Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
11 juillet 2016 1 11 /07 /juillet /2016 14:15

Comme d’habitude, nous levons le camp vers 9h30.

La chaleur est arrivée et nous roulons dans un paysage quasi désertique, ponctué de petits villages sympathiques où nous ne nous arrêtons pas : Adahuesca, Abiego. Nous reprenons bientôt l’auto via en direction de Huesca ; petite halte pour faire le plein du côté de Claude et Michèle et nouveau coup de calgon pour leur fourgon ! Heureusement, ça ne dure pas ; quelques minutes de suspens et ça repart !

Nous voilà bientôt en vue des ruines du château de Montearagón qui doit faire l’objet d’une première visite. On ne voit que lui, perché sur sa colline, isolé dans le décor aride. Impossible de ne pas louper !

Et pourtant…

Un panneau touristique indiquant le site, nous nous engageons sur une petite route à notre droite, vers Loporzano, Barluenga, et San Julian de Banco. Et nous roulons, nous roulons, avec le sentiment grandissant de s’éloigner de notre objectif. Pas normal.

Mais comme il faut savoir s’adapter, nous allons inverser les visites et commencer par les villages ; nous ferons le château après.

la sierra de Guara
la sierra de Guara

Nous nous arrêtons à l’entrée de Barluenga pour poursuivre vers San Julian de Banco à bord d’un seul fourgon afin de réduire les difficultés de stationnement. Après une petite marche dans ce curieux village qui ne vaut pas vraiment le détour, (si ce n’est qu’il est le point de départ de nombreux sentiers de randonnées dans la très spectaculaire sierra de Guara où nous irons peut-être traîner une prochaine fois), coupé en deux par un ravin, où toutes les maisons sont fermées et où nous ne croisons pas âme qui vive, nous revenons à Barluenga pour récupérer le second fourgon et repartir à la recherche du château : s’il n’y avait pas d’accès par l’itinéraire emprunté à l’aller, nous allons en tenter un autre ! Nous nous dirigeons vers Huesca en guettant les petites routes latérales sur la gauche, mais aucune ne semble mener à Montearagón et nous voilà parvenus dans les faubourgs de Huesca, sans rien avoir trouvé !

Toujours le même décor, râpé et jauni par les ardeurs du soleil, peu engageant, en définitive.

Nous sommes têtus et repartons en sens inverse, plein est sur l’autovia, non sans nous perdre un moment dans les quartiers modernes de la ville ! C’est agaçant, c’est agaçant ! Et puis après quelques jours de rase campagne quasi désertique ce n’est pas du tout un plaisir de retrouver la ville et la civilisation.

Rebelotte en sens inverse : on voit le château, on ne voit que lui, mais aucune indication quant à un éventuel chemin d’accès ! Ras le bol : c’est sûrement qu’il ne faut pas y aller. Dommage, c’était gratuit…

Nous changeons nos plans une nouvelle fois : nous décidons de gagner Huesca, de nous installer au camping et puisqu’il se trouve à 800 mètres du centre historique, de visiter la ville après manger.

Nous voilà repartis vers Huesca !

Mais un nouveau problème surgit : le camping n’est pas indiqué et reste introuvable.

Décidément, la ville, ce n’est pas pour nous. Qu’à cela ne tienne ! Puisqu’il est l’heure de manger, nous nous garons. Nous visiterons la ville après nous être restaurés et nous repartirons vers des lieux plus accueillants. Voilà, il y a toujours une journée plus ou moins ratée dans un voyage… C’est fait !

la cathédrale de Huesca
la cathédrale de Huesca

Nous nous restaurons à bord de nos camions respectifs que nous n’avons pas pu garer côté à côte et passons une bonne partie de l’après-midi à sillonner le quartier historique de cette capitale de province, un peu déçus au début. Il faut dire que c’est dimanche et que les magasins sont fermés. Il y a forcément moins de vie qu’un autre jour de la semaine.

Buster Keaton
Buster Keaton

Il fait chaud; nous cherchons l'ombre. Nous admirons, ici et là, les oeuvres disséminées d'artistes locaux qui se sont exprimés pour le plaisir de nos yeux (en général) sur les murs de la ville....

