Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
31 mai 2018 4 31 /05 /mai /2018 16:13

Réduire quasiment à zéro l’effet de serre … c’est possible !

Nos sols représentent au niveau mondial le premier stock de carbone biologique hors océans et roches sédimentaires car en captant le CO2 de l’air une plante lors du processus de photosynthèse absorbe le carbone qu’elle restitue au sol en se décomposant. Le sol enrichit de carbone devient plus fertile.

Les scientifiques ont calculé qu’en augmentant la matière organique des sols chaque année de 4 petits grammes pour 1000 grammes de CO2, on serait capable de compenser l’ensemble des émissions de gaz à effet de serre produits par la planète en un an. Tous s’accordent à dire que le potentiel de stockage est énorme.

A nous donc de permettre au vivant de jouer un rôle d’amortisseur climatique en stockant du carbone. Agriculture, sylviculture sont les éléments majeurs de la solution climatique. 

Pour augmenter le stockage du carbone les chercheurs préconisent, entre autre, la couverture permanente des sols. Des chercheurs de l’INRA, du CIRAD, de l’Université de Columbia aux USA, des Pays Bas, d’instituts de recherche du Danemark et d’Afrique du Sud travaillent à ce problème.

Une couverture maximale du sols de nos jardins répond à cette exigence !

Eden vert du 9 chemin de la scierie

Champs, bois sont de véritables pompes à chaleur créatrices d’emplois et source d’alimentation. Ils sont notre survie !

Arrêtons donc de gaspiller les ressources naturelles et préservons chacun à notre niveau la Terre, l’Eau et la Vie qu’elles abritent. Et quoi que l’on puisse en penser ce n’est pas si compliquer …

Déjà arrêtons de massacrer les arbres de nos jardins. L’un des pires ennemis de notre Terre semble bien être le jardinier en herbe ou avec pignon sur rue ! Pourquoi planter des arbres pour les abattre quand ils commencent à attraper une belle hauteur. Ne serait-il possible au moment d’arborer un terrain de réfléchir en se projetant dans l’avenir. Et oui, en grandissant un arbre peut faire trop d’ombre, il peut sembler un danger mais quel que soit le motif qui lui coûtera la vie, c’est une vie fauchée ! 

Par ailleurs quand on sait que l’agroforesterie est une bénédiction pour la Terre donc pour la régulation du climat et par voie de conséquence pour notre survie, que penser de cette mode qui transforme nos jardins en espace Zen où prédominent quelques arbres ultra domestiqués. La solution pour nous sauver des effets calamiteux des gaz à effet de serre est aux antipodes de cette mode qui fait ressembler les jardins occidentaux à des jardins japonais … adoptons l’agroforesterie !

Ce n’est pas bien compliqué, il suffit juste d’associer

arbres et cultures sur un même espace, à l'image de ce qui se passe dans les oasis. L’arbre en s’enracinant fixe les sols et maintient l’eau et les minéraux en surface. Du coup les plantes qui poussent à ses pieds sont moins gourmades en eau et en engrais. La pollution des sols et des nappes phréatiques est limitée, la fertilité des sols est améliorée . Si en plus nous réfléchissons à ce que nous plantons nous pourrons favoriser les survie des insectes, des abeilles notamment et ces plantes qui ont toutes des systèmes racinaires différents nous feront un royal cadeau … moins de binage !

Evidemment nous sommes loin de ce que proposent les jardiniers, pas question de recouvrir le sol de textiles qui étouffent les sols et favorisent le ruissellement pour éviter les mauvaises herbes. Mais d’ailleurs qu’est-ce qu’une mauvaise herbe ?

La friche urbaine fleurit dans de nombreuses villes en Allemagne, Angleterre … le résultat est fort sympathique. Ces mauvaises herbes ont sauvé bien d’anciennes zones industrielles de la pollution, de la désertification … abeilles, coccinelles, lombrics … leur ont redonné une seconde vie pour le plus grand bonheur des jeunes et des moins jeunes.

Alors n’hésitons plus la nature peut retrouver ses droits partout, même sur un balcon, dans une courette, pas besoin d’être à la campagne. 

Jardin du Musée des Arts Premiers à Paris

Par contre si vous avez la chance d’avoir un jardin, lâchez-vous. Laissez les arbres s’épanouir et protéger de leur ombre arbustes et plantes diverses. Oubliez le désherbage forcené, marchez pieds nus le plus souvent possible pour vous reconnecter à la Terre et faire partie de votre jardin.

Encore une fois ce sont les petits ruisseaux qui font les grandes rivières. La solution n’a pas à venir « d’en haut » elle passe par chacun de nous.

Do

A partir d'un article paru sur le site :

www.agroforesterie.fr

Partager cet article
Repost0

commentaires

C
Je n'ai pas de compétence pour contester les études de l'INRA donc je m'en tiens à mon vécu de paysan. Les rendements céréaliers, fourragers et cultures vivrières étaient toujours inférieurs en bordures des haies, je reconnais cependant que les haies fournissait le bois de chauffage et l'ombre aux animaux d'élevage.
Répondre
D
Peut-être mais le but n'est pas forcément le rendement juste de préserver la fonction naturelle des sols et notre survie par la même !

Présentation

  • : Hist' toiles
  • : Nous sommes deux soeurs... L'une peint, l'autre écrit. Nous avons envie de partager nos vécus, nos ressentis, nos expériences; de témoigner... Nous aimons par dessus tout la nature, notre plus grande source d'énergie... Sur ce blog, nous vous présenterons des peintures, des livres, mais aussi des photos de nos voyages, de nos randonnées, des récits... Nous tenterons enfin de vous entraîner dans la grande aventure de notre vie: notre cheminement spirituel vers l'Amour et la Lumière.
  • Contact

Recherche