Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
15 novembre 2015 7 15 /11 /novembre /2015 19:57

Chacun d'entre nous a sans doute son petit coin de paradis, le notre, c'est Noirmoutier. 2 fois l'an, au minimum, nous y faisons halte et cela dure depuis … 30, 40 … des années !

Autant dire que nous pensions connaître l'histoire de l'île et le moindre recoin, erreur ! Le passé de l'île ne fut pas un long fleuve tranquille comme nous l'avons découvert cet automne !

Lors de notre petit tour de France, nous nous sommes décidées à franchir la porte du château de Noirmoutier en l'Île, la capitale !

Indésirables

Sa silhouette blanche, ce qui est plutôt curieux pour un château fort, sert d'amer à chacune de nos arrivées et si nous jubilons toujours en le répérant, nous l'avions toujours boycotté, déjà parce que les chiens y sont interdits !

Reconstruit au XII e siècle en pierre, il jouxte l'église, vestige d'une très ancienne abbaye contemporaine du premier castrum. De l'abbaye, fondée au VII e siècle, saccagée à de nombreuses reprises par les vikings qui avaient fait de l'île leur base pour leurs innombrables raids sur la Loire, il ne reste donc que la crypte, témoignage exceptionnel de l'architecture mérovingienne, qui abrite aujourd'hui les reliques de son fondateur, St Philbert.

Marais salant Jacobsen
Marais salant Jacobsen

L'île doit quasiment tout à ce moine hyper actif qui en 10 ans a levé des digues, asséché des marais et créé des marais salants, gagné des terres sur la mer et donné à l'île son aspect actuel mais aussi son nom !

Connue sous l'appellation Île d'Her puis Île d'Hermoutier, elle devint Noirmoutier, rappel de la présence du monastère et de la tenue de couleur noir des moines qui la modelèrent avec tant d'acharnement !

Noirmoutier est de nos jours surtout connue pour l'attrait touristique qu'elle représente même si certaines spécialités lui valent une belle réputation : le sel, la bonnote, une pomme de terre qui doit son goût unique au goémon généreusement répandu sur le sol et le Gois, plus de 4 kilomètres de chaussée submersible ponctuée de balises où les imprudents peuvent se réfugier !

Le Gois
Le Gois

Mais ce n'est pas tourisme dont je veux en fait vous parler mais plutôt d'une histoire tragique et méconnue qui eut pour cadre le château !

Maintes fois assiégé, il résista aux anglais, aux espagnols, aux hollandais. Propriété du Prince de Condé ce que nous ignorions, grave lacune, il fut prison militaire à la Révolution puis sous la Commune et devint propriété de la ville de Noirmoutier en l'Île en 1901.

En 1914, il reprit du service comme prison pour ceux que l’État Français venait de qualifier d'indésirables, les ressortissants des pays ennemis vivant sur le sol français et animés cependant de sentiments francophiles.

Les Indésirables
Les Indésirables

En Août 1914, à la déclaration de guerre, les étrangers apprennent qu'ils ont 2 jours pour quitter le sol français.

Certains s’exécutent mais beaucoup tardent car comment imaginer que du jour au lendemain on peut devenir ennemi potentiel d'un pays où l'on a souvent commencé à s'ancrer, travail, amis, famille ?! Recensés, ils sont regroupés et éloignés du front, ennemis potentiels, on les voit comme des espions, des terroristes ! Au mieux veut-on les protéger !!!

Le château de Noirmoutier est alors réquisitionné et 251 étrangers, parlant le plus souvent parfaitement notre langue, artistes, employés, professeurs, médecins … se retrouvent parqués dans ce lieu au confort plus que spartiate. Pas de latrines, de dortoirs, de cantine … tout est à faire, sans moyen. Chacun aménage comme il peut les lieux et tente de survivre. Les îles françaises reçurent ainsi leur lot de prisonniers.

Traités comme du bétail par l'administration, la population était nettement plus compatissante avec ces internés dont le grand tord était de n'être pas français. A Noirmoutier, les premiers arrivés étaient autrichiens et allemands, ces derniers, exilés à l'Île d'Yeu, furent remplacés par des hongrois, des polonais !

Une exposition consacrée à cet épisode occupe tout le château, de nombreuses photos d'époque mais aussi de nombreuses œuvres laissées par les artistes internés, portraits, caricatures, vues du château, sculptures témoignent de ce que fut la vie de ces hommes dont le seul tord fut de n'être pas français au moment de la guerre !

Un roman, le Monastère noir de Aladàr Kuncz, relate la vie de son auteur, interné à Noirmoutier, « roman de captivité » d'un intellectuel* pétri de culture française et qui séjournait en France depuis 14 mois quand il fut arrêté.

Indésirables

On sort tout chamboulé de cette exposition qui bien que relatant des faits centenaires est très actuelle.

Tout un questionnement qui nous invite à nous pencher sur "l'étranger, cet autre moi" !

Do

*Aladàr Kuncz Professeur de lycée à Budapest et contributeur à la revue d'esprit moderniste et européen « Occident »

Partager cet article
Repost0

commentaires

Présentation

  • : Hist' toiles
  • : Nous sommes deux soeurs... L'une peint, l'autre écrit. Nous avons envie de partager nos vécus, nos ressentis, nos expériences; de témoigner... Nous aimons par dessus tout la nature, notre plus grande source d'énergie... Sur ce blog, nous vous présenterons des peintures, des livres, mais aussi des photos de nos voyages, de nos randonnées, des récits... Nous tenterons enfin de vous entraîner dans la grande aventure de notre vie: notre cheminement spirituel vers l'Amour et la Lumière.
  • Contact

Recherche