. Nous avons envie de partager nos vécus, nos ressentis, nos expériences; de témoigner... Nous aimons par dessus tout la nature, notre plus grande source d'énergie... Sur ce blog, nous vous présenterons des peintures, des livres, mais aussi des photos de nos voyages, de nos randonnées, des récits... Nous tenterons enfin de vous entraîner dans la grande aventure de notre vie: notre cheminement spirituel vers l'Amour et la Lumière.
  • Contact

Recherche