Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
30 juin 2017 5 30 /06 /juin /2017 17:12

Aux portes de Graz

Le Haras de Piber revient de loin. Alors que la région était occupée par l’armée soviétique en 1945 et que la famine sévissait dure, le village faillit voir disparaître à tout jamais les lipizzans qui font aujourd’hui sa renommée. Pour leur éviter de finir en steaks le général Patton monta avec la complicité d’officiers allemands prisonniers un plan de sauvetage qui permis d’éviter l’extinction totale de cette race. Initialement élevés en Slovénie, à Lipica, lorsque l’empire autrichien se réduisit conséquemment, ils intégrèrent Piber qu’ils ne devaient plus quitter depuis.

Né avec une robe noire ou gris foncé, ce n’est qu’entre 5 et 8 ans que ce cheval arbore une superbe robe blanche (certains restant toutefois d’un beau gris pommelé) et, son éducation déjà bien engagée, fait les beaux jours de l’Ecole Espagnole de Vienne.

Les voir vivre à Piber nous intéressait leur vie viennoise ne nous ayant pas vraiment paru folichonne. Savoir qu’ils ont la possibilité de s’ébattre en pleine nature tout en loupant pas l’entraînement est quand même rassurant est rassurant même si le but reste le dressage avec toutes les contraintes qui en découlent.

Alors que dans la nature le cheval est un animal sociable, vivant plusieurs années « en famille », à Piber les poulains n’ont guère le temps de s’attacher à leur mère dont ils sont éloignés à 6 mois ! Il ne faut pas perdre de vue que reproduction, sélection, compétition sont les maîtres mots à Piber.

Ceci dit la visite du Haras, totalement imbriqué dans la village est plaisante et se termine par un musée des voitures à chevaux où nous avons découvert une « Jagdwagen » (voiture de chasse) entièrement faite en bois et à … Malakoff, célèbre banlieue parisienne !!! De quoi nous ravir même si vous trouvez qu’il ne nous en faut pas beaucoup !

Cette visite bouclée nous avons d’un saut de puce gagné Bärnbach où dès l’entrée du village le moindre détail annonce Hundertwasser. Nous avions calculé notre timing de manière à être à pied d’œuvre sur le coup de midi quand le gros des touristes était sensé se restaurer, sensé car ici les gens semblent manger à toute heure.

Entre 1980 et 1990, Friedesreich Hundertwasser a relooké l’église Santa Barbara pour nous offrir cette œuvre architecturale (mais pas que) parfaitement jubilatoire.

Si l’intérieur de l’église en soi vaut le coup d’œil, les extérieurs sont étonnants. La Barbarakirche est plus qu’une église, c’est un lieu consacré à la Foi où toutes les confessions sont invitées à se rapprocher. Douze portes aux colonnes ventrues et colorées enserrent l’église, chacune symbolisant un des nombreux cultes pratiqués dans le monde, animistes, monothéistes …

Elles invitent le visiteur à cheminer à sa guise autour de l’église sans avoir forcément besoin d’y entrer, la nature omniprésente invitant tout autant à la méditation. Pour Hundertwasser l’arbre est la source de toute vie, un entrelacs de chemins dessine donc tout un cheminement qui d’arbre en arbre nous invite à être très présent à ce que l’on voit mais aussi au moindre de nos pas. Tout est symbole, le sol n’est ni plan ni uniforme. Il y a des creux et des bosses partout, des revêtements de sols variés contribuant à également à déséquilibrer la marche et donc à nous obliger à marcher en conscience, présent à l’instant !

A Bärnbach tout interpelle, le regard est toujours en mouvement, pas de ligne droite, Hundertwasser l’avait en horreur (« la ligne droite est sans Dieu »), les fenêtres sont vivantes, le toit ondule, chaque plante est à sa place et chaque place a les plantes qui lui correspondent. Par d’ors ni de cadre contraignant, la vie palpite et franchement si l’office est « raccord » assister à la messe, cela doit pouvoir se faire !

C’est pleines d’enthousiasme que nous avons pris la direction de Graz, étape incontournable de notre périple, nous délectant par avance de la prochaine découverte des maisons collines des thermes de Bad Blumau, autre réalisation de Friedesreich Hundertwasser dont nous avions découvert la maquette à Vienne, alors que nous ignorions que le projet avait pris vie. Do

Partager cet article
Repost0

commentaires

Présentation

  • : Hist' toiles
  • : Nous sommes deux soeurs... L'une peint, l'autre écrit. Nous avons envie de partager nos vécus, nos ressentis, nos expériences; de témoigner... Nous aimons par dessus tout la nature, notre plus grande source d'énergie... Sur ce blog, nous vous présenterons des peintures, des livres, mais aussi des photos de nos voyages, de nos randonnées, des récits... Nous tenterons enfin de vous entraîner dans la grande aventure de notre vie: notre cheminement spirituel vers l'Amour et la Lumière.
  • Contact

Recherche