Huesca, la plaza Mayor
Huesca, la plaza Mayor

Ce n’est que sur la fin de notre parcours urbain, que nous découvrons la belle plaza mayor et les rues du centre où tous les habitants de la ville semblent s’être donnés rendez-vous : les terrasses de cafés et restaurants ont été prises d’assaut. Les langues vont bon train ! Ambiance typiquement espagnole ; bonjour les décibels !

terrasses de restaurant prises d'assaut!

terrasses de restaurant prises d'assaut!

nid de cigognes en pleine ville
nid de cigognes en pleine ville

Finalement, Huesca est une ville sympathique, et cerise sur le gâteau, on peut y admirer de nombreux nids de cigognes, en plein centre ville, jusque sur les antennes de téléphonie mobile ! Elles ne craignent pas les radiofréquences, elles…

Nous revenons à nos véhicules pour gagner avec un jour d’avance le sympathique petit camping de Ayerbe, à une trentaine de kilomètres de là. Et comme il est tôt, sitôt installés, nous reprenons la route, tous les quatre à bord du Ptibus, pour partir à la découverte de l’impressionnant château de Loarre. Et Dieu merci, celui-là ne nous fera pas le coup de Montearagón !

le château de Loarre
le château de Loarre

Nous voilà à plus de 1000 mètres d’altitude au dessus de la plaine de Sotonera et un vent turbulent qui nous rappelle la tramontane refroidit l’atmosphère. Nous sortons les petites laines, sauf Claude qui a joué les optimistes et n’a rien emporté !

vue sur le donjon et la chapelle primitive
vue sur le donjon et la chapelle primitive

Véritable nid d’aigle, construit en 1020 sur des vestiges romains par Sancho El Mayor, roi de Pampelune, le château de Loarre est la forteresse romane la plus importante du Haut Aragon et d’Espagne. Il fut réaménagé un peu plus tard par Ramiro 1er, fondateur du royaume d’Aragon. Outre le monastère augustin San Pedro, la forteresse se compose d’un pavillon royal, d’une chapelle, d’une ancienne tour défensive dite « tour de la reine », d’une place d’armes, de dépendances et d’un donjon. Le mur d’enceinte flanquée de nombreuses tours défensives est particulièrement remarquable.

https://youtu.be/Dn70UJlZe0o

Après la visite du château, nous enchaînons celle de l’église paroissiale qui n’est pas dénuée d’intérêt. A cette heure un peu tardive, il règne une belle ambiance au village ; toute la population, bambins, jeunes, moins jeunes, personnes âgées et « minusvalids », est sur la place, au bistrot et autour des fontaines ; ça jacasse, ça s’interpelle, ça rigole… C’est chaud ! C’est chouette…

Nous rentrons au camping ravis de nos visites. De quoi nous faire oublier nos déconvenues matinales ! Ce soir, une petite fraîcheur nous oblige encore à manger tous les quatre à l’abri dans le Ptibus… Et dans c’est cas là, c’est le top : la corvée de vaisselle est assumée par Michèle et Claude ! Merciiiiiiiiiiiiiiiiiiiiii

Fredo

Partager cet article
Repost0

commentaires

J
Pour le château de Montearagón... il n'y a plus qu'à le regarder sur Google map. C'est très beau et très désertique (sur Google map !)... <br /> Bon un ratage qui arrive ! ça fait des souvenirs... <br /> Jolie balade !
Répondre
D
C'est ce qu'on a fait! Même qu'on a vu le chemin (la route d'accès). En fait, c'était la route juste après celle qu'on a prise! Oui, c'est vraiment désertique dans le coin...

Présentation

  • : Hist' toiles
  • : Nous sommes deux soeurs... L'une peint, l'autre écrit. Nous avons envie de partager nos vécus, nos ressentis, nos expériences; de témoigner... Nous aimons par dessus tout la nature, notre plus grande source d'énergie... Sur ce blog, nous vous présenterons des peintures, des livres, mais aussi des photos de nos voyages, de nos randonnées, des récits... Nous tenterons enfin de vous entraîner dans la grande aventure de notre vie: notre cheminement spirituel vers l'Amour et la Lumière.
  • Contact

Recherche